Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ces deux combats dont la droite républicaine rechigne à s’emparer de front alors qu’ils pourraient la sauver

Il se dit à juste titre que notre pays préfère les concepts à la réalité, à la différence de nos voisins Allemands ou Anglais beaucoup plus pragmatiques de réputation. Mais que l’idéologie aveugle à ce point notre classe politique et l’empêche de considérer les difficultés pourtant graves qui affectent notre économie est tout simplement dramatique.

Droite

Publié le

hélas loin de réformer notre économie qui est absente des marchés en forte croissance (nouvelles technologies, électronique grand public) ou rentables (machines outils, équipements, véhicules haut de gamme), les gouvernements successifs s’adonnent au keynésianisme. Or, loin de créer des richesses, emplois aidés, recrutements de fonctionnaires et subventions ne font que masquer, de façon tout aussi provisoire que coûteuse pour la collectivité, notre échec dans la compétition économique mondiale ! En cas de crise de la demande, le keynésianisme permet de lisser les difficultés en attendant le retour de la consommation.

Mais la France souffre d’une grave crise de compétitivité, ce qui n’a bien évidemment rien à voir.

à ce jour, l’hexagone représente 1% de la population, 3% de l’industrie mais 15% des transferts sociaux de la planète ! Cette situation est intenable. La dette, qui s’accumule à force d’emplois subventionnés et d’une fonction publique pléthorique, représente un an de PIB. Selon de nombreux économistes, le moindre choc pesant sur les taux d’intérêts nous mettrait dans une situation identique à celle de l’Espagne il y a quelques années… L’économie française est en voie d’asphyxie, du fait d’une emprise écrasante et ruineuse de l’état via des prélèvements obligatoires en constante augmentation (y compris en 2017 selon l’INSEE).

Une identité nationale qui se déchire de l’intérieur

A côté de ce désastre économique et social qui se concrétise lentement mais sûrement, la France souffre d’un autre mal, certes moins douloureux, mais dont les conséquences peuvent devenir tout aussi délétères à long terme. Deux courants d’idées s’affrontent en effet autour de l’identité nationale, autour des valeurs sociétales et autour des racines judéo-chrétiennes de notre pays : le progressisme et le conservatisme.

Les progressistes se recrutent principalement à gauche. Ils ont comme caractéristiques d’être résolument en faveur :

de la suppression des signes religieux (crucifix, crèches, sapins de Noël) dans le cadre d’une politique de laïcisation active de la société française, comme si des minorités religieuses ou ethniques étaient véritablement menacées sur notre territoire. Cette pulsion laïciste est d’autant plus mal vécue qu’elle ne correspond en aucune façon à un souhait de la population. Par exemple, selon l’Ifop, 71% des Français, dont 60% des non croyants ! sont « plutôt favorables » à la présence de crèches de Noël dans les administrations et les bâtiments publics (Ifop, Ouest-France 12/14). Un sujet tout aussi fondamental que celui des croyances et des valeurs risque bien évidemment de se retourner contre ses instigateurs, avec comme conséquence prévisible la radicalisation des tenants de la tradition chrétienne. L’historien des religions Philippe Portier déclarait récemment : « on ne parlait presque plus des racines chrétiennes depuis les années 60. Une série de sondages montre le retour en force de cette thématique » (Libération 28/07/16) . Facebook confirme à longueur de forums combien certains Français, même athées, se sentent agressés dans le fondement même de leur culture.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par GP13 - 12/07/2018 - 11:30 - Signaler un abus Une question de logiciel.......

    La droite s'est perdue de n'avoir eu pour logiciel que celui de "prendre des places". Avec pour conséquence, la culture du rassemblement de la carpe et du lapin. Mais cela ne fonctionne plus et encore moins depuis que Nicolas Sarkozy s'est fait élire sur une promesse de rupture. Si cette rupture n'a pas eu lieu, elle reste un objectif toujours très présent. La droite devrait choisir le logiciel d'un projet pour la France, chemin ardu parce que nécessitant de cesser d'utiliser la langue de bois, et donc quand on veut défendre nos"valeurs", il faut, désormais leur donner un nom, et aussi parce qu'il faudra savoir se séparer de ceux qui ne sont pas d'accord......

  • Par Alix007 - 12/07/2018 - 13:09 - Signaler un abus illustrations pour vos deux traitements nécessaires

    - Je me rends au Greffe du Tribunal de commerce de Paris suite à un parcours ubuesque digne d'un pays qui ne voudrait surtout pas que ses citoyens lancent leur activité, - En arrivant, je suis accueillie par les deux hommes de la sécurité, celui qui surveille sur son écran le passage de mon sac sur le tapis et celui qui vérifie que je passe sous le portique. Pendant tout le temps de mon passage, et alors que j'ai dit poliment "Bonjour Messieurs", ils se sont parlés en arabe et continuaient encore en me regardant m'éloigner. Au Greffe du Tribunal de commerce ... Dois-je trouver ça normal ?

  • Par Anouman - 12/07/2018 - 20:59 - Signaler un abus Droite républicaine

    Si par là on entend le parti LR il vaudrait mieux dire les droites républicaines, et vous auriez un début de réponse à votre question. Cela dit le terme est inadapté car un parti légal est à priori républicain, c'est donc tout l'échiquier politique qui est républicain.

  • Par gilbert perrin - 13/07/2018 - 07:43 - Signaler un abus si vous voulez jouer sur les mots : parlementaires faites le...

    Selon votre volonté, les mots "races", "sexes" etc... vont donc disparaitre de notre "dictionnaire, si vous ne voulez plus les entendre ??? Vraiment, je me demande à qui vous servez;.. POUR MOI, vous êtes les "perroquets" du président qui vous mêne tous par le bout du nez... complêtement soumis à sa dictature et, vous votez avec vos pieds… Les races existent, les différences de sexes existent, il n'y a que vous à penser le contraire. MAIS, vous, en tant que controleur de l'exécutif, il vous appartient d'être pédagogues et garants de la bonne exécution de nos valeurs … ET LA, j'ai beaucoup à dire dans tous les domaines, vous êtes tous système et protégez vos acquits, vos privilèges etc... Vous n'hésitez pas à mettre les citoyens à se battre pour maintenir votre toute puissance, sans controle : vous êtes juges et partis et vous appelez cela "république et démocratie ?" DES MOTS peut être aussi à supprimer de notre dictionnaire français … Gilbert Perrin travaillez donc avec le peuple et vous comprendre ?????

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Claude Robert

Claude Robert est consultant international en organisation d’entreprise et auteur du blog http://www.eradiquons.fr,
Read more at http://www.atlantico.fr/fiche/claude-robert-3114992#aq4Ip5Lj219IkIss.99

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€