Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 20 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Brexit : les jours de Theresa May sont comptés...

Theresa May ne sait plus où elle habite. Le parti conservateur est fracturé et prépare une motion de défiance qui la contraindrait à démissionner.

Atlantico Business

Publié le
Brexit : les jours de Theresa May sont comptés...

Theresa May était venue à Davos pour conquérir la confiance des milieux d’affaires et des dirigeants politiques en leur expliquant son projet de Brexit modéré. Elle en est repartie assez désemparée, obligée de rappeler la nécessité d’adopter des positions plus dures pour calmer ses amis politiques qui ne comprennent plus la direction qu’elle suit.

Bref, tout se passe comme si elle ne savait plus de quel côté pencher pour poursuivre la négociation.

Tout a commencé par une intervention de Phillip Hammond, le chancelier de l'Echiquier qui, à Davos, a affirmé qu’il espérait un accord sur le Brexit qui permettrait de ne pas s’éloigner de la nature des traités commerciaux anciennement signés entre la Grande Bretagne et l’Union européenne.

En bref, il a expliqué que le rapport entre la Grande Bretagne et l’Union européenne ne changerait pas de nature, mais de nom. Il pensait sans doute séduire les milieux d’affaires, il a surtout provoqué la surprise et les a laissés très sceptiques.

A Londres, ce discours a provoqué un tollé chez les conservateurs partisans du hard Brexit. « Pas la peine de négocier ce Brexit si c’est pour accoucher d’une situation équivalente ». Ce qui a obligé Theresa May à corriger un peu les propos de son ministre.

Cela dit, pour la plupart des observateurs, ce faux pas est peut-être le faux pas de trop. D’autant que le chancelier de l’Echiquier s’est aussi un peu moqué des acrobaties de Theresa May entre les partisans du Brexit et ceux qui ne le sont pas, rappelant que ce type de comportement lui avait valu un échec cuisant aux élections de juin.

Theresa May à Davos a essayé de faire bonne figure sauf que les chefs d’Etat et de gouvernement européens lui ont plutôt battu froid, la réception organisée comme chaque année n’a guère eu de succès. Les milieux d’affaires ne lui ont pas fait un accueil délirant dans la grande salle et on ne peut pas dire qu‘elle ait été applaudie avec beaucoup de chaleur.

Quant au rendez vous qu‘elle a eu avec Donald Trump, il n’a pas provoqué l’effet qu‘elle en espérait. La poignée de main manquait de conviction.

Elle croyait que le président américain lui aurait apporté un soutien sans faille dans son projet d’autonomie. La réalité, c’est que Donald trump a donné l’image d’un président américain qui ne voulait pas se mettre la communauté internationale à dos. Il donc défendu son pays « America is back », mais il a donné des gages de détermination à protéger le commerce international.

On craignait un président apôtre du protectionnisme, il a plaidé pour le multilatéralisme, regrettant les risques de guerre monétaire et affirmant que le dollar avait pour vocation d'être grand et fort. Pour Londres, ce type de propos n’était pas un bon signe. Le dollar est remonté d’un cran après le discours, faisant baisser l'euro et taire les critiques. Ce qui a évidemment plu à tout le monde.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 29/01/2018 - 08:38 - Signaler un abus Il faut à la GB un vrai négociateur!

    Un homme? (Wouah! Wouah!) ou une dame de fer...ce que n’est pas Theresa May qui, comme le minet-à-cougars, louvoie comme une anguille, avant de se prendre dans la nasse...

  • Par Michel Baubet - 29/01/2018 - 09:23 - Signaler un abus Hartd Brexit

    Il lui faudrait un rapport de force plus favorable...elle n'a pas de "billes", tout simplement, on le voit très bien maintenant. Un autre n'en aura pas plus.

  • Par Ganesha - 29/01/2018 - 14:17 - Signaler un abus Madame Soleil

    Le mandat de mr. Sylvestre sur ce site est de défendre le Capitalisme, surtout dans ses aspects les plus nuisibles et délétères. Il a une nette tendance à prendre ses désirs pour la réalité, mais, heureusement, notre ''Madame Soleil'' se trompe quasi constamment !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€