Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Bugs à gogo dans la domotique : mais pourquoi la maison "intelligente" qu’on nous promet depuis des années est-elle encore aussi stupide ?

La maison intelligente, capable de répondre à nos moindres faits et gestes, semble encore loin d'être au point. De nombreux déboires mettent en évidence les difficultés liées à la création d'un environnement intelligent à la fois fonctionnel et sûr. Cependant, la domotique ne cesse de faire des progrès et on peut espérer une maison connectée dans un futur proche.

Bonnet d'âne

Publié le - Mis à jour le 10 Juin 2016
Bugs à gogo dans la domotique : mais pourquoi la maison "intelligente" qu’on nous promet depuis des années est-elle encore aussi stupide ?

Atlantico : Quelles sont les difficultés que l'on rencontre encore dans le développement de ce qu'on appelle la maison "intelligente" ou "connectée" ?

François-Xavier Jeuland : Je pense que l’on en demande trop aux objets connectés. On s’imagine qu’en multipliant la possession de ce genre d’objets dans notre domicile, on aura nécessairement un logement plus intelligent, plus pratique, plus sûr ou plus confortable. Alors certes, un objet seul peut être “intelligent” mais c’est l’intelligence collective qui a un intérêt. Et aujourd’hui, un produit disposant de ce genre de technologie n’existe pas, ou alors en très peu de quantité.

On peut prendre l’exemple d’une télécommande : si on en possède une pour chaque objet de la maison, cela devient très vite l’enfer pour s’y retrouver. Et donc, l’espoir en une maison connectée se dégonfle très vite.

Il y a deux types d’utilisateurs. L’utilisateur lucide dans ses choix et dans ce qu’il attend de cette technologie et l’humain professionnel que j’essaye de défendre, car j’estime que tant qu’on n’est pas dans une technologie Plug And Play, avec une mise en réseau en terme d’intelligence, c’est ce dernier qui sera capable d’analyser les besoins, de conseiller l’utilisateur et de l’orienter vers des solutions réellement éprouvées et de lui donner satisfaction.

Le concept de la maison connectée semble aujourd’hui quelque chose d’utopique. Mais le maître mot c’est “conception”. C’est-à-dire qu’il faut éviter de foncer tête baissée dans la construction d’une maison, connectée ou non, sans prendre en compte des éléments essentiels : la taille de celle-ci, les types de pièces, l’environnement, l’orientation par exemple. Le principe de la conception, c’est de réfléchir à la question, de passer du temps dessus, de comprendre les tenants et les aboutissants et de prendre les bonnes décisions. Ou comme je le conseille, de demander à un professionnel, qui va passer ce temps à écouter et prendre en compte les besoins et les attentes de l’utilisateur. Individuellement, ce n’est pas possible pour un individu lambda.

Il faut aussi prendre en compte le fait que la technologie de ces objets, de ces maisons connectés a besoin d’être mise à jour et d’évoluer avec le temps. Comprendre ces enjeux, c’est la condition de succès pour une maison connectée.

Avait-on sous-estimé certains problèmes techniques ou autres obstacles à la réalisation d'une telle maison intelligente ? Lesquels et pourquoi ?

Il y a plusieurs écueils, celui de l’énergie en particulier. La domotique basée sur les objets connectés est majoritairement sans fil. Cela implique beaucoup de problèmes de consommation, de portée, d’appairage. C’est pareil pour l’autonomie des appareils, par exemple s'il faut changer une pile tous les trois mois, cela devient vite insupportable. Il y a aussi des freins psychologiques, en rapport à la sécurité. On se doit de rassurer les gens. Un objet ou une maison connecté installé dans les règles de l’art est sécurisé, autonome et garantit que l’utilisateur gardera le contrôle de ses données.

Après, on a sous-estimé la capacité de ces objets connectés à réellement dialoguer entre eux et à apporter de réels bénéfices globaux de façon intrinsèque. Mais globalement, je rejoins l’article dans la mesure où le taux de satisfaction des gens est faible. C’est quelque chose sur lequel il faut travailler car l’attente est énorme. Et la question ne se situe pas de savoir si la maison connectée a un avenir, mais de savoir quand, dans quelle condition et avec qui.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ex abrupto - 09/06/2016 - 12:34 - Signaler un abus Vite fait, mal fait

    Analyse du besoin plus liée à une "idée" de business (gagner vite un peu de sous!) qu'à un vrai besoin. un conception du produit vite faite (Un légo de sous ensembles existants+ un peu de logiciel + ou- internet pour faire"connecté"), un process de test indigent et voilà un produit qui finira à la poubelle.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

François-Xavier Jeuland

François-Xavier Jeuland est président de la Fédération Française de Domotique, ingénieur-conseil spécialisé en domotique et multimédia et auteur de plusieurs livres de référence dans le domaine dont la Maison Communicante – Réussir son installation domotique et multimédia (4e édition – Eyrolles).

Il est l'auteur de La maison communicante. Réussir son installation domotique et multimédia aux éditions Eyrolles.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€