Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 17 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Cet énorme détail que Moscou a soigneusement oublié en érigeant une statue à l'inventeur de la kalachnikov

Le testament de Kalachnikov n'est pas celui que propose Moscou en faisant de lui un héros de la Russie. C'est peut-être exactement le contraire de son testament, si on se penche sur la grande dépression qui a traversé la fin de vie de l'inventeur de l'arme la plus vendue au monde.

Propogande ?

Publié le
Cet énorme détail que Moscou a soigneusement oublié en érigeant une statue à l'inventeur de la kalachnikov

Sept mètres de fonte en plein milieu de Moscou : le gouvernement n'a pas fait les choses à moitié pour honorer le grand inventeur du fusil Kalachnikov. Il est représenté son arme à la main, ce fameux AK-47 devenu une "marque culturelle du pays". On parle de près de 100.000 millions de modèles vendus sur tous les continents du monde. Une affaire en or pour arme simple et efficace. Mais derrière l'arme, il y a l'homme. Et là, la chose n'est pas aussi simple...

"Ma peine est insoutenable". En 2012, peu avant de mourir, Mikhail Kalachnikov, le créateur du célèbre fusil d'assaut, a écrit une lettre au chef de l'Eglise orthodoxe, le patriarche Krill, pour se repentir du mal causé par son invention.

Des extraits de cette lettre, écrite sur son papier à lettre personnel, ont été publiés par le journal russe Izvestia.

"Je souffre de peine spirituelle à cause des nombreuses morts que j'ai provoquées", confesse celui qui avait pourtant refusé d'assumer cette responsabilité en 2008. Il avait alors déclaré que les politiques des pays acheteurs de la Kalachnikov ne pouvait s'en prendre qu'à eux-mêmes. L'homme avait cependant tempéré son intervention, évoquant sa peine quand des criminels ou des enfants soldats utilisaient son arme.

La Kalachnikov, ou AK-47, est une des armes les plus utilisée au monde. Peu chère à fabriquer et simple et efficace d'utilisation, elle a été vendue à plus d'un million d'exemplaires à travers le monde.

Dans sa lettre, Kalachnikov écrit : "Je continue de me poser les mêmes questions sans réponses : ce pourrait-il que, moi, un chrétien et un croyant orthodoxe, soit responsable de toutes ces morts?" "De plus en plus de questions se bousculent dans mon cerveau et je me demande pourquoi Dieu permet à l'homme d'avoir de tels envies diaboliques d'agressions". D'après Izvestia, la fille de Kalachnikov, Elena, pense qu'un prêtre a aidé son père à écrire cette lettre.

Selon le secrétaire de presse de l'Eglise orthodoxe, Cyril Alexander Volkov, le patriarche Krill aurait répondu au vieil homme. "L'Eglise a une position très définie: quand une arme sert à protéger une terre natale, l'Eglise soutient celui qui l'a créée et les soldats qui l'utilisent", déclare-t-il. 

De son vivant, Mikhail Kalachnikov a reçu de nombreuses distinctions de la part de l'Etat Russe, dont l'Ordre de Staline. Il est mort le 23 décembre dernier à l'hôpital à l'âge de 94 ans.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Olivier62 - 20/09/2017 - 10:17 - Signaler un abus Sauf que Kalashnikov n'a rien inventé !

    Le Kalashnikov est en fait une copie simplifiée du sturmgewehr 44 allemand; les deux armes ont d'ailleurs une allure presque identique. En fait l'inventeur du sturmgewehr, Hugo Schmeisser, fut fait prisonnier en 1945 et envoyé pour travailler dans une usine d'armement où travaillait déjà, je vous le donne en mille, M. Kalashnikov lui-même ! En fait les soviétiques se sont contenté de l'utiliser comme prête-nom pour éviter de reconnaître que leur fusil d'assaut avait été plus qu'inspiré par le STG44. Du point de vu moral, de toute façon, ce n'est pas l'arme qui est coupable mais celui qui l'utilise. Tuer avec un silex taillé est aussi grave qu'avec un rayon laser ultra-sophistiqué !

  • Par kilian - 20/09/2017 - 13:23 - Signaler un abus @Olivier 62

    Intéressant. Merci. Cette théorie est présente sur le net et même wikipédia. Loin de jeter la pierre à Atlantico, il serait bien de ne pas sombrer dans la facilité. Une petite vérif et hop, deux phrases de plus pour évoquer le légitime pillage à l'ouest par l'Urss.

  • Par vangog - 20/09/2017 - 22:59 - Signaler un abus Le socialisme tue la créativité en asservissant

    l'identité. Voilà pourquoi les régimes socialistes ont toujours copié l'Occident, et fait croire à une création originale, avec force mythologie autour du créateur-copieur. Missiles, bombe atomique, kalachnikov, Tupolev-TU 144 "concordsky", voitures Gaz, Jigouli, Moskvitch...les larmes de regret du copieur Kalachnikov font peine à voir, car elles font partie du cinéma russe pour construire une mythologie positive, et faire oublier l'original...

  • Par Outre-Vosges - 21/09/2017 - 10:11 - Signaler un abus À propos de Wikipédia

    Je n’y connais rien au point de vue technique mais je lis sur l’article de Wikipédia : « Bien que ne pouvant cacher un lien de parenté avec le Sturmgewehr 44, l'AK-47 (plus connu sous le nom de son créateur Mikhaïl Kalachnikov) n'est pas une copie, mais bien une évolution du concept de l'arme allemande ». Et l’article germanophone, plus développé, dit la même chose : « Contrairement à ce qu’on croit souvent, le Sturmgewehr 44 n'est pas directement à l’origine de la Kalachnikov soviétique ; mais il a servi aux ingénieurs de la défunte Union soviétique d’exemple et de modèle pour mettre au point une arme comparable. »

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico Rédaction

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€