Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 21 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Bonne ou mauvaise nouvelle pour la gauche ? 65% de ses sympathisants disent s’intéresser à la primaire mais 35% pensent qu’elle risque de dégrader l’image qu’ils ont du PS et du candidat qui en sortira vainqueur

Selon un sondage exclusif Ifop pour Atlantico, les différences programmatiques et idéologiques entre les différents candidats expliquent principalement l'attrait de la primaire du PS, même si celles-ci risquent de mener à un affrontement fratricide pouvant menacer le rassemblement du parti une fois le candidat désigné.

Un résultat pas si contradictoire...

Publié le - Mis à jour le 30 Décembre 2016
Info Atlantico
Bonne ou mauvaise nouvelle pour la gauche ? 65% de ses sympathisants disent s’intéresser à la primaire mais 35% pensent qu’elle risque de dégrader l’image qu’ils ont du PS et du candidat qui en sortira vainqueur

Atlantico: Quels sont les principaux enseignements à tirer de ce sondage Ifop pour Atlantico sur le rapport entretenu par les Français à la primaire organisée par le Parti socialiste ?

Jérôme FourquetS'il y avait un certain doute sur l'intérêt que pouvait susciter cette primaire de la gauche, celui-ci peut être en partie nuancé puisque 42% des Français se déclarent "intéressés" par cette primaire de la gauche à un mois du premier tour ; par ailleurs, ils sont 13% à se déclarer "très intéressés", donnant ainsi une indication qu'il pourrait y avoir une influence non négligeable, surtout si l'on se base sur un comparatif avec la primaire de la droite. Lors d'un précédent sondage Ifop pour Atlantico datant de septembre dernier, à deux mois du premier tour de la primaire de la droite, 11% des Français disaient être "beaucoup" intéressés par cette primaire.

Cela montre donc que le scénario de l'échec de la primaire de la gauche n'est pas encore écrit, même s'il est certain que la durée du débat sera moins longue ; de même, par rapport à la primaire de la droite, le nombre de bureaux de vote sera réduit, aux alentours de 7 000 à 8 000, contre plus de 10 000 bureaux pour la première. Malgré cela, la primaire de la gauche suscite un intérêt chez les Français comme le révèle ce nouveau sondage, même si les conditions politiques par rapport à la primaire de la droite sont différentes.

Quant on regarde dans le détail, on s'aperçoit que 80% des électeurs socialistes se disent intéressés par cette primaire, 4/10 se disant même "beaucoup" intéressés. Ce chiffre est ramené à environ 20% pour les sympathisants du Front de Gauche et Europe Ecologie-Les Verts. L'intérêt est donc là.

49% des Français estiment qu'il y a de vraies différences entre les projets présentés par les différents candidats à la primaire de la gauche. Cela peut expliquer cet attrait : cette primaire n'est pas perçue comme un combat de personnes mais de visions, de projets de société qui seront confrontés. La différence programmatique ou idéologique apparaît plus manifeste pour cette primaire du PS qu'elle ne l'était au début de la campagne de celle de la droite, du moins à ses débuts. Parmi ceux qui s'intéressent "beaucoup" à la primaire, 68% distinguent de vraies différences programmatiques, alors que ce taux tombe à 36% pour ceux qui s'y intéressent "peu" ou "pas du tout". Pour ce qui est de l'électorat de gauche, et notamment l'électorat PS qui est le principal concerné par cette primaire et ce débat, 72% pensent qu'il y a de vraies différences entre les projets proposés par les candidats à cette primaire. Ces différences suscitent un vrai intérêt à gauche, que l'on retrouve chez les sympathisants EELV, même s'il est moindre (54%). Pour ce qui est des sympathisants de Jean-Luc Mélenchon, ceux-ci ont déjà leur avis sur la question, envisageant de voter pour un candidat hors primaire ; ils considèrent que les candidats qui se présentent à la primaire socialiste sont comptables, dans une certaine mesure, du bilan de François Hollande, ce qui fait qu'il n'y aurait pas de grandes différences idéologiques entre eux. 

Pour ce qui est de l'impact de cette primaire sur le PS, le jugement est plutôt négatif dans l'ensemble, puisque 39% estiment que cette primaire aura tendance à endommager l'image du parti et du candidat qui en sortira vainqueur, 10% que cela contribuera à son amélioration, et 51% qui pensent ni l'un, ni l'autre. Ainsi, l'idée d'une dynamique qui serait créée par cette primaire, d'une rampe de lancement pour le candidat désigné, n'est pas majoritairement partagée, loin s'en faut. On voit ici qu'on anticipe sur un affrontement fratricide, qui va laisser des traces. C'est un peu moins le cas dans l'électorat PS même si 34% de ses sympathisants partagent ce diagnostic. Tout ceci n'est pas contradictoire avec qui a été indiqué précédemment sur l'intérêt que suscite cette primaire et les divergences de fond qui existent entre les différents candidats, même s'il ressort que cette primaire pourrait être quelque peu dommageable pour le PS et le candidat qui en sortira vainqueur. Ces différents raisonnements peuvent s'articuler de façon assez simples: compte tenu des fortes divergences idéologiques entre les candidats, il n'est pas impossible que les choses se passent de manière un peu dure. Le candidat désigné sera ainsi vainqueur face à des concurrents très différents, ce qui risque de poser problème pour le rassemblement du parti par la suite.

Cliquez sur l'image pour agrandir. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 26/12/2016 - 10:46 - Signaler un abus Retrait de la Vie Politique !

    Le message est clair : si vous voulez vraiment cinq années supplémentaires d'alternance Socialauds-Ripoublicains et que votre pays s'enfonce encore plus dans la crise économique, l'immigration et l'islamisme, votez tout simplement pour la ''Carpette Fillon''. Il est le candidat parfait dans ce rôle. Le Parti Socialiste n'a plus aucune utilité, aucune raison d’être ! Il devrait nous annoncer son ''Retrait de la Vie Politique'' !

  • Par Anguerrand - 26/12/2016 - 10:54 - Signaler un abus Est ce possible encore possible de dégrader l'image du PS ?

    Quand on voit les candidats qui se présentent, on se demande même comment des électeurs peuvent encore voter PS. Il faut y avoir un intérêt perso comme fonctionnaires ou tous ceux qui vivent tranquilles chez eux avec les dizaines d'aides que nous leurs donnons en particulier avant les elections. Pauvre France.

  • Par Anguerrand - 26/12/2016 - 11:02 - Signaler un abus Si vous voulez 5 ans de socialisme supplémentaires.

    Il y a une autre solution que de voter PS, votez pour Philippot - FN dont le socialisme de Hollande est lignt par rapport au socialisme dur du FN , socialisme melenchoniste à gauche de la gauche. N'espérez même pas de lutte contre l'islam qui est devenu par miracle compatible avec la république comme le répète si bien MLP. Voter FN c'est voter extrême gauche.

  • Par Deudeuche - 26/12/2016 - 13:56 - Signaler un abus La gauche

    Vae Victis!

  • Par Citoyen Ordinaire - 26/12/2016 - 20:50 - Signaler un abus Encore vivants

    La question est qui va encore bien pouvoir voter PS ? Les dangereux fous furieux de 2017 seront ceux là !

  • Par zouk - 28/12/2016 - 11:13 - Signaler un abus La gauche et ses multiples candidats

    Quel désarroi ce sondage révèle-t-il !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.

Voir la bio en entier

Christophe Bouillaud

Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€