Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le camembert est-il condamné ?

Les géants industriels, à l'image de Lactalis, veulent que leur camembert porte le label AOP (appellation d'origine protégée) tout en utilisant du lait pasteurisé. Faut-il dire adieu au vrai camembert ?

Made in Normandy

Publié le
Le camembert est-il condamné ?

 Crédit CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Depuis 1983, la région Normandie a obtenu le statut AOC pour le "Camembert de Normandie" afin de lutter contre la perte de la tradition, avec "un processus d'évolution génétique" ou une partie du troupeau doit être obligatoirement composée de vaches normandes (depuis 2017, au moins 50%). Mais les géants industriels à l'image de Lactalis veulent aussi que leurs produits portent le label AOP (appellation d'origine protégée) tout en utilisant du lait pasteurisé. Après des années de lobbying, les producteurs industriels seront désormais autorisés à le faire à partir de 2021, après un accord conclu entre les producteurs et les transformateurs laitiers et l'organisme de défense et de gestion (ODG) de l'AOP Camembert de Normandie.

Le chauffage du lait tel qu'il est préconisé par l'accord détruit la flore aromatique et les ferments indigènes qui donnent son gout au célèbre fromage normand.

Une solution à deux niveaux est ainsi préconisée: les consommateurs avertis qui préfèreront le vrai camembert au lait cru issus de vaches normandes pourront encore s'en fournir dans les régions françaises (notamment dans la région normande originelle) et pour le reste, il faut espérer que les producteurs industriels s'alignent d'avantage sur les normes AOP. Malheureusement, l'industrie à tendance à faciliter la vente de camembert à prix très bas,  ce qui fragilise les initiatives des petits fermiers et rend leur production chère et difficile à faire perdurer.

Les géants industriels à l'image de Lactalis  ont obtenu que leurs produits portent la mention "fabriqué en Normandie" sur les boîtes. Une mention trompeuse, non conforme au droit européen et normalement réservée à l'AOP Normandie. Pourtant portée devant les tribunaux, l'ODG a été déboutée pour vice de forme.

Atlantico: L'étiquette "camembert fabriqué en Normandie" a-t-elle encore un sens?

Florence Humbert : Non elle n'a aucun sens puisque la seule contrainte est d'avoir une usine qui fabrique le camembert en Normandie. Tout le reste (l'origine de fabrication, l'origine du lait, le traitement du lait) est absolument libre au fabriquant. C'est donc une mention trompeuse puisque la plupart des consommateurs pensent que "fabriqué en Normandie" a plus de crédibilité que le terme "camembert de Normandie AOP", dans le sens où ils ne savent pas toujours ce que c'est qu'une appellation d'origine contrôlée.

Une AOP est la protection d'une provenance, d'une ère délimitée et le respect d'usages "locaux, loyaux et constants" c'est-à-dire le respect d'une tradition, d'un savoir faire, qui a une antériorité historique et qui vise à protéger ce savoir-faire. Un produit qui est fabriqué dans une région est inimitable. On ne peut pas le faire ailleurs qu'à cet endroit parce que c'est tout un ensemble géographique de races, d’espèces variétales et tout un savoir faire qui se construit peu à peu dans cette zone géographique.

Le camembert est un produit du terroir protégé par l'Institut National de l'Origine et de la Qualité. Une organisation française unique qui certifie 46 fromages et 300 vins avec la mention AOC. Les déréglementations du secteur agroalimentaire condamne-t-elle d'autres produits ? 

Ce compromis d'une AOP à deux niveaux, c'est-à-dire à un niveau qui autorise la pasteurisation du lait et une autre plus haut de gamme qui reprend l'ancien terme "véritable camembert de Normandie", risque de faire tache d'huile. En effet, la pasteurisation du lait est beaucoup plus pratique pour l'industrie donc ça peut donner des idées à d'autres appellations fromagères qui ne verraient pas pourquoi on leur refuserait quelque chose qu'on a accepté pour la Normandie, qui est quand même l'appellation fromagère emblématique. Le camembert est un mythe national, c'est pour cela que ça fait autant de remous et qu'il y a autant d'opposition et de gens qui ne sont pas d'accord. Mais ce n'est pas fini, car le cahier des charges reste à écrire. Cet accord est applicable à partir de 2021 et une commission d'enquête va être nommée. On va réécrire un cahier des charges et la bataille va être rude. Lactalis étant l'acteur dominant, il va forcément peser de tout son poids pour avoir le moins de contraintes possibles. On ne voit pas très bien comment il pourrait respecter une recette compliquée comme le camembert traditionnel qui représente tout un équilibre qui est impossible à obtenir lorsqu'on fait 400 000 camemberts par jour.

Comment les petits producteurs de camembert au lait cru peuvent-ils résister? Ce marché de niche peut-il espérer un avenir à long terme ? 

Ils sont déjà très mal en point car il ne reste plus que deux producteurs fermiers et trois ou quarts producteurs de camembert AOP au lait cru : c'est donc Lactalis et le groupe Savencia avec le Rustique et Cœur de Lion qui tiennent le marché.

En termes d'avenir à long terme, c'est difficile de le dire à l'avance. On verra ce que ça done d'ici quatre ou cinq ans. On est encore dans l'expectative et en plein dans la bataille. Il va surement se créer un marché haut de gamme de camembert au lait cru qui va plaire aux amateurs. Ça va devenir un produit de luxe et non un produit banal. Ce sera acheté par des gens qui recherchent un gout particulier, un terroir, des traditions et qui accepteront de payer un peu plus cher. Mais le système du camembert était déjà en déliquescence parce que 90% des camemberts du marché sont fabriqués à la chaine avec du lait pasteurisé et vendus en grande surface. Le mal est déjà fait. La tromperie, c'est d'étiqueter AOP un produit qui ne respecte pas les règles de base de l'appellation d'origine.

La pasteurisation, le chauffage du lait, l'élevage (quelle race de vache on choisit ? Une Holstein avec un lait très pauvre ? Une vache normande qui est l'espèce originelle de Normandie ?)... Les industriels vont devoir faire des concessions, ils devront notamment réimplanter un tiers de vaches normandes.  Maintenant, est ce que ça a un sens pour le consommateur ? Il va y avoir des pressions énormes pour affaiblir au maximum le cahier des charges.

Une dernière chose importante: le concept de l'AOP tel qu'il a été inventé au début du 20ième siècle est de protéger des systèmes d'agriculture de terroir. Maintenant, c'est devenu un enjeu économique parce qu'évidemment le mot "Normandie" fait vendre mais ce n'est pas du tout l'objectif originel dans la pensée des créateurs de l'Appellation d'Origine.

Tout n'est pas joué. Il y a quand même de la grogne du côté des producteurs fermiers. J'étais en début de semaine au concours international des fromages fermiers au lait cru sans OGM. Il y avait quand même 210 fromages qui ont été testés donc ça signifie quand même qu'il y a une dynamique.

Le camembert Normand ne représente pas une simple bataille de fromage mais fait appel à d'autres enjeux plus symboliques.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Benvoyons - 23/06/2018 - 12:06 - Signaler un abus Si le résultat du new cahier des charges ne permet plus

    la tradition qui a permis l'élaboration du Camembert au lait cru et bien il faudra que la Région Normande invente un nouveau Label pour en assurer la perpétuation & son Marché de Niche même s'il faut s'affranchir de la tutelle de l’État & de son Ministère de l'Agriculture. Je pense même que finalement cela ne peut que relancer le Véritable Camembert même en inventant des nouveaux noms avec Camembert qui seront déposés.

  • Par ajm - 23/06/2018 - 12:14 - Signaler un abus Normes sanitaires

    Cette article ne dit rien sur une contrainte majeure du camembert au lait cru non pasteurisé, c' est que compte tenu des normes sanuraires en vigueur dans la plupart des pays, ces camemberts "authentiques " sont pratiquement inexportables. C'est cette contrainte majeure qui le condamne à n'être qu'une production de niche réservée pratiquement au marché Français . Le jour où Bruxelles voudra imposer ces normes, il disparaitra complètement. D'ailleurs, dans ce domaine comme dans d'autres, la plupart des consommateurs ont perdu le goût et ont du mal, faute d'éducation et de mémoire gustative, à reconnaître les bons produits.

  • Par vieux croco - 23/06/2018 - 15:43 - Signaler un abus tout de même

    un camembert au lait cru c'est divin ,alors si Bruxelles veut interdire une nourriture divine les fourches seront de sorties .

  • Par Anouman - 23/06/2018 - 18:58 - Signaler un abus Label

    En fait pour distinguer le vrai du faux il suffirait d'imposer en gros sur les boîtes "camembert industriel à l'origine indéfinie". Au moins le consommateur saurait ce qu'il achète.

  • Par vangog - 24/06/2018 - 00:12 - Signaler un abus Et pourquoi ne pas faire un « pastembert », pour l’export?...

    Et garder le vrai camembert pour les palais français?...

  • Par moneo - 25/06/2018 - 11:51 - Signaler un abus @vangog Pourquoi?

    par ce ce que les français achètent massivement le camembert industriel plus conforme à leurs porte monnaies et parce que pour certains ils ont la trouille d'être empoisonnés par les bactéries du lait cru surtout quand on voit encore à laTV des fabricants d AOP qui plongent leurs mains sans gants dans le lait ..cru ( hallucinant ??et vous voulez que les étrangers acceptent encore longtemps ce genre de pratiques moyenâgeuses?) déjà l'industrie n'est pas exempte de tous reproches mais là on est comme chez les écolos ..ils n'ont qu'a faire simple en GRASr fromage au lait cru et laisser les gens choisir et fromage au lait pasteurisé .si on commence avec le camembert c'est toute la filière qui sera concernée: on a du brie fabriqué à Orlean ou en Normandie.. Derrière tout cela c'est notre industrie exportatrice qui est en jeu ..va t on la fusiller aussi?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Florence Humbert

Florence Humbert est journaliste indépendante, collaboratrice depuis plus de 20 ans du magazine de défense des consommateurs, Que Choisir.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€