Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 24 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Importateur de cerveaux ! Le Brésil, terre d'accueil pour émigrés européens fuyant la crise

Le Brésil n'est pas convoité uniquement pour son Carnaval de Rio qui débute ce samedi. Moteur économique de l’Amérique latine, le pays s'impose comme un eldorado pour les entrepreneurs étrangers.

Nouvelle terre promise

Publié le

Le Brésil, nouvel eldorado pour les entrepreneurs étrangers étranglés par la crise ? Le pays, devenu la 6ème puissance mondiale depuis décembre dernier, affiche l'impressionnant PIB de 2 520 milliards de dollars en 2011. Depuis le début des années 2000, le plus grand et le plus peuplé des pays d'Amérique latine surfe sur une vague inédite de croissance (7,5% en 2010, 6% en 2011), grâce à la stabilité de son marché intérieur.

Conséquence de cette bonne santé économique : le nombre de cartes de séjour délivrées a bondi de 67% entre 2009 et 2010. Et la tendance s'est encore accentuée l'an passé. Épargné par la crise de 2008, le pays attire donc les investisseurs étrangers - Chinois en tête - mais aussi de nombreux Européens qui fuient la crise et viennent tenter leur chance sous les tropiques.

Reportage international du 27 décembre 2011 Brésil : l'eldorado des européen Brésil : nouvel eldorado des Européens (Reportage RFI)

 

Parmi eux, un très grand nombre d'Espagnols, qui cherchent à fuir la morosité de leur économie et un taux de chômage avoisinant les 20%. Le point de ralliement de ces nouveaux arrivants : Rio de Janeiro. La mégapole de plus de 11 millions d'habitants, qui allie soleil et business florissant, accueillera la Coupe du monde de football en 2014 et les Jeux olympiques en 2016.

Dans un article du Point, Afeida Ghaleb, 33 ans, explique qu'elle ne regrette pas d'avoir quitté la France pour tenter l'aventure au Brésil : "Je sens que j'ai échappé à la crise en Europe. Je suis de double culture (franco-arabe) et j'avais envie d'une expérience à l'international". Embauchée chez Michelin à Rio de Janeiro avec un contrat local, elle explique qu'au Brésil, "c'est plus ouvert, on n'est pas catalogué. La France malheureusement, ne valorise pas la diversité".

Arrivé en octobre en touriste, Alejandro, un Espagnol de 33 ans, vit de petits boulots comme DJ ou guide dans les favelas : "Avec la crise et le chômage en Espagne, j'avais besoin de changer d'air, d'une ville avec la plage et le soleil. Il faut aller où les choses vont mieux. Mais mon visa expire dans un mois et demi", explique ce Madrilène à l'AFP. Il deviendra "illégal" s'il n'arrive pas à renouveler son visa pour trois mois encore, le maximum permis.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Thierry-Lille - 18/02/2012 - 09:33 - Signaler un abus Apparement plus si attrayant

    Depuis peu le Brésil subit les conséquences de CRISE (mot préféré des médias et de Sarko) et sa croissance stagne. Peut-être est-ce de notre faute ?

  • Par ricouti - 18/02/2012 - 12:00 - Signaler un abus Samba de Orly

    Les allemands ont depuis longtemps des liens commerciaux avec le Brésil plus resserrés que nous. Pourtant le Brésil parle une langue latine proche de la notre et a longtemps admiré la France (comme d'autres pays d’Amérique du Sud). Pour exemple, le titre est un standard des années 60. C'est bien dommage qu'on ne sache pas profiter de ces excellentes dispositions de ce pays pour plus commercer avec. Il y a bien eu cette année du Brésil (et de la France la-bas) mais qu'en reste il ? D'autant qu'avec les multiples vagues d'immigration passées de portugais en France, il doit y avoir maintenant pas mal de lusophones sur notre territoire. Pourquoi ne pas créer une sorte de Commonwealth pour les pays latins?

  • Par dubito - 18/02/2012 - 13:51 - Signaler un abus À armes égales!

    Comme vous le savez tous ,pour vendre au brésil ,il faut PRODUIRE AU BRÉSIL (j'ai oublié le pourcentage qui est important);demandez par exemple à Michelin. Reviendrons nous au protectionisme?

  • Par perisino62 - 18/02/2012 - 16:44 - Signaler un abus 30 ans de croisance à venir !

    Je suis un exilé politico-social. J'ai quitté mon pays pour le Brésil après y avoir subi une injustice ! Captation injustifiée de mon garçon autiste dont je m'occupais depuis 10 ans, sur signalement abusif après que j'ai viré un chauffeur de taxi pour enfants en état d'ébriété ! Pays maudit ! Si la banque centrale ne poussait pas régulièrement les taux très haut, l'inflation et la croissance seraient galopantes ! Avec 120/185 eme de sa population très en retard, le Brésil à un avenir en rose ! Des matières premières pour 5 siècles... Une agriculture en mesure de nourrir 500 millions d'habitants, un climat merveilleux ; une taille respectable avec 15 fois la France, la mer, des lacs et de l'eau partout... Je pense que Rio comme destination est ce qu'il y a de pire : "le bon Rio" est très étroit et inaccessible en terme de prix, derrière ce ne sont que kilomètres de Favelas... réunissant toutes les rêveurs et miséreux du pays venus y chercher fortune !! Le pays est énorme, les états du sud de Brasilia sont un peu moins intéressants économiquement et très européanisés... le reste du pays au nord d'une ligne horizontale à partir de Brasilia est totalement à construire.

  • Par perisino62 - 18/02/2012 - 17:01 - Signaler un abus Suite

    Oui les Brésiliens ont longtemps aimé le mythe français et rousseauiste : ça se termine ! Ils ne sont pas marxistes, ni socialistes, ni communistes... Le parti au pouvoir se dit "progressiste" ; Mais les 65 millions de brésiliens économiquement les plus avancés sont des libéraux et n'aiment pas que l'Etat se mêle de tout et qu'il passe avec ses services publics les 25% de part dans le PIB ! Il y a très peu de français au Brésil : Presque tous à Rio ! Qui est de mon point de vue une ville de voyous ! Et c'est aussi ce que pensent les brésiliens en général ! La ville accueillante pour apprendre le portugais et s'intégrer est Sao Paulo : ville sérieuse ! Chirac disait "un français à l'étranger est un français perdu pour la France"... Très curieux état d'esprit ! En France le système n'invite pas des masses de Français à s'investir un peu partout dans le monde : A cause des régimes généraux, sociaux, égalitaires, dit "par répartition" ! On fait donc tout pour garder les français sur place, et on dit du mal de tous les pays du monde au français à la télévision, dans les journaux, partout pour qu'ils restent ! Les gdes entreprises elles sont au Brésil depuis longtemps !

  • Par perisino62 - 18/02/2012 - 17:13 - Signaler un abus quelques milliers d'entreprises françaises sont au Brésil...

    Et oui ! Mais très peu de français ! Il est évident qu'avec 6 millions de chômeurs, rmiste, rsa-istes, semi chômeurs et autres non inscrits, la France est dans une grande misère, et va droit au mur ! A la fin du 19eme siècle le Japon vit son "ère Meiji" ce que tout le monde a appris à l'école... Il s'agit d'une période crucial de relance économique et culturel au Japon. Ce que les gens savent moins c'est que cette période aboutira à expatrier quelques centaines de milliers de japonnais au Brésil... qui y sont désormais quelques millions ! Lesquels ont de nombreux échanges et contacts avec le Japon depuis 120 ans ! On devrait faire la même chose avec des français, si possible choisis parmi les meilleurs ! Créer des sociétés, les capitaliser avec des fonds publics/privées et aider des français à s'expatrier... etc vaste sujet ! Mais c'est probablement une des voies pour sortir la France du marasme : la situation avec une part du public et para public supérieure à 50 ou 55% du PIB va aller en s'empirant ! Le chômage va aller grandissant ! Ce sera pire avec des socialiste au pouvoir... encore que de toute façon un Sarko n'y changera rien car la France est ingouvernable !

  • Par srdmerac - 18/02/2012 - 18:46 - Signaler un abus Un pays protectionniste

    Je suis entrepreneur au Brésil, j'ai aussi une société en France et aux USA. Il est notable que le Brésil n'est pas un pays low cost (comme on le dit parfois, les cadres y sont d'ailleurs plus chers qu'ici). C'est un pays ultra-protectionniste (droits de douanes énormes de 30 à 100%). Les taxes et impôts y sont élevés. Enfin, l'administration est assez lourde. Mais ça marche... Comme quoi la régulation a du bon.

  • Par perisino62 - 18/02/2012 - 19:14 - Signaler un abus Pas tout fait exact ! SRDMERAC !!

    Haha ! Heureusement que c'est un pays protectionniste ! Sinon les occidentaux auraient vite fait de les ruiner, de les charger de dettes à coups de facilités de caisse et de crédits... sans contreparties... en leur vendant n'importe quoi et surtout des produits pas très utiles !! Il faut éviter de venir au Brésil pour y vendre "des merdes" ! Les allemands réussissent bien en vendant des machines outils... ! Mais il faut y venir pour créer des affaires et aider au développement ! La main d’œuvre : les charges sociales ne dépassent pas 30% du salaire... le Brésilien s'occupant de se choisir une couverture maladie et prenant soin de sa retraite (autre que celle prévue par la ponction sur tous les salaires) ; Les impôts ne dépassent pas 26%. La main d'oeuvre de base est bien meilleur marché qu'en Europe : un maçon gagne 1.000 reais dans le minas gerais et 2000 à sao paulo ; médecins, prof libérales et cadres sup gagnent bien mieux leur vie avec plus d'aides autour d'eux ! Dans le commerce, à titre d'exemple, un restaurant de 150 places se tient avec deux fois plus de personnel et deux fois plus de rentabilité qu'en France. Pardonnez mes fautes dans les commentaires précédents !

  • Par perisino62 - 18/02/2012 - 19:43 - Signaler un abus Protectionniste mais libéral de l'intérieur !

    Donc le Brésil est protectionniste pour ses échanges avec l'extérieur ! Mais très libéral de l'intérieur ! Ici pas besoin de diplômes pour ouvrir une pharmacie (mais un diplômé doit être présent) : vous pouvez aussi monter une chaîne de pharmacies ! On peut quasiment monter et développer tous les types possibles et imaginables de business sans diplômes et sans limites (mais il est exigé de petits stages de gestion très facile à contourner avec des associés). Les permis de construire vont plus vite ! Ces permis sont techniques et non pas esthétiques ! En zone rural on peut construire n'importe où en prenant en charge sa propre viabilité ! On peut acheter de la terre facilement et sans limite si l'acquéreur est 1 société immatriculée au Brésil ! L'achat d'un bien ne prend pas plus d'un mois et peut aller plus vite sans financement ! On peut exercer de jour comme de nuit indifféremment... En revanche vous n'y trouverez aucun financement ... ou quasiment pas... un peu pour acheter un bien immobilier neuf... quasiment rien pour les petites affaires... On trouve pour les moyennes et grosses entreprises avec la BNDES à condition d'être sur la liste des secteur à développer ...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€