Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 22 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ces idées reçues qu'il faut dépasser pour mieux comprendre les révolutions arabes

Les événements politiques en Egypte et en Tunisie sont aujourd'hui entrés dans une nouvelle phase, dévoilant un scénario bien différent de celui qui avait été dessiné il y a deux ans par l'Occident...

Au-delà des clichés

Publié le
Ces idées reçues qu'il faut dépasser pour mieux comprendre les révolutions arabes

Des manifestants tunisiens. Crédit Reuters

Atlantico : Les révolutions d'Egypte et de Tunisie ont fait consensus dans le sens ou elles ont permis le départ de régimes autoritaristes ?

Consensus momentané dans l'opinion publique, mais les réticences étaient claires parmi beaucoup de gouvernements, précisément par peur d'une victoire islamiste. Il faut voir que depuis trente ans, toute la stratégie occidentale est basée sur l'idée (fausse comme on l'a vu): les dictatures protègent de la menace islamique (or elles sont trop faibles pour jouer ce rôle). Et cette idée était aussi partagée par beaucoup de laïcs, y compris en Tunisie. En un mot les libéraux (c'est à dire les laïcs) ne sont pas tous démocrates (et inversement les démocrates ne sont pas tous des libéraux). 

Peut-on réellement parler d'un triomphe de l'islamisme ?

N'est-on pas en train d'entrer plutôt dans une phase autoritariste des révolutions ?

On confond deux choses: l'arrivée au pouvoir de partis islamistes et le triomphe de l'idéologie islamiste. L'arrivée au pouvoir des islamistes était mécanique: ils représentaient le seul parti structuré et connu, apparaissant comme conciliant les valeurs traditionnelles, la démocratie et l'efficacité, bref "élections, charia et électricité". Mais l'arrivée au pouvoir des islamistes a mis en lumière ce que j'ai appelé il y a vingt ans "L'Echec de l'Islam politique", à savoir l'incapacité de l'idéologie islamiste à générer un programme de gouvernement, à part de vagues mesures d'islamisation symboliques.
Les islamistes au pouvoir, en Egypte comme en Tunisie, ont déçu plus par leur incompétence que par leur idéologie. Du coup ils se moulent dans la structure de pouvoir autoritaire dont ils ont hérité. Mais ça ne marche pas: la vieille culture politique de la soumission et de la peur a disparu: la rue proteste, la presse se libère, et même les autorités religieuses ne veulent plus de contrôle de l'Etat. Plus les islamistes tenteront l'alliance avec les forces de sécurité, plus ils se discréditeront, sans pour autant relancer l'économie. L'exercice du pouvoir c'est la mort de l'idéologie. 

D'aucuns évoquaient, aux lendemains des départs de Moubarak et de Ben Ali, une chance historique pour les femmes musulmanes vivant dans ces pays. Qu'en est-il aujourd'hui ?

Il faut distinguer entre le temps longs des changements sociologiques et le temps, non pas court, mais bref, des évènements. L'émancipation des femmes ne dépend pas de décrets gouvernementaux mais d'un changement à la fois sociologique et culturel. Or ce changement est en cours: les femmes sont désormais souvent majoritaires à l'université, elles sont entrées dans le marché du travaillent, elles s'expriment dans la rue comme sur l'Internet, les structures familiales évoluent (de la famille étendue au couple voire à la mère célibataire).
Il ne faut pas voir les choses uniquement du point de vue des féministes laïques, il y a aussi un mouvement d'émancipation sous des couleurs plus conservatrices (ce qu'on a appelé le féminisme islamique). Ces évolutions créent des tensions et des réactions, en particulier contre l'irruption des femmes dans l'espace public (en ce sens les agressions sexuelles sont très politiques). Il faut s'attendre donc à une bataille au niveau des lois, certains (et pas seulement les islamistes) cherchant à ramener les femmes à la maison, d'autres à inscrire dans la loi leur émancipation.  Mais la tendance de fond est celle de l'émancipation et de l'égalité

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 15/02/2013 - 10:50 - Signaler un abus Mamma

    Les sociétés méditeranéennes sont matriarcales, et les "mammas" égyptiennes et tunisiennes ne sont pas prêtes à partager leur pouvoir... Ce qu'elles devraient pourtant comprendre, c'est qu'il est suicidaire de produire des douzaines d'enfants dans des pays où il n'y a pas de pétrole !

  • Par bagad - 15/02/2013 - 12:05 - Signaler un abus sérieusement

    encore un politologue qui y va de son article ! mais, bon sang, qu'ils fassent de la politique au lieu de baver en périphérie sans jamais apporter de solutions. dépasser des idées reçues ??? mais, re-bon sang, qui a propagé ces idées par voie de presse écrite, radiophonique ou télévisuelle ? vous avez 4 heures !

  • Par bagad - 15/02/2013 - 12:05 - Signaler un abus sérieusement

    encore un politologue qui y va de son article ! mais, bon sang, qu'ils fassent de la politique au lieu de baver en périphérie sans jamais apporter de solutions. dépasser des idées reçues ??? mais, re-bon sang, qui a propagé ces idées par voie de presse écrite, radiophonique ou télévisuelle ? vous avez 4 heures !

  • Par Ganesha - 15/02/2013 - 13:56 - Signaler un abus Question Récurrente

    " elles sont entrées dans le marché du travaillent" Atlantico, cela fait dix fois, vingt fois, que vos lecteurs vous posent la question : votre typographe, c'est le neveu ou la petite amie du patron ?

  • Par sam84 - 15/02/2013 - 14:50 - Signaler un abus Ah! Il manque l'argument fatal

    Notre révolution et les suites Comme si on pouvait comparer une révolution du temps de la charrette a cheval et celle du temps d'internet Quand a cette affirmation de l'extinction de l’idéologie par l'exercice du pouvoir,elle est contre dite par de nombreux exemple ou l’idéologie a conduit au totalitarisme,au fascisme et c'est bien le chemin qu'emprunte ces pays Les Islamistes sont patients,ils attendront que l'économie s’effondre complétement et alors bien organisé,bien structuré le fruit sera mur L'apparent rejet des forces modérées sera balayée par les ventres affamés,et il est plus que probable que beaucoup fuiront les violences d'ici peu

  • Par jurgio - 15/02/2013 - 16:32 - Signaler un abus Nous avons connu le même mécanisme

    Une bonne partie des électeurs ont voulu sortir Sarkozy mais en supposant que la gauche raisonnable pourrait faire au moins aussi bien, sinon plus. Résultat : Sarkozy est bien parti mais ils ont eu la gauche idéologique plénière et à tous les étages.

  • Par Alexandremartinez - 15/02/2013 - 20:49 - Signaler un abus tres bien

    les islamiques ont peut etre gagne les elections, mais l'islamisme politique les a perdu en meme temps! Ennahdha et tout ce qu'il represente ne peut pas disparaitre de la Tunisie. Tout pays a son quota de cas sociaux, abrutis ou personnes abusees, ennahdha finiera comme le front natioanl, quelques deputes et pas de victoires electorales. C'est une bonne chose car l'interdire pousserait ses leaders a revenir a leur premier metier; le terrorisme! comme a monastir ou sousse en 91... si l'opposition nest pas naive, alors ennahdha est foutue et je reste confiant sur le sort de la tunisie:)

  • Par Alexandremartinez - 15/02/2013 - 20:50 - Signaler un abus tunisie egypte

    les deux societes sont tres differentes: niveau d'education, religiosite, feminisme d'etat..... donc difficile a comparer!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Olivier Roy

Olivier Roy est un politologue français, spécialiste de l'Islam.

Il dirige le Programme Méditerranéen à l' Institut Universitaire Européen de Florence en Italie. Il est l'auteur notamment de Généalogie de l'Islamisme.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€