Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Cette biologiste qui espère régler le problème de prolifération des rats... sans en tuer un seul

Depuis des siècles, les grandes villes tentent de se débarrasser des rats qui peuplent leurs égouts et ruelles. Elles ont toujours échoué à faire fuir l'envahisseur. Mais une autre solution se dessine : et si au lieu de les empoisonner, on tentait plutôt de stopper leur reproduction ?

La guerre est déclarée

Publié le
Cette biologiste qui espère régler le problème de prolifération des rats... sans en tuer un seul

Les rats ne mesurent pas plus de 50 centimètres, la queue y compris. Ils ne sont pas aveugles non plus, ne portent pas la rage, ne sont pas gouvernés par des rois, ne peuvent pas passer par des petits trous, et ne sont pas indestructibles. Crédit Allociné / Buena Vista International

L'homme, peu partageur, n'a jamais réussi à faire fuir les rats hors de ses murs. Nous avons eu beau multiplier les pièges et disposer du poison à l'entrée de leurs nids douillets, rien n'y a fait : les rats, tenaces et résistants, sont toujours là. Difficile de venir à bout d'un animal qui a survécu au cataclysme dont ont été victimes les dinosaures il y a 65 millions d'années. Mais l'homme n'a pas dit son dernier mot. Le média britannique The Guardian a rencontré Loretta Mayer, la biologiste qui a probablement trouvé la solution à cette équation jusqu'à présent insolvable.

Des voisins historiques, mais encombrants

Avant d'aller plus loin, il nous faut rappeler certaines choses, afin de considérer le plus justement possible la menace que représentent les rats.

Pour commencer, il n'existe pas de "super-rats". À l'exception de certaines espèces des zones tropicales, ils ne mesurent pas plus de 50 centimètres, la queue y compris. Ils ne sont pas aveugles non plus, ne portent pas la rage, ne sont pas gouvernés par des "rois rats", n'ont pas de squelette pliable leur permettant de passer par des petits trous, et enfin, ne sont pas indestructibles. Voilà pour la dédiabolisation du rat. En revanche, ce rongeur apporte avec lui son lot de problèmes : ils dévastent les cultures des agriculteurs, peuplent les égouts où ils se nourrissent de nos déchets (ce qui n'est pas une si mauvaise affaire tout compte fait), envahissent nos maisons, souillent la nourriture qui y est stockée, fragilisent les bâtiments dans lesquels ils ont élu domicile, transmettent de nombreuses maladies, mordent les bébés, et parfois, dévorent même les sans-abri vivants. Et difficile de maîtriser leur nombre, alors qu'un couple de rats qui forniquent pour la première fois comptera plus de 15 000 descendants d'ici un an. Leur reproduction très rapide (les rats femelles ovulent et copulent plusieurs fois par jour, restent fertiles jusqu'à leur mort et accouchent de portées de six à douze petits) nous donne en effet bien du fil à retordre. Les jeunes ratons arrivent à maturité sexuelle au bout de cinq à six semaines seulement. Et ils ne s'en privent pas, alors que l'acte sexuel est, comme pour l'homme, source de plaisir. Enfin, le poison n'a qu'un effet limité sur leur population. En effet, les rats copuleront encore davantage afin de restaurer leur nombre. Voilà pour sa re-diabolisation. Le rat reste un problème majeur, alors qu'une étude menée en 2014 par l'Université Columbia révélait qu'un rat de New York transportait en moyenne 18 pathogènes, tels que le Clostridium difficile ou l'hépatite C, tous deux pouvant entraîner la mort. Enfin, nous avons un plutôt mauvais souvenir de la peste bubonique que ces rongeurs nous ont transmise au XIVème siècle, et qui a fait quelque 25 millions de morts en cinq ans à peine.

Cela fait des siècles que nous tentons de les chasser de nos villes et maisons. Nous avons tout essayé : poison, chats, chiens et furets entraînés à les débusquer, ultrasons… rien n'y fait. À la fin des années 1940, des scientifiques ont développé un anticoagulant provoquant une hémorragie interne à quiconque l'ingère – la mort aux rats que nous connaissons. En 2010, la ville de Chicago (États-Unis) a lâché une soixantaine de coyotes dans ses rues en espérant qu'ils parviennent à réduire la population de rats. Loupé, encore une fois. Comment se fait-il que nous soyons capables d'envoyer des robots sur Mars, d'utiliser Internet, de faire survivre des nouveau-nés prématurés dans des incubateurs, mais que nous ne réussissions pas à protéger notre nourriture des rats, remarque très justement The Guardian ?

Tuer dans l'oeuf

Finalement, nous avons peut-être trouvé la solution : empêcher les rats de se reproduire. De quoi résoudre le problème, sans devoir mener ces génocides coûteux et répétitifs. C'est Loretta Mayer, biologiste et cofondatrice du laboratoire SenesTech, qui en a eu l'idée. En parvenant à mettre un terme à leur reproduction, on trouverait alors un moyen pérenne de réduire leur population sans devoir mener ces génocides coûteux et répétitifs. Et les expériences menées par le laboratoire situé en Arizona (États-Unis) ont été concluantes. Dans des rizières d'Indonésie, dans des fermes de Caroline du Nord, dans les banlieues de Chicago et dans les métros de New York, ContraPest – c'est le nom du produit stérilisant utilisé par SenesTech – a fait chuter la population de ces rats de 40% en douze semaines seulement. Loretta Mayer est enthousiaste : "Ça va changer le monde", dit-elle. Un accomplissement pour la chercheuse, qui a toujours mis un point d'honneur à élaborer des solutions qui ne soient ni toxiques, ni létales.

Avant d'arriver à ce résultat, Loretta Mayer étudiait les effets de la ménopause –  artificiellement inculquée – sur le comportement des souris. Ce n'est que lorsqu'une de ses collègues, Patrica Hoyer, l'a contactée pour lui parler d'une certain composé chimique qui semblait rendre ces petits rongeurs infertiles, que les deux chercheuses ont synthétisé un nouveau produit, nommé Mouseopause. Dans la foulée, Mayer et Hoyer publient leurs résultats en 2005 et testent leur produit sur des chiens errants à Gallup, dans le Nouveau-Mexique (États-Unis) : c'est un succès, encore une fois. D'autant que les chiens traités ne connaissaient pas d'effets secondaires. En 2006, Mayer doit encore faire ses preuves. Des biologistes australiens lui demandent de synthétiser ce même produit, cette fois à destination des rats qui ravagent jusqu'à 30% des cultures de riz en Australie et en Indonésie.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 28/09/2016 - 07:35 - Signaler un abus À quand ce même médicament pour les humains

    Quand on voit qu'essentiellement dans les pays pauvres, les couples font 10/12 momes sans la moindre idée dont ils vont les nourrir, et ce n'est pas l'Afrique qui va doubler sa population de 1 à 2 milliards en qq annees. Ce doublement ne se fera pas sans probleme pour l'Europe, vu ce qui se passe actuellement on peut imaginer l'Europe et la France en particulier, les problemes ne font que commencer. On n'a encore rien vu.

  • Par zouk - 28/09/2016 - 09:48 - Signaler un abus Les rats

    Enfin un moyen efficace de lutte? Quelle funeste idée que celle d'Anguerrand, il semble heureusement que cela ne puisse être ajoutée à l'eau de boisson.

  • Par Cervières - 28/09/2016 - 09:55 - Signaler un abus Insolvable?

    En relation avec le fait d'être solvable donc de pouvoir payer ce que l'on doit. Insoluble, en relation avec une solution....

  • Par langue de pivert - 28/09/2016 - 12:53 - Signaler un abus Veauquiez : larbin républicain costumé.

    Déjà "réguler" les névrosés de la gâchette (dignes descendants des arriérés qui clouaient les chouettes sur les granges) qui détruisent consciencieusement les prédateurs naturels des rongeurs (qu'ils nomment - ces "gestionnaires éclairés" de la bio-diversité - les "puants" et les "becs crochus" !) par tirs, piégeages, déterrages, empoisonnements. Comme tous les leader politiques Français (PS ; LR ; FN) sont des suceurs de chasseurs, c'est pas gagné ! N'est ce pas Wauquiez ? Le margoulin en costume trois pièces qui croit que les naturalistes sont des bobos des villes et les chasseurs des écologistes des champs ! Pauvre type ! Qu'il vienne avec un sac à dos que je le balade et que je le perde dans les montagnes ! Il pleurera sa mère et la gendarmerie sur son portable à la première nuit ! Amis naturalistes faites le bon choix ! En 2018 il sera trop tard !

  • Par langue de pivert - 28/09/2016 - 12:54 - Signaler un abus Veauquiez : larbin républicain costumé.

    Déjà "réguler" les névrosés de la gâchette (dignes descendants des arriérés qui clouaient les chouettes sur les granges) qui détruisent consciencieusement les prédateurs naturels des rongeurs (qu'ils nomment - ces "gestionnaires éclairés" de la bio-diversité - les "puants" et les "becs crochus" !) par tirs, piégeages, déterrages, empoisonnements. Comme tous les leader politiques Français (PS ; LR ; FN) sont des suceurs de chasseurs, c'est pas gagné ! N'est ce pas Wauquiez ? Le margoulin en costume trois pièces qui croit que les naturalistes sont des bobos des villes et les chasseurs des écologistes des champs ! Pauvre type ! Qu'il vienne avec un sac à dos que je le balade et que je le perde dans les montagnes ! Il pleurera sa mère et la gendarmerie sur son portable à la première nuit ! Amis naturalistes faites le bon choix ! En 2018 il sera trop tard !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€