Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Bonnes résolutions : ce professeur de Stanford a développé une méthode imparable pour réussir à se créer de nouvelles bonnes habitudes

Et le secret est de ne pas vouloir brûler les étapes !

Doucement mais sûrement

Publié le
Bonnes résolutions : ce professeur de Stanford a développé une méthode imparable pour réussir à se créer de nouvelles bonnes habitudes

Ah, le début d'une nouvelle année et ses bonnes résolutions !... Et souvent, on ne les tient pas, ces bonnes résolutions…

Et il n'y a là pas de mystère, selon B.J. Fogg, psychologue à Stanford qui étudie les changements de comportements depuis plus de 20 ans.

En effet, selon lui, il y a deux méthodes pour changer de comportements, et la plus répandue est la plus néfaste. La plus répandue est de considérer que la bonne habitude qu'on veut prendre est une corvée, et se forcer à la faire. Forcément qu'on n'y arrive pas longtemps : personne n'a envie de faire quelque chose qui ne lui plaît pas, c'est un truisme. L'autre méthode consiste à trouver du plaisir dans la nouvelle habitude qu'on veut prendre. Et si on y trouvera du plaisir, on s'y mettra plus souvent.

Prendre plaisir à nos bonnes habitudes

Fogg n'est pas le premier à avoir eu cette idée. D'un certain point de vue, on la retrouve même chez Aristote. Plus récemment, la fameuse "méthode Carr", du nom d'Allen Carr, dont le livre pour arrêter de fumer est le plus vendu au monde du genre, repose sur la même idée. Un fumeur qui considère la cigarette comme un plaisir dont il doit se priver ne durera pas longtemps ; l'objectif de la méthode Carr est de nous aider à re-conceptualiser la cigarette comme quelque chose de néfaste, dont nous n'aurons plus envie. On trouve le même principe dans certaines méthodes par hypnose ; certaines méthodes d'hypnose pour arrêter de fumer cherchent à associer directement dans le subconscient la cigarette à des notions de dégoût. Plus subtilement, de nombreux addictologues constatent que la cigarette, puisque c'est du poison, est dégoûtante—personne n'a jamais apprécié sa première cigarette—et que ce n'est que le mécanisme addictif qui nous fait enfouir cette sensation de dégoût, et certaines méthodes d'hypnoses visent à permettre de retrouver cette sensation naturelle.

L'exemple de la cigarette est peut-être le plus frappant, mais on le voit appliqué dans de nombreux autres cas. Une autre résolution de Nouvel An classique est de faire plus de sport, et nous voyons tous autour de nous (peut-être même en avons-nous fait l'expérience) que ceux qui prennent plaisir à l'exercice physique font naturellement plus de sport que ceux qui détestent ça et s'y astreignent.

Les bonnes habitudes par petits pas

Donc l'idée de Fogg n'a rien de nouveau. Ce qu'il y a de nouveau, explique le site Quartz, est qu'il a mis au point une méthode (originalement appelée la Méthode Fogg) qui facilite le processus par lequel nous prenons plaisir à une mauvaise habitude. L'idée est de décomposer le processus et de le faciliter en y arrivant par étapes—parfois de toutes petites étapes.

La méthode Fogg a ainsi trois étapes simples.

La première étape est de se fixer un objectif spécifique, comme : perdre 10% de son poids, ou manger plus de légumes.

La deuxième étape, qui est clé, est d'identifier des comportements qu'il appelle des "petites habitudes" qui nous permettent d'entrer sur le chemin de notre objectif. C'est parce que l'habitude est petite au début qu'on peut y prendre plaisir. Non, vous n'allez pas passer d'aucune activité physique à courir 5 kilomètres par jour, n'essayez pas. Fogg précise dans une interview avec NPR qu'il faut de l'introspection et de la réflexion pour réussir cette étape. Par exemple, il sera peut-être plus plaisant de faire du jogging en promenant son chien que de se forcer d'aller à un cour de fitness.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€