Jeudi 17 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les candidats en campagne ?
De véritables cœurs d’artichaut...

Guy Carlier dresse un portrait impertinent de la classe politique durant la dernière campagne présidentielle, dénonçant la démagogie des promesses de certains, aussi vite reniées après l'élection. Extraits de "Journal de curées de campagne" (2/2).

Amour, gloire et beauté

Publié le 24 juin 2012
 

Je t’aime… C’est fou comme les candidats à la présidentielle nous disent qu’ils nous aiment en ce moment. Ils aiment tout le monde. Le matin ils aiment les ouvriers dans une aciérie, l’après-midi ils aiment les patrons dans une réunion de chefs d’entreprise. Ils aiment les ouvriers, les agents de maîtrise, les cadres, les petits commerçants, les caissières des grandes surfaces, les agriculteurs, les vaches des agriculteurs, les intellos, les prolos, les nantis, les jeunes et les immigrés, euh non, pas les jeunes ni les immigrés, ils ne votent pas, mais, quoi qu’il en soit, les candidats à la présidentielle sont de véritables cœurs d’artichaut.

Pourtant, vous savez bien que, la plupart du temps, lorsqu’on vous dit je t’aime, ce n’est pas d’l’amour. C’est du désir, c’est juste le besoin de séduire, c’est une envie de faire l’amour, de prendre du plaisir. Les candidats à la présidentielle nous disent Je t’aime mais nous on n’ose plus dire Je t’aime, parce qu’on s’est trop souvent fait avoir. On n’y croit plus…

Tiens, prenez Nicolas Sarkozy, il y a cinq ans, il nous avait déjà dit Je t’aime avec une telle force qu’on avait fini par le croire et qu’on avait cédé à ses avances. Eh bien, le soir même où on lui a dit « Bon ben, nous aussi, Nicolas, on t’aime », il nous trompait sans vergogne au Fouquet’s avec ses vieilles maîtresses, en plus des personnes de mauvaise vie, les habitués d’un claque qui s’appelle le CAC 40. À peine lui avait-on dit Je t’aime à Nicolas Sarkozy qu’il abandonnait le domicile conjugal pour partir en croisière sur le yacht d’une de ces personnes, pendant cinq ans, il n’a fait l’amour qu’avec elles, et le voilà, aujourd’hui, qui revient tout penaud nous dire qu’il regrette ses erreurs du passé, mais qu’il nous aime toujours.

Comme dans la chanson Ne me quitte pas de Jacques Brel, Sarkozy nous dit « Il faut oublier, tout peut s’oublier… Oublier le temps des malentendus ». Et puis il nous fait de belles phrases, il dit qu’il nous offrira « des perles de pluie, venues de pays où il ne pleut pas »… Enfin lui, il ne le dit pas comme ça, il dit « Moi je t’offrirai des jobs en CDI venus d’un pays où y’a pas d’emplois… » C’est joli, mais c’est juste des mots, les jobs en CDI, c’est comme les perles de pluie venues de pays où il ne pleut pas, ça n’existe pas. Il nous dit aussi : « Je t’inventerai des mots insensés que tu comprendras. » Bon, ça, en revanche, c’est déjà fait, quand il a balancé « Casse toi pauv’ con », c’étaient des mots insensés, mais on les a bien compris… Et, enfin, pour nous convaincre de reprendre la vie conjugale malgré le désamour, il dit qu’« il est paraît-il des terres brûlées donnant plus de blé qu’un meilleur avril… ».

François Hollande aussi nous dit qu’il nous aime. On l’a entendu cette semaine à Ajaccio forcer sa voix, comme le lui a suggéré son conseiller en communication, ben oui, parce que, par nature, Hollande n’est pas un violent, du coup les autres le traitent de mou. Alors son staff lui a dit : «François, fais-nous un discours d’homme déterminé », mais comme il n’a pas fait l’Actor’s Studio, il jouait mal, il surjouait la colère, on aurait cru qu’il avait picolé, il braillait tellement qu’on aurait cru Lara Fabian, quand elle hurle : « Je t’aime, je t’aime, comme un fou, comme un soldat, comme une star de cinéma. Je t’aime, je t’aime (…) comme un homme que je ne suis pas, tu vois, je t’aime comme ça. Oui, c’est ça, hier Hollande nous disait : Je t’aime comme une star de cinéma, comme un homme qu’il n’est pas…

Tous nous parlent d’amour, Eva Joly, L’amour est un bouquet de violettes, François Bayrou lui aussi nous chante Ne me quitte pas, il dit : «Je ne vais plus pleurer, je ne vais plus parler, je me cacherai là, à te regarder danser et sourire,  et à t’écouter chanter et puis rire ». Tiens, même Mélenchon, l’autre soir, je le regardais à la télé dans le crépuscule à la Bastille et, en voyant la foule qui agitait les drapeaux rouges du communisme et le drapeau noir de l’anarchie, on pensait encore à Jacques Brel. « Et quand vient le soir, pour qu’un ciel flamboie, le rouge et le noir, ne s’épousent-ils pas ». Écoutez Nicolas Sarkozy, il est prêt à tout pour qu’on lui dise qu’on l’aime. « Laisse-moi devenir l’ombre de ton ombre, l’ombre de ta main, l’ombre de ton chien, ne me quitte pas, ne me quitte pas ne me quitte pas, ne me quitte… ».

Mais nous, on n’y croit plus, on s’est fait tellement avoir, tiens, souvenez le grand-là, qui nous avait dit Je t’aime en 1995 en jurant de réduire la fracture sociale, et qui n’a rien foutu pendant douze ans, ça on peut dire qu’il nous a bien eus. On sait bien que leurs Je t’aime, c’est juste une envie de faire l’amour, de prendre du plaisir avec nous. Alors quand ils nous disent Je t’aime, on a envie de leur répondre comme le faisait Gainsbourg que l’amour physique est sans issue. Dorénavant lorsqu’un candidat vous dira « Je t’aime », répondez-lui « Moi non plus ».

__________________________________

Extrait de "Journal de curées de campagne", Editions du Moment (7 juin 2012)

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par alaskan18 - 24/06/2012 - 10:18 - Signaler un abus carlier , Jfk ?

    Faites gaffe atlantico vous etes sur une tres mauvaise pente !

Guy Carlier

Guy Carlier est un auteur et chroniqueur de radio et télévision.

Il a longtemps officié sur les ondes de France Inter au coté de Laurent Ruquier ou Stéphane Bern.

Il démarre aujourd'hui une carrière d'humoriste en lançant son propre one-man-show Ici et maintenant.

 

Voir la bio en entier

Fermer