Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 25 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le boom hoverboard, c’est déjà fini : pourquoi la planche à roulette électrique ne remplacera finalement pas de si tôt le bon vieux skate board

La psychose est telle que les ventes de cet appareil ont été suspendues. L'émission satirique Saturday Night Live a résumé l'affaire dans un sketch faisant la promotion d'un faux hoverboard : « Si tu détestes marcher et que tu adores prendre feu, tu vas l'adorer ! »

Retour vers le présent

Publié le
Le boom hoverboard, c’est déjà fini : pourquoi la planche à roulette électrique ne remplacera finalement pas de si tôt le bon vieux skate board

Il y a encore quatre mois, l'hoverboard était le jouet le plus en vogue disponible sur n'importe quel site d'e-commerce et présent dans un nombre croissant de magasins. On estime à 400 000 les hoverboards exportés depuis Shenzhen, depuis octobre 2015 afin de répondre aux demandes des fans à travers le monde.

Mais aujourd'hui, l'objet est devenu une denrée rare. Le gouvernement américain a estimé, le 18 février, qu'aucun hoverboard ne répondait aux normes de sécurité, peut-on lire dans Quartz. Et les géants de la distribution, d'Amazon à Toys 'R' Us, ont alors totalement cessé de les importer.

Il est désormais interdit de s'en servir dans de nombreuses villes, de New York jusqu'à Londres, et dans tous les parcs Disneyland à travers le monde. Rien qu'en décembre 2015, plus de 50 incendies d'hoverboards ont été recensés aux Etats-Unis. D'abord un produit cool, il est devenu aujourd'hui un sujet de moquerie chez les humoristes américains.

Des batteries très suspectes

Le 22 février, les services douaniers de Houston ont fait main basse sur plus de 3 500 hoverboards équipés de batteries suspectes, ce qui représente environ 1,6 million d'euros de marchandises. 

L'industrie de l'hoverboard s'est construite sur le dos de la Chine très rapidement, permettant ainsi de réaliser des jouets, imaginés sur une planche à dessin en Occident, et d'édifier un marché de masse en l'espace de quelques mois.

Une absence de normes de sécurité

Mais dans cette course folle pour honorer les commandes, l'absence de normes de sécurité et de surveillance réglementaire, en a fait un produit dangereux qui a déclenché la panique et des interdictions généralisées. Razor, la société qui avait le potentiel pour rationaliser et normaliser le marché a échoué : la sécurité des consommateurs, devenue essentielle, a changé la donne.

Quant aux distributeurs chinois, ils n'ont plus que leurs yeux pour pleurer. Leurs hoverboards moisissent dans des entrepôts ou sont bloqués par les douanes américaines. JJ Chan, un vendeur de hoverboard basé à Guangzhou, a confié à Quartz avoir vu ses ventes de hoverboard s'éteindre. Son compte PayPal a été gelé par eBay. Pourtant, "en ce moment, il y a des hoverboards de nouvelle génération mais on ne retrouvera jamais l'effervescence de l'année dernière", explique tristement JJ Chan.

Un habitant de Los Angeles avait filmé son hoverboard d'abord émettre beaucoup de fumée, tout en continuant de bouger, puis tout à coup, s'embraser : 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€