Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 25 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

A bout : journal d’un médecin de banlieue qui jette l’éponge (jusqu’à quitter la France)

Thomas Cartier a travaillé huit ans en tant que médecin généraliste en banlieue parisienne dont trois ans à Bobigny.

Confidences

Publié le - Mis à jour le 10 Mars 2018

Ce sentiment d'abandon vous en faites mention dans vos déclarations sur Twitter. Pouvez-vous nous expliquer comment, selon vous, les institutions faillissent ?

Il convient de distinguer là ce qui relève du niveau local et du niveau institutionnel. D'abord au niveau local, c'est presque paradoxal à dire quand on voit l'argent qui est investi dans les politiques de la ville mais il y a un réel manque d'argent pour créer du tissu social dans ces quartiers. Dans mon cas j'ai eu droit aussi à des problèmes politiques. Quand je me suis installé à Bobigny j'ai repris le bail de l'ancien médecin qui était là avant moi. Je suis aujourd'hui locataire dans un office HLM de la ville et les services de la ville m'ont posé des soucis judiciaires lors de mon installation.

J'ai dû faire venir un huissier pour faire valoir mon droit au bail. Visiblement mon installation était en contradiction avec les nouveaux enjeux politiques de la ville. La municipalité aurait préféré que je m'installe ailleurs alors qu'il s'agit d'un quartier de 3 000 à 4 000 habitants qui n'avaient plus de médecin depuis le départ de mon prédécesseur. Un vrai désert médical. Je ne suis pas isolé, un autre collègue qui a essayé de monter une maison de santé dans une ville voisine de Bobigny a dû abandonner son idée car la mairie a été très peu aidante, même bloquante  alors que son projet devait apporter trois médecins dans une ville en pleine désertification médicale elle aussi. Ces freins sont incompréhensibles.

Après il y a de nombreux problèmes au niveau des institutions également.

Avec la CPAM, sur des dossiers souvent complexes de patients, il y a cette impression que le système est toujours en train de chercher la petite bête et que l'on se borne à ne pas reconnaître les difficultés sociales de nos patients. Les médecins généralistes se perdent en procédures et la plateforme d'appel qui permettait de joindre les "médecins conseils" ne nous facilite pas du tout la tâche à l'heure actuelle, ce qui renforce la difficulté des démarches administratives que l'on doit effectuer pour nos patients. Cela vient encore renforcer le sentiment d'isolement face à un système qui fait tout pour mettre en échec ce que nous essayons de faire avec nos patients, sans parler de certains déremboursements d’actes infirmiers ou de médicaments, qui font que cela devient difficile de trouver des alternatives.

Autre exemple très concret.  Un an après m'être installé à Bobigny, il y avait un médecin de 75 ans qui partait à la retraite dans un quartier proche et j'ai hérité de toute sa patientèle. Il y avait dans cette patientèle de nombreuses personnes qui devaient prendre leur retraite sous peu et qui étaient en arrêt de travail de longue durée car ils étaient littéralement cassés par le travail et n'attendaient plus que l'âge de la retraite. L'ajout de tous ces gens a fait exploser mon nombre d'arrêts de travail délivrés, le temps que soient mises en place, à mon initiative, des procédures d'invalidité entre autres. De ce fait, j'ai été convoqué par la CPAM. En tant que médecin vous le vivez comme une humiliation. D'autant plus que j'enseigne à la faculté  les rapports entre santé et travail aux internes de médecine générale.

Plutôt que de nous aider moralement et administrativement à faire toutes ces démarches, je me suis retrouvé sous menace d'une mise sous contrôle par l'Assurance Maladie sur les délivrances d'arrêts de travail. Plutôt que de nous laisser de la latitude au vu de nos conditions et lieux de travail on a l'impression que l'Assurance Maladie verrouille encore plus des situations qui sont parfois difficiles.

Lorsque vous êtes dans ce contexte avec des autorités locales qui font tout pour que vous ne vous installiez pas, l'Assurance Maladie qui vous tombe dessus à la moindre occasion, vous finissez forcément par développer une forme de lassitude et cela va s'en ressentir sur la qualité des soins que vous donnez. Au final c'est toujours sur les populations locales que ces problèmes finissent par retomber.

Enfin si l'on veut parler de l'avenir il faut dire que ces situations ne vont pas inciter les jeunes diplômés à s'installer dans ces endroits ou même à s'installer en France tout court. Pour ma part toutes ces difficultés m'ont convaincu d'aller exercer dans un autre pays et je partirai de France dans les prochains mois. Et je ne suis pas seul, il serait intéressant un jour d'avoir des statistiques sur les départs des médecins de France pour avoir une idée de l'ampleur du phénomène.

Il va falloir remettre à plat le système de santé et arrêter de poser des rustines comme l'augmentation d'un ou deux euros des consultations. Sans cela les situations ne feront que s'aggraver, tout comme les désertifications médicales.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 08/03/2018 - 08:21 - Signaler un abus Diagnostic

    Cet article se divise en deux chapitres séparés. D'abord, il y a le récit d'un incident causé par un homme qui, en dehors de la possibilité d'être sous l'effet d'une drogue illégale (cocaïne ?), pouvait aussi souffrir d'un ''trouble bipolaire''. Et dont ''l'accès maniaque'' était éventuellement aggravé par la prescription inappropriée, c'est très fréquent, d'un médicament de type Prozac. Ensuite, la description des difficultés causées par un contrôle purement comptable de l'activité des médecins.

  • Par vauban - 08/03/2018 - 08:29 - Signaler un abus Mouais....

    Ce confrère me semble s.etre perdu dans le marais du médico-social,duCare dirait mne Aubry Il s’est noyé car à oublié ce pourquoi il avait été (dé)formé Le mélange des genres n’est pas tenable dans nos métier

  • Par vauban - 08/03/2018 - 08:41 - Signaler un abus Oups

    Métiers

  • Par walchp - 08/03/2018 - 08:43 - Signaler un abus La vraie nature de la populace

    Le choc provoqué par le contraste entre vision idéologiquement idéalisée et réalité de terrain Bienvenu dans la vraie vie,Mr le maître de conference es souffrance sociale ,!!

  • Par walchp - 08/03/2018 - 08:48 - Signaler un abus Et bien sur supprimons le concours d'entrée

    Formons des bataillons de medecins sous formés qui auront obligation de s'installer avec leur famille dans ces paradis sur terre,en récompense de leurs années d'efforts

  • Par Lepongiste - 08/03/2018 - 08:52 - Signaler un abus Pas étonnant !!

    Et ce n'est qu'un début ! Face aux barbares il n'y a pas 36 méthodes !

  • Par Alain Proviste - 08/03/2018 - 09:40 - Signaler un abus Avis mitigé

    J'étais plein de curiosité et d'empathie au tout début de la lecture. Puis les premiers paragraphes m'ont laissé plus sceptique, ça me fait toujours ça quand je vois trop le mot "social". Évidemment la lecture de l'agression met mal à l'aise. Tour ça fait penser à la phrase de Bossuet : "Dieu rit de ceux qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes".

  • Par Deudeuche - 08/03/2018 - 09:43 - Signaler un abus Triste

    Très triste!

  • Par Citoyen-libre - 08/03/2018 - 09:52 - Signaler un abus Eh oui, quoi que !

    On commence par quitter son immeuble, puis son quartier, son département et ensuite son pays. Simple question de moyens financiers. Quand à tous les "médiocres" qui se plaignent de ne pas faire partie de la cohorte des milliardaires, plus nombreux chaque année, ils ne sont que de vulgaires populistes !!! Plus sérieusement, je dirai tout de même à ce médecin, que vouloir exercer son métier dans le Bronx (autrefois), est un choix que n'ont pas fait ceux qui exercent à Manhattan !

  • Par excalibur2016 - 08/03/2018 - 10:06 - Signaler un abus Un Medecin n'est pas là pour faire du "social"

    Un Medecin doit soigner les gens (tiens, je fais du Melanchon !) sur le plan somatique et psycho mais ne doit pas faire du social. Après on s'étonne des graves conséquences sur la vie en générale (tiens tiens, cet article ne dit pas un mot de l'entourage familial du médecin, s'est il volatilisé ?). Il a bien compris (à ses dépends) ce que coûte une implication trop importante dans les problèmes sociaux des patients. Un médecin n'est pas une assistante sociale !!. Il faut toujours garder de la distance... Pour les rapports avec le SECU cela dépend beaucoup des zones géographiques, mais certains caisses s'évertuent à "faire chier" les medecins. Je pourrais raconter une anecdote perso : lorsque je me suis installé en libéral en Normandie, j'ai été reçu cordialement par une des cadres de la caisse qui m'a bien fait sentir que j'étais un contribuable "privilégié" donc discours orienté politiquement très à gauche, limite gauchiste, insupportable. Et le devoir de réserve ils le connaissent les fonctionnaires de la SECU ?

  • Par excalibur2016 - 08/03/2018 - 10:08 - Signaler un abus Alain Proviste

    Je partage a 100% votre opinion !

  • Par kelenborn - 08/03/2018 - 10:52 - Signaler un abus HEHEHE

    C'est beau le vivre ensemble!!!! surtout dans le 9.3.................................................D'ailleurs à Bondy on célèbre même ça!.........http://kelenborn.e-monsite.com/pages/nouvelles-1/le-rat-qui-rit/24-le-parti-communiste-elit-son-secretaire-general-dans-les-chiottes.html Mais positivons! c'est la journée des femmes !et d'ailleurs tjs dans le 9.3 on fête ça! ..........http://kelenborn.e-monsite.com/pages/nouvelles-1/le-rat-qui-rit/37-le-hidjab-au-service-de-l-egalite.html Il est plus là A2BOUH !

  • Par Djib - 08/03/2018 - 11:05 - Signaler un abus Encore un bisounours

    pour qui les responsables de tout ça sont l'Etat, les institutions en général, le manque de "môôôyens, les entreprises qui n'arrivent pas à former les "chances pour la France" et qui les exploitent, du moins ceux qui bossent. Bien évidemment, jamais ne sont citées l'immigration incontrôlée devenue folle et l'agressivité de la culture archaîque arabo-musulmane, qu'on ne rteouve pas par exemple chez les immigrés asiatiques. Alors on a envie de dire à ce ravi de la mosquée, éternelle victime consentante: "casse-toi pauv con!"

  • Par vangog - 08/03/2018 - 11:38 - Signaler un abus La "banlieue nord", populations vulnérables???????...

    vulnérables à quoi?...le système de santé français, égalitaire dans le bon sens du terme, permet que ces habitants des banlieues nord ne soient pas plus "vulnérables" que tous les autres Français. Alors, "vulnérables " à quoi? à la naïveté des gauchos-bobos qui leur accordent une discrimination positive, pour vulnérabilité fantasmée?...

  • Par Claude Romain - 08/03/2018 - 12:02 - Signaler un abus un siècle de syndicats de "médecins libéraux"

    Depuis 1927, les syndicats de médecins refusent toute implication dans l'organisation des soins, se bornant à réclamer des honoraires plus élevés, la prescription et l'installation libre, et pour le reste, "que l'intendance suive". C'était corporatiste, et irréaliste dans une société moderne. Ils n'ont pas voulu organiser le système de soins, ils en sont les victimes. A présent, ils exercent moins bien et sont moins bien payés que dans les pays comparables. Les vieux médecins sont partis après des carrières lucratives et avec des retraites en or, laissant aux plus jeunes ce désastre professionnel. Et les syndicats de médecins continuent à réclamer plus d'honoraires ou d'aides financières... Les médecins ont la situation que leurs représentants ont préparé pour eux.

  • Par adroitetoutemaintenant - 08/03/2018 - 12:20 - Signaler un abus Consternant !

    Il ressort de ce récit plusieurs points : une bureaucratie et un gouvernement stalinien, une université décadente qui formate des mauviettes, une extraordinaire confusion des genres et des rôles. Ce pays est foutu !

  • Par vauban - 08/03/2018 - 13:05 - Signaler un abus Assistante sociale et médecin tamponneur

    Les places de stationnement réservées pour les taxis VSL devant le cabinet euh non ,la maison de Santé 2roumaines et un médecin diplômé en Belgique ou en Espagne car recalé aux concours Français voilà la future médecine générale concoctée par nos énarques Claude Romain:détrompez vous pour avoir été syndicaliste médical ,conseiller ordinal ,postes dont j .ai démissionné au bout de 18mois :ces instances n’ont et n’ont eu aucun pouvoir face aux technocrates et maintenant al .armee mexicaine des ARS ET HAS et autres entités etatiques J.ai le souvenir d..enregistrement de qualifications De médecins étrangers sur listes présentées par le préfet sans possibilité de refus pour des praticiens dont le cursus était nul voir archinul et uniquement pour remplir despostes vacants dans des hôpitaux secondairesLe patient était de la chair a prestation hospitalière non qualifiée Après quelques années de sévices,pas de faute,rendus les dits medecins obtenait le st graal a savoir l’autorisation de pratiquer leur spécialité en ville.....Je ne parle pas de ce qui allait de paire :familles non françaises hébergées au sein de l.hopital je préfère m.arreter là La censure pourrait sevir

  • Par zelectron - 08/03/2018 - 14:50 - Signaler un abus l'autre dessous des cartes

    la déstabilisation de la société fait partie du programme souterrain du socialisme

  • Par JeanBart - 08/03/2018 - 14:53 - Signaler un abus Violence

    Finalement, le problème de fond est que plus personne ne sait répondre aux menaces de violence où à la violence par elle-même. Tout le monde tétanise, et les brigands en profitent.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 08/03/2018 - 17:04 - Signaler un abus Super !....Si même les

    Super !....Si même les socialos n'en peuvent plus,..... Il n'y a plus qu'à envoyer "médecins sans frontières "..... Ganeshânebâté pourra livrer des sacs de riz... .. Il paraît qu'il a une bonne expérience des ONG et des Quartiers

  • Par Liberte5 - 08/03/2018 - 17:39 - Signaler un abus Si même les bisounours baissent les bras

    et veulent quitter la France, alors oui nous pouvons dire que la France a définitivement basculé dans le tiers-mondisme. Le 93 est devenu l'avant garde, avec Marseille, de la France du futur..Près de 50 ans de socialisme ont conduit à la fin de l'histoire d'une France qui n'existera plus.

  • Par vangog - 08/03/2018 - 18:19 - Signaler un abus Avec le socialaud-macronisme...

    on est passé du "vivrensemble" au "courirhorsdefrance"...

  • Par René Tardy - 08/03/2018 - 19:39 - Signaler un abus @ claude romain : «  des retraites en or « 

    Cher monsieur, avant d’écrire des c...idioties, on se renseigne ! Un médecin après dix ans d’études et 40 d’exercice touche en moyenne 2900€, ça c’est une retraite en or massif ! Après 20 ans d’exercice libéral en banlieue j’ai dévissé ma plaque pour faire du salariat, et la retraite versée par la caisse des médecins se monte à 900€ mensuels, après 20 ans d’un travail évidemment moins harassant que de conduire un TGV... ça mérite bien cette «  retraite en or » !! Et on continue à ajouter tracasseries, contrôles, obligations administrratives, qui ont plus joué dans mon cas que les incivilités ou agressions, pour me faire lâcher ce qui a longtemps été le plus beau métier du monde... c’est un choix de société, et les pyromanes qui gueulent «  au feu » devant la désertification médicale continuent à tout faire pour dégoûter les jeunes de s’installer. Tant pis pour les français ......

  • Par pierre de robion - 08/03/2018 - 22:30 - Signaler un abus Même pavé de bonnes intentions,...

    l'enfer reste l'enfer et le qualificatif social(iste) n'y change rien! Notre déçu du réel ira-t-il s'installer en Suisse ou en Corée du Nord? à moins qu'il n'hésite en l'oncle Sam et le pote Maduro! Qui sème le vent......

  • Par aristide41 - 09/03/2018 - 05:39 - Signaler un abus Ah, les petits blans...

    Pourquoi croyez. vous qu'il n'y ait que des dictatures au Mahgreb, Afrique et autres ? Parce qu'ils ont compris la nature de leurs populations. Sans. cela, elles deviennent incontrolables.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 09/03/2018 - 08:15 - Signaler un abus Aristide

    Comme beaucoup,.. je cherche toujours une démocratie parmi les pays à majorité musulmane ......!

  • Par Ganesha - 09/03/2018 - 09:50 - Signaler un abus Sogans débiles

    La médecine libérale française est arrivée en fin de course : dans très peu de temps, lorsque les médecins de 70 ans et plus auront pris leur retraite, notre pays sera devenu un gigantesque ''désert médical''. La cause de ce désastre ? Les mesures prises par Alain Juppé, homme politique de droite, il y a plus de 20 ans. Numerus clausus dans les facs de médecine et blocage des honoraires du Secteur 1. Impossible pour un jeune médecin de s'installer : il faut disposer d'une énorme clientèle, et pratiquer ''l'abattage'', à 10 minutes par patient, pour couvrir ses frais professionnels à ce tarif là. Ce qui me fait bien rigoler, ce sont les vieux crétins qui viennent ici écrire : ''tout cela, c'est la faute du Socialisme'' ! Ou, tout aussi stupide : ''c'est la faute aux musulmans''. Vous donnez-vous parfois la peine de réfléchir, au lieu de répéter vos slogans débiles ?

  • Par vauban - 09/03/2018 - 11:27 - Signaler un abus Ganesha

    Médecin spécialiste libéral et hospitalier je partage tout à fait votre commentaire même si je suis un nanti obligé à 60ans de travailler 65heures par semaines pour sortir un revenu convenable et de le stabiliser’ malgré toutes les mesures fiscales et parafiscales qui s’empilent année après année Je suis un laborieux qui participe malgré lui à l’achat de la paix sociale pour permettre aux 1%de pouvoir continuer à prospérer...

  • Par guy bernard - 09/03/2018 - 12:20 - Signaler un abus à moins d’être un fonctionnaire reclus dans un bureau...

    On examine par petits bouts ce qui devrait relever d'un constat plus general : combien reste-t-il d'architectes, de commerçants, de géomètres et je ne sais quoi d'autre, alors que les métiers n'offrent plus ni revenus, ni plus values et sont impraticables dans leur exploitation. même les enseignants démissionnent... la situation actuelle ne permet plus l'exercice des métiers traditionnels, à moins d’être un fonctionnaire reclus dans un bureau.

  • Par Ganesha - 09/03/2018 - 13:20 - Signaler un abus Guy Bernard

    Vous faites partie des paranoïaques grotesques qui se sont trouvés dans les ''fonctionnaires'' les boucs émissaires universels de tous les malheurs du monde. Dans les années 1930, vous auriez publié des commentaires anti-sémites dans ''Je suis Partout''. Savez-vous de combien a augmenté la fortune des milliardaires l'année passée ?

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 09/03/2018 - 14:18 - Signaler un abus guy bernard

    Ne tenez pas compte des commentaires de ganeshânebâté ! Il n'a toujours pas compris que la médecine en France étant fonctionnarisée on avait aujourd'hui une médecine de type soviétique, c'est à dire totalement iresponsable.

  • Par Dorine - 09/03/2018 - 16:01 - Signaler un abus Ganesha et Bernard Guy

    Ganesha n'a pas tort quand il dit que Juppé a sabordé la médecine libérale. L'ennui, c'est que les suivants ont continué dans le même chemin et MST a achevé le travail. Bernard Guy, ce n'est pas tant un problème de revenus, car j'exerce en campagne et je me contente de revenus moyens, mais je sais que je rends service à la population rurale qui me le rend bien, hormis les dérangés du cerveau et les enfants trop gâtés des grosses villes qui viennent se faire soigner au tarif sécu, prenant la place des ruraux. Le problème, c'est le sens que l'on donne aux métiers quel qu'ils soient. Si vous les pesez à l'aune uniquement de l'argent, ils vont vite devenir insipides...

  • Par Deneziere - 09/03/2018 - 16:46 - Signaler un abus Ganesha a tort...

    ... quand il dit que Juppé est un homme de droite.

  • Par Brasidas - 09/03/2018 - 17:40 - Signaler un abus @guy Bernard

    Vous n'avez pas changé de pseudo depuis l'autre media. Jerome S

  • Par lilasbleu - 09/03/2018 - 19:03 - Signaler un abus 30 ans

    Cela fait 30 ans que l'on détruit la médecine liberale, cela remonte loin: Numerus clausus aberrant , on forme plus que besoin, on habitue à consulter pour n'importe quoi, même pour raison non medicale.30% des actes sont inutiles dit la ministre, c'est juste, pendant ce temps, on consacre moins de temps et d'argent aux porteurs de vrais pathologies Les médecins et autres professionnels des sante sont hyper controles et pas les patients. Un patient peut voir 3/4 dermatologues ou gastro-entérologues en 3 mois, il ne sera jamais interrogé ou inquiet La paperasse exténue les praticiens Et la patientelle est irrespectueuse, hurlant, criant, voir injuriant, frappant parfois, tout le monde ne porte pas plainte. La justice, les politiques ,la sécu ont démissionné Le grand perdant est le malade, le vrai malade

  • Par Ganesha - 10/03/2018 - 09:26 - Signaler un abus Festival

    Une médecine ''soviétique'' où les fonctionnaires sont payés ''à l'acte'' ! Alain Juppé, un marxiste ? Décidément, cette ligne de discussion est un véritable festival de conneries. Remarque : il souvent utile de prendre l'avis de plusieurs médecins d'une même spécialité : chacun a sa propre expérience, et des intérêts personnels peuvent entrer en jeu...

  • Par Liberdom - 10/03/2018 - 14:31 - Signaler un abus Salutations chers confrères

    Je suis surpris par le nombre médecins présents sur ce site. Pour ma part : retraite dans 55 semaines et sans regrets, après 38 ans de bons et loyaux services (sans compter 4 ans d'internat). Les bureaucrates ont réussi à m'écoeurer comme vous tous. Dans quelques années, dans certaines régions peu "médicalisées" il ne restera au quidam qu'à crever la gueule ouverte....

  • Par 2bout - 10/03/2018 - 17:46 - Signaler un abus Un festival du n'importe quoi, Ganesha ?

    Vraiment ? Dans quel secteur protégé travailliez-vous ? En premières lignes, on trouvera toujours les médecins, et tout devant les généralistes.

  • Par Ganesha - 11/03/2018 - 07:55 - Signaler un abus 2bout

    Ce qui est clair, c'est que les ''non-médecins'' ne comprennent absolument pas les causes du désastre et de la disparition imminente de la médecine libérale. Même lorsqu'on vous explique, vous êtes incapables ''d'intellectualiser''. Vous continuez à venir radoter vos petites obsessions grotesques sur les fonctionnaires, les socialistes ou les arabes ! Au sujet des généralistes, je pense que la médecine est devenue tellement complexe qu'un seul homme (ou femme) ne peut pas tout connaître.

  • Par 2bout - 11/03/2018 - 14:55 - Signaler un abus Ganesha,

    ce qui est clair, c'est que vous n’étiez pas médecin, et moins encore celui qui ne soigne pas que les corps, celui entre dans l'intimité des foyers de sa patientèle.

  • Par Le gorille - 12/03/2018 - 05:33 - Signaler un abus Il n'a pas quitté la France

    Il y a loin de la coupe aux lèvres. Tant qu'on n'a pas quitté la France, on ne peut rien dire : le saut est important. Suffisamment pour qu'il soit parfois infranchissable malgré toutes les bonnes intentions préliminaires ou annoncées. Ceci dit, les interventions des médecins sur cet article sont éclairantes.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Thomas Cartier

Thomas Cartier est médecin. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€