Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 11 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Caisse des dépôts : 200 ans, ça suffit

Le 12 janvier dernier, le président de la République a concédé un certain nombre de cadeaux à la Caisse des dépôts qui, s'ajoutant aux rentes dont disposent déjà la CDC, illustrent une conception anachronique de l’économie et de la société.

28 avril 1816

Publié le
Caisse des dépôts : 200 ans, ça suffit

Cette note fait suite aux deux publications précédentes de GenerationLibre consacrées à la gouvernance de la Caisse des dépôts et consignations et à sa gestion monopolistique de l'épargne. A l'occasion du bicentenaire de la Caisse, fondée le 28 avril 1816, nous suggérons de revoir de fond en comble les missions et le fonctionnement de cette institution. 

UNE CONCEPTION ANACHRONIQUE DE L’ÉCONOMIE

Le président de la République, le 12 janvier, a promis une diminution du prélèvement de l’Etat sur le résultat de la CDC, un cadeau de 3 milliards d’euros.

Il a également confié à la "vieille dame de la rue de Lille" le monopole de la rénovation des bâtiments publics et l’administration du compte personnel d’activité ; les procédures de mise en concurrence sont sans doute suspendues après deux cent ans d’existence. Le 25 août dernier, le président de la République avait déjà annoncé que l’Agence Française de Développement (AFD) allait rejoindre le groupe CDC.

Ces cadeaux, qui s’ajoutent aux rentes dont disposent déjà la CDC, illustrent une conception anachronique de l’économie et de la société dont les hommes politiques français se font les défenseurs. L’Etat va diminuer son prélèvement sur la CDC pour lui permettre de distribuer des prêts à taux zéro aux collectivités locales, hôpitaux, universités, etc. Un distributeur unique, une clientèle captive, une subvention automatique, l’Etat organise une révolution verte centralisée, financée par l’argent public.

L’échec est assuré. Le développement durable passe par un changement des comportements individuels. En centralisant cette responsabilité, le président de la République en exonère le reste de la société. En confiant le financement de travaux publics à la CDC - dont ses filiales d’ingénierie, de maîtrise d’ouvrage, de services aux collectivités locales, etc. se réjouissent déjà - l’Etat empêche toute compétition. Alors que la révolution verte est partout décentralisée, promue par des start-ups innovantes, des appels à projets, et des incitations aux ménages et entreprises, l’Etat crée un nouveau guichet public.

UNE GESTION DES FONDS PUBLICS NUISIBLE AU CONTRIBUABLE

Il est vrai que la CDC inspire au contraire la confiance. A 200 ans, elle n’est sans doute plus très créative mais au moins est-elle préservée de la cupidité contemporaine, de la course aux profits qui caractérise la finance moderne. Sa devise : "foi publique", et le président de la République d’ajouter, le 12 janvier, que la réussite de la Caisse est "la transformation d’une épargne en investissement, du temps court en temps long".

L’investissement phare de la CDC au cours des dix dernières années est sans doute Dexia, entreprise qu’elle a créée en 1996. Fin 2007, avant le sauvetage public de Dexia, la CDC détenait 12% du capital et trois des administrateurs de la société belge. Selon la Cour des Comptes, "les coûts cumulés liés à Dexia pour les entités publiques françaises sont estimés à 6.618 milliards d'euros". Cette opération réussie de transformation d’or en plomb ne doit pas rassurer les Français qui sont contraints règlementairement de confier leur épargne à la CDC.

Dexia est loin d’être le seul exemple du manque de rigueur de la CDC dans la gestion des fonds publics. La Cour des Comptes a récemment dénoncé un plan d’attributions gratuites d’actions au sein du groupe CDC qui "s’est traduit pour les personnels intéressés par un effet d’aubaine difficilement justifiable". "Les sommes versés à titre individuel, en 2013, à onze dirigeants et cadres de CDC Entreprises au titre de leurs rémunérations, des dividendes, et du rachat des actions gratuites, ont atteint des montants compris entre 452 000 et 705 000 euros". Loin de mériter la confiance placée en elle, la CDC s’adonne avec l’argent public aux pratiques les plus prédatrices et contemporaines de la finance privée.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deneziere - 29/04/2016 - 09:25 - Signaler un abus Vous n'y pensez pas, voyons

    La CDC, c'est ce qui permet à l'état d'être Stratêêêge.

  • Par Borgowrio - 30/04/2016 - 09:20 - Signaler un abus Des milliards à la pelle ( à la benne )

    Force est de constater que les investissement privés ne se bousculent pas pour le renouvelable . Et pour cause , c'est un gouffre financier , une douce utopie écolo . On se tourne donc vers l'investissement public , qui comme chacun le sait , ne coûte rien , c'est le contribuable qui paye

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

GenerationLibre

GenerationLibre est un think-tank d’orientation libérale avec comme objectif de concevoir et de promouvoir des politiques publiques reposant sur la responsabilité individuelle et les mécanismes de marché. S’appuyant sur une tradition intellectuelle bien établie, d’Alexis de Tocqueville à Jean-François Revel, GenerationLibre a vocation à aborder l’ensemble des sujets d’intérêt général, qu’ils soient économiques, sociaux ou institutionnels.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€