Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 27 Février 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Cannabis, une nouvelle épine dans le pied de Manuel Valls ?

Lancée ce week-end, une pétition, signée par 150 personnalités marseillaises, demande la légalisation du cannabis. A l'origine de cette initiative, deux députés soutenant Vincent Peillon.

Boulette

Publié le - Mis à jour le 13 Janvier 2017
Cannabis, une nouvelle épine dans le pied de Manuel Valls ?

Jusqu'à présent, le créneau était réservé à Benoît Hamon. L'ancien ministre de l’Éducation était le seul à défendre l'idée de la légalisation du cannabis. Interrogé, le 10 octobre dernier, sur France info à propos de l'attaque des 4 policiers à la Grande Borne, il expliquait : "Il faut qu'on s'attaque à la vraie gangrène, à savoir l'économie du cannabis. C'est pour ça que ma position, c'est la légalisation, pas simplement la dépénalisation d'usage. Afin que demain, nous puissions tuer ces trafics".

Aucun autre candidat pour relayer, haut et fort, cette demande forte des électeurs de gauche. Arnaud Montebourg étant discrètement contre une modification de la législation. Manuel Valls se disant, lui, farouchement opposé à toute évolution. En juillet dernier il déclarait : "On peut toujours débattre, mais [...] le débat est clos".

Aucun candidat pour se glisser dans la brèche jusqu'au... 2 janvier dernier . Date à laquelle Vincent Peillon, lui aussi candidat à la primaire, expliquait sur BFM : "Je ne suis pas favorable à la légalisation", mais c'est un "débat qui mérite d'être ouvert". Mais pourquoi donc l'ouvrir si l'ancien ministre de Éducation se dit à priori défavorable ? Sans doute parce que ce débat à un intérêt politique beaucoup plus terre à terre en mettant mal à l'aise le favori des sondages et adversaire désigner de Vincent Peilllon, c’est à dire Manuel Valls.

En effet, s'il se dit farouchement opposé à toute légalisation, Manuel Valls sait que sa position, si elle est partagée par une majorité de français, ne le rend pas populaire chez les sympathisants de gauche. L'ancien Premier ministre aurait donc aimé resté discret, ignorer ce débat. Mais c'était sans compter la pétition, lancé hier par Patrick Mennucci et Marie Arlette Carlotti, signée par 150 personnalités marseillaises qui réclament une "légalisation contrôlée" du cannabis afin de mettre un terme aux ravages causés par le trafic dans une ville meurtrie par les règlements de compte. Or les deux députés à l'origine de l'initiative sont... deux des soutiens de Vincent Peillon dans cette primaire. La faute, peut-être, au hasard. Toujours est-il que l'initiative ne dessert qu'un seul candidat, déjà bien en baisse dans les sondages.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ikaris - 09/01/2017 - 15:58 - Signaler un abus Les petites peaux de bananes de gauche

    Si on ne parlait pas de sujets importants (le canabis est sans doute une des premières causes directes ou indirectes de criminalité en France) ça en serait presque amusant ce petit jeux qu'ils jouent entre eux les socialos.

  • Par Ganesha - 09/01/2017 - 16:38 - Signaler un abus Questions de Société

    Si on regarde ce qui se passe dans l'ensemble du monde occidental (civilisé), on constate que la Pologne et l'Irlande sont les pays les plus rétrogrades au sujet de l'Avortement. A-t'on songé à l'aspect économique de cette question, les médecins véreux qui s’enrichissaient, les faiseuses d'anges que l'on guillotinait ? Les questions de société nous entrainent dans des discussions sans fin. Contentons-de regarder ce que font les autres pays. La France sera probablement une des dernières a reconnaître l'échec de la Prohibition du Cannabis et de la Prostitution. Seuls les États-Unis ont été pires que nous pour l'abolition de la peine de mort. Nous ne sommes pas non plus très en avance au sujet de la légalisation totale de l'homosexualité. Quant à la Procréation pour Autrui, elle est considérée comme une pratique parfaitement normale et naturelle dans les pays d'Afrique équatoriale qui ont la notion de ''famille élargie''. Sourions un peu : la polygamie, privilège accordé aux hommes les plus riches, a été pratiquée partout, universellement, depuis les débuts des souvenirs historiques, avec, comme sur la plupart des ''sujets de société'', de légères variations dans son aspect public…

  • Par Fran6 - 09/01/2017 - 17:13 - Signaler un abus attention

    donc, il y a encore la patte de Peillon!! je l'invite à lire comment fut mis à genoux un pays face aux grandes nations européens, cela fut appelé "la guerre de l'opium I et II" qui était de détruire une grosse partie de la classe moyenne et de les soumettre et ainsi, soumettre l'ensemble du dit pays. Comme ancien ministre de l'EN, il ne peut ne pas savoir!

  • Par Flamel - 09/01/2017 - 19:03 - Signaler un abus Une évidence que personne ne veut voir

    Ces 150 personnalités ne font qu'exprimer ce que tous les politiques savent, mais refusent de dire en public par crainte de l'opinion : la prohibition du cannabis depuis des décennies est un échec total, elle alimente par milliards d'euros les trafics et la criminalité dans les banlieues, et favorise l'immigration. Il n'y a qu'une solution raisonnable à présent, la légalisation et la vente par l'Etat de cette drogue, qui n'est d'ailleurs pas une drogue "dure" comme l'est le tabac et comme peut l'être l'alcool. Cela permettra à l'Etat d'engranger des milliards et sauvera bien des buralistes... Et des jeunes de banlieue pourront même ouvrir des "coffee shops" s'ils veulent aussi continuer à exploiter "leur clientèle", au moins une partie de cet argent retournera dans les caisses de l'Etat. Une partie de cet argent devra être utilisé toutefois à la prévention chez les jeunes.

  • Par vangog - 09/01/2017 - 19:52 - Signaler un abus "il faut tuer le trafic!"

    Alcool en vente libre, tabac en vente libre, Cannabis en vente libre...et ensuite? pourquoi pas la cocaïne, qui concentrera le gros du trafic de transfert, puis la morphine, le LSD?...et toujours pour la même noble cause de l'inénarrable Peillon "il faut tuer le trafic!" ...Et donc, pour lutter contre le trafic d'armes, il faudra généraliser les ventes d'armes en vente libre, partout?... Pour lutter contre le trafic de prostituées, il faudra libéraliser la prostitution, partout?... pour tuer le trafic d'enfants, il faudra généraliser la prostitution enfantine?... Ah oui, mais la cigarette, elle, est en vente libre partout, mais elle continue à générer des trafics...ah ben, mais le génie vaporisé vincent Peillon doit avoir sa réponse toute faite, pour infirmer ce qui contrarie son dogme gauchiste ""il faut tuer le trafic!"...

  • Par Ganesha - 09/01/2017 - 21:58 - Signaler un abus Les gens de bonne foi ont compris...

    Flamel, cela fait toujours plaisir de lire au moins un commentaire raisonnable ! Ce lundi soir, le 28 minutes d'Arte était consacré au Cannabis. Info de base, en début de discussion : la France a la politique la plus répressive d'Europe mais aussi le niveau de consommation le plus élevé. Avec cette notion, les gens de bonne foi ont compris...

  • Par Deudeuche - 09/01/2017 - 22:22 - Signaler un abus Ganesha commente le pote Vangog STP!

    car il a bien raison. Il y a toujours une frontière à défendre. Si on cède sur le Cannabis if faudra demain se battre contre le trafic de Crystal Meath; Il n'est pas interdit d'interdire contrairement aux bêtises dites par mes très grands frères en mai 68. Le mouvement culturel et sociétal dextrogyre ne fait que commencer! quant aux invertis le débat n'est pas clos et nos islam de France se charge de renverser....la vapeur!

  • Par Ganesha - 09/01/2017 - 22:58 - Signaler un abus Deudeuche

    Dans ''la Philosophie dans le Boudoir'', le Marquis de Sade consacre un chapitre à l'interdiction d'interdire. Pour le meurtre, il a un peu de mal… Mais pour un acte qui ne porte préjudice qu'à soi-même, la répression paraît absurde.

  • Par ikaris - 10/01/2017 - 14:39 - Signaler un abus Bien malin qui dira ...

    l'impact d'une légalisation du cannabis sur le crime organisé ! Toutes les "chances pour la France" habituées au lucratif trafic de cannabis se faisant littéralement piquer leurs marges par une légalisation ils vont s'incrire chez Pole Emploi ? Non : ils y sont déjà ! Il vont se rabattre sur d'autres trafics ou d'autres délits.

  • Par clint - 10/01/2017 - 15:42 - Signaler un abus Si Valls était resté le même il aurait eu des voix du centre !

    Car vu le programme de Fillon, qui était pour la primaire des électeurs de la droite et s'il ne change pas, il y aurait eu des centristes de droite qui auraient voté pour lui à la primaire de la gauche : Valls c'était Macron avec l'autorité, maintenant c'est un Mélanchon/Hamond sans charisme !

  • Par ajm - 11/01/2017 - 00:15 - Signaler un abus Suicide

    Le cannabis à des effets graves et rapides sur les capacités intellectuelles (mémorisation, irrigation du cerveau...) que n' à absolument pas le tabac. Il a également des effets graves sur le plan cardio-vasculaire de sujets jeunes. Accepter le risque d'une diffusion de ce produit dans la population jeune du pays est suicidaire.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christelle Bertrand

Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande, François Bayrou ou encore Ségolène Royal.

Son dernier livre, Chronique d'une revanche annoncéeraconte de quelle manière Nicolas Sarkozy prépare son retour depuis 2012 (Editions Du Moment, 2014).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€