Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 28 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Un business juteux mais dangereux : pourquoi les dentistes ne devraient pas autant jouer les arracheurs de dents (de sagesse)

En France, les extractions préventives de dents de sagesse sont essentiellement préconisées par les orthodontistes, dans le seul but de pérenniser leurs traitements. Or ce genre d'intervention chirurgicale n'est pas sans risque pour la santé. Mieux vaut donc prendre un deuxième avis avant de se faire opérer.

Aïe !

Publié le
Un business juteux mais dangereux : pourquoi les dentistes ne devraient pas autant jouer les arracheurs de dents (de sagesse)

Atlantico : Peut-on garder ses dents de sagesse toute sa vie sans en souffrir ?

Georges  Lamboley : Oui, bien sûr. Les dents de sagesse, si leur éruption s'est faite convenablement, c'est-à-dire si elles ont pris leur place sur l'arcade dentaire convenablement, peuvent ne donner aucun souci, si elles ne sont pas atteintes de caries au cours de leur existence. Elles peuvent être plus sensibles à la carie, du fait qu'elles sont plus difficiles à atteindre au cours du brossage.

Dans quel cas est-il légitime d'enlever les dents de sagesse ?

Plusieurs situations peuvent imposer une extraction des dents de sagesse :

- Un manque de place notable pour permettre une évolution normale, dents de sagesse incluses ou semi incluses.

- Un risque futur d'encombrement dentaire évalué par le praticien.

- Dans les cas de pericoronarites récurrentes, quand la dent de sagesse est sur l'arcade, mais sans cesse recouverte d'une partie de gencive entraînant inflammation et infection de la zone concernée.

- Un axe d'éruption défavorable.

- Une apparition de douleurs de l'articulation temporomandibulaire, de douleurs irradiantes de la face.

- Une infection.

- Une absence de dent antagoniste.

En 2011, 10 millions de dents de sagesse ont été enlevées de la bouche des Américains, et l'étude du Dr Jay Friedman estime qu'au moins deux tiers des millions de dents de sagesse extraites au Etats-Unis n'auraient pas du l'être. Pourquoi enlève-t-on les dents de sagesse par précaution ?

En France, on enlève les dents de sagesse par précaution uniquement dans les cas cités ci-dessus : "manque de place notable, risque futur d'encombrement, axe d'éruption défavorable".

Peut-on parler, comme le fait le Dr Jay Friedman dans son étude, de "business dentaire", qui n'enlèverait les dents de sagesse que dans l'optique de faire du profit ?

Sans parler de business dentaire, les Etats-Unis ont toujours été excessifs dans leur approche de principe de précaution. Ils préconisaient par exemple il y a une quarantaine d'années d'extraire systématiquement 4 prémolaires dans les cas de traitement orthodontique, pour s'apercevoir que les patients 20 ans après avaient des rides prononcées au niveau naso génien. Ils ont abandonné cette approche, tout comme certains praticiens préféraient extraire les dents que de les dévitaliser, pour éviter certaines complications dues au traitement de canal selon leur théorie.

L'extraction des dents de sagesse relève à mon avis du même état d'esprit. C'est une approche thérapeutique particulière basée sur le principe de précaution, comme les appendicectomies. L'aspect mercantile n'est pas le principal moteur des ces interventions, même facturée 1000 $, car ce n'est pas l'acte le plus rentable dans la dentisterie. La mise en place d'un implant est plus rentable, comparativement .

Existent-il plusieurs écoles de pensée au sein de la profession sur ce sujet ? Pourquoi ?

En France, les extractions préventives de dents de sagesse sont essentiellement préconisées par les orthodontistes pour perenniser leurs traitements. Certains pensent que l'éruption des dents de sagesse, quelque soit leur mode d'évolution, provoquera une rupture d'équilibre au sein de l'arcade et favorisera l'apparition d'un encombrement incisif. C'est le principe de précaution.

D'autres préférent surveiller par examen radiographique et préconiser l'extraction seulement dans les cas de pronostic défavorable d'éruption, pensant à juste titre que dans les cas de traitement orthodontique ayant induit l'extraction de 4 prémolaires, l'extraction de 4 dents supplémentaires n'a pas lieu d'être.

Y a-t-il des complications possibles lors de ce genre d'opération ? Si oui, lesquelles ?

Dans toute extraction dentaire, il y a des risques inhérents à cet acte thérapeutique (hémorragie, douleur post opératoire..) mais du fait de la situation très particulière de la dent de sagesse, étant proche du nerf dentaire inférieur, les risques sont multipliés.

Les principaux risques sont :

-Une infection, sous forme d'alvéolite, de cellulite ou d'ostéite.

-Une atteinte du nerf lingual au cours de l'opération pouvant entraîner des paresthésies faciales.

-Des douleurs post opératoires intenses et durables.

-Un trismus, soit une ouverture limitée de la bouche pendant plusieurs jours.

 

L'étude du Dr Jay Friedman estime qu'une opération de ce genre peut même déclencher des accidents mortels (exemple à l'appui). Comment cela est-il possible ?

Les accidents mortels décrits dans l'étude sont en général des risques inhérents à toute anesthésie générale, ce n'est pas spécifique aux dents de sagesse. Ces accidents frappent l'opinion, car les accidents mortels sont relatés dans la presse comme "une personne est décédé suite à l'extraction de dent de sagesse", alors que c'est un accident d'anesthésie, "l'arrêt respiratoire ou arrêt cardiaque", qui est responsable du décès, et non pas l'acte chirurgical.

Vaut-il mieux se faire opérer sous anesthésie locale ou générale ?

L'extraction des dents de sagesse se fait en général sous anésthésie générale pour des questions de confort, car elle permet d'extraire les 4 sagesses en une seule fois, ce qui serait difficilement supportable par le patient en anesthésie locale.

En anesthésie locale, on peut toutefois extraire les dents de sagesse supérieures en une seule fois, les complications sont extrêmement rares pour les supérieures, et procéder en deux séances pour les inférieures. L'anésthésie locale évitera les risques de l'anésthésie générale, mais demandera au patient de surmonter son appréhension et de supporter une intervention somme toute pas très agréable.

L'étude explique qu'il y a plus de risques de complication lorsqu'on opère les personnes âgées. A quel âge est-il préférable de se faire opérer ?

Avec l'âge, le desmodonte, soit les fibres qui entourent la racine de la dent qui la sépare de l'os se raréfie. Les dents deviennent "plus soudées" à l'os et donc deviennent plus délicates à extraire. C'est la raison pour laquelle l'extraction des dents de sagesse chez une personne âgée peut se révèler plus délicate. Il n'y a pas d'âge idéal pour se faire opérer, la décision doit être motivée uniquement par l'impératif thérapeutique.

Comment savoir si la recommandation de se faire opérer est justifiée ? Doit-on prendre un deuxième avis ?

Comme en général, la recommandation ou la préconisation d'extraction émane de l'orthodontiste qui dirigera le patient vers son dentiste, celui-ci ne pourra qu'exécuter ou faire éxécuter par un stomatologue les extractions préconisées. Il ne pourra pour des raisons confraternelles mettre en doute la décision de l'orthodontiste. Dans ce cas, on peut très bien prendre l'avis d'un autre dentiste pour avis indépendant.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Georges Lamboley

Le Dr Lamboley Georges est Docteur en chirurgie dentaire, fondateur du Laboratoire Medident et auteur du guide de la mauvaise haleine disponible sur format electronique.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€