Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 26 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ces vraies réformes économiques dont la France a besoin

Avec la présentation, le 31 août, du contenu des ordonnances réformant le code du travail, le gouvernement d’Emmanuel Macron entre enfin dans le concret des réformes.

Les Arvernes

Publié le
Ces vraies réformes économiques dont la France a besoin

 

Le contexte économique est idéal pour conduire des transformations puissantes de notre modèle économique et social. La reprise de la croissance observée depuis quelques trimestres crée un contexte favorable. Selon l’INSEE, la croissance du PIB pourrait atteindre 1,6% en 2017, en nette progression par rapport aux deux dernières années (autour de 1%) et nettement au-dessus de la quasi-stagnation des années 2012-2014.

Pourtant, cette bonne nouvelle donne plutôt à penser à certains que l’économie française est rétablie et que les réformes ne sont plus nécessaires. C’est en substance ce qu’a expliqué l’ex-Président Hollande.

Disons-le tout net : cette prise position politicienne est tout à fait indécente et ne correspond pas à la réalité.

Certes, la croissance est meilleure, après une décennie perdue. Mais, la France n’étant pas une île, elle doit être jaugée à l’aune de ses concurrents et partenaires. Il faut aussi juger la croissance au regard du passé. Or, à 1,6%, elle reste un point inférieur au rythme de croisière atteint au milieu des années 2000 et elle cache mal la perte irréversible de richesse provoquée par la Grande crise de 2008. A ce rythme, le chômage peut baisser durablement, mais lentement. Depuis la mi-2015, le taux de chômage a baissé de 1 points (de 10,5% à 9,5%) en deux ans. Beaucoup de nos partenaires européens qui ont eu le courage de la réforme sont eux au plein-emploi. Le déficit public va repasser sous la barre des 3%, mais où est la réussite quand la plupart de nos partenaires européens affichent une situation proche de l’équilibre ?

Cette croissance est en outre fragile. Elle est portée par une croissance mondiale correcte (3,5% attendu en 2017) mais sujette à retournement, notamment aux Etats-Unis où le cycle actuel termine sa huitième année. Elle se nourrit de la baisse de l’euro, des taux d’intérêt et des prix du pétrole, alignement des planètes auquel la remontée forte de l’euro est en train de mettre fin.    

Surtout, parler d’un retour durable de la croissance revient à ignorer complètement les obstacles structurels majeurs qui plombent notre appareil productif.

Comment peut-on parler de rétablissement économique quand la France enregistre un déficit record de 34 milliards d’euros au premier semestre et un creusement du déficit industriel ? Malgré les améliorations apportées par le crédit d’impôt (CICE), le rebond de nos exportations se fait attendre. Quand la consommation repart, ce sont les importations qui s’envolent, car notre appareil productif ne peut pas suivre. L’amélioration des marges des entreprises constatée par l’INSEE masque un déséquilibre persistant au détriment de l’industrie. Comme semble l’ignorer E. Macron, une nouvelle tranche d’abaissement des charges est indispensable pour rétablir la compétitivité prix du secteur exportateur. L’industrie française demeure prise en tenaille entre l’hyper-compétitivité allemande et la performance retrouvée par l’Europe du sud à coup de dévaluation interne.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par tananarive - 10/09/2017 - 12:15 - Signaler un abus Trucages.

    Le chômage baisse par des artifices, les chômeurs devraient être comptés même quand ils sont en formation puisqu'ils sont toujours payés par l'assurance chômage. Et il y a d'autres combines. Les comptes de la nation sont aussi truqués, dixit la cour des comptes. Notre pléthorique fonction publique depuis le bas jusqu’aux hauts fonctionnaires vit sur des crédits que nous ne pourrons jamais rembourser tellement ils sont devenus énormes. Sans une révolution pour couper les branches mortes la France ne peut s’en sortir.

  • Par vangog - 10/09/2017 - 18:29 - Signaler un abus "Le concret des réformes"?????

    Nous aurions bien aimé savoir ce que les réformes Macron avaient de concret? car on a du mal à comprendre comment quelques modifications cosmétiques pourront inverser le déclin gauchiste de la France? on n'en saura pas plus avec les Arvernes...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Les Arvernes

Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.

Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l'équivalent de droite aux Gracques qui s'étaient lancés lors de la campagne présidentielle de 2007 en signant un appel à une alliance PS-UDF. Les Arvernes, eux, souhaitent agir contre le déni de réalité dans lequel s'enferment trop souvent les élites françaises.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€