Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 27 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Bruno Le Maire a fait un effort pour casser son image mais cela suffira-t-il ?

A force de faire du terrain, sans devenir un bad-boy, l'ancien énarque s'est tissé une nouvelle image, car il fait le pari que la prochaine primaire se jouera sur la personnalité des candidats.

Le renouveau, c‘est Bruno

Publié le
Bruno Le Maire a fait un effort pour casser son image mais cela suffira-t-il ?

Cette fois c'est fait, Bruno Le Maire est candidat. Un acte de naissance officialisé mardi soir, à Vesoul, loin de Paris et de ses beaux quartiers dans lesquels est né l'ancien ministre. Le choix de la préfecture de Haute Saône est hautement symbolique. Le candidat et son équipe ont voulu honorer "cette France discrète et laborieuse", cette ville industrieuse où la droite et la gauche arrivent encore à damer le pion au FN. Ils ont aussi voulu montrer que Bruno Le Maire a résolument tourné le dos à Paris et son entre-soi, ses beaux quartiers et ses lieux de pouvoir. Alors qu'Alain Juppé joue à séduire les jeunes, que Nicolas Sarkozy a du mal à sortir de son bureau de la rue de Vaugirard, il sera le candidat du terrain, le candidat de la province et de la banlieue.

Son premier grand discours, il a d'ailleurs prévu de le prononcer à Aubervilliers, à quelques encablures du périphérique. Encore un symbole.

 

Depuis 2012, Bruno Le Maire a fait beaucoup d'efforts pour casser son image, ne plus être cet énarque un peu lisse, un peu triste, à qui personne n'aurait donné un avenir présidentiel. A l'époque, l'un de ses conseillers lui dit: "Bruno, changer ça ne peut pas se faire en surface sinon ça sonne faux. Or pour changer en profondeur, il faut que tu te confrontes à la réalité, au terrain, à la vie quotidienne des Français". Une vie quotidienne que cet énarque, passé rapidement du cabinet de Dominique de Villepin à son propre ministère, ne connaît guère. Il a donc pris la route ou le train, dormant dans de petits hôtels, et a serré des mains et des mains, échangé des heures et des heures avec des agriculteurs, des médecins, des instituteurs, des ouvriers, des vignerons, des pécheurs, des postiers, des chefs d'entreprises, des commerciaux et bien d'autres encore. Au fil du temps le cuir s'est patiné, le discours s'est adapté. "J'ai toujours un petit carnet et je note ce que me disent les gens, j'y réfléchis, je me demande comment apporter des réponses, parfois je réutilise des formules", expliquait-il récemment en revenant de Perpignan. Son livre, qui sort aujourd'hui, est d'ailleurs truffé de ces témoignages de Français, rencontrés au fil des routes.

 

Et si Bruno Le Maire a mis tant d'énergie à se confronter au terrain c'est parce qu'il est persuadé que la primaire se jouera sur la personnalité des candidats et non sur le programme. C'est pourtant un livre programme qui sort demain. Un livre dans lequel le candidat fait quelques propositions qu'il espère séduisantes: pour lutter contre les fraudes aux aides sociales, il propose que les maires aient accès à la liste des allocataires du RSA de leur commune, il souhaite limiter les compétences de l'inspection du travail, privatiser Pole Emploi, diminuer la durée de l'indemnisation chômage car "c'est une incitation à reprendre plus vite une activité". Il entend aussi plafonner les aides sociales à 75% du SMIC, augmenter les droits de succession et supprimer les prélèvements sur les donations, diminution des charges sur le travail, stabiliser le montant de l'impôt sur les sociétés et enfin, il affirme: "Nous ne voulons plus que les infractions routières soient méthodiquement punies". Un programme certes parfois osé, très ancré à droite, mais qui ne révolutionne pas les clivages politiques. Sa personnalité, son envie, devront donc suffire à séduire les électeurs. Un pari compliqué car déjà Twitter se moque de quelques citations extraites de son livre."Que c'est bon de se lever le matin et de vouloir diriger le pays", écrit l'ancien ministre ou encore : "Mon problème c'est que j'ai les yeux trop bleus pour la télévision" et "Mon intelligence est un obstacle" . Les réseaux sociaux rigolent aussi de son : "Je suis dans une démarche d'humilité" qui n'a rien pourtant à envier à un Juppé, un Sarkozy ou un Valls. Pas facile d'être l'outsider.
 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par essentimo - 25/02/2016 - 07:51 - Signaler un abus Comme

    Juppé, ils cassent leur image mais les Français se souviennent !

  • Par Lafayette 68 - 25/02/2016 - 08:50 - Signaler un abus Des idées fortes

    On est en 1958-1962 : guerre d'Algérie,crise institutionnelle,crise économique et politique La France doit se redresser : qu'a fait De Gaulle ? Référendums, dissolution, changements institutionnels,nouveau franc , dévaluation. Courage et autorité ( mais 20 attentats contre le Grand Charles,des gradés séditieux ....passés par les armes ou emprisonnés) 2016-2017 : on est en guerre , l'économie est exsangue , les politiques sont du type 4ème république : au boulot Le Maire et consorts mais avec un cran d'autorité en plus et non des mots ou des petits jeux de mot à la Juppé face aux étudiants etc etc etc...

  • Par Benvoyons - 25/02/2016 - 09:38 - Signaler un abus Enfin quelqu'un de sérieux pour la primaire de la droite,

    Enfin un jeune qui a prouvé son courage pour défendre les Agriculteurs. Enfin un jeune qui sait s’affranchir des ainés et des anciennes coutumes de la Fonction Publique. Enfin un jeune qui a une Culture profonde de la France dans l'Europe et dans le Monde Enfin un Gaullien avec une vision Gaullienne de notre époque et de ce qui est nécessaire en réforme de la France pour son avenir dynamique Économiquement et Culturellement

  • Par cloette - 25/02/2016 - 10:13 - Signaler un abus Rajeunissement

    Il faut rajeunir la classe politique dirigeante ( il y a Le Maire mais aussi Philippot et Marine Le Pen , à gauche je n'en vois pas ) , mais l'électorat français est timoré , va -t-il préférer la génération de Juppé ou même celle de Hollande , uniquement par peur du neuf ?

  • Par ISABLEUE - 25/02/2016 - 10:31 - Signaler un abus Jeune Le Maire ????

    encore un énarque .... un quadra dans un corps de vieux, alors.. Je préfère mille fois Nicolas.

  • Par Septentrionale - 25/02/2016 - 10:39 - Signaler un abus BrunoLemaire un homme libre, déterminé et atypique

    BLM a cerné les problèmes d'une Société Française captive d'un système collectiviste profondément injuste au profit d'un secteur public devenu tentaculaire, auto-protégé, inassouvissable, ruineux et sans décence. ~~~~ BLM un homme audacieux pour se mettre en accord avec ses résolutions politiques. Un homme qui se distingue en renonçant aux prérogatives de son statut fonctionnarisé avec un confort spécifique, partial, déloyal face aux citoyens du secteur privé. ~~~~ Monsieur BrunoLeMaire vous êtes un intellectuel plutôt grand dans votre taille, il va falloir vous recentrer dans votre corps par une musculation douce au niveau de votre plexus solaire, pour être prenant tout en restant vous-même. ~~~~ Il parait que vos amis disent de vous que vous avez l'air de porter la cravate même en maillot de bain : vous êtes ainsi ne changez rien, la classe est votre charme. D'ailleurs m^mes vos cravates sont élégantes et ne font pas dans le bavoir et le gros noeud. ~~~~ Monsieur BrunoLeMaire je vous souhaite bonne chance pour que les Français soient en mesure de choisir la leur.

  • Par Benvoyons - 25/02/2016 - 11:40 - Signaler un abus cloette - 25/02/2016 - 10:13 Si il y a des jeunes à Gauche

    MLP & PHILIPOT :)::))

  • Par cloette - 25/02/2016 - 11:46 - Signaler un abus Isabelle, mettons part

    Isabelle, mettons part Nicolas car il n'est pas certain qu'on ne lui fasse pas un croche pied au dernier moment . Benvoyons, ceux que tu nommes sont étiquetés "extrême droite"

  • Par Benvoyons - 25/02/2016 - 11:49 - Signaler un abus Confusion ma pauvre mais des Socialistes Nationalistes avec le

    programme de Mitterrand de 1981 repris par MLP & Philipot sont de Gauche. D'ailleurs certains FN préfèrent MMLP à cause du détournement du FN vers du Socialisme Nationalisme FN :)::))

  • Par de20 - 25/02/2016 - 13:17 - Signaler un abus S il était si convaincu de

    S il était si convaincu de lui et encore mieux de son talent il aurait à l instar de Nicolas Dupond Aignan creé sa propore formation politique. Mais voilà en Sarkosie les portes sont bien basses et les couloirs sinueux. TOUT Reptilien qu il est, il nous arrive en rampant afin de redresser une France à genoux. Dans cet amas de boue ce serpent à toute ses chances..

  • Par Benvoyons - 25/02/2016 - 13:25 - Signaler un abus Dupont Aignan a quitté l'UMP car il sentait qu'il n'avait la

    capacité de gagner le parti. Donc comme tous les perdants et bien il quitte le parti et il en fait un à sa mesure :)::))

  • Par Le gorille - 26/02/2016 - 06:40 - Signaler un abus Atlantico : changez le portrait !

    SVP, pourriez-vous changer le portrait de Christelle Bertrand ? Il ne l'avantage vraiment pas.Et c'est aussi un handicap dans la lecture de ses articles, car l'expression de son visage lui nuit.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christelle Bertrand

Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, elle suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien "France-Soir" puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande, François Bayrou ou encore Ségolène Royal.

Son dernier livre, "Chronique d'une revanche annoncée" raconte de quelle manière Nicolas Sarkozy prépare son retour depuis 2012 (Editions Du Moment, 2014).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€