Samedi 19 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Blancs et pauvres : les études qui montrent comment cette catégorie sociale est devenue l’une des plus défavorisées et des moins aidées en France

Un rapport britannique révèle que les enfants blancs sont ceux qui réussissent le moins bien à l'école, a fortiori lorsqu'ils vivent en zone rurale. Une situation qui n'est pas sans trouver d'écho en France.

Les misérables

Publié le 24 juin 2013 - Mis à jour le 26 juin 2013
 
Les natifs français issus des classes populaires semblent être encore plus pénalisés que d'autres catégories pauvres de la population.

Les natifs français issus des classes populaires semblent être encore plus pénalisés que d'autres catégories pauvres de la population.  Crédit Reuters

Atlantico : Difficultés d'accès aux aides sociales, éloignement des grands centres d'activités, les natifs français issus des classes populaires semblent être encore plus pénalisés que d'autres catégories pauvres de la population. Peut-on parler d'une émergence des "white trash" à la française ?

Guylain Chevrier : White trash, que l’on traduit littéralement par « déchet blanc », terme d’argot américain, désignant à l'origine la population blanche pauvre se situant encore plus bas que les noirs américains sur l'échelle sociale : travailleurs non qualifiés ou agriculteurs pauvres. Une réalité qui appartient à la société américaine avant tout divisée sur un mode racial. 

Pour autant, on peut en retrouver une part dans l’état d’esprit aujourd’hui en France, en reflet d’une évolution de la lecture politique des inégalités sociales de notre société tendant à se réduire à une opposition entre Français d’origine et population issue de l’immigration. 

Tout un courant idéologique dans ce sens tend à faire passer pour invisible une partie non négligeable de notre population qui se paupérise et se dévalorise, formée de personnes, de familles originaires du cru, ouvriers ou employés à faible niveau de rémunération ou au chômage après un licenciement dans des zones à faible taux d’emploi, travaillant à temps partiel ou en contrat précaire, travailleurs pauvres par excellence. Selon une enquête de l’INSEE de 2009, les employés et ouvriers non qualifiés ont un niveau de vie inférieur d’un quart à la moyenne des salariés, population au regard de cette problématique qui reste non-située. Aujourd’hui, on évalue selon le seuil de pauvreté à 60% du niveau de vie médian, que le taux de pauvreté en France est de 13,5%, c’est-à-dire, 8,2 millions de personnes (La Documentation française), dont inévitablement une large majorité de Français de longue date. 

Pourtant, on ne parle pour répondre à cette situation que de la prise en compte des critères ethniques et culturels dans l’action publique, comme le voit le Centre d’analyse stratégique (CAS) dans sa note d’analyse de 2011. Selon lui, pour établir un équilibre entre respect de règles universelles et prise en compte des difficultés particulières liées à l’appartenance communautaire il faudrait introduire une dose de discrimination positive. On justifie cette démarche en expliquant que le modèle républicain, qui ne voit dans chaque individu qu’un citoyen, quelles que soient leurs appartenances communautaires ou culturelle, serait ainsi fondé sur un idéal rigide, pouvant s’aveugler sur les réalités sociales. 

Pour repenser la politique de la ville, l’association Terra Nova le think-tank proche du PS, a proposé dans son rapport (Le Monde du 12 avril 2012) d'importer le "community organizing" à l'américaine dans les banlieues françaises. Venu des pays anglo-saxons, ce modèle prône la mise en place de conseils de quartier dit « réellement représentatifs » pour porter les projets de la politique de la ville, comprenant des habitants « sélectionnés en fonction de leur pays d’origine, de leur genre, de leur âge… » 

En matière de réalités sociales, en dehors de ceux issus de l’immigration, n’y aurait-il donc rien à voir ni à prendre en compte ? Selon le Haut Conseil à l’Intégration, dans son étude sur Les défis de l’intégration à l’école (Janvier 2011), on explique que dans les ZUS les élèves issus de l’immigration sont particulièrement nombreux, car la part des familles immigrées y représente près d’un quart de la population, 23,6 %, contre 4% hors ZUS. Mais pourquoi alors n’entend-t-on pas plus parler des 76,4 % des enfants issus des autres familles en ZUS ? Où sont les études qui en rendent compte et comment pense-t-on les représenter ? 

L’immigré semble bien devenir le nouveau prisme des réponses publiques à la problématique de la pauvreté indiquant combien s’est déjà réalisé l’abandon des autres pauvres, pourtant largement plus nombreux. Un choix politique qui pourrait être lourd de conséquences.

Le CSA en 2008 révélait le contenu d’une enquête éloquente à ce sujet. Elle montrait que dans tous les genres de programmes, la représentation des personnes "vues comme Noires" atteignait 10 %, la population non blanche atteignant 20 % dans le divertissement, 19 % dans l'information, 16 % dans la fiction, 11 % dans la fiction française. On y relevait aussi que les classes populaires sont délaissées par la télé, les ouvriers ne représentant que 2 % de la population observée alors qu'ils sont 23 % dans la population française. Les employés 16 % alors qu’ils sont 30 % dans la population. 

De plus, même du côté d’une certaine gauche radicale, l’immigré, nouveau damné de la terre, est venu remplacer avec la chute du communisme une classe ouvrière qui était vue jusque-là comme le moteur de l’histoire de la libération humaine. Les transformations du monde du travail ont ringardisé l’industrie à la faveur de l’explosion des services, l’ouvrier étant soudain désigné comme appartenant au passé, et même, un obstacle à l’évolution inéluctable des choses. Ainsi, les luttes ouvrières contre les fermetures d’entreprises sont traitées sur le mode d’une bienveillance nostalgique par les médias. 

Les ouvriers ont perdu aussi avec cette transformation leurs bastions et en plus les fleurons de l’industrie qui les montrait comme l’alpha et l’oméga de l’économie. Avec tout cela, le Parti communiste qui les représentait, est lui-même devenu une force d’appoint à un PS ou à un Front de gauche où ce « petit peuple » est conçue à la marge d’un électorat formé essentiellement de classes moyennes travaillant dans l’enseignement, la Fonction publique et les services, tolérantes aux accommodements dits raisonnables, réclamant la fin des frontières à la faveur d’une immigration sans contrainte, autrement dit l’enterrement de l’idée de souveraineté du peuple dans laquelle la classe ouvrière se reflétait avec une affection certaine pour la nation et le drapeau tricolore. Le peuple est fréquemment désigné dans ce contexte comme du côté de la xénophobie et du rejet de l’autre.

On retrouve cette population pour une part enclavée dans des ghettos dans des cités populaires de banlieue où elle est laissée à l’abandon, avec pour tragique recours, un FN qui fait son succès sur cette réalité invisible mais assourdissante. Il y a une cote d’alerte qui est déjà atteinte ici mais qu’on ne veut pas voir.

Autre chose est, quant aux difficultés d’accès aux aides sociales de ceux pouvant relever de cette population. La répartition dans ce domaine entre population immigrée et Français d’origine sur le fondement d’une catégorie sociale, par exemple les foyers modestes, n’est pas aujourd’hui repérée par des études chiffrées, et pour cause, ce seraient des statistiques ethniques. Par-delà, il s’agirait plutôt de questionner la position des uns et des autres et de la façon dont se répartissent les aides dans la population socialement en difficulté. 

Du côté des services sociaux, il n’ya pas d’altération de cet accès, car l’égalité de traitement préserve les choses, mais on peut aussi constater que les familles d’origine immigrée sont, proportionnellement à ce qu’elles représentent dans la population en général, plus bénéficiaires que les autres des aides sociales en raison de leur situation sociale. Rien d’étonnant, si on considère qu’elles cumulent souvent des difficultés d’intégration économique et sociales que ne facilitent pas certains aspects cultuels. La place faite aux femmes dans certaines familles réduites à un rôle de mère n’est pas favorable à leur intégration par le travail, voire la polygamie que l’on sous-estime qui tire encore vers le bas la condition de ces femmes, parfois une monoparentalité qui découle du délaissement après décohabitation qui les fait encore plus pauvres.

On pourrait rajouter toutefois que leur part parmi ceux qui demandent une aide sociale est majorée du soutien qu’apporte tout un milieu associatif à ces populations, parfois doublé d’un clientélisme politique, qui favorise leur accès à certains biens sociaux comme le logement, tel que le squat de Cachan l’a bien montré en faisant aboutir l’essentiel de ceux qui en faisaient partie à un logement. On pourrait faire référence aussi à l’action de Droit au logement, qui n’hésite pas à occuper dans ce sens des logements dans des villes communistes embarrassées, qui pourtant ne peuvent être accusées de discrimination et comme d’autres obtempères. 

Ces inégalités "silencieuses" se font-elles remarquer dès l'école ? De quelle manière ?

Concernant la comparaison entre enfants d’ouvriers et d’immigrés, «A caractéristiques sociales comparables des parents, on observe (…) un avantage des enfants d’immigrés essentiellement dû à l’investissement très forts des parents », explique Annick Kieffer, auteur avec Yaël Brinbaum de l’étude La scolarité des enfants d’immigrés de la sixième au baccalauréat (2009). « C’est vrai à l’entrée en sixième et c’est vrai également au niveau du BEPC » rajoutent les auteurs. Ne serait-ce pas plutôt en raison de la répartition géographique des ouvriers et des immigrés, les premiers étant principalement concentrés dans des bassins industriels à la dérive sur tous les plans, sans perspective et sans soutien, alors que les seconds sont essentiellement concentrés dans les banlieues des grands centres urbains, bénéficiant de leur dynamique, de leurs moyens et de tout un réseau associatif aux multiples soutiens ?

Selon cette étude, parmi les élèves dont les parents sont ouvriers et employés, 46% ont le bac chez les enfants d’immigrés, contre 40% chez les Français d’origine. Ils sont aussi plus nombreux à aller vers une seconde générale. « Le problème, c’est qu’on ne s’intéresse plus à l’origine sociale, déplore Annick Kieffer. On compare deux populations (enfants issus de l’immigration et français d’origine) dont les caractéristiques socioprofessionnelles n’ont absolument rien à voir. » Là, on ne peut que rejoindre les auteurs.

Les études supérieures sont de moins en moins accessibles aux enfants d'ouvriers selon l'observatoire national de la vie étudiante. En 2010, il y avait moins d'enfants d'ouvriers dans l'enseignement supérieur qu'en 2006. La sixième édition de l’enquête annuelle que l’Observatoire national de la vie étudiante(OVE-2010) met en évidence certains ratés de la démocratisation des études supérieures avec une surreprésentation des professions intellectuelles supérieures qui s'accentue dans les filières sélectives telles les écoles de management (52 %), les études de santé à l'université (49 %), les classes préparatoires aux grandes écoles (48 %) ou encore les écoles d'ingénieurs (46 %). Inversement, les enfants d'ouvriers et d'employés "sont sous-représentés". Depuis 2006, la part des étudiants issus des milieux populaires dans l'enseignement supérieur (hors écoles de commerce et d'ingénieurs) a baissé de 35 % à 31 % alors que ceux issus des classes favorisées a progressé de 32 % à 36 %. Pis, dans les filières que constituent les Instituts universitaires de technologie (IUT) et les Sections de techniciens supérieurs (STS), la part des enfants d'agriculteurs, d'ouvriers et d'employés a reculé respectivement de 42 % à 34 % et de 53 % à 49 %.  

Sur le plan des valeurs collectives et des idées, il y encore fracture au-delà de ces réalités chiffrées. L’intégration dans les programmes scolaire d’un enseignement du fait religieux, comme y invitait le rapport de Régis Debray sur L’enseignement du fait religieux dans l’Ecole laïque réalisé à la demande de Jack Lang, ministre de l'Education national (2002), visant à intégrer les enfants issus de l’immigration par leurs différences pour mieux qu’ils s’y reconnaissent, a fait beaucoup de mal sans aucune évaluation sérieuse depuis. Ainsi, ceux qui ne se reconnaissent dans aucune de ces différences se retrouvent encore ici en situation d’invisibilité, la minorité imposant par cette entremise à la majorité sa différence. Sans compter avec un enseignement qui dès la primaire se fait trop fréquemment en citant des extraits de textes religieux sans aucune contextualisation ou mise au conditionnel. Un enseignement donc aux antipodes de la laïcité et de la science qui favorise l’idée que de n’avoir pas de religion c’est ne pas avoir de morale, renvoyant encore des familles ouvrières souvent en dehors de toute pratique religieuse ou non croyantes à la marge.

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par laparisiennedecrete - 26/06/2013 - 17:41 - Signaler un abus Théorie de Cicéron (106 AV JC-43 AV JC)

    1 - Le pauvre : Travaille,
    2 - Le riche : Exploite le 1,
    3 - Le soldat : Défend les deux,
    4 - Le contribuable : Paye pour les trois,
    5 - Le vagabond : Se repose sur les quatre,
    6 - Le poivrot : Boit pour les cinq,
    7 - Le banquier : Escroque les six,
    8 - L'avocat : Trompe les sept,
    9 - Le médecin : Tue les huit,
    10-Le croquemort: Enterre les neuf,
    11-Et la politique : Vit des dix

  • Par golvan - 26/06/2013 - 11:18 - Signaler un abus @ anonymous

    Au sujet de la polygamie vous partez dans un grand délire sur Mitterrand pour ne pas reconnaître que la polygamie, dans son immense majorité est le fait de populations musulmanes noires immigrées.
    J'ai effectivement démontré que leur situation, dans une certaine mesure, peut s'articuler légalement, dans une première approche.
    Mais si, comme vous le prétendez (à vérifier), que vous vous occupez d'enfants de banlieues, vous ne pouvez ignorer que cette situation pénalise énormément les enfants issus de ces unions polygames. Et également les femmes.
    Votre post est pénible à lire parce que vous semblez justifier ces situations intolérables dans une société comme la nôtre, au prétexte que certains hommes en France ont des maîtresses. C'est un argument stupide mais tout est bon pour prétendre que les immigrés en France ont des comportements parfaitement acceptables et que c'est aux populations endogènes de s'adapter à eux (c'est votre affirmation).
    Après une telle affirmation d'ailleurs vous exposez clairement votre haine pour vos origines, si vous êtes français.
    La cerise sur le gâteau c'est l'affirmation que le 16ème est un ghetto pour riches peuplé de "catholiques". Stupide

  • Par mich2pains - 26/06/2013 - 10:34 - Signaler un abus à " UTOPIE " et aux nombreux autres !

    En lisant le résumé poignant de votre misère familiale , force est de déplorer que , malheureusement , cela existe en France , contrairement aux affirmations de nos " Privilégiés" qui maintiennent que ..." La FRANCE est un pays riche " !
    Ras-le-bol de ces "Privilégiés" qui ne vivent pas votre calvaire .
    Mais , s'il vous plait , N ' AYEZ JAMAIS HONTE DE VOTER FN !
    Pourquoi vous , moi et tous les autres ( + de 20% des Français et 47% dans le Lot ) devrions-nous avoir honte d' ESPERER un présent et un avenir meilleur ?
    Pourquoi avoir honte de ne plus supporter de vivre à genoux , sous la dictature de ces malfaisants de l' UMPSPC/EELV ?
    Pourquoi avoir honte des exactions commises à notre encontre par les sangsues de l' UPSPC/EELV ?
    Bien au contraire nous sommes fiers de nos idées , de nos valeurs Françaises , de notre civilisation , de ce que nos aïeux ont bâti avec leurs impôts et leur sueur !
    Ne permettons plus au premier venu , ni à nos propres élus RIPOUX de s'approprier la sueur de nos aïeux !
    Exigeons dès maintenant , l'INDEPENDANCE de la France auprès des Institutions Internationales ( ONU ) !

  • Par mich2pains - 26/06/2013 - 10:10 - Signaler un abus ON s'en doutait déjà !

    C'est du reste pour cette raison et sur ce constat évident que certains(es) peuvent affirmer à juste titre " qu'en France , on ne se sent plus chez nous " !
    A nous de tout mettre en œuvre ( BULLETIN de VOTE ...) pour démontrer que cette triste réalité n' était que provisoire et qu'elle n ' est pas irréversible !

  • Par gliocyte - 26/06/2013 - 08:44 - Signaler un abus Le "non-dit" un processus déstructurant et délabrant

    Le "non-dit" dans les familles est source de dysfonctionnement, de mal-être, de conduites à risque tournées vers l'extérieur, via la délinquance ou retournées contre soi, via toxicomanies ou conduites suicidaires.
    Le "non-dit" instauré par les dirigeants, avalisé par le système judiciaire et médias pour, soi-disant, protéger les minorités a conduit aux mêmes méfaits. On a caché les noms, les faits, minimisé les peines, truqué les chiffres, et au final, la société a monté la majorité contre les minorités, à cause de l'injustice ressentie et vérifiée. Si elle avait agi dans la transparence, en traitant de la même manière chaque homme, indépendamment de son ethnie, sa religion, son appartenance sexuelle, son niveau social, la justice aurait été préservée.
    Les émigrés honnêtes, consciencieux et respectueux auraient trouvé leur place dans la société. Les émigrés profiteurs et malhonnêtes, auraient été sanctionnés. Les jeunes, au lieu d'être infantilisés, auraient été mis face à leurs responsabilités et on leur aurait permis ainsi de grandir et devenir des adultes.
    Donc les politiques et le système judiciaire sont responsables de la discrimination et ont incité à la haine.

  • Par Kulashaker - 25/06/2013 - 22:36 - Signaler un abus @ Anonymous

    Vous cherchez à masquer la réalité des enquêtes de cet article. Vous cherchez aussi à nous dire que les banlieusards immigrés seraient loin des centres-villes et des centres d'activité, ce qui est FAUX, ce qui est un mythe paresseux auquel les fils immigrés extra-européens sont amenés à croire et à entretenir. En réalité, cet article montre bien le white trash français est en réalité plus pauvre et moins aidée que les populations immigrés des banlieues urbaines.

  • Par Anonymous - 25/06/2013 - 21:25 - Signaler un abus De la gentrification à l'Antimonde ou comment on se fout de vous

    Dans cet article on cherche à diviser les pauvres entre pauvres blancs des champs et pauvres immigrés des villes. En réalité il y a une multitudes de misères individuelles qui font une grande misère globale. Quels sont les déterminismes qui contraignent à la pauvreté?
    -le manque de culture et d'éducation, problème présent dans un village paumé tout autant que dans un quartier pourri.
    - le manque de mobilité, problème présent dans un village non relié au train, aux grands axes autoroutiers, éloignées des villes que dans un quartier sans bus ni RER.
    - Rapport distancié à l'école, et défiance face aux institutions en général, qui souvent le leur rendent bien...
    Les conséquences?
    - l'Entre-soi, même entre soi dans un petit village que dans un quartier, avec les mêmes logiques de commérages et de rejet l'étranger au lieu, fut il policier.
    - Survie par de petits trafics, le braconnages des uns faisant écho aux petits trafics des autres. (on en connait qui ne se gêne pas pour aller voir si la truffe pousse chez le voisin, pourtant ça ne fait pas la une du Figaro). voir:
    http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/mort-pour-un-vol-de-truffe-presume_947130.html
    Tiens?

  • Par Anonymous - 25/06/2013 - 19:51 - Signaler un abus Pour ce qui est des pauvres blancs

    Comme si c'était nouveau! On la sait bien qu'il y a des gens pauvres français sur de nombreuses générations et qui ont du mal à s'intégrer, oui oui j'utilise le mot s'intégrer, même si ça en choque certains, dans les quartiers relégués, il n'y a JAMAIS eu que des noirs et des arabes, certes il y en a plus en proportions que dans le reste de la population française, mais il y a TOUJOURS eu des blancs. Un quartier relégué est un quartier où la mixité ethnique et culturel est forte, et où la mixité social est inexistante. Je m'occupe de gamins venant de ces quartiers, un métis franco-arabe m'a demandé si son quartier était un ghetto? Je lui est donné ces définitions:
    "Sens 1 Quartier où les Juifs étaient obligés de résider [Histoire].
    Sens 2 Quartier d'une ville habité par une minorité isolée de la population [Sociologie]
    Au second sens,ton quartier un ghetto social, mais si tu veux voir à quoi ressemble un ghetto ethnique, culturel et social, va dans le 16ème à Paris, c'est un ghetto de riche, de droite, conservateur, français, catholique"
    Son père était pauvre, sa mère aussi, jamais il n'aurait imaginé que des historiens en mal de notoriété pondrait un jour un tel article...

  • Par Anonymous - 25/06/2013 - 19:30 - Signaler un abus @Golvan #Polygamie?

    Comme vous le dites le système de parents isolés alors que le conjoint existe et s'entend avec la femme pour choisir cette manière de procéder est légal.
    Déjà il n'est pas seulement le fait de polygames, des personnes non polygames peuvent déclarer leurs enfants sur la feuille d’impôt d'un seul parent parce qu'ils trouvent leur compte pour l' impôt et l' aide sociale, il suffit de n’être pas marié devant la loi, et de déclarer un des parents à une autre adresse.
    Ensuite, des français bien de chez nous sont polygames selon vos termes. Un exemple? François Mitterrand, vous pariez combien que sur la feuille d’impôt de Madame (ou Mademoiselle?) Anne Pingeot, il était écrit parent isolée pour sa fille Mazarine? La parente isolée la moins isolée de toute la République! Pourtant François était bien marié par ailleurs, non?
    Enfin, des personnes bien française, libertaire, pas du tout croyante, pratique cette manière de procéder, ils ne sont mariés à personne, ont plusieurs femmes et des enfants avec chacune de ces femmes qui le savent pertinemment, je connais un enfant issus de ce modèle familial. L'homme en question était blanc, avec un nom français, et éducateur...
    Alors vos préjugés...

  • Par jon cole - 25/06/2013 - 19:19 - Signaler un abus white trash

    kosovar trash, une famille logée par l'ofpra dans 03 chambres d'un hotel du 95, à 90 euros la nuit, 270 la journée pour les 3 chambres, depuis 5 ans et demi.

  • Par jon cole - 25/06/2013 - 19:13 - Signaler un abus le blanc

    Le blanc pauvre, c'est un cas social.
    Le noir ou l'arabe pauvre, c'est un opprimé.
    Une famille nombreuse chez des pauvres c'est une portée.
    Une famille nombreuse chez des riches c'est une tribu.

  • Par black sheep - 25/06/2013 - 18:22 - Signaler un abus Avis de recherche

    Je souhaite que le commentaire de Laurentso réapparaisse entre les deux miens.
    Que ce soit au nom de la liberté d'expression si il a été censuré, ou au nom du courage si il l'a retiré lui même.
    Il faut avoir le courage de ses opinions et celui d'assumer ses propos aussi affligeants soient ils.

  • Par unlecteur - 25/06/2013 - 17:10 - Signaler un abus La France est...

    devenue une poubelle qui reçoit toute la merde du tiers-monde.

  • Par golvan - 25/06/2013 - 16:33 - Signaler un abus Mon commentaire sur la

    Mon commentaire sur la polygamie a été supprimé hier pour une raison que j'ignore.
    J'y expliquais que la polygamie de fait existe en France, pour la simple raison que le mariage musulman non civil n'est pas considéré comme un mariage mais que, par exemple, trois familles dites monoparentales, concrètement trois femmes seules avec enfants, pouvaient représenter trois épouses. Ces trois familles monoparentales touchent toutes les allocations afférentes à cette situation. Et le géniteur du clan vit très correctement à partir de ces allocations.
    Le système est parfaitement légal, il y a tricherie, mais la seule anomalie tient au fait qu'on peut relier les femmes à un seul homme, alors que la tricherie à l'aide sociale habituelle consiste à prétendre que le concubin n'habite pas avec la bénéficiaire de l'allocation "parent isolé".
    Et je répète, comme hier, que les services sociaux sont parfaitement au courant tout en étant impuissants parce que seules les femmes (et le "mari") considèrent qu'elles sont mariées, alors que le droit français ne le reconnaît pas.
    Ajoutons pour terminer qu'à Mayotte des manifestations pour la reconnaissance de la polygamie ont lieu régulièrement.

  • Par clara - 25/06/2013 - 15:11 - Signaler un abus CHIFFRES SONT FAUX OU TRUQUES

    Surtout ne vous disputez pas sur les chiffres :
    Ils sont tous faux !!
    Ils ne prennent en compte ni l’économie souterraine, liée au trafics en tous genres , ni le travail clandestin , donc non « fiscalisables » qui font des départements du nord- est parisien des régions de richesses cachées .
    Le revenu de la Seine Saint Denis est bien supérieur aux chiffres cités.
    Mais CHUTT !!! Faut pas le dire !!
    D'autre part on fait dire ce que l'on veut aux chiffres : Donc prudence .

  • Par black sheep - 25/06/2013 - 12:13 - Signaler un abus Torquemada

    Heureusement que vous êtes un esprit censé, il ne vous viendrait certainement pas à l'esprit d'insulter quelqu'un ni de prétendre savoir ce qu'il pense pour éviter de devoir argumenter. Le jours où vos yeux se décilleront, vous risquez de tomber de haut.
    Quant aux nègres, il y avait plusieurs années que mes ascendants n'ont plus été appelés comme cela et à ce propos, Aimé Césaire t'aurais répondu que "le nègre, il t'emmerde".

  • Par black sheep - 25/06/2013 - 11:19 - Signaler un abus SkipJ et laurentso, changez de pseudos, appelez vous Torquemada

    Plutôt que perdre votre temps et l'argent du contribuable pour vos pauvres arguties, écrivez: blasphèmes, blasphèmes, qu'on les brûles !!!! comme à la belle époque de l'inquisition. Avec le temps gagné, vous aurez le temps d'ouvrir les yeux et peut-être, constater que le monde a évolué depuis cinq siècles et cela nous permettra de ne pas avoir à supporter votre prose passéiste.
    PS: pour info, non seulement le bienfaiteur Staline serait mort, mais en plus son bilan n'est pas bon.

  • Par Deckard - 25/06/2013 - 11:04 - Signaler un abus Laissez tomber avec

    Laissez tomber avec laurentso, il manque un t à la fin de son nom...

  • Par Ilmryn - 25/06/2013 - 04:49 - Signaler un abus @Grwfsywash - excellent !

    Par Grwfsywash - Avec la gauche, L’État et les esprits ne font plus qu'une chose: dé-penser."
    .
    J'ai ri :)

  • Par Grwfsywash - 25/06/2013 - 02:09 - Signaler un abus @Laurentso

    Je vous lis ""français d'origine étrangère" ça n'existe pas!"
    Ah bon?
    Eh bien, j'ai le regret de vous informer que cela existe.
    Juste un exemple: Le chef d'Orchestre et claveciniste William Christie, né Américain (étranger), et naturalisé Français en 1995.
    Un Français, donc, d'origine étrangère.
    Vous lisez "français d'origine étrangère" et votre instinct conditionné est de réagir en pensant "racisme" ou "xénophobie".
    Vous avez un problème avec les mots, votre cerveau les déforme au delà de toute sens réel.

  • Par Grwfsywash - 25/06/2013 - 01:53 - Signaler un abus Avec la gauche

    L’État et les esprits ne font plus qu'une chose: dé-penser.

  • Par DEL - 25/06/2013 - 01:20 - Signaler un abus @patrickk

    Cela s'appelle du concubinage et ce n'est pas interdit par la loi. Et, si vous cherchez bien vous trouverez bien de nos compatriotes pères de plusieurs enfants, légitimes ou pas: c'est pas spécial islam...

  • Par ヒナゲシ - 24/06/2013 - 23:41 - Signaler un abus Excusez-moi si je vous demande pardon

    J'aime beaucoup celle-ci :
    « L’intégration dans les programmes scolaire
    d’un enseignement du fait religieux
    […]
    a fait beaucoup de mal sans aucune évaluation
    sérieuse depuis. »
     
    Ben, s'il n'y a pas eu d'évaluation, comment sait-on que le fait religieux dans les programmes a fait beaucoup de mal ???
     
    (L'auteur doit avoir la science infuse… Cela dit, peu importent les évaluations, on ne peut qu'être *contre* cette perte de temps consistant à évoquer à l'école les superstitions & balivernes des monothéismes & autres contes de fées.
    Par principe !)

  • Par ciceron - 24/06/2013 - 23:30 - Signaler un abus A chacun sa définition du "white trash"

    Pour moi, ce ne sont pas les blancs pauvres
    Mais plutôt les demeurés de l'asile ps-ychaitrique, les bobos-écolos, les francs maçons qui n'ont jamais travaillés de leurs mains, les concepteurs et adorateurs du "mur des cons", les journaleux qui ne voient que les erreurs de leur main droite, les traitres à la terra nova qui veulent une nouvelle terre en chassant les indigènes.....
    ceux là sont les white trash.....

  • Par ヒナゲシ - 24/06/2013 - 22:53 - Signaler un abus Contrib. 2

    Bon, et puis :
    « “À caractéristiques sociales comparables des
    parents, on observe (…) un avantage des enfants
    d’immigrés essentiellement dû à l’investissement
    très forts des parents”, explique
    Annick Kieffer […] ».
    OK, mais d'un intérêt très limité, en vérité.
    J'imagine que, si on regarde *à caractéristiques sociales comparables* (☜ introduction d'un arbre pour cacher la forêt…) les revenus, on trouvera par exemple des revenus ± identiques.
    Ainsi pourrait-t-on affirmer qu'un chirurgien immigré gagne ± autant qu'un chirurgien FDS ; à condition, bien sûr, de ne pas perdre de vue que la proportion de chirurgiens est nettement plus faible chez les immigrés que chez les FDS.
    Ainsi, dans l'étude citée (Kieffer/Brinbaum) apprend-on que les enfants FDS non diplômés sont 7,2 % à la sortie du secondaire, contre 18,2 % des enfants d'immigrés.
    D'où cette remarque de Kieffer & Brinbaum (p. 584) :
    « […] on note l’importance des sorties sans
    diplôme : 9 %. Cette proportion s’élève à 19 %
    parmi les enfants d’immigrés.
    L’ampleur de ces échecs, très inquiétante,
    justifie les analyses pessimistes sur la
    persistance des inégalités scolaires liées
    aux origines. »

  • Par ヒナゲシ - 24/06/2013 - 22:53 - Signaler un abus Contrib. 1

    G. Chevrier :
    « […] on explique que dans les ZUS les élèves
    issus de l’immigration sont particulièrement
    nombreux, car la part des familles immigrées y
    représente près d’un quart de la population,
    23,6 %, contre 4 % hors ZUS.
    Mais pourquoi alors n’entend-t-on pas plus parler
    des 76,4 % des enfants issus des autres familles
    en ZUS ?
    Où sont les études qui en rendent compte et
    comment pense-t-on les représenter ? »
     
    Il n'y a qu'à se baisser pour les ramasser ; par exemple dans le rapport de presque 300 pages co-publié par plusieurs ministères & organismes d'État (ACOSS, Pôle Emploi…) intitulé « Observatoire national des zones urbaines sensibles », on trouve pas moins de 17 pages consacrées aux élèves résidants ou scolarisés en ZUS.
    Vous pouvez lire ces pages sans risque : on n'y trouve ni le terme immigré, ni le terme maghrébin, ni le terme africain !
     
    La version 2012 :
    http://www.ville.gouv.fr/IMG/pdf/rapport-onzus-2012.pdf
     

  • Par ヒナゲシ - 24/06/2013 - 22:51 - Signaler un abus Humble question

    casanova :
    « il y a plus de pauvres blancs en corrèze et
    dans certains départements de la France profonde
    que de pauvres maghrébins et noirs dans le 93 et
    autres départements »
     
    Vous avez des sources ?
    Parce que, si on regarde – par exemple – les chiffres du revenu médian par département (2010), alors le département le plus riche est Paris (24 520 € ; suivi par les Hauts-de-Seine & les Yvelines) ; le département le plus pauvre est la Seine-Saint-Denis (16 600 €).
    Quant à la Corrèze elle arrive en 45e position (18 620 €).
     
    Maintenant il est vrai que l'INSEE n'a pas fait le tri entre les Noirs, les Blancs, etc.
    Mais vous, vous semblez avoir des renseignements supplémentaires (que l'on serait heureux de connaître).
     
    http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=99&ref_id=t_1105D

  • Par SkipJ - 24/06/2013 - 22:14 - Signaler un abus Saintu

    Puisque le sujet vous tiens à cœur, vous devez être renseigné.
    Quel est le texte de droit français, issu d'accords et de négociation* avec le Mali, qui reconnaitrait comme valable en France une pratique Malienne de polygamie, par ailleurs illégale en France ?
    Merci
    *ces accords existent dans de nombreux cas, sur d'autres sujet. Par exemple, suite à convention le mariage pour tous est interdi à certains ressortissant étranger en France, Algérie, Russie, etc.

  • Par pemmore - 24/06/2013 - 21:09 - Signaler un abus +1 pour l'indépendance des régions,

    économique et partiellement politique, qu'on laisse l'île de France et la région paca se débrouiller tous seuls.
    Que nous ayons à financer nos propres problèmes et faire notre propre politique sociale identique ville campagne et continuïté régionale.

  • Par SuperBeaufDeluxe - 24/06/2013 - 20:52 - Signaler un abus On a démantelé une usine de socialistes !

    1 homme, 4 femmes, 46 enfants :
    http://www.lejdd.fr/Societe/Actualite/Polygamie-Hortefeux-Lies-Hebbadj-199813

  • Par saintu - 24/06/2013 - 20:07 - Signaler un abus @skipj

    Oui Monsieur la polygamie existe en France ! Avant de traiter les autres de menteurs renseignez-vous ! Ce n'est pas parce que la polygamie est interdite dans ce pays qu'elle n'est pas une réalité !
    Il y a d'ailleurs eu plusieurs reportages télévisuels sur le sujet. Pensez à lire d'autres journaux que "l'Humanité" ou "Spirou" ! Un malien, c'est un exemple, a le droit d'avoir plusieurs épouses dans son pays. Il vient travailler en France et quelques mois plus tard dans le cadre du rapprochement familial il a le droit de faire venir ses femmes et ses enfants ! Ce sont les lois votés par vos Députés !!! Ces femmes percevront les allocations familiales pour leur enfants ainsi qu'une allocation pour femme seule pour les 2ème, 3ème et suivantes, et diverses aides !! Ca me trou le cul de voir des buses dans votre genre affirmer que ces faits n'existent pas, sans connaitre la loi !
    Moi je vois ça régulièrement et ce n'est qu'un exemple !
    Je vous ferai la même réflexion qu'à laurentso: que vous soyez borné on peut comprendre, tout les hommes ne sont pas égaux au niveau de l'intellect, mais lorsqu'on vous donne les arguments, que vous refusiez de les voir, c'est de la malhonnêteté !

  • Par saintu - 24/06/2013 - 19:53 - Signaler un abus @laurentso

    Mais vous vivez ou ? Ce que j'affirme je le vis tous les jours ! La polygamie est effectivement interdite en France mais, car il y a un mais de taille, les lois que nos politiques ont voté font que le regroupement familiale permet en toute légalité à un étranger polygamme de vivre avec toutes ses femmes et ses enfants lesquels perçoivent allocations familiales, allocations pour personne seule ect, ect...
    Avant de me traiter de menteur renseignez vous ! Que vous soyez obtu cela vous regarde, mais que vous refusiez de voir la m...e dans les écurie d'Augias là c'est malhonnête de votre part !
    Et lorsque vous dites qu'il n'y a aucune aide pour les étrangers, vous vous foutez du monde ! Toutes les Assosciations qui oeuvrent pour loger ces gens là ou croyez vous qu'elles obtiennent leurs financements ? Qui croyez vous qu'elles viennent solliciter ? Je pourrai vous donner des centaines d'exemples qui me font bondir moi et mes collègues.
    Les gens comme vous devraient avoir honte ! Honte de dénier la réalité ! Votre mauvaise foi n'a d'égale que votre bêtise !

  • Par patrick25 - 24/06/2013 - 19:26 - Signaler un abus Humains et pauvres...

    Lisez le livre interdit "Têtes à Flaques" en ligne sur :
    http://www.amazon.fr/Têtes-à-flaques-ebook/dp/B00A5ZVJIC/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1364388957&sr=8-1
    ou sur :
    http://www.thebookedition.com/thiellee--patrick-tetes-a-flaques-p-98534.html

  • Par tenébon - 24/06/2013 - 18:52 - Signaler un abus Un autre remède que le FN

    Il y a lieu de penser que la méthode brésilienne déclenchée par le peuple lui-même, serait un moyen d'écrémer le monde politique, car c'est justement la prolifération des affaires politico-financières, relayée en permanence par la Presse, qui agace la population. Maintenant, le souhait des brésilien est d'être gouvernés par des gens qui n'ont jamais fait de politique, par des cerveaux qui tiennent compte des réalités économiques et sociales. Est-ce que cela peut arriver en France ?

  • Par francinemartiale - 24/06/2013 - 18:43 - Signaler un abus Vous vous être trompé de chapeau !!!

    J'ai beau relire et relire. Vous vous êtes trompé de chapeau ! Que vient faire là le truc sur l'Angleterre et le rapport de l'OFTED ?
    Virez votre rédacteur. Ca devient de pire en pire la presse...

  • Par didi59 - 24/06/2013 - 18:42 - Signaler un abus didi59

    article intéressant. Il pose les bonnes questions, doit interpeller les politiques sur ces problèmes. Il faut que les politiques trouvent des solutions afin qu'on n'arrive pas à une situation de non retour.

  • Par walküre - 24/06/2013 - 18:19 - Signaler un abus Sûr qu'actuellement

    il vaut mieux être étranger, fainéant et polygame que français, respectueux des lois, et mal payé.

  • Par sam75 - 24/06/2013 - 18:08 - Signaler un abus Ce qui est embêtant c'est qu'ils peuvent voter

    A force de laisser de cote ces gens aux profit de categories immigrées beneficiant de nombreux avantage, ces gens abandonnes vont voter pour le diable, et ca c'est pas bon pour nos socialos qui risquent de se retrouver dans les choux

  • Par gliocyte - 24/06/2013 - 17:44 - Signaler un abus Tiens

    la répartie de ce troll est la preuve de ce que j'avançais. Mais ces preuves, on a en à foison.

  • Par SkipJ - 24/06/2013 - 17:18 - Signaler un abus Que voulez vous Glyocite...

    Si il est vrais ce témoignage bien opportun, Utopie fait partie de ces gens qui nous font économiser 5 milliards par an en prestation sociale non-réclamées.

  • Par gliocyte - 24/06/2013 - 17:14 - Signaler un abus Devant le témoignage d'Utopie

    Tous les trolls de service devraient avoir honte. Il est vrai qu'on ne les recrute qu'après leur avoir fait subir un test primordial: Celui qui prouve leur absence totale de tout scrupule. S'ils n'étaient pas trolls, à quelle activité se livreraient-ils, à votre avis?

  • Par utopie - 24/06/2013 - 16:53 - Signaler un abus discrimination positive

    Je suis originaire de la seine st denis, dernière de 5 enfants , j'ai perdu mon père à 6 ans ma mère veuve , n'a jamais eu la moindre aide et nous n'avons jamais vu la moindre assistante sociale, ni le moindre organisme se pencher sur notre sort bien que nous soyons très pauvres et vivions dans un F3 pourri . En revanche, tous les immigrés fraichement débarqués avaient droit à toutes les aides sociales et à la compassion de tous les associations et organismes sociaux . Les jardins ouvriers qui nous permettaient de subvenir à nos besoins nous avaient été confisqués par la mairie socialiste , afin de construire des lotissements pour les immigrés et leurs nombreuses progénitures lors du regroupement familial au milieu des années 70 . Ma meilleure amie française de souche vivait dans une baraque en bois avec sa mère et sa soeur, . la mairie socialiste logeait confortablement les immigrés alors que certains français vivaient dans des conditions indignes.
    Aujourd'hui, je suis écoeurée en pensant à toute cette discrimination subie par les français à cause de l'immigration exponentielle et du communautarisme qui en résulte .Aussi,je vote Marine Le Pen et cela sans aucune honte .

  • Par Ravidelacreche - 24/06/2013 - 16:38 - Signaler un abus Un rapport de l'Ofsted

    Moi pas comprendre.

  • Par géodith - 24/06/2013 - 16:38 - Signaler un abus Les priorités de la France et leur coût

    http://ripostelaique.com/ayrault-pressure-les-francais-duflot-loge-les-clandestins-dans-des-hotels-a-150-euros-la-nuit.html

  • Par aubagne - 24/06/2013 - 16:05 - Signaler un abus Decouverte?

    Dans les années 90 les représentants de la sécu avec qui je communiquais régulièrement m expliquaient que dans une famille polygame dont je m occupais 70mille francs rentraient tous les mois et un peu plus aux moment de la prime de rentrée scolaire....Le constat n est donc pas nouveau,tous les politiques le savent,mais aujourd hui" le fond manque le plus". pour palier à ce problème je suis sans inquiétude....

  • Par clara - 24/06/2013 - 15:52 - Signaler un abus BRAVO

    Enfin un Auteur qui ose s'interesser aux Francais , de souche, en difficultés .
    Ils sont de plus enplus nombreux à "galérer" avec le déclin de l'industrie et de l'agriculture mais EUX ne ménacent pas, comme nos jeunes de banlieue, l'ordre public .
    Ils n'interessent pas les pouvoirs publics car ils ne se concentrent pas autour des grandes villes et ne sont donc pas dangeureux .....jusqu'à quand ?
    J'ai connu des jeunes filles, Francaises de souches , habitant "une cité" ,portant jupes longues et faisant le ramadan pour se faire accepter par les autres habitants de l'immeuble , tous ou presque musulmans . Les parents n'arrivant pas à avoir un autre logement social , leur vie
    était un calvaire
    Ceci resume en gros l'article .
    N'est ce pas honteux ?

  • Par jean fume - 24/06/2013 - 14:18 - Signaler un abus Tout à fait exact.

    Que chez les pauvres, les blancs de souche, soient moins bien considérés que les couleurs de souche, est une évidence. Et il y a une raison à ça. C'est qu'il représentent une clientèle électorale plus intéressante pour ceux qui gèrent les organismes sociaux qui ont des intérêts évidents dans la mesure ou ils vivent dessus (étant entendu qu'ils ne sont pas à droite).

  • Par Equilibre - 24/06/2013 - 14:03 - Signaler un abus Bon article, mettant en lumière certains points

    Je mettrai ultra libre-échangiste à la place de ultralibérale
    L'immigration fait le bonheur de GS et de l'ONU et autres apatrides, comme nos dirigeants, en tout genre, en fabriquant une croissance à l'africaine, même nature (grossissement du PIB par grossissement du nombre de con sommateur) et même population.
    Les problèmes:
    - c'est que le progrès technologique va nécessiter plus de bac + 5 que de bac -5 mangeur de subventions et aides sociales.
    - une bonne partie de la population autochtone est laissé de côté, n'étant pas les nouveaux hommes nouveaux du système
    - nos remplaçants remplissent aussi massivement les prisons
    - nos remplaçants coûtent très cher, coût en partie masqué par les aides publiques diverses à tous les niveaux et non comptabilisés en tant que tel, style "plan pour la ville", comprendre banlieues où il n'y a plus beaucoup d'autochtones, pour parler crûment, à quelques centaines de milliards de neuro.
    - nous n'avons vraiment pas les même valeurs culturelles
    - ....
    Cette destruction de la France, par construction du nouvel homme nouveau, est mortifère et arrange PS et UMP, l'un pour les votes et l'autre pour le coût de la main d’œuvre.
    Ce pays est foutu

  • Par gliocyte - 24/06/2013 - 13:53 - Signaler un abus Des preuves?

    Des preuves et des confessions, il y en a mais elles ne doivent pas remonter à la surface. Il est sur que ce n'est pas dans l'oreille du "despote aux ordres" que ces personnes vont se confier.

  • Par SkipJ - 24/06/2013 - 13:35 - Signaler un abus @patrick

    Le concubinage non-officiel ne donne droit à rien et on ne peu se déclarer plusieurs fois concubins...
    @Glyocite
    L'absence ce preuve est donc la preuve que cela existe ? Lumineux...
    @Casa
    C'est vous qui donnez une valeurs différentes aux humains.

Guylain Chevrier

Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.

Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.

Voir la bio en entier

Fermer