Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 20 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Bourdin – Plenel : c'est Macron qui a tout fait pour être leur tête de Turc !

Il savait quand même à quoi s'attendre le président de la République. C'était voulu ?

Mission accomplie ?

Publié le
Bourdin – Plenel : c'est Macron qui a tout fait pour être leur tête de Turc !

 Crédit FRANCOIS GUILLOT / AFP / POOL

Bourdin a été fidèle à lui-même : grossier et irrespectueux. Plenel n'a pas fait injure à sa réputation : agressif et hargneux. Rien à voir avec les joutes raffinées du Moyen Âge. Une bagarre où, comme au catch, tout est permis.

Emmanuel Macron les avait choisis. Certainement en connaissance de cause. Et de cette mêlée, il est sorti gagnant. A force de prendre des coups, il en est devenu sympathique. Un martyr est plus attachant que ses bourreaux. 

Roué de coups, Macron s'est bien tenu. Il a été pugnace, dit la presse. Bourdin et Plenel étaient les méchants. Il était le bon. Une distribution des rôles qui interroge. Il n'y a pas eu de KO.

Plenel lui a servi la soupe, même si c'était une soupe à la grimace. Bourdin l'a fait gouter à un potage aux orties qui brulent. 

C'était gagnant-gagnant. Emmanuel Macron a ramassé des points à droite où l'on déteste Bourdin et Plenel. Il suffit pour s'en convaincre de regarder le sondage effectué auprès des lecteurs du Figaro. Bourdin et Plenel ont raflé la mise à gauche où Macron est exécré. 

Le chef de l'État a été poli avec ses adversaires. Ceux=ci ont été normaux dans la goujaterie. Pas une seule fois ils l'ont appelé "Monsieur le Président" comme le rappellent, scandalisés, des députés LREM. Macron s'est juste permis un "Je suis le président, vous êtes les interviewers".

Pas de quoi désarçonner les deux tueurs qui en voulaient. Ça s'est passé dans le cadre beau et élégant du Palais de Chaillot. Un endroit, transformé, pour les besoins de l'affaire, en bistro. Dans les bistros, quand on a un pu bu, on se fout sur la gueule. Après on boit un coup et on rigole.

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 16/04/2018 - 13:22 - Signaler un abus Bic et Bac

    les deux débiles. Macron les a choisis, qu'il assume. Certain ont choisi Macron comme président et on mange chaud. Lui, il a voulu ces deux énergumènes qui lui ont manqué de respect, c'est son problème. Read more at http://www.atlantico.fr/pepites/pourquoi-jean-jacques-bourdin-et-edwy-plenel-ont-pas-appele-emmanuel-macron-monsieur-president-3365086.html#33JZ3F2ETMYqTofM.99

  • Par cloette - 16/04/2018 - 13:31 - Signaler un abus @assougoudrei

    Vous n'avez pas bien lu l'article de Benoit R, peut être que Macron a fait exprès de les choisir pour revêtir une peau de martyr devant les deux brutes .

  • Par vangog - 16/04/2018 - 14:00 - Signaler un abus L’effet Kalimero!

    A cet effet Kalimero, parfaitement calculé, s’ajoute l’omission du « Mr Le Président », qui est très certainement soufflé aux deux brutes (la convergence des...), par le directeur du protocole de Macrouille...effet Kalimero garanti! Et tous les benêts sont tombés dans le panneau...tous les médias gauchistes ne parlent que de la forme, sans même évoquer le fond: Macrouille a réussi à faire avaler aux Français faciles à manipuler, la couleuvre de la SNCF (55 milliards de dette supplementairesplus 200 milliards de hors-bilan pour payer les retraités à52 ans....tu parle d’une égalité!), le recul sur NDDL (malgré le discours de fermete- en contradiction avec les actes de la préfète Klein...), l’intervention foireuse en Syrie, et, en prime, une journée de solidarité supplémentaire pour travailler plus et gagner moins....bravo l’artiste!

  • Par ISABLEUE - 16/04/2018 - 14:41 - Signaler un abus Tout à fait... il a du les choisir pour faire le beau....

    C'était une sorte de combat de boue, ou encore qui joue à celui qui a la plus grosse. On n'a RIEN appris...

  • Par assougoudrel - 16/04/2018 - 14:53 - Signaler un abus @ cloette et vangog

    J'ai bien lu, mais cela va lui (Macron) revenir à la figure, car, la prochaine fois, les français (comme j'ai fait) vont préférer regarder un beau film que ce cirque. Ils lui en veulent beaucoup et encore plus le 1er juillet jour du 80 km/h. Pour moi, la mayonnaise ne prend et ne prendra pas. Je viens de lire l'article où les policiers se font caillasser à cause d'une porteuse de niqab. C'est l'escalade et tout le monde pourra voir que Macron et sa bande sont des "couilles de loup". Beaucoup de billets sont piqués dans le portefeuille des citoyens et cela plongera Macron en core plus bas que Hollande. Pour la SNCF, Sarkozy avait fait une beau cadeau à ce dernier, car il a été tranquille durant tout son mandat.

  • Par Pharamond - 16/04/2018 - 15:41 - Signaler un abus Morale de la fable

    On ne serait pas surpris d'apprendre qu' assez nombreux ont été les désabonnements à Mediapart et Bourdin en quarantaine!

  • Par Ex abrupto - 16/04/2018 - 16:06 - Signaler un abus A Pharamond

    Comment faire comme rétorsion: je me refuse à écouter ce bourdin ni à consulter médiapart. Veuillez noter que je n'ai mis de majuscule ni à bourdin, ni à médiapart!

  • Par Solognitude - 16/04/2018 - 17:13 - Signaler un abus Bon résumé de la prestation, Mr Raysky

    Avec un Bourdin qui à son habitude, et suivant l'expression : 'fait l'âne pour avoir du son',un Plenel moralisateur et juriste en peau de lapin. Et par ailleurs, E Macron qui tente de les noyer sous un flot de paroles. A quand un débat avec de vrais spécialistes, de l'économie entre autre ?

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 16/04/2018 - 17:34 - Signaler un abus C'était quand même à hurler

    C'était quand même à hurler de rire, c'était une surenchère constante pour savoir lequel aimait le plus les pauvres......., les pauvres vieux, les pauvres musulmans, les pauvres cheminots, les pauvres étudiants, les pauvres zadistes......manquaient plus que les pauvres cons, mais là, pas nécessaire d'en parler, il y avait deux beaux spécimens sur le plateau....

  • Par gerint - 16/04/2018 - 17:52 - Signaler un abus Macron a trouvé un moyen facile

    de se faire servir la soupe à travers cette opération de pure com où face à deux charognards il lui suffisait de rester assez calme sans rien avoir de plus à dire

  • Par zen-gzr-28 - 16/04/2018 - 20:22 - Signaler un abus progression dans les audiences ,

    16/10/2017 : Interview de Macron sur TF1 ;9,5 millions de téléspectateurs 12/04/2018 : interview de Macron sur TF1 :6,4 millions de téléspectateurs dernier interview sur RMC & BFMTV :3,8 millions de téléspectateurs Il n'y aurait pas un malaise qui commence à peser ?

  • Par gilbert perrin - 17/04/2018 - 07:43 - Signaler un abus PLENEL BOURDIN ... heureusement vous étiez 2 ???

    un seul subissait le même sort que PERNAULT : le "maitre injuste" allait lui couper le bec en permanence... ce BONIMENTEUR en CHEF a encore MENTI et aujourd'hui qui conteste véritablement ses propos : l'animateur ? WAUQUIEZ a bien essayé sur la 2, mais sa prestation s'est terminée bizarrement : je soupçonne qu'il a été CENSURE sur ordre !!! c'est devenu celà la FRANCE ... d'EN FORCE ?

  • Par Borgowrio - 17/04/2018 - 08:31 - Signaler un abus Débat de cons

    Raté gros malin ... L'audience a été minable , on ne saura pas qui de Plenel , Bourdin ou Macron ( ou les trois ) à fait fuir les téléspectateurs . Je me pose des questions sur ce maitre es communication qui est Macron , d'avoir invité de tels grossiers personnages ( qualificatif emprunté à monsieur Rayski )

  • Par Lapalatine - 18/04/2018 - 19:14 - Signaler un abus Ben voilà...

    ..J'ai fui et apparemment: j'ai bien fait!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€