Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 24 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Une bien curieuse histoire, qui vous happe

Atlanti-culture

Publié le
Une bien curieuse histoire, qui vous happe

LIVRE

Des Femmes en Noir

d'Anne-Isabelle LACASSAGNE

Editions  du ROUERGUE

L’AUTEUR

Née en 1966, Anne - Isabelle LACASSAGNE écrit des livres destinés aux enfants- "Le Mordcul", "En Route vers Noël" etc-, anime des ateliers de création-écriture pour ce même public, et travaille pour Bayard Presse. 

"Des Femmes en noir" est son premier roman pour les adultes.

THEME

Un vieux prêtre solitaire, meurt. Le certificat médical complété par son médecin aboutit sur le bureau de Charlotte, chancelière, dont le rôle est essentiellement de gérer les archives, de s’occuper des dossiers mais aussi de veiller au bon  fonctionnement et au respect des règles de l’Eglise.

L’inimaginable vient de se produire. Il ne s’agit pas d’une erreur. Le prêtre était….une femme ! 

Une enquête est ouverte et celle-ci réunit le Père Bernard-Marie, homme de prière, rigide, et Charlotte, femme active et mère de famille. Tout les sépare. Ils vont cependant, pas toujours avec succès, apprendre à se respecter, à s’apprivoiser, à partager leurs découvertes pour donner la réponse à ces questions brûlantes: quand, comment , une telle supercherie a pu se produire ? Qui est au courant ? Jusqu’où mène ce scandale ? 

Nous remontons la route de toutes les personnes que le vieux prêtre a croisées, dans son enfance et depuis qu'il était adulte. Bien que supposés travailler ensemble, Charlotte enquête de son côté pour comprendre les raisons qui ont pu pousser une femme à endosser un rôle uniquement réservé aux hommes. Le Père Bernard-Marie cherche à établir une culpabilité, à trouver des complices, d’autres cas. Il se refuse à comprendre. Charlotte, quant à elle, ne peut s’empêcher d’admirer la force de cette femme et ne souhaite pas en faire une coupable.

POINTS FORTS

- Une histoire différente de celles que nous lisons habituellement, c'est clair... 

- Nous croisons des personnes émouvantes. Nous fouillons dans les souvenirs, nous écoutons les silences, traduisons les non-dits. 

- Cette lenteur est riche d’enseignements sur la face cachée et silencieuse de l’Eglise, sur le fait que sous l’habit de prêtre se cache un homme qui aime, souffre de solitude, s’interroge.

- Refait surface l’interrogation sur la place et la vocation de la femme au sein de l’Eglise. 

- L’expérience acquise comme membre d’un service diocésain permet à Anne-Isabelle LACASSAGNE de décrire avec justesse et précision l'univers ecclésial.

POINTS FAIBLES

Je n'ai pas pu lâcher ce livre avant la dernière page, autant dire que je ne lui ai trouvé aucun point faible...

EN DEUX MOTS

Un livre dense, plein de surprise, de tendresse, de rivalités . Ne point ébruiter, se taire et ,d’une certaine façon, craindre la vérité ! Et pourtant, en l'occurrence, tout a commencé par un acte d’une indicible générosité.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Outre-Vosges - 11/01/2017 - 16:32 - Signaler un abus Mézalor…

    Que faut-il penser de la validité des sacrements qu’elle a administrés ? Pas de difficulté pour la baptême, mais bernique pour la confession, la communion et l’extrême-onction (ce qui est inquiétant pour les pauvres défunts). Je vous rassure : les mariages restent valides mais les confirmations qu’elle aurait pu donner en tant que prêtre délégué sont évidemment nulles de plein droit. Reste l’hypothèse (dont je frémis) que cette femme ait pu accéder à l’épiscopat et consacrer elle-même des prêtres et des évêques : un canoniste m’a assuré que, pour éviter tout risque, il faut deux évêques pour procéder à la consécration, celle-ci a ainsi les plus grandes chances d’être valide mais malgré tout (et par prudence) il aurait fallu tout refaire sub conditione. Mais je laisse à une plume plus orthodoxe que la mienne (je suis un méchant protestant) le soin de donner aux pieux lecteurs les renseignements et les apaisements dont ils ont besoin.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christiane Oliva pour Culture-Tops

Christiane Oliva est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€