Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 26 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ces économistes qui s’allient pour dire que le seul moyen de sauver l’Europe est de renoncer à l’euro

L'Institut Pomone organise vendredi 6 mars un colloque sur la nouvelle politique monétaire possible pour l'Europe. Pour redonner aux Etats la possibilité de d'orienter au mieux leurs actions, un seul préalable : sortir de la monnaie unique, pour envisager d'autres formes de coopération monétaire.

Alternative

Publié le
Ces économistes qui s’allient pour dire que le seul moyen de sauver l’Europe est de renoncer à l’euro

Atlantico : Le colloque de l'Institut Pomone qui se tient ce vendredi 6 mars cherche à proposer une nouvelle alternative à la coopération et à la politique monétaire en Europe. Une nouvelle donne qui se ferait sans l'euro. Concrètement, quelle est votre positionnement ?

Jean-Pierre Gérard : Nous préconisons une politique monétaire qui considère que l’euro ne permet pas la souplesse suffisante pour des économies aussi divergentes.

Nous sommes favorables à une coopération monétaire, mais qui offre la flexibilité nécessaire. Si nous retrouvons cette souplesse, nous sortons de la spirale où l'équilibrage ne se fait qu’en ajustant le niveau d’emploi, ou le niveau d’emprunt.

Nous proposons de revenir à une monnaie européenne commune, mais avec des monnaies nationales, ou avec des groupes de pays à la situation économique similaire qui pourraient continuer d’avoir une monnaie particulière, comme des "euro-francs" ou des "euro-marks". L’important c’est de retrouver la souplesse. 

Si votre objectif est la sortie de l'euro, que vous jugez néfaste, pourquoi mettre alors en place un système de monnaie commune, et ne pas revenir à des monnaies purement nationales comme avant l'euro, sachant que ce système parvenait également à être viable ?

Personnellement, le système du "serpent monétaire" que nous avions avant me paraissait tout à fait approprié. Il permettait de réagir avec efficacité face aux fluctuations du dollar. De plus, avant l’euro, des alliances monétaires existaient déjà en Europe comme avec le franc belge et le franc luxembourgeois. On peut donc tout à fait imaginer encore ce genre d’union monétaire partielle, comme par exemple entre l’Allemagne et les Pays-Bas qui ont des approches relativement similaires de leur politique monétaire.

Je reste en tout cas favorable à une coopération monétaire à l’échelle européenne, et l’actuelle appréciation du dollar est le moment adéquat pour envisager quelque chose de concret. Et surtout, il faut arrêter avec l’idée que les économies européennes doivent être similaires, cela n’a pas de sens. Elles doivent surtout être complémentaires.

La BCE vient de réviser ses prévisions de croissance à la hausse, à 1,5%, suite à la mise en place du quantitative easing. L'euro n'est-il pas enfin en train d'avoir des résultats et de se pérenniser ? Pourquoi malgré ces résultats pensez-vous que ses jours soient comptés ? 

A partir du moment où le dollar s’apprécie, cela joue positivement sur l’économie européenne et la croissance repart. Cela ne veut pas dire que les autorités monétaires européennes y sont pour quelque chose. De plus, depuis une quinzaine d’années, l’Europe a connu une paupérisation massive de son tissu industriel. Alors bien sûr, les activités économiques qui ont survécu à cette période profitent de la tendance actuelle, mais il en faudra plus pour reconstruire ce que nous avons perdu. Cela prendra des années et nous en sommes loin.

La Banque fédérale américaine arrive également à relancer, pour l'instant durablement, la croissance et l'emploi. Faut-il élargir le mandat de la Banque centrale européenne, lui donner une action plus large ?

Il faut sans doute conserver la BCE mais il faut absolument repenser notre modèle pour aller vers un système où les monnaies peuvent s’adapter plus librement. Vous ne pouvez pas récupérer en deux ou trois ans de politique volontariste une situation qui s’est dégradée pendant quinze ans ! Quant à la question des missions de la banque centrale, je constate que la BCE a de plus en plus tendance à effectuer des actions qui ne sont pas dans son mandat originel, comme le rachat d’obligations par exemple ! La tendance est à l’ouverture et à une plus grande flexibilité. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 06/03/2015 - 08:31 - Signaler un abus Si l'euro devait s'effacer au profit de monnaies adaptées

    Il se passera ce qui se passe actuellement en grece, l'exode des euros actuels aux profits des zones à forte croissance, Allemagne, GB où NL par ex. Les citoyens ne sont pas stupides ils voudront conserver le pouvoir d'achat que leur procure l'€. Chaque état qui serait tenté par une telle politique monétaire se verra ainsi vidé de ses possibilités d'investir. La pauvreté serait ainsi assuré au profit de pays deja prospères.

  • Par vangog - 06/03/2015 - 09:49 - Signaler un abus Après quinze années d'erreurs monétaires...

    le retour au serpent monétaire devra passer par un nécessaire contrôle des changes. L'institut Pomone a raison et s'est enfin rallié aux thèses du Front National. Politique migratoire, politique monétaire, politique anti-islamiste...nous avions raison avant tout le monde! Politique budgétaire aussi, car les journaleux n'osent pas répondre ( dans C-dans-l'air, ce mercredi, gros trou-d'air des journaleux après une question d'un téléspectateur sur les impôts du FN...), nous préconisons une stabilisation des impôts locaux, avant une baisse drastique de ces impôts locaux, sur la base d'une cure d'amaigrissement du mille-feuille empilé par l'UMPS. Là aussi, la politique du Front National sera nécessaire, car la politique UMPS qui consiste à toujours augmenter les impôts a atteint le seuil de l'insupportable: les UMPS ne savent pas faire autrement que d'accentuer la pression fiscale par des opérations compliquees ( et coûteuses) de vases communicants...

  • Par Anguerrand - 06/03/2015 - 10:17 - Signaler un abus Vangog et MLPS ont toutes les solutions

    C'est formidable, nous ne lisons pas les mêmes choses dans le programme FN. Quand le FN aura mis le Smic a 2.000€, la retraite à 60 ans, recruté des milliers de fonctionnaires et sera revenu au franc monnaie de singe donc augmenté considérablement la dette, tout ira mieux en France!.... Bien sur tous les francais sensés auront auparavent virés leurs économies dans des pays prospères avant la devaluation du franc, la France se retrouvera exangue, et il y aura le " porte parole officiel du FN Vangog" qui vous dira que tout va ( enfin) bien en France. France ruinée mais heureuse. On voit très bien comment les mensonges de Syriza portés par MLP vont finir de ruiner la grece, à moins de revenir a la politique antérieure qui commençait a porter ses fruits en grece.

  • Par vangog - 06/03/2015 - 11:11 - Signaler un abus @Anguerrand apprenez à lire!

    "Sortie de l'euro, défense de nos frontières contre l'immigration massive et l'islamisation, état fort"...c'est clair! Non?

  • Par GP13 - 06/03/2015 - 11:35 - Signaler un abus L'euro, en tant que monnaie commune, ne disparait pas.....

    Le problème n'est pas l'euro, en lui même, mais son caractère "unique", au service d'économies très différenciées. Il n'y a pas que l' Institut Pomone pour proposer le retour de monnaies nationales, autorisées à fluctuer, par rapport à un euro monnaie commune, à l'intérieur d'un serpent monétaire dont les bornes seraient fixées par accord entre européens. Des dévaluations seraient donc possibles, non sauvages, non agressives,n’entrainant donc la ruine de personne mais permettant les ajustements nécessaires à un plus prompt rétablissement des pays en difficultés.

  • Par Anguerrand - 06/03/2015 - 11:48 - Signaler un abus A vangog

    L'illettré que je suis vous demande simplement votre avis sur la politique ECONOMIQUE du FN et de MLPS et en particulier sur les mesures que je cite et qui sont sensés sauver la France. Accessoirement sur les mensonges de Syriza que votre idole MLPS soutient pour l'appliquer chez nous. Bizarrement vous vous faites toujours discret à partir du moment ou l'on parle économie. Je ne sais pas lire, mais vous vous ne comprenez rien a l'économie, vous restez toujours sur le plan purement politique. La richesse d'un etat provient d'abord de l'economie.

  • Par Leucate - 06/03/2015 - 12:47 - Signaler un abus MDR !

    Si l'euro devait s'effacer au profit de monnaies adaptées """Il se passera ce qui se passe actuellement en grece, l'exode des euros actuels aux profits des zones à forte croissance, Allemagne, GB où NL par ex."""" Je ne vois pas très bien comment les euros papiers pourraient errer ici et là au gré de leur fantaisie puisqu'ils n'existeraient plus, pfuittt, retour aux monnaies nationales avec l'Euro ex-ECU comme monnaie commune, c'est à dire à la situation antérieure à 2002 avec le SME (le serpent monétaire) où les monnaies se dévaluent dans des proportions raisonnables. A noter également qu'avant 2002, la règle des 3% de déficit existait déjà, cela n'a rien à voir avec une politique monétaire, là il s'agit de "bonne gestion" que les Etats s'engagent à tenir. On a vu comment la France UMP et PS a tenu ces bonnes résolutions ... Pour le reste il faut réapprendre à lire. L'article parle bien de la fin de l'euro, monnaie unique, ce qui signifie en clair le retour à 2002. On a fait une erreur, on efface tout et on recommence sur des base plus saines.

  • Par brennec - 06/03/2015 - 12:58 - Signaler un abus Ces économistes rejoignent

    Ces économistes rejoignent chevènement et les économistes dits autrichiens qui préconisent la solution de la transformation de l'euro en monnaie commune depuis longtemps. On sait aussi que lors de la création de l'euro les économistes de toute obédiance ont crié au fou, sans être entendus evidemment, puisque la création de l'euro n'était pas économique mais politique les responsables s'imaginant que l'euro amènerait forcément au fédéralisme européen. Notez que les responsables de cette erreur ou leur disciples sont toujours au pouvoir.

  • Par Leucate - 06/03/2015 - 13:06 - Signaler un abus Précisions

    """"Ces économistes rejoignent chevènement et les économistes dits autrichiens qui préconisent la solution de la transformation de l'euro en monnaie commune depuis longtemps""""" La "retransformation" La monnaie commune existait depuis 1979 avec la création de l'ECU (european currency unit). L'ECU a été utilisé comme unité de compte pour les institutions européennes et les banques centrales des pays membres, ainsi que comme monnaie de placement et d'endettement sur les marchés financiers. En 1995, pour différentes raisons (quand les allemands prononçaient "ECU, dans leur langue cela donnait "vache", les français pensaient trop à l'ancienne monnaie médiévale), le nom changea et l'Ecu devint Euro.

  • Par vangog - 06/03/2015 - 13:40 - Signaler un abus @Anguerrand Encore une fois, vous vous trompez...

    Syriza est extrême-gauchiste, européiste, immigrationniste et favorable à des augmentations tous azimuths de la dépense publique. Nous, les patriotes, somme ultra-centristes, anti-UE, favorables à une sortie concertée de l'Euro, à un arrêt total des pompes aspirantes de l'immigration et un arrêt brutal de l'inflation fiscale des UMPS, qu'ls agissent dans les assemblées locales ou nationales... Tout est différent entre nous et les mélenchonistes de syriza! Marine Le Pen n'a fait que saluer la volonté du peuple grec de changer de politique, elle n'a pas fait allégeance à Syriza, qui a fait l'erreur de se conformer à l'ancienne politique européiste des socialos...PADAMALGAM SVP!

  • Par vangog - 06/03/2015 - 13:40 - Signaler un abus @Anguerrand Encore une fois, vous vous trompez...

    Syriza est extrême-gauchiste, européiste, immigrationniste et favorable à des augmentations tous azimuths de la dépense publique. Nous, les patriotes, somme ultra-centristes, anti-UE, favorables à une sortie concertée de l'Euro, à un arrêt total des pompes aspirantes de l'immigration et un arrêt brutal de l'inflation fiscale des UMPS, qu'ls agissent dans les assemblées locales ou nationales... Tout est différent entre nous et les mélenchonistes de syriza! Marine Le Pen n'a fait que saluer la volonté du peuple grec de changer de politique, elle n'a pas fait allégeance à Syriza, qui a fait l'erreur de se conformer à l'ancienne politique européiste des socialos...PADAMALGAM SVP!

  • Par Anguerrand - 06/03/2015 - 15:13 - Signaler un abus A leucate

    Les capitaux francais, petits ou gros, (encore en euros) partiraient de France au moindre risque de l'élection de MLP. De plus le passage d'une monnaie ( euro) au franc ne peut se faire en une journée. Toutes les personnes qui ont qq economies transferreront légalement ou non leur economies par ex. En francs Suisse. Ils ne sont pas totalement stupides ils ne voudront pas que l'on leur vole environ de leur pouvoir d'achat et de leurs economies en qq semaines.

  • Par Anguerrand - 06/03/2015 - 15:37 - Signaler un abus A vangog nous n'avons pas la même lecture des déclarations de ..

    MLP. Elle soutient toujours Syriza, ainsi que la CGT ( candidats, ou greves sncf). Votre conception " du patriotisme" et de votre" ultra centrisme" n'est pas vraiment convaincant. Ultra centriste ne veut rien dire, ça ressemble à de l'ultra Bayrou. Rien de tout ça dans le programme réel de MLPS et du FN.il semble que vous preniez vos rêves pour une réalité qui ferait bien rire MLP. Tous ça ressemble a un charabia tres vangogueste. MLP ratisse partout d'un extrême a l'autre, ce qu'elle cherche c'est à se faire elire comme Tsipras en Grece quitte à renier ses promesses ne serait ce que par ce qu'elles ne sont pas realisables financierement. Le risque serait donc bien pour beaucoup; je vote pour le FN car je ne crois plus aux autres partis. Perso je ne crois plus depuis longtemps aux promesses électorales de tous les candidats. 2017 est encore loin et je choisirai un(e) candidat(e) de droite, patriote, qui s'engagerait a diminuer drastiquement les dépenses de l'état, y compris du nombre de fonctionnaire, l'égalité privé- public et à favoriser les entreprises a tout prix pour l'emploi, seules les entreprises peuvent créer de la richesse. Pour l'immigration nous sommes ok.

  • Par Ganesha - 06/03/2015 - 16:27 - Signaler un abus Promesse Electorales

    Les polémiques sont nécessaires, indispensables, aux sites comme Atlantico. Elles sont leur ''pain quotidien'', le moyen d'augmenter le nombre des commentaires et, en conséquence probable, les recettes publicitaires… Pour nous commentateurs, c'est un lieu d'échange, un remède contre la solitude, et je dirais même une forme de soutien psychologique ! En lisant les échanges ci-dessus, je relève la phrase : ''Perso je ne crois plus depuis longtemps aux promesses électorales de tous les candidats''. Voilà qui est bien curieux ! Le monsieur qui a écrit cela n'arrête pas de venir clamer ici son infinie supériorité sur nous, pauvres pécheurs : lui il a lu le ''Texte Sacré'' ! La Bible ou le Coran ? Non, le programme du Front National ! Et avec l'aide probable de Belzébuth, il est capable de nous prédire avec une infinie précision tous les malheurs que connaîtra l'humanité si cette ''diablesse'' arrive au pouvoir !

  • Par Ganesha - 06/03/2015 - 16:30 - Signaler un abus Prévisions d' Avenir

    Que fera réellement Marine lorsqu'elle accédera enfin au pouvoir ? Cela dépendra de l'évolution électorale de l'Europe durant cette année 2015 : pour l'instant, Alexis Tsipras est le premier ''contestataire'' élu et il est encore un peu seul, ce qui permet à mr J.M. Sylvestre, ''expert de renommée internationale'', de nous affirmer que le nouveau gouvernement grec est ''déjà fichu, qu'il a échoué'' ? N'est-ce pas un peu ''optimiste'' ou ''pessimiste'', selon les points de vue ? Et si Podemos arrive au pouvoir en Espagne ? Avec le Quantitive Easing, un immense Krach boursier semble probable. Un ''Printemps Européen'', et ''divine surprise'' ce gros benêt de Hollande, qui se révèle machiavélique, et tient sa promesse du Bourget en dissolvant l'Assemblée Nationale ???

  • Par Leucate - 06/03/2015 - 16:52 - Signaler un abus @Anguerrand- colliers de coquillage

    Je vous ai déjà dit que depuis la fin de Bretton Woods, les monnaies ne sont plus rattachées à l'or et ne sont donc, la première d'entre elles d'ailleurs, le "roi dollar", que des colliers de coquillage ou des ligatures de sapèques qui n'ont qu'une valeur spéculative, tout comme les bulbes de tulipe au XVII° siècle http://bourse.trader-finance.fr/dossier/formation-bourse/le-krach-de-la-tulipe-1ere-bulle-financiere.html Tout cela à cause des américains qui ont fait marcher la planche à billets pour financer leur guerre du Vietnam, la course à l'espace, leurs interventions extérieures et leur déficit en général. Les monnaies ne valent donc que par rapport à l'idée que l'on se fait de l'économie de chaque pays Si la France quitte l'Euro, celui-ci n'existe tout simplement plus, il ne restera que le DM et le FF. La France et l'Allemagne sont les deux pays sans lequel l'Euro ne peut exister. Donc je vous imagine quitter la France pour la Suisse avec des valises bourrées d'euros qui ne vaudront que leur poids de papier. Et cela, les banquiers suisses ou luxembourgeois le savent, sans la France, vos euros vous pourrez vous en servir pour tapisser votre salle de bain.

  • Par Anguerrand - 06/03/2015 - 21:40 - Signaler un abus Leucate vous oubliez

    Que les francais ne veulent pas quitter l'euro, la Grece, voire la France peuvent bien quitter l'euro, vous partez du principe que les 15 autres pays y compris ceux qui veulent y rentrer n'ont eux AUCUNES raisons de l'abandonner leur économie fonctionne très bien avec l'€. Si MLP, 1 mois avant la présidentielle se trouve en tete des sondages, des milliards d'euros vont quitter la France. Et contrairement à ce que vous dites, ce sont bien des euros que vous aurez encore en poche. Ceux qui ont qq economies seraient stupides de ne pas changer alors leurs euros en monnaies solides afin de préserver leur économie surtout s'ils connaissent le programme economique ruineux de MLP. Regardez ce qui se passe en Grece ou des centaines de milliards ont quitter la Grece pour des pays ayant une politique raisonnable et ce bien avant l'arrivée de Syriza. MLP ayant la meme politique...

  • Par Anouman - 06/03/2015 - 22:16 - Signaler un abus L'euro

    L'euro n'était pas forcément une mauvaise idée, mais avec un traité de base intelligent, pas Maastricht. Et pas en augmentant aussi rapidement le nombre de pays concernés. Enfin Maastricht a fait ce qu'il était censé faire: faire baisser le niveau de vie et l'augmenter un peu dans les pays moins développés. Et comme en France on ne voulait pas trop baisser le niveau de vie on a augmenté les dépenses publiques et la dette. Moralité le niveau de vie a baissé, le chômage a augmenté et les dépenses publiques et la dette explosé. Une grande réussite, pas de doute.

  • Par Leucate - 06/03/2015 - 23:30 - Signaler un abus @ Anguerrand - Euroland = France + Allemagne

    Ce sont les deux grands pays de la zone euro. Si l'un des deux part, l'euro disparait immédiatement. C'est aussi simple que cela. Maintenant, si des petits pays européens veulent conserver un euro-machin-truc-chose, c'est leur problème mais ce ne sera plus un euro, ils l'appelleront comme ils voudront. Ce qui signifie que les gens qui partiront comme vous avec leurs valises d'euros se retrouveront avec du papier hygiénique comme viatique. Parce que les banques, sachant que l'euro va tomber incessamment sous peu, refuseront de les prendre. S'il vous en reste le temps, il faudra bien alors revenir en France avec vos valises pour avoir une chance que la BdF les échange contre des Nouveaux Francs. Le cas des gens qui sont partis de Grèce avec leur fric, ça ne pouvait marcher que parce que l'Euroland tenait. Avec le départ de la France, l'euroland est immédiatement KAPUT. Qui va prendre des euros sachant que cette monnaie va disparaître ? sauf les banques centrales pour les échanger contre une nouvelle monnaie. Le seul embêtement, c'est que l'Allemagne a déjà fait imprimer ses DM de remplacement, alors qu'il semble bien que nous n'ayons pas encore pensé à le faire pour nos francs.

  • Par Anguerrand - 07/03/2015 - 07:00 - Signaler un abus Leucate

    Bien des choses sont contestables dans vos affirmations. Beaucoup de pays vivent tres bien avec l'euro, et c'est bien l'incurie des 3 grands partis, FN compris ( le FN a une politique dépensière). Pour moi je n'ai aucune envie de quitter la France pays que j'aime trop surtout quand je voyage . Quant à dire que l'Allemagne a deja imprimé des DM c'est faux. Pour l'Allemagne revenir au DM cela reviendrait à tuer son industrie car son DM s'envolerait et ses usines ne seraient plus compétitives. Merkel le sait c'est bien pour ça qu'elle a mis des centaines de milliards d'€ sur la table pour défendre l'€ .Sur le fond je ne crois pas que MLP puisse avoir une majorité absolue au Parlement et que contrairement à ce qu'elle affirme il faudra bien qu'elle passe un contrat de gouvernement avec un des partis qu'elle conchie actuellement, donc un compromis sera nécessaire sur ses idees les plus radicales. N'oubliez pas pas qu'en Europe 70% des " exportations" n'en sont pas vraiment car elles se font en zone euro. Le problème, vous les FN vous ne raisonnez que " politique" quand la grande question est economique. Pour distribuer des richesses il faut d'abord en creer ou emprunter....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Pierre Gérard

Jean-Pierre Gérard est un Chef d’entreprises.

Ancien membre du Conseil de la Politique Monétaire, il est Président du club des N°1 mondiaux français à l'exportation.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€