Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ces clichés qu’on nous ressort tous les 4 ans sur les Américains, la politique et leurs élections

Tour d'horizon des idées reçues que les Français conservent d'années en années sur l'élection présidentielle américaine.

Excuse my French...

Publié le
Ces clichés qu’on nous ressort tous les 4 ans sur les Américains, la politique et leurs élections

Les Français oublient quelque chose d’essentiel, le président a besoin d’un nombre suffisant de mandats électoraux.

Ce ne sont pas les voix des électeurs qui comptent mais bien les mandats électoraux

Jacques Portes : Le président et le vice-président des États-Unis sont élus par un Collège électoral constitué des grands électeurs (electors) élus au suffrage universel dans chaque Etat. Il y a toujours une attention particulière autour des sondages de popularité mais les Français oublient quelque chose d’essentiel, le président a besoin d’un nombre suffisant de mandats électoraux. C’est une élection à deux degrés qui peut paraître archaïque mais c’est celle que les Américains ont choisie. En général, c’est le candidat le plus populaire qui gagne quand même.

Mais le cas d’Al Gore et de George W. Bush en 2000 est assez symptomatique de ce cliché qui perdure, un candidat peut avoir moins de voix et être quand même élu.

Marjorie Paillon : L’expression « les Américains votent » est fausse. Ce sont les grands électeurs qui vont décider du sort du futur 45ème président des Etats-Unis. Tous les 4 ans, les médias français font beaucoup de pédagogie à ce sujet mais cela n’a pas l’air de prendre…

 

Les personnes issues des minorités ne votent pas toutes pour le candidat démocrate

Jacques Portes : Il est vrai qu’une majorité d’entre eux vont voter cette année pour Barack Obama. Il ne faut cependant pas oublier qu’à l’intérieur de ces minorités, beaucoup de noirs américains vont voter républicain (10 à 15%). C’est également le cas pour le vote latino – environ 20% d’entre eux seront derrière la cause républicaine. Du coté des candidats aussi, les minorités sont représentées dans le camp conservateur. Je pense notamment à Herman Cain, ex candidat afro américain à la primaire républicaine et propriétaire d’une grande chaîne de pizza, qui a connu son heure de gloire au début de la campagne.


Les Américains ne voteront pas seulement pour le président

Marjorie Paillon : Les électeurs ne se déplaceront pas pour élire seulement un président. Ils vont voter également pour des postes à la Chambre des représentants, au Sénat, des postes de gouverneur et même des référendums d’initiatives populaires, sur la légalisation de la marijuana par exemple. Le 6 novembre, on votera pour énormément de choses en même temps !

 

Le sort du président américain dépend énormément du Congrès

Jacques Portes : Même si Barack Obama est réélu, s’il a contre lui un Sénat et une Chambre des représentants républicains (ce qui reste peu probable dans l’état actuel des choses car le Sénat devrait rester démocrate), il serait alors un président totalement impuissant. Cela est d’ailleurs un petit peu le cas depuis 2010, le Congrès en majorité républicain a donné du fil à retordre au président Obama. Le président n’a aucun moyen d’action sur le Congrès.

Marjorie Paillon : Il est quasiment certain que les républicains vont garder la majorité à la Chambre des représentants mais il est peu probable qu’ils obtiennent la majorité au Sénat. Si Barack Obama est réélu, on sera toujours dans un scénario de blocage du côté de la Chambre et si Mitt Romney devient président le blocage se fera au Sénat. Le vrai enjeu, au-delà de ce 6 novembre, ce sont les midterms (élections de mi-mandat) de 2014. Comment le 45ème président des Etats-Unis va réussir à mener de front les réformes qu’il promet jusqu’en 2014 ? Quel que soit la perspective et l’issue de cette élection, nous allons vivre deux années très compliquées à Washington…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par carredas - 06/11/2012 - 08:51 - Signaler un abus Snobisme médiatique à la française...

    " Certes il ( Mitt Romney ) a fait des gaffes durant la campagne mais de là à le caricaturer comme un imbécile notoire, je ne franchirai pas ce pas. Il y a ici une certaine forme de snobisme à la française. " Vraiment Madame Paillon... Vous ne direz pas que M.Romney est un imbécile notoire, vous ne franchirez pas ce pas ? Le candidat républicain n'est pas FORCEMENT l'idiot du village, mais parfois un peu quand même...? Quel snobisme puant derrière ce qui semble être une condamnation du snobisme à la française...

  • Par Mani - 06/11/2012 - 09:18 - Signaler un abus "L’expression « les

    "L’expression « les Américains votent » est fausse." Ah ben merde alors. Il faudra expliquer ça à ces millions de crétins qui vont se déplacer aux urnes aujourd'hui alors qu'ils ne votent pas.

  • Par Mani - 06/11/2012 - 09:22 - Signaler un abus En revanche...

    ... je suis entièrement d'accord sur cette manière imbécile qu'on a en France de plaquer notre propre clivage gauche-droite sur le jeu politique américain, et je l'ai déjà écrit plusieurs fois ici. Il est évident que les Démocrates sont non seulement "proches" de l'UMP, mais à droite de cette dernière. Quant aux Républicains, ils ont beau être inclassables, ils développent un grand nombre d'idées que notre FN si décrié hésiterait fortement à prendre à son compte. . Mais tout ça n'empêche pas nos hommes politiques, en particulier au PS, de faire comme si les Démocrates avaient les mêmes ambitions politiques que le PS...

  • Par Vinas Veritas - 06/11/2012 - 09:28 - Signaler un abus @ Mani

    "L’expression « les Américains votent » est fausse." please read the text full! eh oui les américains ne votent pas pour élire leur président. donc relire tout le texte sur le mode électoral µUS et intégrer aussi que chaque état indépendant dans une Union cesser aussi de voir les USA comme la France (ou l'Italie...) mais les regarder comme l'UE

  • Par Ravidelacreche - 06/11/2012 - 09:39 - Signaler un abus C’est une élection à deux degrés qui peut paraître archaïque

    Pile poil comme l’élection de notre dame de Paris :o)))

  • Par Salvatore Migondis - 06/11/2012 - 11:44 - Signaler un abus Hors-sujet..

    Cette manie de tout vouloir ramener aux éternels clivages droite-gauche spécifiques au village gaulois..! La "gauche américaine" se limite à une poignée d'intellectuels cosmopolites style Noam Chomsky auxquels on ajoutera pour faire bon poids les adhérents-sympathisants d'une demi-douzaine de micro-partis qui ne représentent qu'eux mêmes.. Le parti communiste US par exemple ne compte guère qu'un millier d'adhérents dont la moitié sont probablement des indics du FBI, vestiges de la guerre froide. Pour la quasi-totalité des Américains.. socialiste, communiste, marxiste, léniniste, trotskyste (et tout autre machin qui finit en -iste) sont des noms d'oiseaux.. Des termes obscurs qui en clair veulent dire "ennemi de l'Amérique."

  • Par kettle - 06/11/2012 - 11:47 - Signaler un abus Les USA dans les media francais

    Democrats = gentils Republicans = Mechants

  • Par kettle - 06/11/2012 - 11:53 - Signaler un abus Ross Perot

    Ce type etait excellent. RDV raté. http://thecontenders.c-span.org/Contender/15/Ross-Perot.aspx

  • Par CN13 - 06/11/2012 - 13:32 - Signaler un abus Je ne vois pas en quoi...

    çà peut intéresser les français de voter virtuellement en masse un président pour les américains, étant donné qu'ils ne sont pas capables d'élire eux-mêmes leur président (vous savez, le flamby, le mou, le flou, le menteur, le manipulateur, le joueur à cache-cache sur ses incompétences, etc.).

  • Par ciceron - 06/11/2012 - 15:09 - Signaler un abus @Marjorie Paillon

    Bravo pour vos avis vraiment très objectifs. C'est rare. Je retiendrais 3 choses : -Barack Obama protègera les intérêts américains avant toute chose. -En réalité, le parti démocrate est plus proche de l’UMP qu’autre chose. -Le cliché est de croire que cet « argent sale » n’existe que du côté républicain. Merci pour ces précisions. Incroyable de voir le nombre de Veaux s'extasier sur Obama...

  • Par géodith - 06/11/2012 - 17:38 - Signaler un abus @ kettle, l'effet média

    en France Gauche : gentils, évolués Droite : méchants, ringards, extreme droite : très très méchants, racistes, fascistes

  • Par mantiev - 06/11/2012 - 18:27 - Signaler un abus colored or not colored

    Je n'arrive toujours pas à comprendre pourquoi on parle d'Obama comme le 1er président noir et non pas comme le 1er président métis ?? Il est pourtant bien 50-50 puisque sa mère est blanche .Est-ce politique ou du pipeau pour le petit peuple ?

  • Par Titan75 - 06/11/2012 - 18:37 - Signaler un abus @ Mantiev

    Aux USA toute personne qui a ne serait-ce que 1% de sang noir (j'exagère mais à peine, il faut que cela se voit) est considérée comme "colored", mot d'ailleurs aujourd'hui connoté négativement car utilisé du temps de la ségrégation raciale (les toilettes publiques étaient différentes pour les "colored" et pour les "whites", dans les États du Sud en tout cas, par exemple). Mais cela dit il est vrai que certains Noirs américains radicaux reprochent à Obama de ne pas être un vrai Noir américain, non pas parce qu'il est métis mais parce que il n'est pas un descendant d'esclaves (son père était Kenyan).

  • Par xc - 07/11/2012 - 07:52 - Signaler un abus "Tous les 4 ans, les médias français font beaucoup de pédagogie"

    A propos des deux degrés de l'élection. C'est pour cela qu'ils répètent aujourd'hui "Obama réélu". Après avoir insisté tous ces derniers temps sur le % d'Américains se disposant à voter pour Obama ou Romney.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jacques Portes et Marjorie Paillon

Jacques Portes est professeur d'histoire nord-américaine à l'Université Paris 8. Parmi ses nombreux ouvrages sur l'histoire des Etats-Unis : Le Paradoxe américain (Le Cavalier Bleu, 2011), Buffalo Bill (Fayard, 2002), De la scène à l'écran. Naissance de la culture de masse (Belin, 1997), Les Américains et la guerre du Vietnam (Complexe, 1993)

Marjorie Paillon est co-fondatrice et rédactrice en chef d'Ilovepolitics.info. Elle a couvert la course à la Maison Blanche en 2008 pour BFMTV. Elle commente aujourd'hui les questions de politique américaine pour la chaine d'info internationale France 24 et intervient lors des éditions spéciales. Elle est également co-auteur de "John McCain, le survivant" (ed. Alphée).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€