Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Candidature d'Hillary Clinton : on ne saurait oublier combien la présidence Clinton fut défavorable aux intérêts français

Au moment où il paraît de plus en plus vraisemblable que l'élection présidentielle américaine se jouera entre Donald Trump et Hillary Clinton, il n'est pas inutile de se rappeler ce que fut la politique du mari de celle-ci, le président Bill Clinton, à l'égard de notre pays entre 1992 et 2000.

Tout est pardonné ?

Publié le
Candidature d'Hillary Clinton : on ne saurait oublier combien la présidence Clinton fut défavorable aux intérêts français

La présidence Clinton a été sans doute la plus hostile aux intérêts français qu'il n'y ait jamais eue dans l'histoire de ce pays. Crédit REUTERS/Adrees Latif

Disons-le : la présidence Clinton a été sans doute la plus hostile aux intérêts français qu'il n'y ait jamais eue dans l'histoire de ce pays.

Deux affaires méritent d'être rappelées : celle du Rwanda qui a vu les Etats-Unis appuyer dans le courant des années 1990 avec discrétion mais efficacité l'équipée de Paul Kagamé, parti de l'Ouganda voisin pour reconquérir le pouvoir à Kigali au bénéfice de la minorité tutsi chassée du pays en 1959, contre un Gouvernement issu de la majorité hutu soutenue par la France. Les dégâts furent considérables : au moment de l'ultime offensive des rebelles, l'accident d'avion qui coûta la vie aux deux présidents hutus du Rwanda et du Burundi le 6 avril 1994, dont des proches de Kagamé eux-mêmes ont avoué qu'il en était l'instigateur, fut le déclencheur de ce qui fut présenté comme le massacre de la minorité tutsi de l'intérieur.

Ce massacre justifia après coup l'invasion, commencée plus tôt, du pays par les troupes de Kagamé. Cette invasion peut être interprétée aussi bien comme la conséquence du massacre que sa cause. Mais une fois au pouvoir, le président Kagamé envahit en 1995-1996 le Congo voisin (RDC) pour exercer des représailles terribles contre les réfugiés hutus et, de fait, mettre la main sur la province du Kivu, riche en minerais de toute sorte. Si les massacres du Rwanda avaient fait près d'un million de morts, pas tous tutsis et pas tous du fait de l'ancien Gouvernement hutu, l'invasion du Kivu est, elle, selon les chiffres de l'UNHCR  directement ou indirectement responsable de 4 millions de morts.

Si le Gouvernement Clinton n'avait pas appuyé la rébellion de Kagamé, tout cela ne serait pas arrivé. Le Gouvernement hutu de Habyarimana n'était certainement pas  tendre pour les Tutsis (pas plus que la Révolution française ne l'avait été pour l'ancienne aristocratie), mais il restait  dans le registre des dictatures africaines ordinaires, alors que ce qui est arrivé au cours de la guerre de 1994-1996 dépasse toutes les bornes de l'horreur.

L'aboutissement de cette opération a été que le Rwanda de Kagamé a quitté la francophonie pour adhérer au Commonwealth ! Son but, auquel le Gouvernement Clinton ne saurait être étranger, même si la crise avait commencé avant lui, était d'éliminer la France de la région des Grands Lacs. Cette élimination fut complète quand Jacques Chirac retira en 1996 les conseillers français de l'armée congolaise qui faisait face au Kivu à une armée rwandaise tutsi encadrée par des officiers US. Ces événements avaient, entre autres, fait dire à Mitterrand vieillissant : "La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort" (cité par Georges-Marc Benhamou, Le dernier Mitterrand).

Une guerre sans mort français évidemment, avec 5 millions de morts africains tout de même !

Affaiblir les intérêts français et en tout cas les méconnaître, c'est ce qu'on voit aussi dans la guerre de Yougoslavie et notamment dans sa phase la plus aigüe, la guerre dite du Kosovo de 1999, où les forces de l'OTAN, hors de toute légalité internationale à l'instigation des Etats-Unis et de l'Allemagne, bombardèrent pendant des semaines le territoire de la Serbie, faisant 20 000 morts, tous civils. Tout au long de ce conflit, les Etats-Unis prirent systématiquement le parti des alliés historiques de l'Allemagne : Croates, Albanais, Kosovars, Bosniaques musulmans, les mêmes qui avaient fait bon accueil à la Wehrmacht en 1941 et combattirent au contraire avec un rare acharnement les Serbes, alliés historiques de la France et de l'Angleterre et ennemis de l'Allemagne. Il est vrai que le président  Chirac s'est montré complice de cette opération qu'il aurait pu empêcher. Mitterrand, avait dit "moi vivant, la France ne fera pas la guerre à la Serbie". Margaret Thatcher ne pensait pas autrement. Dépourvu de cette conscience historique, Jacques Chirac, pour des raisons qui restent à éclaircir, n'eut pas ces scrupules.

On objectera que les entreprises de Clinton allaient dans le sens des droits de homme frappant les "méchants" ou protégeant  les "bons". Qui est encore dupe de cette rhétorique, composante de la guerre médiatique et psychologique qui accompagne désormais toutes les opérations militaires et dont les clés se trouvent outre-Atlantique ? Quand un régime est diabolisé dans l'opinion mondiale, nous ne savons pas s'il le mérite vraiment, mais nous savons à coup sûr qu'il n'est pas dans le camp des Etats-Unis !

A ce bilan peu glorieux des relations franco-américaines au temps de Clinton, on pourrait ajouter l'offensive commerciale de l'Amérique contre la Politique Agricole Commune, dans le cadre des négociations du GATT, offensive qui conduisit l'Europe, aux dépens des intérêts français, à démanteler partiellement les protections de son agriculture, à travers la réforme de la PAC (1992) et l' accord de Blair House (1993). L'agriculture française ne s'en est jamais remise.

Il est difficile de trouver d' autres présidents des Etats-Unis qui aient été aussi hostiles aux intérêts français que Bill Clinton. La France n'eut guère à se plaindre de la plupart des présidents républicains : Eisenhower, Nixon (qui ne cachait pas son admiration pour le général de Gaulle), Reagan et même Bush père et fils, aussi contestables qu'aient été les initiatives internationales de ces derniers. Pas davantage de certains démocrates comme Truman, Carter et même Obama : que la présidence de ce dernier coïncide avec une inféodation sans précédent de notre pays est à mettre au passif, moins du président américain lui-même que des dirigeants français qui acceptent cette inféodation. Kennedy ne fit rien pour faciliter la solution de la guerre d'Algérie et sabota les initiatives européennes de la France, ce dont le général de Gaulle ne lui tint pourtant pas trop grief. Il devait s'entendre beaucoup plus mal avec son successeur Johnson.

Sans doute Mme Hillary Clinton n'était-elle entre 1992 et 2000  que la Première dame d'Amérique, sans responsabilité officielle dans la politique étrangère américaine. Mais on doute qu'une personnalité de cette envergure ait pu être totalement étrangère aux événements que nous avons évoqués. Le nom de Clinton ne devrait inspirer aucune sympathie en France.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deneziere - 15/04/2016 - 09:42 - Signaler un abus Article très exagéré et très partial

    L'auteur aurait peinerait à démontrer un alignement idéologique de Hillary et Bill Clinton autre que la normale défense des intérêts américains. L'auteur feint, en plus, d'oublier les ignobles campagnes anti-françaises des néo-cons à l'époque Bush Jr. La réalité est que les américains, tous présidents confondus, prennent normalement et naturellement acte du déclin français depuis plusieurs décennies.

  • Par Alain Proviste - 15/04/2016 - 10:33 - Signaler un abus Article qui remet les pendules à l'heure

    Nos médias ont tendance à faire accroire que les républicains sont des méchants et les démocrates des gentils. Exemple : l'hystérie Obama en 2008 qui nous l'a présenté comme le bienfaiteur de l'humanité alors qu'en bon Américain il veut défendre avant tout l'intérêt de son pays. A noter que c'est bien normal et que nous serions bien inspirés d'avoir une élite loyale à son pays mais ça semble trop en demander. Plus loin dans le temps, s'il est vrai que nous ne devons pas oublier les petits gars de 20 ans venus se faire zigouiller sur les plages normandes en 44, n'oublions pas non plus le soutien militaire actif des US au Vietminh Indochinois (recyclage des Jedburghs), soutien diplomatique au FLN algérien. Les US aiment bien les pays européens comme des marchés pour leurs produits évidemment et comme de petites puissances qui ne mouftent pas, éventuellement utiles comme forces d'appoint.

  • Par Arbannais - 15/04/2016 - 11:49 - Signaler un abus Je ne connais pas un seul

    Je ne connais pas un seul président des USA qui n'ait été élu pour défendre les intérêts français. Obama, dites-vous ? N'oublions pas que c'est son administration qui a chassé les entreprises françaises d'Iran. Et de toutes façons, quel président français a fait de la défense des intérêts américains sa priorité ? La seule différence entre nous est une différence de puissance (économique, militaire, diplomatique). "La France n'a pas d'amis, elle n'a que des intérêts" (Ch de Gaulle), celui qui prétend autre chose est un doux rêveur, voire un dangereux naïf.

  • Par ikaris - 15/04/2016 - 12:58 - Signaler un abus Pertinent sauf pour Bush fils

    En effet l'Hilary (stérique) si elle arrive au pouvoir va sans doute nous infliger la même pâtée empoisonnée que son mari amateur de cigare ... et l'aplatissement idéologique des dirigeants français ne va rien aider ... par contre on ne peut pas dire que Bush junior ne nous ai pas planté des couteaux dans le dos lors de l'épisode de la guerre en Irak.

  • Par jurgio - 15/04/2016 - 14:14 - Signaler un abus Je le répète donc

    Clinton, calamité en vue.

  • Par zouk - 15/04/2016 - 15:41 - Signaler un abus H. Clinton

    Certes 2 mandats de son mari + 2 autres pour elle, cela ferait vraiment beaucoup!, surtout si elle continue la politique étrangère de Bill dont nous n'avons guère à nous louer. Mais B. Sanders, qui se proclame SOCIALISTE! nous serait-il plus favorable? C'est peu probable, il pourrait bien mener une politique populiste repliée sur elle même càd isolasionniste

  • Par clint - 15/04/2016 - 16:34 - Signaler un abus Et si on avait intérêt à l'élection de Trump !

    H. Clinton s'est une politique internationale de "moyen ex-grand pays". Sanders : on a donné avec les socialistes / socialistes et on connait les résultats chez nous ! Est ce que ce ne serait pas Trump qui permettrait aux US de rêver, et de par là même, de nous refaire rêver ?

  • Par cloette - 15/04/2016 - 17:13 - Signaler un abus Clinton

    à rejeter, mais ce n'est pas nous qui votons !

  • Par Oyentin - 15/04/2016 - 17:58 - Signaler un abus Bill?

    Ce grand coureur de stagiaires n'avait pas un Poutine dans les pattes. Hitlery, si elle est élue, devra trouver un autre façon de procéder.

  • Par Anguerrand - 16/04/2016 - 07:50 - Signaler un abus Les journalistes français voudraient voter dans tous les pays

    Mais de quoi s'occupent les journalistes, ils prennent systématiquement parti pour un candidat à l'étranger. Et si c'était l'inverse, accepterions nous que pour 2017 la presse étrangère se mêle de nos elections? Hilary est loin d'être une sainte c'est un peu la la Ségolène chez nous, c'est l'ambition qui mène ces politiques. Laissons les elections étrangères aux peuples étrangers, même si ça ne nous plaît pas.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Roland Hureaux

Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.

Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes ainsi que de L'actualité du Gaullisme, Les hauteurs béantes de l'Europe, Les nouveaux féodaux, Gnose et gnostiques des origines à nos jours.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€