Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 17 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi la Bourse bat des records malgré la montée des périls géopolitiques

Malgré un catalogue de problèmes en cours ou à venir, les places financières des grands pays continuent de baigner dans une euphorie qui parait de plus en plus problématique.

Edito

Publié le
Pourquoi la Bourse bat des records malgré la montée des périls géopolitiques

Le monde de la finance est en ébullition. Jour après jour, les dangers se multiplient pour mettre en péril les fragiles équilibres sous la pression des tensions croissantes qui agitent la planète. La poudrière du Moyen-Orient ne connait pas de trêve. La dénonciation de l’accord sur la limitation de l’arsenal nucléaire de l’Iran par les Etats-Unis crée un nouveau climat d’incertitude qui rejaillit sur les relations commerciales des grandes puissances en raison des menaces proférées par Washington sur les pays qui continueront de commercer avec Téhéran.

Au lieu de conduire à un resserrement des liens entre Européens, chaque Etat de l’Union tente de négocier de son côté avec les Etats-Unis en espérant échapper pour lui-même aux sanctions au lieu de tenter de créer un front commun pour résister à l’ogre américain. Au demeurant, l’Italie donne l’image de la désespérance qui étreint certains pays membres, à l’heure où une coalition hétéroclite tente de constituer un gouvernement en désaccord sur tout et dont chaque jour apporte des comportements contradictoires inquiétants pour l’avenir. Enfin, rappelons que l’espoir d’une détente réelle dans les relations avec la Corée du Nord s’éloigne avec le doute qui s’est instauré sur le sommet prévu avec Donald Trump qui risque de ne pas avoir lieu.

L’évolution de la conjoncture offre également d’autres sujets d’inquiétude : le cycle de croissance parait sur le déclin avec le ralentissement amorcé depuis plusieurs mois en liaison avec le début du resserrement de la politique monétaire des banques centrales. Aux Etats-Unis, les rendements du marché obligataire sont remontés à 3,10%, contribuant à la hausse du dollar qui a progressé de 4,35% en un mois face à un panier de devises, mettant du même coup en difficultés certaines monnaies de pays émergents comme le peso mexicain, le real brésilien, ou encore la livre turque et le rand sud-africain.

Le nouveau risque le plus spectaculaire concerne l’envolée du pétrole. Le baril a retrouvé le cours de 80 dollars qu’il n’avait pas enregistré depuis novembre 2014 et pourrait franchir à nouveau le cap de cent dollars, comme le prévoit le président de Total, car la demande d’or noir continue d’être forte alors que l’offre ne pourra suivre en raison de la réduction de la production iranienne et de l’effondrement du Venezuela, tandis que l’extraction de gaz de chistes américain stimulée par les cours, ne peut faire face à une hausse des exportations faute de capacités suffisantes.

Et pourtant, malgré ce catalogue de problèmes en cours ou à venir, les places financières des grands pays continuent de baigner dans une euphorie qui parait de plus en plus problématique. La France a balayé dix années de recul des indices pour retrouver le niveau de 2017 avec un Cac 40 supérieur à 5600 points.  La plupart des prévisionnistes ont été pris à contre-pied, alors que les gérants incitaient depuis des mois les opérateurs à vendre. Avec le sentiment exprimé souvent à haute voix que les marchés étaient devenus déraisonnables et qu’avec la remontée des taux d’intérêt le krach obligataire était désormais au coin de la rue. Aujourd’hui le sentiment prévaut que tout peut arriver et qu’un retournement brutal des marchés est possible, susceptible de remettre en cause le retour de la confiance qui s’était répandu dans les milieux d’affaires français depuis l’élection d’Emmanuel Macron.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par adroitetoutemaintenant - 18/05/2018 - 15:42 - Signaler un abus Mauvaise lecture géopolitique !

    Daech quasi éliminé. Israël en position de force. Iran affaibli. Corée du Nord ne tirant plus de missiles par dessus le Japon. Europe de merde en voie de disparition. Trump au pouvoir, marécage Demokkkrate en voie de disparition et corruption Obanabienne exposée. Chine et Indes discutant avec Trump. Vous ne voyez pas le verre à demi plein et ne considérez que le verre à moitié vide. Continuez à lire et à regarder vos médias trotskistes !

  • Par kelenborn - 18/05/2018 - 19:08 - Signaler un abus Ouais

    Sur Agoravox on trouve surtout poubelles et décharges mais il arrive que certains résistent à la nausée en écrivant des choses intelligentes. Je ne me souviens plus du nom d'un type qui écrivait que ce qui arrive sur les marchés boursiers et renforce chaque jour que Dieu fait le priapisme de JMS était lié à l'énorme flux de liquidité créé par les banques centrales ( au premier rang desquelles la BCE sous l'a direction de Draghi) Cette création monétaire n'est jamais entrée dans l'économie réelle ( les entreprises n'ont pas investi plus et les ménages pas consommé plus) Tout cela est resté dans le circuit bancaire et a alimenté la fièvre boursière. Le hic est que cette hausse des cours ne peut que faire baisser...les rendements en l'absence de croissance très forte sauf à ponctionner plus encore les revenus du travail et...diminuer la demande!!! Raisonnement keynésien basique mais Garibal ....

  • Par ajm - 19/05/2018 - 01:12 - Signaler un abus Arbitrages dettes sur actions.

    Ce genre de commentaires au jour le jour sur les cours de bourse n'a aucun intérêt. Les mêmes qui parlent d'euphorie boursière maintenant, diront dans quelques mois le contraire si la bourse s'effondre. En réalité , la bourse n'est pas si euphorique que cela et la hausse des taux US ( 3% sur les TB à 10 ans) va inévitablement provoquer des arbitrages au profit des marchés de dettes, au détriment des marchés actions.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Garibal

Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€