Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Bitcoin, cryptomonnaies : les français sont-ils complètement dépassés ?

Six grandes banques internationales se sont alliées pour créer l’USC, une cryptomonnaie commune. Parmi elles HSBC, la Barclays, le Crédit Suisse, mais aucune banque française. Sommes-nous en train de rater le train en marche ?

Atlantico Business

Publié le
Bitcoin, cryptomonnaies : les français sont-ils complètement dépassés ?

Le projet de création de l’USC devrait voir le jour fin 2018, après l’accréditation des organismes de régulation bancaire. D’autres banques, notamment en Suisse, proposent elles à leurs clients des solutions commerciales liées à leurs bitcoins, comme de la gestion d’actifs, ou la possibilité de régler en bitcoins. La Suisse s’est même équipée de distributeurs de bitcoins ; alors que certains constructeurs automobiles,  commencent à accepter de se faire payer en bitcoins.

Dans un autre projet, c’est un pays, l’Estonie, qui serait en passe de lancer une cryptomonnaie nationale, ce qui permettrait surtout au pays de lever des fonds.

Tout cela montre surtout que les cryptomonnaies gagnent du chemin dans la conquête de la crédibilité, première raison d’exister d’une monnaie.

L’intérêt pour ces nouvelles devises digitales, dont la première d’entre elles, le bitcoin, a été créé par l’imagination et l’abnégation d’un geek japonais, s’est décuplé au cours des derniers mois. Le bitcoin a vu son cours multiplié par 4 depuis le mois de janvier, et les volumes qui s’échangent chaque jour sont colossaux. Le bitcoin en est la représentation la plus répandue au monde, mais il se voit concurrencé par de nombreuses autres monnaies cryptées.

Cryptées car elles sont détenues dans une blockchain et sont générées et délivrées par des algorithmes après de puissants calculs, plus longs et plus complexes à mesure qu’elle délivre la monnaie numérique. On dit même que ce sont des opérations de déminage, ces calculs imitent la rareté d’un métal précieux comme l’or, ce qui attire les activités de spéculation.

Alors ces monnaies sont, pendant de nombreuses années, restées l’apanage des geeks et passionnés de programmation informatique. Mais la recette prend. De nombreuses entreprises y voient là un moyen de financement. C’est le principe de l’ICO – Initial Coin Offering, même principe que l’IPO – entrée traditionnelle d’une entreprise en bourse – sauf que ce ne sont pas des actions, mais des unités numériques, pièces ou jetons, qui sont distribués.

L’industrie de la cryptomonnaie emploie aujourd’hui 2000 personnes à travers le monde, pour près de 6 millions d’utilisateurs qui détiennent des portefeuilles de monnaie numérique. Les Etats-Unis en comptent un peu moins de 20%, mais plus de la moitié d’entre eux se situe aujourd’hui en Chine. La progression fulgurante est en partie due à l’augmentation de la demande en Asie, Chine et Japon agissent comme de véritables locomotives. En Afrique, les cryptomonnaies sont utilisées car elles représentent une alternative aux monnaies locales, trop instables et dépendantes des cours de matières premières.

Pourtant, il existe bien une querelle d’experts autour du sujet. Ce qui faisait débat jusqu’alors, c’est que le système de cryptomonnaie n’est garanti par aucune structure, banque centrale ou établissement financier. Personne n’est le garant de la valeur de cette monnaie, car il n’y a pas de contrepartie en échange.En temps normal, la banque centrale met en circulation une monnaie car elle détient dans ses comptes des actifs qui viennent compenser la monnaie en circulation. C’est à ce titre que la monnaie peut s’échanger, se prêter et s’emprunter dans la vie réelle. Pour les bitcoins, le phénomène de confiance, même si de plus en plus d’acteurs se lancent dans ce nouvel actif, ne peut donc être total. En fait, cela reste des monnaies privées ; dont l’émission ne dépend pas d’une institution étatique ou communautaire mais du bon vouloir d’un système à délivrer sa monnaie.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ajm - 02/09/2017 - 14:06 - Signaler un abus Vérité des bitcoins.

    Les bitcoins c'est actuellement surtout la monnaie des trafiquants et fraudeurs, particulièrement utilisée dans certains pays où les mafias de toutes sortes prospèrent. C'est plutôt un bon signe que les banques françaises se tiennent à l'écart , pour l'instant, de ce genre d'outil monétaire. Il faut savoir en tout cas que ce n'est pas faute de compétences en la matière, car la cryptologie est un domaine où il y a beaucoup d'acteurs fort compétents en France (fabrication de cartes bancaires) et aussi beaucoup de professionnels formés dans le très riche terreau mathématique français pas (encore) détruit par la nullissime politique bourdieu-socialo-gaucho de" l'Education Nationale".

  • Par Hypatie - 02/09/2017 - 17:28 - Signaler un abus honnêteté du bitcoin

    Quand on ne connaît rien à un domaine, il vaut mieux ne pas en parler ,il y a eu de tous temps des trafiquants , des fraudeurs, sans bitcoins, et de nos jours encore bien des banques officielles, ayant pignon sur rue sont épinglées de temps en temps pour des manoeuvres scandaleuses, ou seulement douteuses . Le bitcoin est une invention géniale permettant de se passer de leurs services , avec une fluidité qui peut développer commerce et industrie , par ex. en Afrique , mais pas seulement .Et il y a 2 ans, le Sénat , après une audition de 2 heures de représentants du bitcoin , et en présence de financiers contradicteurs ,s'est déclaré favorable ...pour cette raison ,évidemment.

  • Par J'accuse - 02/09/2017 - 19:22 - Signaler un abus Crypto-monnaie= paléo-monnaie

    Les premières monnaies utilisées pour les échanges étaient privées; les États en ont pris le monopole, et c'est la seule façon d'aller vers une utilisation légale et démocratique (y'a encore du boulot, je reconnais). Avec ces monnaies non contrôlées par les États (retour aux anciens temps anarchiques et à la loi du plus fort, avec des méthodes modernes), les malfaiteurs et fraudeurs ont plus de possibilités: pas étonnant que ça se développe. Dis-moi avec quoi tu me payes, je te dirai qui tu es.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Aude Kersulec

Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€