Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 27 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pour 73% des Français, la première des priorités de la campagne présidentielle reste la lutte contre le chômage

SONDAGE IFOP/ATLANTICO : Quels sont les sujets qui intéressent le plus les Français à un mois de la présidentielle ?

Sondage Atlantico/IFOP

Publié le

Jérôme Fourquet (directeur adjoint du Département opinion publique à l’IFOP) : On remarque tout d’abord un tassement sur toutes les mesures. Le caractère prioritaire a baissé partout : en période électorale, tout ne peut sans doute pas être considéré comme prioritaire.

Les considérations économiques et sociales arrivent en tête, et de loin. Le chômage se place en pole position (73%) et c’est bien normal en période de crise, à une époque où le chômage a flambé ces derniers mois. Les questions économiques et sociales suivent derrière : éducation (56%), santé (55%), salaires et pouvoir d’achat (54%).

Ces chiffres sont 20 points derrière le chômage mais ne sont clairement pas à un niveau mineur.

Est-ce que la fusillade de Toulouse est de nature à changer le climat de la campagne ? Je n’en suis pas sûr. A moins qu’il y ait des développements ultérieurs, et même si cela a crée un vrai choc, nous ne pensons pas qu’un évènement comme cela puisse changer le contexte du tout au tout. On va en parler pendant quelques jours et la campagne devrait tout doucement reprendre ses droits.

On remarque également un gros changement en ce qui concerne la problématique de la dette. Entre janvier 2010 et février 2012, le chiffre est passé de 36% à 53%. Le thème était en bas de tableau en 2010 (au même niveau que les services publics et les impôts), il se retrouve parmi les préoccupations les plus fortes des Français en 2012, au niveau de la santé, de l’éducation et du pouvoir d’achat. C’est quelque chose de tout à fait spectaculaire mais qui ne concerne pas tout l’électorat.

Les questions d’immigration clandestine (36%) et de délinquance (43%) restent loin du chômage et des questions d’éducation, santé, salaires ou dette. 

La plus forte baisse est enregistrée par le thème de l’environnement (de 40% en janvier 2010 à 27% en février 2012). Il y a clairement une hiérarchisation des priorités. En période de crise économique, l’emploi et le pouvoir d’achat passent devant les enjeux environnementaux. Cela explique le fait que les écologistes aient du mal à passer la seconde vitesse dans cette campagne.



Pour les mois qui viennent, pour chacun des thèmes suivants diriez-vous qu’il est tout à fait prioritaire, important ou secondaire ?


(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

 

Pour les mois qui viennent, pour chacun des thèmes suivants diriez-vous qu’il est tout à fait prioritaire, important ou secondaire ?

 - Récapitulatif : Tout à fait prioritaire -

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir) 

[1] Étude réalisée par l’Ifop pour la Fondation pour l’Innovation Politique par questionnaire auto-administré en ligne du 20 au 22 janvier 2010 auprès d’un échantillon de 1024 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

[2] Étude réalisée par l’Ifop pour Sud Ouest Dimanche par questionnaire auto-administré en ligne du 9 au 11 août 2011 auprès d’un échantillon de 1003 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

[3] Étude réalisée par l’Ifop pour Dimanche Ouest France par questionnaire auto-administré en ligne du 14 au 17 février 2012 auprès d’un échantillon de 992 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

 

Pour les mois qui viennent, pour chacun des thèmes suivants diriez-vous qu’il est tout à fait prioritaire, important ou secondaire ?

 - Récapitulatif : Tout à fait prioritaire -

 (Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Derrière la situation globale, il existe beaucoup de disparités très profondes selon les électorats.

Pour les sympathisants de gauche, les priorités sont les suivantes : le chômage (80%), l’éducation (70%), la précarité (68%), la santé (62%), le pouvoir d’achat (60%) et la dette (47%). Le candidat Hollande répond donc typiquement aux attentes de son électorat.

Pour les sympathisants de droite, la dette arrive en première position (68%). 20 points de plus par rapport aux sympathisants de gauche et 16 points de plus par rapport à l’électorat du Front national. La dette est même devant le problème du chômage qui arrive seulement en seconde position (65%). La communication du gouvernement a fait son effet. Même s’ils en parlent moins depuis quelques semaines, on voit que cela a laissé des traces chez les sympathisants de droite. Derrière la question de la dette, il y a des problématiques autour de l’indépendance et de la compétitivité du pays qui touchent particulièrement cet électorat.

On retrouve en troisième position la délinquance (55%) et en quatrième l’immigration clandestine (51%). L’écart entre la droite et la gauche est ici de 24 points pour la délinquance et 35 points sur l’immigration. A 16 %, l’immigration est clairement un non-sujet pour l’électorat de gauche alors que c’est la quatrième préoccupation de l’électorat UMP. La moyenne sur l’immigration est donc de 36%. On pourrait croire que ce n’est pas un problème pour les électeurs en général, mais, comme le montre ces chiffres, cela dépend à qui on s’adresse. 

La question du pouvoir d’achat peut paraitre basse (35 %). On peut expliquer cela par le fait qu’un certain nombre d’électeurs pour qui cette question est importante, aujourd’hui, ne se revendiquent plus de l’UMP en disant qu’ils ont été déçus voire trahis. Les questions économiques sont donc prépondérantes à l’UMP mais ce sont des problématiques globales (déficit et compétitivité). Sociologiquement, cela montre des grandes différences. L’électorat de l’UMP comprend plus de classes moyennes supérieures et de retraités. Ils sont logiquement plus sensibles à ces questions qu’un électorat plus populaire au FN et à gauche plus porté sur les questions de pouvoir d’achat.

Pour les électeurs du Front national, la priorité des priorités reste l’immigration (78%). Cet électorat continue à être fortement structuré par cette thématique. Un cran en dessous, on retrouve une égalité entre le pouvoir d’achat (70%) et la délinquance (68 %). La thématique sociale est donc également une composante de cet électorat. Sur le salaire et le pouvoir d’achat, ils sont même plus revendicatifs que les électeurs de gauche (60 % contre 70%). Le calcul de Marine Le Pen de parler moins d’immigration et de délinquance pour laisser plus la place à des sujets économiques et sociaux était donc judicieux. Celui de Nicolas Sarkozy, qui flatte l’électorat FN sur les questions de sécurité et d’immigration, peut se révéler à double tranchant. Si son programme ne prend pas plus en charge les questions de salaires et de pouvoir d’achat, il risque de perdre de sa crédibilité sur cet électorat-là.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Harmaggedon - 23/03/2012 - 05:06 - Signaler un abus quelques travers...

    dans cette publication ! Les derniers résultats datent déjà de plus d'un mois. Toulouse est passé par là, entre temps ! La possibilité, visiblement de reponses multiples, sur les différents thèmes peut totalement fausser l'interprétation, à travers ces tableaux ! Voir que plus de 50% estiment prioritaire le relèvement des salaires et en même temps la diminution de la dette, on voit tous les travers de cette "étude"... Beaucoup de bla-bla !

  • Par brennec - 23/03/2012 - 10:37 - Signaler un abus On est mal barrés.

    73% mettent le chomage en priorité? Et bien dans ce cas les français vont être franchement déçus: le chomage n'est pas près de se résorber, compte tenu des prévisions de croissance quasi nulle pour les prochaines années. Aucun des candidats ne propose des mesures susceptibles de faire diminuer le chomage, c'est a dire de faire repartir l'activité économique. Et ce n'est pas en augmentant la dette, les impots, avec des plans de relance totalement inefficaces et des 'grands travaux' façon ateliers nationaux que cela se fera.

  • Par decheval - 23/03/2012 - 14:51 - Signaler un abus eh oui...

    Faut payer le loyer et le manger. C'est tout de même étonnant de devoir le rappeler... 5 millions de chômeurs, c'est 5 millions de personnes qui, à un moment ou à un autre, se demandent si elles vont pouvoir manger à la fin du mois, nourrir les enfants, éviter de dormir à la rue. Et vous croyez vraiment qu'une fusillade a capté l'attention de toute la France ? de la France qui a faim, de la France des mal-logés ? Mais il n'y a que les journalistes pour le croire et orchestrer une mise en scène médiatico-médiatique où ils se regardent eux-mêmes en train de se regarder.

  • Par fms - 24/03/2012 - 13:14 - Signaler un abus comme quoi la campagne bat la campagne...

    un seul mal accablé la France, le chômage de masse. Quel candidat est le plus porteur sur ce thème ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€