Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Mars 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

C'est quoi un bon prof ? Quelqu'un qui sait évoluer tout au long de sa carrière

Un bon prof des années 2000 n'enseignera pas de la même façon en 2030. Il doit se tenir au fait des nouvelles technologies et ds phénomènes littéraires pour continuer à susciter l'intérêt de ses élèves. Septième et dernier épisode de notre série.

L'instit'

Publié le

Peut-on envisager qu’un enseignant qui a débuté en l’an 2000 enseigne de la même façon en 2030 ? Un enseignant de lettres pourrait-il conseiller à ses élèves les mêmes romans pour la jeunesse tout au long de sa carrière, faisant fi de parutions plus récentes ? Pourrait-on concevoir aujourd’hui l’enseignement sans l’utilisation d’Internet par l’élève pour ses recherches ? De même le regain d’intérêt des élèves pour les cours,  dès l’instant où le video projecteur  ou le tableau numérique introduisent dans la classe le son, l’image, et cette interactivité que l’élève connait aujourd’hui si bien dans son environnement, ne peut laisser l’enseignant d’aujourd’hui indifférent.

Enfin, l’enseignant n’est pas seul auprès de ses élèves. Il a des collègues avec lesquels les échanges sont nécessaires et ces échanges,  qu’ils se fassent entre collègues de même discipline ou de disciplines différentes,  sont forcément enrichissants.

« Élève », « enfant » ou «  jeune » ? SI ces trois termes sont utilisés indistinctement ou presque, c’est que la place et le rôle des parents dans le parcours d’un jeune sont implicitement reconnus.  Le bon prof doit être capable de dialogue avec des adultes –parents ou/et collègues– des adultes dont les responsabilités vis-à-vis de l’enfant sont fort diverses et doivent être articulées.

La tâche  d’un enseignant est donc particulièrement complexe. Etre prof ne s’improvise pas, c’est un véritable métier, qui comme tout métier s’apprend,  non pas « sur le tas » comme on l’entend dire parfois,  mais grâce à une formation, initiale et continue, nécessaire.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par SEGUSINE - 09/09/2012 - 14:56 - Signaler un abus Dernier bastion du conservatisem universel

    L'E.N., sous des dehors liberaux et gauchistes, est en fait le dernier bastion conservateur de style stalinien, ce qui n'est pas incompatible. J'ai finalement quitte cette institution pour faire ce que j'aime mais tout le monde n'as pas ce courage ni meme l'envie. On fait tout fait pour m'en degouter - stagnation de carriere en raison d'un numerus clausus injuste et non de la meritocratie , - refus de progresser en interne par examen ou concours de la part de cadres coinces, embaumes dans leur suffisance, et meprisants. Un IGAEN (inspecteur general de l'administration generale) m'a meme dit vous resterez ou vous etes, vous n'etes pas du serail. - refus de m'accorder des absences pour passer mes examens universitaires alors que j'avais repris mes etudes - refus de progression interne par liste d'aptitude au motif que j'etais trop jeune, puis un peu top age ou que mon profil etait atypique - acharnement administratif et menaces, harcèlement au motif que les decisions iniques et inapplicables avaient été dénoncées en public. Mon établissement était amianté et j'avais pris la decision de soumettre le cas au l'Inspecteur hygiene de l'academie.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Françoise Le Duigou

Françoise Le Duigou est professeur agrégée de lettres modernes. Elle a enseigné dix-neuf ans dans un collège situé en ZEP (Zone d’Education Prioritaire) à Saint-Denis (93). Elle a écrit Professeur, comment faire ? (éd. de l'Atelier).

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€