Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 20 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

C’est parti pour le prélèvement à la source : les erreurs à traquer dans votre déclaration d’impôt pré-remplie

A partir du 11 avril, le prélèvement à la source peuvent s'avoir quel sera leur taux de prélèvement à la source, appliqué en 2019.

Attentifs ensemble

Publié le
C’est parti pour le prélèvement à la source : les erreurs à traquer dans votre déclaration d’impôt pré-remplie

Atlantico : Depuis ce 11 avril, les contribuables ont la possibilité de découvrir le taux de prélèvement à la source qui sera fourni à leurs employeurs ou à leur caisse de retraite en prévision de l'année 2019. Comment détecter les éventuelles erreurs de l'administration ? Que faut-il vérifier ? 

Philippe Crevel : En effectuant la déclaration de leurs revenus pour 2017, déclaration qui est possible depuis le mercredi 11 avril, les contribuables pourront connaître le taux moyen d’imposition qui  leur sera appliqué, à partir du 1er janvier 2019, dans le cadre du prélèvement à la source. Ce taux est calculé à partir des revenus de 2017. Il convient donc de bien vérifier le montant des revenus figurant sur la version pré-remplie. Les revenus seront pris en compte avant imputation des réductions et crédits d'impôt.
Le taux du prélèvement à la source sera donc supérieur au taux moyen d'imposition. Les réductions d’impôt ne seront imputées qu'au moment de la régularisation du prélèvement à la source, en septembre de l'année suivante. Par exception, toutefois, les crédits d'impôt pour frais de garde des jeunes enfants et pour emploi à domicile seront remboursés par anticipation dès février et le solde sera versé en septembre de l’année N+1.
 
Les contribuables auront la possibilité de gérer leur futur prélèvement soit en demandant le taux neutre ou en l’individualisant au niveau du couple s’il y a en particulier des revenus très différents. Le taux neutre est fonction du montant des revenus versés par exemple par l’employeur ou la caisse de retraite, indépendamment des autres revenus. L’administration a établi une grille de taux en fonction du montant des revenus. 
 

Barème 2019 du taux neutre applicable aux contribuables domiciliés en métropole

 

Les revenus fonciers et les revenus professionnels (BIC, BNC, etc.) ne sont pas prélevés par l'employeur, mais toujours par les services des impôts. Sauf mention contraire, ils seront payables tous les mois. Bercy offre néanmoins la possibilité de payer par trimestre ces prélèvements. Les options de taux et de versements resteront ouvertes jusqu’au 15 septembre prochain. 

Comme dans le passé, le contribuable doit donc vérifier si les chiffres transmis par ses employeurs, ses caisses de retraite, ses établissements financiers sont exacts. En cas de problème, il y a toujours une possibilité de correction même après l’envoi de la déclaration. Il y a la possibilité de contacter les services des impôts pour demander une explication et pour le cas échéant obtenir une modification des revenus ou du taux d’imposition. 

A l'inverse, quelles sont les erreurs à ne pas commettre pour les contribuables ? ​Comment s'assurer de la véracité des chiffres utilisés ? 

Le contribuable a la faculté de demander une modulation de son taux mais cela est à ses risques. Il faut donc bien appréhender ses revenus. Evidemment, le fait de ne pas mentionner le bon montant de ses revenus dans la déclaration qui restera de mise pourra faire l’objet de poursuites. Malgré la retenue à la source, le redevable pourra être amené le solde de son impôt en fin d’année. Il faudra faire attention de bien mentionner les montants concernés par les déductions, crédits et réductions d’impôt dans le cadre de cette déclaration d’impôt. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anouman - 12/04/2018 - 20:33 - Signaler un abus A la source

    Je me pose quelques questions sur la progressivité des taux en fonction du revenu mensuel (débile évidemment pour ceux qui sont payés sur plus de douze mois ou ont des primes en fin d'année mais c'est un système débile pour débiles) dans la mesure où le barème de l'IR n'a rien d'aussi progressif. Ca ressemble encore à une arnaque. Hollande l'a rêvé, Macron l'a fait...

  • Par Alain Proviste - 13/04/2018 - 09:33 - Signaler un abus MEFIANCE

    Tout se qui vient de l'Etat en général et des Impôts en particulier doit rendre méfiant. L'intérêt principal eût été de réduire les effectifs des foncs des impôts mais évidemment on n'en entend pas beaucoup parler.

  • Par ELIED - 13/04/2018 - 18:53 - Signaler un abus J'ai l'impression

    que comme d'habitude on va créer une nouvelle usine à gaz suivant le principe bien français: quand on peut faire compliqué, pourquoi faire simple. Je ne sais pas ce que vaut le système anglais qui fonctionne depuis qq décennies, mais lors d'une récente page de JT ( Sur A2 ou TF1, je ne sais plus), une jeune française établie en GB ne tarissait pas d'éloges. Avez-vous d'autres informations plus précises?

  • Par jurgio - 13/04/2018 - 20:31 - Signaler un abus Une usine à gaz qu'on a toujours pas simplifiée !

    Déjà là où les Britanniques ont un seul taux d'imposition (jusqu'à 53 300), l'État français en met une douzaine !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Crevel

Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€