Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Capitalisme, inégalités, assistanat : comment la France s’est enfermée dans le piège des discours hémiplégiques

Le débat politico-économique français semble s'enfermer progressivement dans une opposition, apparemment stérile, entre deux visions de la société.

Pris en étau

Publié le
Capitalisme, inégalités, assistanat : comment la France s’est enfermée dans le piège des discours hémiplégiques

Alantico : Dans quelle mesure peut-on faire le constat d'une économie française prise en étau entre des situations de rentes économiques effectives, au plus haut de l'échelle sociale, et des personnes qui peuvent être considérées comme "les enfants gâtés" d'un système social très protecteur ?

Philippe Crevel : La France est un pays éminemment conservateur tout en ayant un fond révolutionnaire. Le conservatisme se traduit par une volonté de maintenir ses droits acquis, ses situations de rente, ses avantages, etc.. Le fond révolutionnaire s’exprime par un goût immodéré pour l’égalitarisme. Le succès de notre voisin, la réussite est toujours suspecte. Notre pays a été longtemps marqué par le système féodal. Les nobles qui fournissaient les cadres de l’armée et du gouvernement, étaient dispensés de travail.

Le Roi à partir de Louis XIV les préférait feignants et entretenus qu’indépendants et frondeurs. Le Roi et les nobles sont tombés avec la Révolution mais pas l’esprit. La France repose sur un système administratif centralisé, pyramidal de tendance militaire. Louis XIV, Napoléon, de Gaulle ont organisé ainsi le pays. Il en résulte faible goût pour la concurrence. Les positions de rente sont nombreuses, professions réglementées, grandes entreprises nationales, etc. Les partenaires sociaux se sont construits à travers des relations de force avec l’Etat. La suppression des corps intermédiaires avec les décrets Allard / Le Chapelier en 1791  a conduit les partenaires sociaux à se construire une légitimité dans le cadre d’un rapport de force permanent avec les pouvoirs publics. Pour obtenir la paix et le cas échéant des voix pour les prochaines élections, ces derniers ont participé à la création d’un Etat providence protéiforme et très protecteur. L’économie française supporte un système administré important et doit financer un niveau élevé de dépenses sociales, plus du tiers du PIB.

Erwann Le Noan : La question est importante, car s’il y a des rentiers, en haut et en bas (voire au milieu !) de l’échelle sociale en France, c’est que cela vient de notre « modèle social » lui-même. S’en prendre à un bout ou l’autre de la société, c’est rater le sujet : notre économie et notre système social sont, dans leur ensemble, un système de rentes.

La société française est l’une des plus égalitaires des pays développés : les mécanismes de redistribution et les rigidités de l’économie font que les plus défavorisés sont, en France, moins éloignés des plus riches que dans les autres pays. En France, on a préféré que les citoyens restent contenus entre des bornes proches, plutôt que certains montent trop haut. Ce choix s’est fait au détriment de la croissance et de la mobilité sociale : certes, nous avons moins d’inégalités, mais nous avons en contrepartie une stabilité très forte de la structure sociale. En somme, les riches restent riches et les pauvres restent pauvres : les parcours de mobilité sociale ascendante ou descendante sont difficiles.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 02/11/2017 - 08:07 - Signaler un abus Intraitables

    Il y a parmi les auteurs de cet article, une ''crevure'' libérale, et un autre qui est un peu plus lucide. Ils écrivent ce texte, alors que la France s'est assoupie pour au moins six mois, afin de permettre à Macron de nous montrer de quoi il est capable. Attention ! S'il échoue, nous serons intraitables !

  • Par gilbert perrin - 02/11/2017 - 08:31 - Signaler un abus Assistanat, capitalisme, inégalités....

    je préfère rétablir cet ordre... En effet, nos difficultés ont commence par l'assistanat ... rattrapé et obligé par le capitalisme??? les 2 réunis ont créés les inégalités ... facilités par MAI 68... je crie sans cesse la necéssité d'un dégraissage important de la FONCTION PUBLIQUE et du CONTROLE DU PEUPLE pour rétablir dans ce pasy la JUSTICE et l'EGALITE entre tous les travailleurs, les fonctionnaires, les ELUS ....

  • Par Ganesha - 02/11/2017 - 09:39 - Signaler un abus Gilbert Perrin, prudence !

    L'assistanat, les postes de fonctionnaires territoriaux que l'on offre aux jeunes de banlieue pour limiter les progrès de l'islamisation, c'est ce qui permet encore, pour l'instant, aux bourgeois du 16ème de sortir leur chien et d'aller acheter le Figaro au kiosque, sans se faire égorger. A votre place, je mesurerais mes paroles !

  • Par ajm - 02/11/2017 - 15:08 - Signaler un abus Assistanat

    Les egorgeurs de banlieue ce n'est pas des emplois qui sont nécessaires mais un justice qui fasse son metier . Que je sache, il n'y a pas d'emplois bidons-fictifs dans la banlieue de NY mais pourtant les bourgeois de Park Avenue ou de Long Island peuvent sortir de chez eux sans problème. La question c'est de créer de vrais emplois dans l'economie marchande.

  • Par gilbert perrin - 02/11/2017 - 16:54 - Signaler un abus Ganesha, mais ? vous n'êtes pas à ma place, ni moi à la votre...

    ma prudence est de vous répondre que je crois avoir raison de dire ce que jepense : je HAIS les menteurs, les bonimenteurs, les enfumeurs ....

  • Par Liberte5 - 03/11/2017 - 00:11 - Signaler un abus E. Macron a commencé à réformer......

    mais il ne va pas assez loin. La France en est a un point tel qu'il faut des réformes structurelles importantes , qui s'alignent sur des pays qui nous environnent , pour que nous sortions la tête de l'eau.E. Le Noan et Ph. Crevel ont fait un article équilibré et mesuré.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Crevel

Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.

Voir la bio en entier

Erwan Le Noan

Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.

Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été rapporteur de groupes de travail économiques et collabore à plusieurs think tanks. Il enseigne le droit et la macro-économie à Sciences Po (IEP Paris).

Il écrit sur www.toujourspluslibre.com

Twitter : @erwanlenoan

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€