Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Bretagne, l’histoire confisquée" : à trop vouloir prouver...

Atlanti-culture

Publié le
"Bretagne, l’histoire confisquée" : à trop vouloir prouver...

LIVRE

Bretagne, l’histoire confisquée

Quand l’histoire s’indigne

De Frédéric Morvan

Ed. du Cherche Midi

RECOMMANDATION

            A LA RIGUEUR

THEME

La cause est noble, rendre à la Bretagne sa véritable histoire, enracinée et méconnue, éloignée de la légende de ses vieilles gloires : le roi Arthur, Bertrand du Guesclin, Anne de Bretagne. 

Attiré par le titre et la jaquette sobre aux couleurs du Gwenn ha Du (drapeau breton, blanc et noir) promettant une « histoire de combat », l’amoureux de la région accompagne volontiers l’auteur en croisade pour trouver les coupables et comprendre ce que, derrière les images de cartes postales, l’auteur qualifie de malaise.

POINTS FORTS

Le professeur Frédéric Morvan connaît bien son sujet et met en scène sa géographie et sa culture uniques, la force de caractère du peuple breton, ses figures historiques marquantes, sa diversité, ses singularités locales, les enjeux de pouvoirs et les relations complexes entre le Comte de Bretagne, le Duc d’icelui et le pouvoir central aux divers âges d’une histoire millénaire. Souvent des clés d’explication du vrai malentendu entre la France et sa grande province occidentale surgissent d’un propos très documenté, mais parfois sommaire. 

Hors du champ historique, l’auteur se risque dans une plaidoirie où la politique, un brin d’économie et d’aménagement du territoire, quelques opinions personnelles très générales et surtout l’appel au réveil de l’apprentissage par les bretons de leur propre histoire et la récréation du CELIB (Comité d’étude et de liaison des intérêts bretons, lobby créé en 1950) devraient, à elles seules, remettre naturellement la Bretagne à sa place, évidemment la première.

POINTS FAIBLES

Comme une course au large des côtes bretonnes, ce programme louable n’est pas sans danger. Le mélange des genres, quelques erreurs (piratage au lieu de piraterie, le commando Kieffer devient Pfeiffer), un plan du type :« atouts, enjeux, perspectives » amènent l’auteur à être parfois redondant. 

L’histoire bretonne est de longue mémoire, complexe, entremêlée, tiraillée entre Nord et Sud, Est et Ouest, habité d’une foi populaire en un christianisme teinté de croyances païennes, fracturée par les alliances inconstantes, des conflits féodaux, des soumissions mal digérées. 

L’exception bretonne se réduit au fil du temps, les effets bénéfiques parfois, ou dévastateurs souvent de la tutelle française et l’abandon de son tropisme brittonique, l’émigration massive, l’absence d’unité régionale et d’une capitale unique l’ont même empêchée de faire valoir sans contestation son périmètre d’hier et d’aujourd’hui.

En outre, le langage familier, parfois véhément, assumé par l’auteur, fatigue le sujet et déconcerte le lecteur. La recette qui mélange du « kouign amann historique » et le « far breton socio-économique » passe mal en bouche tant les arguments sur les responsabilités et la supériorité bretonne : ressources, saints, politiques, entrepreneurs, bacheliers, … manquent souvent de développements, de liens et de consistance.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par lémire - 19/10/2017 - 20:02 - Signaler un abus Il pourrait être catalan...

    Faut-il développer ?

  • Par gwirioné - 19/10/2017 - 23:32 - Signaler un abus Hommage simple et non lige...

    Lien vassalique: ainsi Arthur de Richemont, ancien Connétable de France , devenu Duc de Bretagne en 1457, refusa de prêter hommage lige au roi Charles VII. A part cela, c'est toujours réjouissant d'entendre un point de vue français sur notre Histoire de Bretagne.

  • Par MIMINE 95 - 20/10/2017 - 09:53 - Signaler un abus AH! LE NATIONALISME BRETON

    ..........................!!!!!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Paul Beuzebosc pour Culture-Tops

est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€