Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 02 Septembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ces journaux britanniques
en pleine chasse à l'homme

Pourquoi la presse conservatrice prend-elle parti aussi violemment contre les émeutiers ?

Londres ne répond plus

Publié le

ATLANTICO : Une grande partie de la presse britannique prend violemment parti contre les manifestants. Comment l’expliquer ?

Jean-Claude-Sergeant : Il y a une presse conservatrice qui considère que c'est essentiellement l'affaire d'une contagion mimétique parmi les jeunes noirs jamaïcains, qui saisissent l'occasion pour montrer ce qu'ils sont capables de faire. C'est ce que l'on retrouve dans des titres comme le Daily Telegraph. Il y a aussi une presse de gauche qui considère qu'il y a de façon sous-jacente des problèmes de chômage et de relégation de cette communauté majoritairement jeune et noire aux marges de la société, frappée par le chômage, et un peu plus mise en danger par la réduction des services publics issus de la politique mise en place par le gouvernement conservateur actuel.

Ce qui est intéressant est que les dernières émeutes raciales datent de 2001 et ne concernaient essentiellement que le nord de l'Angleterre et les communautés asiatiques (pakistanaises et bangladaises). Cette fois-ci, on est face à quelque chose de nouveau qui rappelle les émeutes de 1981, à Londres et Bristol notamment, qui mettent plus directement en scène la communauté noire. Ce sont quand même des jeunes qui se comportent de manière différente, dans la mesure où ils ont aujourd'hui à leur disposition des moyens de communication qui n'existaient pas il y a trente ans. On parle beaucoup du fait que l'utilisation des BlackBerry, de Twitter et de YouTube a engendré une sorte de phénomène d'émulation. Des photos montrent des jeunes devant des voitures brûlées, comme on l'avait déjà un peu vu en France lors des émeutes de 2005. De ce point de vue là, il y a un parallèle à établir.

Il est bien évident que ceci va servir à l'opposition travailliste pour remettre en cause les coupes du budget introduites à la fin 2010. Cela met aussi en lumière l'inadéquation des forces de police et de leurs méthodes d'intervention dans les quartiers difficiles, comme à Tottenham, où les premières émeutes sont apparues dans le nord de Londres. C'est un quartier qui a déjà connu des émeutes en 1985, et qui n'est pas composé majoritairement de noirs. Il y a quelque chose de nouveau, et on va devoir comprendre pourquoi ce phénomène est intervenu à la mort de Mark Duggan. C'était une personnalité locale, liée aux gangs et à leur univers impitoyable dans ces banlieues. Il y a une incapacité des forces de l'ordre britannique - un peu comme en France - à reprendre le contrôle d'une situation qui s'enfonce dans une économie parallèle clandestine, essentiellement fondée sur la drogue.

La presse conservatrice de droite, qui représente près de 75 % de la presse britannique, va mettre l'accent sur ces bandes de jeunes que l'on n'arrive pas à contrôler, pendant que la presse de gauche - The Guardian, The Observer, et les deux journaux du groupe Daily Mirror - va insister sur les coupes dans les services publics. Je ne suis pas certain qu'il y ait un lien politique évident à établir. A droite comme à gauche, on va d'abord insister sur le retour à l'ordre public, ce qui semble compliqué.

 

Comment le gouvernement britannique peut-il réagir ? Avec plus de fermeté, ou en assouplissant ses coupes budgétaires ?

Le gouvernement se retrouve un peu pris au dépourvu, lui qui se flattait d'avoir réglé de manière satisfaisante à court terme les relations multiculturelles dans le pays.

L'économie britannique s'enfonce, et George Osborne, le chancelier de l'Echiquier, affirme à chaque prise de parole qu'il n'est pas question de remettre en cause le pilotage qu'il a introduit en novembre 2010. On va considérer la chose comme une affaire d'ordre public, qu'il convient de rétablir par tous les moyens. Cela pose question sur la capacité de la Metropolitan Police à prévoir et à intervenir de manière proportionnée face à ce type de débordements dont il y a déjà eu des prémisses avec les manifestations des étudiants à l'automne 2010, et à nouveau en mars 2011 avec la grande manifestation des travailleurs publics. On a toujours senti que les forces de police n'étaient pas suffisamment entraînées et n'avaient pas suffisamment réfléchi à la façon de contenir des émeutes urbaines qu'elles n'avaient pas imaginées au départ.

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par DEL - 10/08/2011 - 14:25 - Signaler un abus mémoir courte!

    Pour faire oublier leurs méthodes, récemment dénoncées...

  • Par piano - 10/08/2011 - 14:28 - Signaler un abus Parce que leurs lecteurs sont les mêmes que ceux...

    d'Atlantico !!!

  • Par carioca - 10/08/2011 - 14:43 - Signaler un abus @piano

    lecteurs dont vous êtes un des plus assidus

  • Par texarkana - 10/08/2011 - 14:44 - Signaler un abus ils ont raison

    contrairement à la désinformation qui sévit ce côté ci de la Manche : "la révolte des jeunes Anglais" titre Le Parisien, omettant de dire "d'origine jamaïcaine (ou des petites Antilles) "-pour la plupart. eT OUI, il faut afficher leurs tronches!

  • Par piano - 10/08/2011 - 15:01 - Signaler un abus @carioca

    Non, pas assidu, de passage quand je n'ai vraiment rien à faire. Vu la teneur des réactions à mes interventions, il est évident que je ne suis pas représentatif de la cible d'Atlantico, n'est ce pas ? Donc je maintiens, en général un media sert la soupe à son lectorat pour des raisons commerciales, au R.U comme sur Atlantico.

  • Par texarkana - 10/08/2011 - 16:43 - Signaler un abus RIOTERS =SCUMBAGS

    http://www.mirror.co.uk/news/top-stories/2011/08/10/london-riots-tony-parsons-on-a-flashpoint-in-broken-british-society-115875-23333279/ Rien à ajouter!

  • Par carioca - 10/08/2011 - 16:50 - Signaler un abus @piano

    vous êtes soit trop modeste, soit vous êtes moins occupé que vous ne le pensez vu le grand nombre de vos interventions, sous quelque pseudo que ce soit. Il est juste dommage que ces interventions ne portent jamais sur le sujet de l'article.. Vous pensez donc que la presse devrait être gratuite pour avoir des chances d'étre impartiale? (gratuité d'atlantico, vénalité pour mediapart..)

  • Par piano - 10/08/2011 - 16:59 - Signaler un abus @carioca : Vous vous méprenez (au mieux)

    D'une part je n'ai qu'un pseudo, peut être devez vous admettre que mes positions sont parfois partagées ? D'autre part, je n'interviens que rarement (enfin à part aujourd'hui). Pour répondre à votre question : Non, je ne crois pas au gratuit, tout à un coût, surtout l'info de qualité. C'est exactement pour ça que l'info d'Atlantico ne vaut pas un clou. Mais sociologiquement, c'est de l'or !

  • Par carioca - 10/08/2011 - 17:15 - Signaler un abus @piano

    mon pauvre esprit est bien plus limité que le votre qui est sans nul doute brillant aussi ai je du mal à suivre, d'une part vous écrivez "je ne crois pas au gratuit, tout à un coût, surtout l'info de qualité. C'est pour ça que l'info d'Atlantico ne vaut pas un clou" et d'autre part "un media sert la soupe à son lectorat pour des raisons commerciales, comme Atlantico" !! développez svp

  • Par caod4444 - 10/08/2011 - 18:09 - Signaler un abus Peut être que les british de souche ont plus de couilles que...

    que nous ...? Peut etre que l'"african way of life" ds toute sa splendeur ne leur convient peut être pas ? (Il suffit de regarder l'état des pays d'où sont originaires tout ses gens). Les anglais ont mis plus de zele à tuer des catholiques irlandais par le passé ...

  • Par piano - 10/08/2011 - 18:30 - Signaler un abus @carioca Je veux bien, mais pas longtemps :)

    Lorsqu'on ne peut attirer sa clientèle avec des produits réellement attrayants, on garantit sa diffusion en tenant un discours flatteur à l'attention de sa cible. Vous remarquerez que les rares médias bénéficiaires (ex : Le Canard) ne ni plaisir à des annonceurs, ni à un lectorat partisan : Tout le monde dérouille. Pour l'instant, Atlantico mange son pain blanc... on en reparlera. Comprende?

  • Par Chamaco - 10/08/2011 - 20:02 - Signaler un abus @ carioca

    félicitations ! vous en avez attrapé un beau qui s'agite partout. de ceux qui préfèrent les "journaux de qualité" sans préciser ce qu'ils entendent par "qualité", ce qui permet de rester dans le vague en déballant des généralités. Qu'un journal veuille conserver un lectorat me parait le b.a. ba, sinon il disparait, c'est vrai de toute entreprise. * promis, demain il découvre l'eau tiède...

  • Par fauvette13 - 11/08/2011 - 15:52 - Signaler un abus quand vous êtes pauvres et révoltés

    vous brûlez des symboles politiques ou bancaires, vous piquez de la bouffe pas des bijoux, des vêtements de luxe etc... et vous ne brûlez pas des maisons ou voitures de h-gens aussi pauvres que vous. La pauvreté n'empêche pas le dignité. Là nous ne parlons que de sales petits voyous que chaque citoyen honnête doit dénoncer.

  • Par vangog - 11/08/2011 - 21:04 - Signaler un abus Une piste pour un professeur" brasseur d'air"

    http://www.guardian.co.uk/uk/2001/jan/25/race.world, nousexplique quelle l'immigration débridée Africaine est venue s'ajouter à l'immigration traditionnelle Caribéen, aprés l'arrivée de Tony Blair et de la Labouriste Barbara Roche, ministre de l' immigration de 1999 à 2002. Le Labour a alors favorisé une immigration d'allocation à faible pouvoir d'achat, qui ne s'est plus intégrée!

  • Par fauvette13 - 12/08/2011 - 21:24 - Signaler un abus certains

    n'ont qu'à donner leur adresse pour que "ces pauvres petits" viennent faire un barbecue dans leur salon histoire de se passer les nerfs parce qu'ils n'ont pas de travail...

  • Par fauvette13 - 12/08/2011 - 21:24 - Signaler un abus certains

    n'ont qu'à donner leur adresse pour que "ces pauvres petits" viennent faire un barbecue dans leur salon histoire de se passer les nerfs parce qu'ils n'ont pas de travail...

  • Par fauvette13 - 12/08/2011 - 21:24 - Signaler un abus certains

    n'ont qu'à donner leur adresse pour que "ces pauvres petits" viennent faire un barbecue dans leur salon histoire de se passer les nerfs parce qu'ils n'ont pas de travail...

  • Par fauvette13 - 12/08/2011 - 21:24 - Signaler un abus certains

    n'ont qu'à donner leur adresse pour que "ces pauvres petits" viennent faire un barbecue dans leur salon histoire de se passer les nerfs parce qu'ils n'ont pas de travail...

  • Par fauvette13 - 12/08/2011 - 21:24 - Signaler un abus certains

    n'ont qu'à donner leur adresse pour que "ces pauvres petits" viennent faire un barbecue dans leur salon histoire de se passer les nerfs parce qu'ils n'ont pas de travail...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Claude Sergeant

Jean-Claude Sergeant est professeur émérite à l'Université Sorbonne Nouvelle (Paris III), spécialiste du Royaume-Uni. Il est l'auteur de L'anglais du journalisme (Ophrys 2011), et de Les médias en Grande-Bretagne (Ophrys 2004).

 

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€