Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 26 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Cartes bancaires : les paiements en ligne et sans contact multiplient les fraudes (mais vous pouvez vous abonner à Atlantico par chèque)

Le développement du commerce en ligne s'accompagne d'une recrudescence de fraudes à la carte bancaire, surtout en période de fêtes de fin d'année. Les acteurs du marché pourraient lutter contre ce phénomène, mais s'en donner les moyens coûterait encore plus cher que la fraude elle-même...

Traîtresse technologie

Publié le - Mis à jour le 19 Décembre 2014
Cartes bancaires : les paiements en ligne et sans contact multiplient les fraudes (mais vous pouvez vous abonner à Atlantico par chèque)

Lutter contre la fraude à la carte bancaire coûterait plus cher que la fraude. Crédit Reuters

Pour vous abonner par chèque à Atlantico, cliquez ici !

Atlantico : Malgré des sécurités toujours plus importantes, malgré les mises en garde, les fraudes à la carte bancaires continuent leur expansion, représentant en France 470 millions d'euros pour l'année 2013 (contre 450 millions en 2012). Pourquoi n'arrive-t-on pas en à enrayer quantitativement le phénomène ? 

Romain Pichard : Il convient de noter que cette augmentation de la fraude est étroitement liée à l'utilisation de plus en plus importante de ce moyen de paiement.
En effet, plus une carte bancaire est utilisée par son détenteur plus elle est susceptible d'être soumise à une attaque par une personne malveillante. N'en désuisons pas pour autant qu'il ne faut pas l'utiliser, et ne dramatisons pas la situation.

De plus, les moyens pour renforcer cette sécurité coûteraient une somme importante pour les banques.

Enfin, des nouveaux moyens de sécurité comme le 3D Secure sont intéressants pour lutter contre la fraude sur internet. Néanmoins, cela rajoute une étape en plus pour l'acheteur au moment de la réalisation de son achat (tunnel d'achat) sur un site e-commerce, ce qui complexifie légèrement la conversion vers l'achat. Par conséquent, une étude récente montre que des sites e-commerce préfèrent ne pas adopter cette nouvelle technologie et continuer d'assumer une part de fraude lors des paiements.

Néanmoins, il convient de souligner que la France reste un des pays où la sécurité sur les cartes bancaires est la plus élevée.

Lire également : Distributeur de billet piégé : comment se protéger de la fraude à la carte bancaire

Quels sont les nouvelles techniques utilisées par les fraudeurs, et les nouvelles tendances sur la nature de leurs activités ?

Il existe la mise en place de ce qu'on appelle un skimmer sur le DAB (Distributeur Automatique de Billets) / GAB (Guichet Automatique de Banque). Cette technique n'est pas forcément nouvelle.

Mais aussi, la récupération d'informations via le sans contact (dans le métro par exemple). Pour éviter cela un portefeuille dit anti-skimming suffit pour s'en prémunir. Ici, les autorités de paiement (MasterCard / Visa / etc) produisent des guides de paramétrage des cartes et conseillent de ne pas indiquer le nom du porteur sur la partie sans contact.

Il y a les e-SPAM via les mails : mon ressenti est que nous recevons de plus en plus d'e-mails de grandes sociétés (La Poste, La banque Postale, EDF, assurances...) qui sont déguisés pour faire croire aux internautes qu'ils proviennent bien des ces sociétés. Généralement ces e-mail redirigent les utilisateurs vers un formulaire où il est demandé de saisir ses coordonnées bancaires.

Le manque de vigilance des gens est dû à leur manque de "formation". Une petite aide : ces e-mails sont généralement rédigés avec des fautes d'orthographe.

Conseil : Ces informations ne vous serons jamais demandées par e-mail, et dans le doute, ne pas hésiter à appeler la société concernée pour se rassurer.

Les paiements ayant de plus en plus tendance à se dématérialiser, quelles sont les nouvelles menaces qui vont apparaître prochainement ?

L'apparition du paiement sans contact (par carte bancaire sans contact ou par smartphone) soulève une inquiétude forte auprès des usagers.

En effet, si le propriétaire d'une carte bancaire sans contact perd sa carte, il est alors très facile de procéder à des paiements pour la personne ayant trouvée la carte bancaire.

Cette inquiétude est souvent mise en évidence par les médias (surtout en ce moment au sujet du sans contact justement), sans pour autant donner les limites et plafond de ces fraudes.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Philippine - 15/12/2014 - 07:16 - Signaler un abus Abonnement à Atlantico

    Que ceux qui veulent s'abonner à Atlantico fassent comme moi , qu'ils envoient un chèque au journal., Je ne paye jamais par carte sur Internet.

  • Par Anouman - 15/12/2014 - 23:03 - Signaler un abus Carte et internet

    Bon il existe des système de numéros uniques pour payer sur internet avec un montant limité au prix de l'achat. Si le numéro est conservé sur le site on s'en fiche puisqu'il n'est plus utilisable après la transaction. Et comme ça fonctionne quel que soit le site, il n'y a pas de gène dans l'utilisation.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Romain Pichard

Romain Pichard est ingénieur en monétique. Il est développeur d'applications logicielles et chef de projets.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€