Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Bienvenue dans la galaxie des milliardaires qui manipulent l'élection présidentielle américaine

Les Etats-Unis ne sont plus un pays qui fonctionne "par le peuple, pour le peuple" mais plutôt une ploutocratie. Un documentaire, "Meet the Donors", montre que son système politique est cassé et comment des super-riches le manipulent.

THE DAILY BEAST

Publié le
Bienvenue dans la galaxie des milliardaires qui manipulent l'élection présidentielle américaine

L’année dernière le New York Times a publié une étude inquiétante montrant que 158 riches familles ont versé près de 50 % des fonds levés par les candidats à la Maison blanche.

Copyright The Daily Beast - par Marlow Stern (traduction Gilles Klein)
 

"Je pense que l’on croit que d’une certaine manière tout le système à Washington est contre le citoyen de base. Les gens ont cette impression parce qu’ils ont raison : il est tourné contre le citoyen ordinaire et il favorise les riches".

C’est ce que dit Tom Downey (ancien élu du Congrès, à New York, qui a fondé la puissante société de lobbying Downey McGrath Group, Inc) l’un de ceux qui parlent dans Meet the Donors, un documentaire qui a été diffusé sur la chaîne HBO.

Ce film est signé Alexandra Pelosi, la fille de la leader démocrate de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi.

Le film fait brièvement état d’un affrontement entre Pelosi Junior et un lobbyiste de droite qui a violemment attaqué sa mère en la présentant comme le monstre Godzilla qui détruit une ville. Mais, malgré cette affaire familiale, le documentaire est un regard impartial sur l’influence de l’argent qui corrompt la politique, tout en montrant comment la démocratie américaine est devenue une ploutocratie. C’est l'exaspération des Américains face à ce système corrompu, qui a, en partie, permis l’émergence de candidats populistes comme Bernie Sanders, ou Donald Trump.

L’année dernière le New York Times a publié une étude inquiétante montrant que 158 riches familles ont versé près de 50 % des fonds levés par les candidats à la Maison blanche. Des donateurs qui sont, pour la plupart, des hommes blancs, riches, et vieux, issus de la finance et du secteur de l’énergie.

"A elles seules, 158 familles, et les sociétés qu’elles contrôlent, ont versé 176 millions de dollars dans la première partie de la campagne", estime l’enquête du New York Times. Jamais depuis l’affaire du Watergate, si peu de personnes et de sociétés n’ont fourni autant d’argent au début d’une campagne, en passant généralement par des canaux devenus légaux grâce à la loi Citizens United, une décision de la Cour Suprême prise il y a cinq ans. 

La décision sur "Citizens United v. Federal Election Commission" a changé les règles du jeu, permettant aussi bien aux organismes à but lucratif ou non lucratif d’être considérés comme des personnes ordinaires, ce qui, de fait, interdit au gouvernement de contrôler les dépenses électorales. Cela a conduit à la création des super PAC, ou Political Action Committees, qui permettent à des particuliers, des entreprises, et d’autres organisations de verser de grosses sommes d’argent pour influencer les élections, principalement via des spots télévisés agressifs. Le stratège conservateur Karl Rove supervisait ces super PAC qui ont versé plus de 300 millions de dollars aux candidats républicains pendant l’année électorale 2012.

Meet the Donors évoque certains aspects historiques inattendus, expliquant comment argent et politique vont de pair en Amérique depuis l’époque des Founding Fathers (Pères Fondateurs). Exemple : George Washington a utilisé les fonds levés pour sa première campagne politique pour fournir de l’alcool à des électeurs assoiffés, alors qu’Andrew Jackson a inauguré le "spoils system" (système des dépouilles) lorsqu’il a remplacé beaucoup d'employés au sein de l’administration pour y placer ceux qui l’avaient soutenu.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Olivier K. - 04/10/2016 - 09:27 - Signaler un abus Heureusement,

    En France on n'a pas besoin de donner autant d'argent pour soumettre nos politiques à la finance, ouf!!

  • Par joke ka - 04/10/2016 - 10:50 - Signaler un abus Soros ?

    Soros, un des plus gros donateurs de la Fondation Clinton et de sa campagne n'est pas nommé dans l'article..pourtant il finance et manipule un maximum de personnes influentes dans les "célébrités" pro Clinton ..ni les monarchies du Golfe qui ont fait la fortune de la famille Clinton?

  • Par J'accuse - 04/10/2016 - 11:21 - Signaler un abus Vous avez dit démocratie ?

    Tous les dirigeants occidentaux prétendent que nous sommes en démocratie alors qu'elle n'existe nulle part, ou au mieux à l'état embryonnaire. Quand le peuple est manipulé chaque jour par la presse, que tous les candidats mentent pour se faire élire et que les élus peuvent tricher à leur guise sans être sanctionnés, comment oser parler de démocratie ? Dans l'Antiquité grecque, ce terme était déjà une imposture : jamais et en aucun pays le peuple n'a eu un véritable pouvoir.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Marlow Stern

Marlow Stern est journaliste au Daily Beast.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€