Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Catastrophe économique : comment Narendra Modi a provoqué un éffondrement de toute une partie de l'économie indienne

Narandra Modi, Premier Ministre de l'Inde a lancé une opération de démonétisation en décembre dernier. L'objectif était de lutter contre l’évasion fiscale. Le choc de cette annonce est dur pour les petites entreprises indiennes.

Démonétisation

Publié le
Catastrophe économique : comment Narendra Modi a provoqué un éffondrement de toute une partie de l'économie indienne

Atlantico : On peut constater une baisse importante de l'activité économique en Inde, faut-il incriminer la décision de "démonétisation" prise en décembre dernier ? Quel était le principe d'une telle décision ? 

Christopher Dembik : Tous les indicateurs économiques montrent que la décision de démonétisation a eu un impact sur l'activité qui était prévisible. On s'attendait à une situation économique plus désatreuse qu'elle ne l'est. Normalement, le FMI prévoyait pour le troisième trimestre, une baisse du PIB indien à 6,1% sur un an, or, les données indiennes publiées récemment par les indiquent que le PIB reste à 7% au troisième trimestre sur un an. Il y a eu un décrochage au niveau des PMI indiennes mais il n'est pas aussi accentué qu'anticipé.

C'est une bulle d'air pour l'économie indienne qui devrait s'en remettre dès 2017.

Il était tout à fait normal que la démonétisation ait un impact sur les petites entreprises, qui font le coeur de l'économie indienne. C'est un impact de court terme qui qui n'induit pas un changement de trajectoire économique. L'Inde est positivement orientée.

Le principe de cette décision était de lutter contre la corruption, lutter contre l'évasion fiscale et lutter contre l'économie souterraine. La démonétisation n'aura probablement pas un impact durable et significatif contre la corruption et l'évasion fiscale. Sur la lutte contre l'éco souterraine, qui est assez importante, relative à son PIB aura un impact positif sur un moyen long terme.

Quels sont les effets à attendre de ce choix sur le moyen long terme ? 

Sur le moyen long terme, ça ne devrait pas avoir un impact significatif, ça ne fera pas dérailler la croissance économique de l'Inde qui connait un rythme de croisière de 7 à 8% par an pendant quelques années. C'était qu'un épiphénomène du point de vue économique. Ce n'est cependant pas un effet d'annonce dans la mesure ou ou il y a eu un impact sur le troisième trimestre de 2016. Tout cela était anticipé par le gouvernement.

Les autorités ont-elles l'intention, et où, un intérêt à revenir sur une telle décision ? 

Ce serait une erreur stratégique monumentale. Ce  serait surtout un risque politique pour le gouvernement parce que cela sonnerait comme un aveu d'échec. Il n'y a pas de raisons d'y revenir. La mesure était tout à fait sensée. Elle a vocation à ne pas mettre mis en cause. Pour l'économie régionale, il n'y aura pas d'effets négatifs. Les chiffres du troisième trimestre le prouvent.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Aldel - 04/03/2017 - 16:57 - Signaler un abus un PIB en % ??

    L'article donne par 2 fois un PIB en %, ce qui n'a aucun sens. Il doit s'agir de % d'un montant quelconque ou, plus probablemen , de % de variation (et dans quel sens ?). Merci de corriger la rédaction pour être compréhensible.

  • Par cereusnobilis - 04/03/2017 - 18:18 - Signaler un abus orthographe

    Pouvez-vous au moins corriger l'accent malencontreux de "éffondrement" ? Merci.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christopher Dembik

Avec une double formation française et polonaise, Christopher Dembik est diplômé de Sciences-Po Paris et de l’Institut d’Economie de l’Académie des Sciences polonaise. Il a vécu cinq ans à l’étranger, en Pologne et en Israël, où il a travaillé pour la Mission Economique de l’Ambassade de France et pour une start-up financière. Il est responsable de la recherche économique pour le Groupe Saxo Bank. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€