Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 26 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les Britanniques lancent une alerte aux superbactéries qui pourraient tuer davantage que le cancer d’ici à 2050 : y-a-t-il aussi des raisons de s’en inquiéter en France ?

À la demande du Premier ministre britannique David Cameron, une commission scientifique s'est récemment penchée sur le risque que représentent les bactéries résistantes, allant même jusqu'à prévoir que ces dernières causeraient plus de morts que les cancers en 2050. Et la tradition de la France en matière de surconsommation d'antibiotiques - depuis les années 1980 - ne nous a pas épargné de cette menace, portant le problème au niveau de priorité de santé publique.

Une question de résistance

Publié le
Les Britanniques lancent une alerte aux superbactéries qui pourraient tuer davantage que le cancer d’ici à 2050 : y-a-t-il aussi des raisons de s’en inquiéter en France ?

La surconsommation d'antibiotiques en France nous met-elle en danger face aux superbactéries ? Crédit Reuters

Atlantico : Cette menace des superbactéries, résistante aux antibiothérapies, plane-t-elle de la même manière en France qu'en Grande-Bretagne ?

Stéphane Gayet : Il faut commencer par rappeler que les bactéries sont des êtres vivants microscopiques, constitués d’une seule et unique cellule, la cellule bactérienne, dont le diamètre est environ 30 fois plus petit que celui de nos propres cellules, ce qui permet de comprendre que ces bactéries peuvent pénétrer à l’intérieur de nos cellules et, soit les y agresser, soit y rester latentes. Les bactéries constituent, avec les virus, les deux principaux types d’agents infectieux.

Ces exemples d’infections bactériennes sont parlants : infection urinaire (cystite, colibacillose), prostatite, salpingite, infections génitales à gonocoque ou chlamydia, impétigo, érysipèle, panaris, furoncle, anthrax, gangrène gazeuse, angine streptococcique, phlegmon, scarlatine, otite, sinusite, abcès (cutané, dentaire, cérébral), diphtérie, coqueluche, pneumonie à pneumocoque, tuberculose, méningite à méningocoque, septicémie, maladie de Lyme, listériose, arthrite suppurée, ostéite, salmonellose digestive, colite à clostridium, infections nosocomiales (infections postopératoires, liées à un cathéter, etc.).

Pour nous défendre face à une infection bactérienne, nous avons nos défenses immunitaires et les antibiotiques. Les premières suffisent parfois ; mais, si la souche bactérienne qui nous infecte est virulente (c’est-à-dire agressive) ou si nos défenses immunitaires (locales, régionales ou générales) sont faibles (nouveau-né et nourrisson, femme enceinte, vieillard, cancéreux, sidéen, insuffisant hépatique, rénal ou respiratoire, diabétique, sujet atteint d’une maladie chronique, opéré récent), l’infection bactérienne a tendance à ne pas guérir et s’aggraver, même jusqu’au décès. Avant l’ère des antibiotiques, ces personnes mourraient. Dans la première moitié du XXe siècle, la révolution antibiotique a transformé l’évolution de tels malades. Mais se profile un certain désenchantement. Car la résistance bactérienne progresse régulièrement et occasionne des échecs thérapeutiques.

Les comparaisons internationales au sein de l’Union européenne montrent que le Royaume-Uni et la France se situent à des niveaux de résistance bactérienne voisins, tandis que les pays d’Europe du Nord sont à un niveau plus bas, à l’inverse des pays d’Europe du Sud qui ont plus de résistances. Qu’en sera-t-il en 2050 ? Cela va dépendre en particulier de l’éventuelle mise au point de nouveaux antibiotiques. Actuellement, la résistance des bactéries continue à s’accroître d’année en année, alors que la prévention et le traitement des cancers progressent à l’inverse. D’où une projection qui indique un croisement des courbes de mortalité –par infection bactérienne et par cancer- en 2050. Mais cette extrapolation ne prend pas en compte les progrès des pratiques en matière d’utilisation des antibiotiques ni la découverte éventuelle de nouveaux antibactériens -antibiotiques ou autres.

À l'échelle de la recherche mondiale, où en est-on au sujet de la lutte contre les bactéries résistantes aux antibiotiques ? A quels problèmes les scientifiques, médecins, chercheurs sont-ils confrontés ?         

La résistance croissante des bactéries aux antibiotiques constitue un problème très préoccupant de santé publique. Le rapport 2014 de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur la surveillance mondiale de la résistance aux antimicrobiens révèle que la résistance aux antibiotiques est une réalité partout dans le monde aujourd’hui, qui risque de compromettre notre capacité à traiter des infections y compris courantes, et aussi bien dans la communauté qu’en milieu de type hospitalier. Or, la résistance bactérienne est essentiellement déterminée par la pression de sélection exercée par les consommations d’antibiotiques. C’est pourquoi de nombreux pays développés ont élaboré une politique de lutte contre la résistance des bactéries aux antibiotiques. Le premier plan national français pour préserver l'efficacité des antibiotiques a défini un programme d’actions pluriannuel 2001-2005 avec pour objectif de maîtriser et de rationaliser la prescription des antibiotiques. Une deuxième phase 2007–2010 a eu pour objectif de poursuivre les actions engagées et mettre en œuvre de nouvelles actions.

Ce plan a été piloté par le Comité national de suivi du plan antibiotique. Mais la France est depuis longtemps un pays gros consommateur de médicaments, en particulier d’antibiotiques, et il est difficile de faire changer les habitudes, tant celles des médecins que celles des patients qui suscitent les prescriptions et prennent leurs antibiotiques comme ils l’entendent. Or, un antibiotique mal choisi, donné à dose insuffisante ou de façon inadaptée, ou encore arrêté trop tôt, contribue à sélectionner des bactéries à lui résistantes. L’antibiothérapie est devenue un domaine médical complexe et à dire vrai difficile à bien appréhender par les non-spécialistes. D’où des prescriptions de nature à favoriser les résistances bactériennes, auxquelles s’ajoute une assez fréquente tendance chez le patient à changer la dose et la durée du traitement antibiotique. Mais ce n’est pas tout : il y a aussi tous les antibiotiques qui se trouvent dans nos aliments provenant de la viande de volaille, de porc, de bœuf et de poisson d’élevage. Si, en médecine humaine, le premier plan antibiotique national date donc de 2001, en médecine vétérinaire, il a vu le jour en 2011 : un retard de dix années a donc été pris par rapport à la médecine humaine ; c’est un gros handicap. À côté de ce plan vétérinaire, où en sommes-nous avec les plans en santé humaine ? Le plan actuel s’appelle, son intitulé est explicite, "Plan d’alerte sur les antibiotiques 2011-2016" ; il poursuit les actions précédentes et propose un objectif de baisse des consommations d’antibiotiques de 25 %.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Stéphane Gayet

Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€