Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 20 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

C'est promis Alexis Corbière nous ne ferons plus de Mélenchon bashing !

Vous nous avez convaincus. Nous avons pêché et nous le regrettons amèrement.

Mea culpa

Publié le
C'est promis Alexis Corbière nous ne ferons plus de Mélenchon bashing !
Vous avez bien voulu accorder un entretien à Atlantico un site, parait-il, marqué à droite et réputé réactionnaire. Grand fut notre étonnement devant cette divine surprise. Et grande est notre reconnaissance : prêcher la bonne parole en territoire ennemi démontre une abnégation admirable.
 
Et vos mots ont porté. C'est pourquoi j'ai immédiatement demandé à la direction d'Atlantico d'effacer quelques textes dans lesquels j'avais manqué de respect à l'égard d'un homme qui n'est que lumière.
 
Parmi ces articles il y en a un que je regrette bien plus que d'autres.
J'y commentais fielleusement l'éviction sans procès de la rédactrice en chef du Média, un site insoumis qui est à Mélenchon ce que la Pravda fut à Staline. Je plaide coupable. Mais je ne veux pas être condamné seul. Le sujet m'a été suggéré par Jean-Sebastien Ferjou qui m'avait envoyé un lien évoquant une "purge" au sein de ce média qui s'honore de parler au peuple.
 
Sachez Alexis Corbière que je ne recommencerai plus. Faute avouée à moitié pardonnée ? J'irai même plus loin car un crime comme le mien ne peut pas être lavé par une simple contrition. J'ai appris récemment que Noel Mamère avait, le traitre, démissionné du Média.
 
Jean-Luc –puis-je l'appeler par son prénom ?- l'a qualifié de "lâche tireur dans le dos". Je me joins à vous pour exiger qu'un châtiment exemplaire soit infligé à l'infâme Mamère. Pour ma part, et très modestement, je m'engage à écrire un article décrivant les innombrables méfaits de cet ennemi du peuple.
 
Dans votre entretien vous dénoncez, cher Alexis Corbière, le Mélenchon bashing auquel s'adonne la presse bourgeoise et vendue au CAC40. Comme vous avez raison! On frémit en lisant dans ces journaux que Jean-Luc est qualifié de "lider minimo", qu'on lui reproche sa fortune, ses comptes de campagne et qu'à vous on cherche des misères pour une sombre histoire d'HLM.
 
Et vous montrez du doigt le responsable de cette monstrueuse cabale : Emmanuel Macron. Oui il tremble dans sa somptueuse demeure du faubourg Saint-Honoré! Oui, terrorisé, il guette à sa fenêtre l'arrivée des masses laborieuses qui, drapeau rouge à la main et Jean-Luc Mélenchon en tête, prendront d'assaut son palais.
 
Cet article n'a qu'un seul objectif : que la tempête révolutionnaire et mélenchoniste m'épargne! Je le redis : je ne ferais plus de Mélenchon bashing. Dans cet exercice, comme dans bien d'autres, Jean-Luc Mélenchon se suffit à lui-même.
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Alain Briens - 14/03/2018 - 11:59 - Signaler un abus Quelle mauvaise foi Monsieur Rayski !

    Votre article était d'autant plus scandaleux que vous avez sciemment dissimulé la vraie raison du renvoi mérité de cette hystérique : elle avait demandé à bénéficier d'un statut de salariée afin de jouir d'une couverture sociale. Devant des exigences aussi extravagantes, Mélenchon s'est bien sûr senti pris en otage...dès lors, que vouliez-vous qu'il fit ?

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 14/03/2018 - 12:12 - Signaler un abus Que la chasse à la

    Que la chasse à la "Rossignette cendrée" et au "commuNique Mamère" soit enfin ouverte ne me gène absolument pas,.... mais ça en dit long sur l'ouverture d'esprit de nos BOLIBOURGEOIS donneurs de leçons !

  • Par 2bout - 14/03/2018 - 14:14 - Signaler un abus Au pays d'Alexis,

    comme dans tous les pays, il y a les méchants et les gentils, et ça, même Candy l'a compris. Dans ce même pays, celui des droits de l'homme, du cheminot, du fonctionnaire, des Le Pen et du Mélenchon, on se dit, surtout après avoir vu le travail de Marie Maurice dans Cash Investigation, que notre 26ème place au classement 2014 de l'indice de perception de la corruption de Transparency International est presque usurpée. On se dit également, enfin seulement ceux qui arrivent à le comprendre, que l'Europe avec l'ouverture des frontières et la fin des monopoles vers laquelle elle nous mène est une chance pour notre pays, mais ça Alexis, pas plus que Marine, Jean-Luc ou les autres, n'est là pour vous l'expliquer.

  • Par cloette - 14/03/2018 - 16:31 - Signaler un abus @2bout

    Vous voulez dire l'ouverture des frontières de l'Europe ? ( carrément ?)

  • Par 2bout - 14/03/2018 - 16:42 - Signaler un abus @cloette

    A partir du moment où les règles fiscales et sociales sont les mêmes d'un pays à l'autre, dans le cadre d'accords intra-communautaires par exemple et à terme nous y viendrons, quitte à payer moins d'impôts et de taxes en France, et seulement dans ce cas, l'augmentation artificielle du coût d'un produit liée à sa gestion douanière n'a plus lieu d'être, non ?

  • Par cloette - 14/03/2018 - 16:46 - Signaler un abus je suis sceptique

    " règles fiscales et sociales les mêmes d'un pays à l'autre " : J'y crois pas .

  • Par ELIED - 14/03/2018 - 19:12 - Signaler un abus @Cloette

    Il faut y croire, mais il faut aussi que des dirigeants assez obstinés s'attaquent bien au problème. C'est le but initial de l'UE: un pays où toute la population serait traitée de la même manière. Mais évidement à notre époque où l'on veut tout tout de suite, ça semble impossible au vu des différences actuelles. C'est pourtant ce à quoi doivent s'attaquer les responsables politiques au lieu de chacun tirer la couverture à soi. C'est peut-être un gros rêve pour certains, mais une réalité indispensable pour un demi million d'individus!

  • Par vangog - 14/03/2018 - 21:38 - Signaler un abus @2bout et @ELIED vous vivez sur un nuage rose!

    Lorsque l’UE a provoqué l’ouverture totale des frontières avec des pays ayant des coûts fiscaux et sociaux jusqu'à dix fois moindres que ceux des entreprises subissant l’enfer fiscal et social français, elle a offert une consacration au dumping fiscal et social europeiste! Comment les pays qui gagnent des parts de marché grâce à cette discrimination pourraient-ils la refuser, alors qu’elle a été consacrée par l’UE, et qu'elle leur profite tant?...un pactole!

  • Par ELIED - 15/03/2018 - 10:40 - Signaler un abus @Vangog, je maintiens

    mon espoir car je pense que les bagarres des divers peuples de l'UE et l'ouverture d'esprit qui viendra bien un jour au niveau des dirigeants feront cette UE unifiée pour le bien de tous. Ce n'est pas en se regardant le nombril et en rejetant tout avancement du problème qu'on peut arriver à qqchose de bon pour les habitants de ces pays.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€