Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 27 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ces économistes français et allemands qui mettent les pieds dans le plat des tabous européens (avec la bénédiction de leurs gouvernements respectifs ?)

Le rapport sur les réformes de la zone euro a été publié le même jour que la nomination de Philippe Martin à la tête du Conseil d'Analyse économique. Entre un objectif de réduction des risques financiers en zone euro et partage des risques, ce rapport peut être qualifié d'audacieux mais sera bien plus difficile à faire accepter à Paris qu'à Berlin.

EN-FIN !

Publié le
Ces économistes français et allemands qui mettent les pieds dans le plat des tabous européens (avec la bénédiction de leurs gouvernements respectifs ?)

Atlantico :  Alors que l'économiste Philippe Martin, proche d'Emmanuel Macron, vient d'être nommé à la tête du Conseil d'Analyse économique, un vent de nominations économiques souffle sur la macronie, et ce, le jour même où Philippe Martin cosignait une proposition de réformes ayant pour objectif de réformer la zone euro. Comment peuvent être interprété ces nominations, notamment dans un moment d'incertitude sur la suite à donner au discours de la Sorbonne sur le projet européen du président français ?

Frederik Ducrozet : Le rapport sur les réformes de la zone euro était dans les tuyaux depuis plusieurs mois, c’est une coïncidence qu’il soit publié le jour de la nomination de Philippe Martin au CAE. Mais ce qui rend toutes ces annonces plus intéressantes encore, c’est l’interaction entre les agendas politiques nationaux et européens , y compris les nominations du gouvernement Macron, les négociations en cours pour former un gouvernement de coalition en Allemagne, et le jeu de chaises musicales lié aux postes à pourvoir au sein de plusieurs institutions européennes dont la Banque Centrale Européenne dans les mois à venir.

Dans ce contexte, le gouvernement français donne effectivement l’impression de vouloir mettre un maximum de pression sur l’Allemagne à plusieurs niveaux, au moment où le curseur bouge outre-Rhin. Une fenêtre d’opportunité pourrait s’ouvrir pour aborder tous les sujets de l’intégration européenne sans tabou. Le président français l’a compris depuis longtemps, et il semble naturel de pousser ses idées, et pour cela des hommes et des femmes de confiance aux postes-clés qui influenceront les décisions de demain.

Côté institutions, sans rien enlever au mérite de Sylvie Goulard qui a été nommée seconde sous-gouverneure de la Banque de France, d’aucuns y verront le parachutage d’une ancienne ministre à un poste qui pourrait à terme lui offrir un tremplin vers un poste plus important au directoire de la BCE ou à la Commission européenne, d’autant qu’il semble acquis que la vice-présidence de la BCE ira à un espagnol et que l’Allemagne revendiquera la présidence après le départ de Mario Draghi en octobre 2019.

Si les propositions faites par les co-auteurs de Philippe Martin sont essentiellement techniques, en quoi celles-ci peuvent elles "consolider" la zone euro ? Quelles en sont les failles ?

Les propositions du rapport sont certes très techniques, et ce document de 24 pages seulement est particulièrement dense. Il en existe une version résumée beaucoup plus accessible ici. Mais de mon point de vue, son principal objectif est d’ordre politique. Il s’agissait de mettre autour de la table des économistes français et allemands d’horizons divers, avec des points de vue souvent différents, parfois complétement opposés sur ces questions essentielles, et de parvenir à un compromis acceptable pour les deux parties. De ce point de vue, c’est un succès incontestable, même si je suis d’accord avec Martin Sandbu du Financial Times pour dire que le rapport sera plus difficile à « vendre » à Paris qu’à Berlin.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Frederik Ducrozet

Frederik Ducrozet est économiste senior chez Pictet Wealth Management, en charge de l'Europe, depuis septembre 2015. Auparavant, il était économiste chez Credit Agricole CIB entre 2005 et 2015. Spécialiste de l'économie européenne, et de la politique monétaire de la BCE en particulier, ses travaux portent notamment sur le cycle du crédit, les politiques monétaires non-conventionnelles et leurs conséquences pour les marchés financiers.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€