Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 22 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ces facteurs explicatifs des inégalités salariales Hommes Femmes qu’il est absurde d’ignorer si on veut réellement traiter la question

Selon la fondation concorde, les inégalités hommes-femmes conduiraient à une "perte" de 62 milliards d'euros pour l'économie française. Au-delà de ce chiffre, il apparaîtrait, par exemple, que ces inégalités salariales entre hommes et femmes seraient de 26.3% chez les cadres.

Inégalités

Publié le

Voyons les vrais chiffres maintenant : Une publication récente de l'INSEE portant sur les écarts de salaires H/F en 2014 (Coudin, Maillard et Tô en 2017) apporte de nouveaux éléments confirmant et précisant les analyses précédentes de l'INSEE et de la DARES. En 2014, les femmes salariées du privé gagnent à l'heure 14,4% de moins que les hommes. Diplôme, âge, expérience, ancienneté dans l'entreprise, catégorie socioprofessionnelle, quotité de temps de travail, secteur d'activité, région d'emploi et taille de l'entreprise explique une partie de cet écart qui est ramené alors à 8,4 %.

Mais cette différence s'explique elle-même par d'autres facteurs d'ordinaire oubliés. Certaines entreprises payent plus que d'autres et ce seul fait explique environ 10 % des différences de salaires constatées entre hommes et femmes. En outre, dans les entreprises des différences proviennent par exemple du pouvoir de négociation inégal des hommes et des femmes (pour les cadres) ou d'heures supplémentaires. le résidu inexpliqué ou possiblement discriminatoire est encore réduit. Les chercheurs de l'INSEE avancent que les femmes font ainsi des arbitrages vie privé/ vie professionnelle (sous contrainte certes, mais elles les font) ce qui explique par exemple des choix d'entreprises.

Au regard de ces causes qui ne relèveraient pas  y faire face et quelles sont celles qu'il paraît peu probable de pouvoir réduire ?

Jean-François Amadieu : On peut travailler à favoriser l'accès des femmes à des emplois, des secteurs, des firmes plus rémunérateurs, remédier au plafond de verre, favoriser un meilleure conciliation vie professionnelle/vie privée et revoir la classification des emplois et traiter les véritables discriminations qui existent dans les entreprises mais faut-il entretenir les légendes urbaines concernant les écarts de salaire entre hommes et femmes.

Quant au calcul des gains en cas de lutte contre cette forme de discrimination, la Fondation Concorde explique en résumé qu'il suffit de combler les différences de salaire hommes/femmes (laquelle on ne sait pas ?) pour générer croissance et gains fiscaux. Puisqu'il n'est pas question de baisser les salaires des hommes, on augmente simplement en moyenne les femmes de 3525 euros soit la moitié de la main d'œuvre, il suffisait d'y penser !

Clélia Aucouturier et Erwann Tison : On voit bien que le côté carotte et bâton ne fonctionne pas : 10 ans plus tard et malgré deux lois et un décret, on ne remarque aucun effet positif observable. Le levier législatif n’est donc pas le plus puissant, loin de là. Pour tenter de résorber ce problème, nous avons pris le parti de la communication : il faut parler expressément de ce sujet afin que chacun, au sein des entreprises et de la société puisse s’emparer de cette problématique. La volonté de quantifier les pertes liées à ces inégalités va dans ce sens, celui de l’électrochoc collectif. On espère que cela puisse permettre de lever un tabou en mettant ce sujet au sein du dialogue social des entreprises.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Raymond75 - 02/11/2017 - 11:56 - Signaler un abus Moyennes trop globalisantes

    Quand on parle DES femmes en moyenne, on considère les femmes de 18 à 65 ans ; hors les femmes ne font des études réellement qualifiantes dans des métiers porteurs que depuis une trentaine d'années, il n'y a donc des femmes cadre que depuis une vingtaine d'années, et cadre de direction que depuis peu. Il faudrait faire de moyennes par tranches d'âge, plus représentatif du niveau de qualification. Pour les jeunes femmes de moins de trente ans, cet écart de salaire est plus faible, à condition qu'elles travaillent pendant la même durée que les hommes ; mais beaucoup de jeunes femmes choisissent le temps partiel pour être plus disponibles auprès de leurs enfants le mercredi.

  • Par Anouman - 02/11/2017 - 13:13 - Signaler un abus Compétence et travail égal

    Comment sait-on que la compétence et le travail sont égaux sans descendre dans le détail? Est-on certain que tous les hommes à compétence et travail égal ont le même salaire? Ces statistiques ne sont que du vent.

  • Par jurgio - 02/11/2017 - 18:20 - Signaler un abus On aime sonner le tocsin de l'inégalité.

    Mais où est le problème du moment que l'inégalité découle du caractère de la nature humaine ? Mais il y a une exploitation possible pour les envieux et les timorés.

  • Par vangog - 02/11/2017 - 22:05 - Signaler un abus Entre blancs et noirs aussi, il y a des différences de salaires

    Un bon égalitarisme à la soviétique résoudrait tout ça...

  • Par moneo - 06/11/2017 - 15:51 - Signaler un abus A part l'Administration...

    ou l'avancement se fait à l'ancienneté , si vous êtes patron et que vous avez 2 candidats potentiels (H/F) qui vous semble équivalents à priori allez vous mettre la question suivante sous le tapis ,elle a Trente ans et pas d 'enfant donc à priori dans les 5 ans qui viennent, elle va faire un enfant et mon entreprise que devient elle à ce moment là qui va l'a remplacer ? mauvaise question? ou question irrecevable pour cause égalitarisme forcené ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-François Amadieu

Jean-François Amadieu est sociologue, spécialiste des déterminants physiques de la sélection sociale. Directeur de l'Observatoire de la Discrimination, il est l'auteur de Le Poids des apparences. Beauté, amour et gloire (Odile Jacob, 2002), DRH le livre noir, (éditions du Seuil, janvier 2013) et Odile Jacob, La société du paraitre -les beaux, le jeunes et les autres (septembre 2016, Odile Jacob).

Voir la bio en entier

Erwann Tison

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€