Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 20 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Bienvenue dans un monde partial : Angela Merkel s’en prend aux biais des algorithmes des moteurs de recherche, mais y a-t-il des solutions au problème ?

Ce jeudi 27 octobre, Angela Merkel a fustigé le manque de transparence des moteurs de recherche lors d'une conférence sur les médias à Munich. Selon elle, l'information est toujours biaisée sur Internet, sans que l'utilisateur n'en ait jamais véritablement conscience.

Big Brother

Publié le - Mis à jour le 4 Novembre 2016
Bienvenue dans un monde partial : Angela Merkel s’en prend aux biais des algorithmes des moteurs de recherche, mais y a-t-il des solutions au problème ?

Angela Merkel attire l’attention sur le fait que Google propose des résultats personnalisés à chaque utilisateur, et que cela peut s’avérer néfaste pour la société. C’est la "filter bubble" qui fait que Google nous fournit des résultats filtrés.

Atlantico : Angela Merkel a récemment pointé du doigt les moteurs de recherche, déclarant qu'ils déformaient la perception de son utilisateur en l'orientant sans qu'il en soit conscient. Elle a notamment demandé plus de transparence. A quoi cela servirait-il de divulguer les algorithmes comme elle le demande ?

Fabrice Epelboin : L’algorithme de Google est le cœur du secret sur lequel repose sa richesse. Qui plus est, il évolue constamment.

Le dévoiler n’est pas imaginable, et ce n’est certainement pas l’objectif d'Angela Merkel. Elle cherche plus à attirer l’attention sur le fait que Google propose des résultats personnalisés à chaque utilisateur, et que cela peut s’avérer néfaste pour la société. C’est ce qu’on appelle la "filter bubble" qui fait que Google nous met tous dans des "bulles", et nous fournit des résultats filtrés non seulement pour leur pertinence, mais aussi, et de plus en plus, pour nous faire plaisir, car l'expérience du produit Google se doit d’être agréable.

Cette filter bubble fait qu’un internaute "de gauche" aura tendance à trouver avec Google des résultats issus de médias orientés à gauche, qu’un internaute "de droite" retrouvera aux même places des résultats Google de médias "de droite", et que tout un tas d’autres internautes trouvent eux des résultats plus personnalisés. Cela les enferme dans un univers cohérent et douillet, dans une zone de confort qui définit une expérience produit. Votre expérience de Google.

Considérez vous que l'effet "chambre d'écho" est aujourd'hui particulièrement vivace aujourd'hui sur Internet ? Comment cela se manifeste-t-il en matière de politique ? 

Google et Facebook, qui chacun à leur manière enferme ses utilisateurs dans une telle filter bubble, représentent une très large partie de la vie en ligne de la plupart des internautes, et l’essentiel des outils qu’ils utilisent pour accéder au reste de l’Internet. A eux deux, ces acteurs ont un quasi-monopole pour ce qui est de faire l’interface entre les internautes et l’information, au sens large.

Les conséquences politiques, et plus largement sociales, sont potentiellement phénoménales. Au fil des Like, l’utilisateur de Facebook se retrouve vite enfermé, dans son flux d’information, dans un entre-soi à la pensée homogène, au détriment de contacts avec des amis et des pages d’un autre avis. Les effets sont multiples. La "radicalisation sur Facebook", par exemple, souvent évoquée à propos des adolescents, procède de ce phénomène d’enfermement. On prête par ailleurs attention à des gosses qui se radicalisent et rejoignent Daesh, mais pour un qui termine ainsi, combien sont-ils à se radicaliser sur autre chose ? Se retrouver enfermé dans un groupe à la pensée homogène fait par ailleurs naître un sentiment de toute-puissance au sein de ce groupe. C’était vrai avant Facebook, mais Facebook facilite ici ce phénomène avec la filter bubble, et les conséquences peuvent être, là encore, très inattendues.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Olivier K. - 31/10/2016 - 09:17 - Signaler un abus Filtrer ces sites

    Il y a plein de site sociaux et de moteurs de rechherches plus perfirmant que google. Il existe même un moteur de recherche qui n'enregistre aucune donnée utilisateur: duckduckgo. Un parent responsabke devrait bloquer les connexion a google, et un etat responsabke etablir un filtrage ou financer ka creation de concurent qui ne serait pas dangereux. Et merde les accords collerciaux avec US

  • Par Cervières - 31/10/2016 - 15:05 - Signaler un abus Et oui

    L'information gouvernementale est toujours biaisée et les utilisateurs n'en ont pas conscience. Les adultes ne croient pas au Père Noël, ils votent.

  • Par Jardinier - 01/11/2016 - 08:22 - Signaler un abus J'ai éssayé duckduckgo,

    Mais j'ai renoncé assez vite parce que je ne trouvais pas les resultats assez pertinents. Probablement donc parce qu'ils étaient plus neutres, et qu'ils ne me caressaient pas dans le sens du poil.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Fabrice Epelboin

Fabrice Epelboin est enseignant à Sciences Po et cofondateur de Yogosha, une startup à la croisée de la sécurité informatique et de l'économie collaborative.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€