Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Cadres : cette question technique mais hautement inflammable qui se pose sur l’avenir du 1,5% prévoyance de 1947

L'accord du 17 novembre 2017 sur les retraites complémentaires contourne la question de la cotisation obligatoire en prévoyance pour les cadres instaurée en 1947. Mais la fusion de l'AGIRC et de l'ARRCO en remet en cause durablement le fondement. Voici quelles sont les pistes d'avenir pour cette mécanique héritée de l'après-guerre.

Un remède radical

Publié le
Cadres : cette question technique mais hautement inflammable qui se pose sur l’avenir du 1,5% prévoyance de 1947

Tout le monde a oublié qu'en 1947, les cadres et les employeurs ont signé un accord instaurant des retraites complémentaires par points qui ressemblaient furieusement à ce qui existait avant-guerre, c'est-à-dire avant la sécurité sociale. Dans le climat délétère de ces années mouvementées, une cotisation obligatoire de 1,5% du salaire des cadres fut décidée en faveur de contrats de prévoyance gérés par les branches professionnelles. Les mauvaises langues soutiennent que cette assurance volontaire n'était pas seulement un acte de résistance face à l'universalité de la sécurité sociale.

Il permettait aussi de financer de façon discrète les organisations syndicales.

Quel avenir pour le 1,5% pour les cadres?

Le principe d'un avantage réservé aux cadres est devenu très fragile avec le temps. La doctrine de la catégorie objective de salariés le rend même, disons-le de moins en moins tenable. 

La fusion de l'AGIRC et de l'ARRCO qui vient d'être actée par l'accord national interprofessionnel du 17 novembre donne le coup de grâce à cette invention qui structure encore aujourd'hui le paysage de la protection sociale complémentaire. On voit mal comment un système de retraite complémentaire unifié pourrait continuer éternellement à distinguer les avantages versés entre ses ressortissants selon leur niveau hiérarchique. 

Le discret accord annexe du 17 novembre

Les partenaires sociaux ont évidemment identifié le problème, qui se posera de façon cruciale à l'horizon du 1er janvier 2019, jour où la fusion sera effective. Ils ont décidé de se donner un peu de temps pour négocier un accord séparé sur la question. 

Les conjectures vont bon train sur l'issue des travaux. En l'état, on sait juste que cet accord, arraché en son temps par Carole Couvert alors présidente de la CGC, précisera la notion d'encadrement. 

Et si l'on abandonnait le 1,5%?

Une solution simple consiste à abandonner, sous une forme ou sous une autre, le principe d'un versement obligatoire pour la prévoyance des cadres. Cette solution n'interdirait pas les accords existants. Elle les rendrait simplement facultatifs et renverrait aux employeurs la responsabilité de les dénoncer. 

Cette solution peu probable se justifierait toutefois par son coût. Rappelons que la masse salariale en France avoisine les 550 milliards € annuels. Une cotisation généralisée à tous les salariés coûterait donc cher aux employeurs. 

Une généralisation volontaire?

Une solution alternative consisterait à généraliser la prévoyance par accord interprofessionnel, comme la santé le fut par l'ANI de 2013. Nous venons d'évoquer le coût de la mesure (chiffrable autour des 5 milliards annuels) qui constitue un frein à cette solution.

Toutefois, un certain nombre d'employeurs sont favorables à cette opération, dès lors qu'elle est pilotée par les entreprises et non par les branches. Il existe même une action d'influence menée par les assureurs pour doper leur chiffre d'affaires de cette façon. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 22/11/2017 - 12:56 - Signaler un abus On y perd le chemin de sa niche!

    Le système français des retraites, complexifiées par des générations d’abrutis qui remettaient une couche de tuyaux entre les recédants, est devenu tellement complexe, qu’ils ne savent même plus comment le réparer! dès qu’ils touchent à un tuyau, un autre pete...une usine à gaz gauchiste prête à exploser à la gueule des Français!

  • Par KOUTOUBIA56 - 22/11/2017 - 23:12 - Signaler un abus article confus. le 1,50% est

    article confus. le 1,50% est a la charge de l'employeur et donne au profit des cadres une garantie en cas de decès de celui ci. a ce jour les non cadres ont tous un régime de prévoyance comportant une garantie décès + incapacité venant compléter le demi salaire que donne la sécu. je ne vois donc pas quelle menace il y a, les entreprises ayant toutes pour leur cadre également un régime de prévoyance. par contre la ou l'état s'engraisse c'est que sur la part patronale il a collé la csg qui est déduite du salaire brut du salarié donc baisse son revenu net.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€