Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 17 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Boris Johnson renonce mais au fait, qui sont Michael Gove et Theresa May, les deux principaux candidats à la succession de David Cameron ?

Qui sera le nouveau leader conservateur qui conduira la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne ? Pour succéder au Premier ministre démissionnaire, trois candidats étaient sur les rangs. Boris Johnson s'étant désisté, restent deux candidats principaux : Theresa May et Michael Gove.

International

Publié le
Boris Johnson renonce mais au fait, qui sont Michael Gove et Theresa May, les deux principaux candidats à la succession de David Cameron ?

Après le vote en faveur du Brexit et la démission de David Cameron, c'est une lutte fratricide qui s'engage au sein du Parti conservateur pour savoir qui sera le prochain chef du parti et, donc, le prochain premier ministre du Royaume-Uni. Le nouveau Premier ministre britannique doit être connu le 9 septembre 2016, après le vote des 150 000 membres du Parti conservateur, qui doivent eux-mêmes choisir entre deux finalistes dégagés par les députés Tories. Après dépôt des candidatures, il y a aujourd'hui cinq candidats en lice, mais deux favoris : Theresa May et Michael Gove.

La bouffonnerie comme arme et stratégie politique

Le premier à être sorti du bois et à en être rentré aussi vite est l’inénarrable Boris Johnson. L'ancien maire de Londres est souvent comparé à Donald Trump, une même casquette de cheveux blonds coiffés à la diable et un bagout de bateleur de foire, avec des propos à l'emporte-pièce. Celui qui a fait de la bouffonnerie une stratégie politique s'était imposé comme le leader naturel des pro-Brexit et, donc, au lendemain du référendum, le favori de la course pour succéder à David Cameron.

Mais patatras, jeudi 30 juin, le chef de file du camp de la sortie de l'Union européenne a jeté l'éponge. En énumérant les tâches qui attendent le futur chef de gouvernement britannique, Boris Johnson a déclaré en avoir "conclu que cette personne ne peut pas être moi". Il faut dire qu'il cristallisait sur son nom beaucoup de mécontentements. Il a été accusé de légèreté après le référendum, à la suite d'une tribune dans The Telegraph, où il minimisait les conséquences du Brexit, affirmant que le Royaume-Uni resterait dans le marché commun, tout en filtrant l'entrée en Grande-Bretagne des étrangers européens. Mais cinq jours après le référendum, les dirigeants européens lui ont opposé une fin de non-recevoir et l'ont averti qu'il n'y aurait pas de marché unique à la carte.

La nouvelle Margaret Thatcher

Ce qui a également plombé sa candidature est l'entrée en lice de deux poids lourds du gouvernement Cameron, celle de la ministre de l'Intérieur Theresa May et celle, surprise, du ministre de la Justice, Michael Gove. Ces deux vieux routiers de la politique ne lui laissaient que peu de marges de manœuvre. Theresa May, surnommée "la nouvelle Margaret Thatcher", a annoncé sa candidature dans une lettre publiée par The Times en promettant de rassembler les Britanniques et en voulant lancer "un programme radical de réformes sociales". "Après le référendum, notre pays a besoin d'un dirigeant qui soit fort et reconnu pour traverser cette période d'incertitude économique et politique, et pour négocier dans les meilleurs termes la sortie de l'Union européenne", a-t-elle écrit.

A 59 ans, cette dame de fer a été nommée ministre de l'Intérieur par David Cameron en 2010 lorsqu'il fut élu chef du gouvernement, un mandat qu'elle a conservé lors de la réélection du Premier ministre en 2015.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 01/07/2016 - 12:51 - Signaler un abus Primaires

    Ce qui est intéressant, c'est la façon dont se passent les primaires en Angleterre : sélection de deux candidats par les parlementaires, puis vote réservé aux porteurs d'une carte du parti : nettement plus logique et ordonné qu'en France !

  • Par langue de pivert - 01/07/2016 - 16:33 - Signaler un abus So British ☺

    Nigel Farage (de l'équipe UKIP :-) et Boris Johnson - les Laurel et Le Hardy EXITés de la politique GB - vont pouvoir exercer leur réels talents en mettant de l'ambiance dans les noces de villages de l'Angleterre profonde. Rien dans le froc, rien dans les gants, rien dans le cerveau, un poil dans la main : ils n'auront pas fait illusion 1 semaine. Dans cet article on a 2 politicards professionnels ! Theresa May avait roulé dans la farine Cazeneuve-dort-en-chiant il y a moins d'un an dans un partenariat "constructif" pour régler les problèmes des envahisseurs mahométans qui s'empilent à Calais ! On allait voir ce qu'on allait voir ! ☺ On a vu ! Avec elle pas d'officialisation de la sortie de l'U.E. des GB avant la fin de l'année ! L'autre doit-être du même bois ! Conclusion : il continue de ne rien se passer après le sondage XXL Briton ! Parlons de choses sérieuses : moi ce soir je vois la Belgique gagnante 2 - 0. Et vous ? ☺

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€