Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 16 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Benalla : quand les oppositions atteignent le moment où elles se tirent une balle dans le pied

Les deux motions de censure déposées par LR et les communistes n'ont pas fait vaciller le gouvernement. De l'extrême-gauche, des socialistes, des Républicains ou du Rassemblement National, qui risque le plus de souffrir d'un excès d'engagement dans cette affaire ?

Motion de censure

Publié le
Benalla : quand les oppositions atteignent le moment où elles se tirent une balle dans le pied

 Crédit GERARD JULIEN / AFP

Atlantico : Les deux motions de censure déposées par LR et les communistes ce mardi ne devraient pas faire vaciller le gouvernement, qui bénéficie d'un soutien certain de sa majorité. Mais ne tend-elle pas à délégitimer l'opposition, qui, comme notre sondage Ifop pour Atlantico l'avait montré, en fait trop selon 41% des Français (ou même pas assez pour 28%) ?

 
Maxime Tandonnet : Oui, l'attitude de l'opposition parlementaire est en décallage me semble-t-il avec les Français dans leur ensemble. L'affaire Benalla écrase l'actualité depuis plus de quinze jours. Elle est dans la continuité d'une vie politique qui, depuis quelques années, se réduit à une succession de scandales. Les polémiques ne cessent de s'enchaîner, et, une ou deux fois par an, un véritable séisme fait trembler la démocratie fançaise sur ses bases: DSK, Cahuzac, les "sans dents", le livre "un président ne devrait pas dire ça", le déchaînement contre la candidature de Fillon et les élections présidentielles saccagées de 2017, aujourd'hui Benalla...
Quelle est la logique? La politique n'est plus qu'une affaire d'image personnelle qu'il faut soit adorer, soit lyncher. Elle ne cesse de s'enfoncer dans le sensationnel et le grand spectacle. La crise d'hystérie autour de l'affaire Benalla est disproportionnée. Un membre du cabinet présidentiel a gravement failli dans son comportement. Cela mérite -t-il de mobiliser le pays pendant trois semaines? Les oppositions tentent d'exploiter cette nouvelle tempête médiatique pour affaiblir la présidence de la Répubique et le pouvoir LREM dans une logique politicienne. Mais les Français, globalement, sont fatigués de ce scandale qui s'éternise après tant d'autres et ils attendent propbablement autre chose des oppositions de droite comme de gauche.
 

Est-ce pour cela que certains leaders restent relativement en retrait (par exemple Laurent Wauquiez ou Valérie Pécresse) ?

 
C'est possible et si c'est le cas, tant mieux. Les deux motions de censure sont maladroites. Elles ne font que donner l'occasion au gouvernement et à la majorité LREM d'une victoire facile. Ce nouveau scandale met la France d'en haut, politico-médiatique, en transe. Les Français, dans leur ensemble, ont d'autres préoccupations: le chômage de masse – qui augmente selon les dernières statistiques – la violence quotidienne, la maîtrise des frontières, la pauvreté, le logement, la dégradation des services publics, en particulier la SNCF, la dette publique, les impôts, le déclin du niveau scolaire... Ces questions méritaient davantage la mise en cause de la responsabilité du gouvernement à travers une motion de censure. C'est le rôle d'une opposition responsable de critiquer l'action ou l'inaction du pouvoir et de présenter une alternative crédible et raisonnable. En revanche, il est inutile et contre-productif, quatre ans avant les prochaines élections nationales, de brasser de la boue pour affaiblir l'équipe gouvernementale. L'effet est exactement inverse: victimiser les dirigeants du pays et leur donner l'occasion de faire front. Et cette attitude ne favorise pas à terme l'image d'une opposition responsable et motivée par le sens de l'Etat.

 

La riposte d'Edouard Philippe à l'Assemblée, où il a pointé du doigt l'écart entre la gestion par son gouvernement de l'affaire Benalla et la gestion d'affaires précédentes tel que les sondages de l'Elysée ou l'affaire Cahuzac par le Parti Socialiste ou Les Républicains permet-elle pour autant de relancer la dynamique de "nouveau monde" que l'affaire Benalla avait clairement remise en cause pendant quelques semaines ?

 
Non, c'est très improbable. Personne au fond, n'en sortira gagnant. Dans la vie politique moderne, il est très difficile de redresser une image, de modifier une impression populaire.  L'idéologie LREM se fondait sur le renouvellement des moeurs de la République à la suite de ce qu'il a été convenu de nommer "l'affaire Fillon" qui fut son acte de naissance. "Un nouveau monde", vertueux, incarné par la jeunesse du président de la République, devait se substituer à "un ancien monde", dans une logique bien française de "table rase". Ce discours idéologique a bien fonctionné auprès des élites économiques, administratives, politiques sans pour autant convaincre pleinement l'opinion dans son ensemble. Il achève aujourd'hui de s'effondrer avec l'affaire Benalla qui  montre une République toujours autant rongée par la courtisanerie, les passe-droits et le copinage. L'image présientielle comme celle de la majorité sont gravement touchées, comme sous le quinquennat précédent, et ne s'en remettront sans doute jamais.
 

De l'extrême-gauche, des socialistes, des Républicains ou du Rassemblement National, qui risque le plus de souffrir d'un excès d'engagement dans cette affaire ?

 
Par leur implantation territoriale, leur poids au Parlement, et l'adhésion d'une partie de l'opinion, les Républicains constituent objectivement la force politique ayant le plus de chance, aujourd'hui, de prendre la relève de la majorité LREM. Il n'était pas utile pour eux de s'engager dans cette affaire au point de présenter une motion de censure. En y prenant part, ils finissent par y associer leur image et se lier au boulet qui entraîne tout le monde par le fond. La stratégie du pire n'est bonne pour personne. La politique française donne le sentiment de s'enfoncer toujours plus loin dans l'abîme. Le pouvoir LREM est né du discrédit de la classe politique traditionnelle. Lui-même se trouve à son tour gravement discrédité. Nous touchons au néant absolu en l'absence aujourd'hui, de tout horizon politique pour la France... Le nouveau scandale aurait pu être l'occasion d'une réflexion approfondie des dirigeants politiques et des intellectuels sur l'avenir de la politique française. L'extrême personnalisation du pouvoir, le naufrage de la vie publique dans le scandale permanent,  l'affaiblissement du sens de l'Etat et de l'intérêt général, appellent une remise en question profonde du fonctionnement des institutions, de l'action publique et de la démocratie française. Or, cette question vitale n'intéresse absolument personne...
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Poussard Gérard - 01/08/2018 - 10:40 - Signaler un abus En désaccord avec votre analyse

    Si les parlementaires n'avaient pas déposé de censure qu'auraient pensé les souchiens, ceux qui triment, qui sont taxés, insultés par léquipe en place, censurés, méprisés??? Les députés ont utilisé la seule arme à leur disposition tout en sachant que les godillots auraient protégé leur sponsor..et j'approuve leurs actions A la rentrée, il faudra rappeler les mensonges, et l'attitude de ces ministres menteurs, énarques ambitieux pour eux mêmes sauf pour leur pays et de ce gerontophile qui passe son temps à nous snober..Ben Allah ne fut qu'un révélateur de ce qui se passe au Palais du monarque et on peut le remercier..

  • Par antidote - 01/08/2018 - 11:11 - Signaler un abus Des islamistes au pouvoir ?

    Un Président inconscient ou coupable d'alliance avec l'ennemi ! Si au fond Macron cachait son jeu vis à vis du moyen orient en soutenant plutôt le Amas qu’Israël ? Depuis son élection ses choix allaient vers les musulmans . Rappelons nous de sa visite en Algérie où il s'est permis de jeter aux chiens les pieds noir les traitant de colonisateurs meurtriers ....

  • Par Ganesha - 01/08/2018 - 11:49 - Signaler un abus Méthode Coué, pratiquée par un Benalla Sarkozyste !

    Citation : ''les Républicains constituent objectivement la force politique ayant le plus de chance, aujourd'hui, de prendre la relève de la majorité LREM''. Développée à la fin du 19ème siècle par le psychologue et pharmacien français Émile Coué de la Châtaigneraie, cette méthode d'auto-suggestion n'a jamais vraiment convaincu grand monde : elle est plutôt un sujet de plaisanterie et d'hilarité ! Bien sûr, Atlantico regroupe une large majorité de vieux débris séniles et répugnants, et c'est bien pour leur plaire que cette tribune a été offerte à un ''Benalla sarkozyste''. Ce parti a très largement dépassé sa ''date de péremption'', il est devenu ''impropre à la consommation''. En fait, ce petit groupe de politicards corrompus représente un ''réel danger pour la Démocratie'' ! Mais pas de vaines polémiques : donnons-nous rendez-vous aux prochaines élections, le 26 Mai 2019.

  • Par cloette - 01/08/2018 - 12:00 - Signaler un abus En réalité

    On peut cependant constater que la presse ne soutient plus Macron de façon déraisonnable , et ceci depuis bien avant cette histoire . Macron reste soutenu par sa majorité? La belle affaire, cette majorité est si "particulière" ! Ce qui est intéressant ce n'est pas la cause ( Benalla), c'est la conséquence ( le retentissement de "l'affaire" ), tout a une signification .

  • Par Citoyen-libre - 01/08/2018 - 12:25 - Signaler un abus Les deux mondes

    Excellent article. La dernière phrase résume tout : cette question vitale n'intéresse absolument personne...Les français pourtant avaient fait fort avec le "dégagisme". Ca n'a absolument servi à rien. En fait, il y a deux mondes : celui qui travaille à l'économie du pays et le monde politico-médiatique qui en réalité n'a pas l'importance qu'il se donne. Nous ferions comme en Belgique, c'est à dire rester sans gouvernement pendant quelques mois, et rien ne se passerait. Ou peut-être mieux, une certaine sérénité pourrait s'installer. Les acteurs économiques assureraient le fonctionnement du pays. Nous en sommes arrivés à ça !!!! C'est d'ailleurs pour ça que nos politiques, les assemblées, et commentateurs inutiles s'agitent, pour montrer qu'ils existent.

  • Par vangog - 01/08/2018 - 13:05 - Signaler un abus Dans n’importe quelle démocratie digne de ce nom...

    le ou les responsables de Benalla seraient déjà virés! Mais, en France gauchiste, cela fait déjà bien longtemps qu’on ne vire plus (terme culpabilisant, voire stigmatisant...vous imaginez, s’il s’agit s’un arabe?...), mais on « démissionne »...et ben la, personne n’a été démissionné!...stupéfiant d'incompétence, non?

  • Par Ganesha - 01/08/2018 - 13:13 - Signaler un abus Les Médias et la Stratégie du Croque-mitaine

    Je reconnais volontiers que j'ai déjà publié sur ce site des centaines de commentaires affirmant qu'Emmanuel Macron a été élu grâce à l'appui des médias... mais aussi, en conséquence d'une incroyable et permanente campagne de propagande et de haine envers Marine Le Pen ! Il suffit de voir le ou la moindre petite journaliste dialoguer avec Marine ou un autre représentant du Rassemblement National : on a l'impression d'un chien roquet enragé, faisant face à un personnage aussi répugnant que Marc Dutroux, ou même Adolf Hitler ! La question : cette ''stratégie du croque-mitaine'' fonctionnera-t-elle éternellement ? Les français sont-ils cons, manipulables et influençables à ce point ?

  • Par Anguerrand - 01/08/2018 - 13:59 - Signaler un abus Faux l’opposition a eu raison de démontrer qu’il ..

    y avait bien des secrets bien caché par Macron. Au fond on ne sait toujours rien sur son Benalla, malgré les questionnement des députés ou des sénateurs. Ce qui aurait été intéressant c’est d’en connaître plus sur sa famille, son CV, sa montée fulgurante de grade, sur ceux qui ont permis cette ascension fulgurante, son rôle exact auprès de l’Elysée, les clés du Touquet, et des affirmations que Benalla serait un agent secret pour le compte su Maroc, c’est ce qu’affirment des journaux maghrébins. Ça vaudrait le coup de faire une enquête mais silence sur ça de la part des médias français. Enfin pourquoi n’a t il pas été licencié, d’autant que sur TF 1 il a menti il est sorti une nouvelle vidéo ce matin ou on le voit intervenir avant la manif avec Case. Et Case ? Dans le privé il aurait été viré Manu militari, alors pourquoi non seulement il perçoit son salaire mais le soutien de Macron, bizarre non?

  • Par moneo - 01/08/2018 - 16:03 - Signaler un abus Résultat?

    Après le barnum politique on ne sait pas pourquoi le journal qui a fait élire Macron a déclenché l'affaire. et pourquoi LePoint s'active depuis un mois l'Elysée a réécrit l'histoire ,tout le monde a menti ,Benalla encore plus que les autres ( il a declaré être en Bretagne après sa mise à pied ,qui alors s'est servi de son habilitation pour entrer à l'assemblée nationale?). Les français sont fatigués,ils sont en vacances si Benalla avait été charge de la SNCF , de RTE de la RATP peut être seraient-ils mécontents mais là..;bof ils savent que sous la veme République il y a eu pire; dans le passé Pompidou avait pratiqué le watergate français sans aucune conséquence Pompidou un type bien qui aimait la bagnole , Chirac bof juste responsable de l'élection de Mitterand par réactivation des vieux du sac ;Ouvea ....,Mitterand ?on a l' embarras du choix ;vincennes ,rainbow warrior ,de Grossouvre , sa maitresse et sa fille, sans compter les grosses interrogations sur des morts bizarres , c'est juste une révélation sur ce monde inconnu qui nous gouverne en nous faisant payer la note.Excellent repas ce soir à l'Elysée ,faut souder le gouvernement...

  • Par cloette - 01/08/2018 - 18:07 - Signaler un abus La vraie question

    Moneo l’a posée : pourquoi celui qui a fàit élire Macron a déclenché l’affaire ? Ce sera facile à déduire ; il suffira de bien observer la suite : les choses qui seront votées ou pas; les actions entreprises ou pas ...

  • Par Ganesha - 01/08/2018 - 20:52 - Signaler un abus Cloette, Merveilleuse nouvelle !

    Si votre hypothèse est exacte, c'est une merveilleuse nouvelle pour les partisans du Rassemblement National ! Si vraiment, ce que vous appelez l'influence de Jacques Attali, et moi, plus largement, celle de l'oligarchie et du groupe Bilderberg, ont décidé de laisser tomber l'expérience de l'hyper-libéralisme, ils vont donc, en toute logique démocratique, laisser le peuple français se joindre au grand mouvement qui anime le monde occidental (USA-Trump, Angleterre-May, Autriche, Italie, Belgique et quelques autres) le SOUVERAINISME ! Au bout de 38 ans d'application, l'évidence est devenue incontestable : la doctrine de Reagan-Thatcher a produit des centaines de millions de pauvres et de chômeurs ! Cela va désoler, sur Atlantico, les quelques misérables apôtres déboussolés de l'Église de Scientologie, mais les retraités n'ont rien à craindre : ni leur patrimoine ni leur niveau de vie ne sont menacés !

  • Par raslacoiffe - 01/08/2018 - 21:22 - Signaler un abus OK avec Anguerrand

    Bien mystérieux ce Benalla ? Qui peut certifier l'authenticité de identité, de son parcours professionnel et personnel ? Beaucoup de questions sur ce personnage. Quant à M. Tandonnet, il fait partie des aigris et son jugement transpire le règlement de compte avec Sarkozy et les républicains : sans intérêt.

  • Par cloette - 01/08/2018 - 21:22 - Signaler un abus Ganesha

    Je ne saurais donner les détails du pourquoi, mais il est bien possible que vous approchiez même de loin d'une vérité .

  • Par edac44 - 02/08/2018 - 09:28 - Signaler un abus Tout est dit à la dernière phrase de cette analyse, alors ...

    L'extrême personnalisation du pouvoir, le naufrage de la vie publique dans le scandale permanent, l'affaiblissement du sens de l'Etat et de l'intérêt général, appellent une remise en question profonde du fonctionnement des institutions, de l'action publique et de la démocratie française. Or, cette question vitale n'intéresse absolument personne

  • Par Ganesha - 02/08/2018 - 10:42 - Signaler un abus En pratique

    En pratique, ce que j'envisage ici, et c'est possible, c'est une majorité souverainiste au Parlement Européen. Ainsi que Marine Le Pen devenant Premier Ministre après une dissolution de l'Assemblée Nationale.Des législatives anticipées et une Cohabitation. Un rêve inimaginable ?

  • Par cloberval - 02/08/2018 - 18:16 - Signaler un abus La commission étant étouffée la motion a un sens

    Poser publiquement des questions au gouvernement dans le cadre parlementaire n'étant pas possible suite à la majorité LREM utilisant le poids des votes au sein de la commission d'enquête la motion était le moyen d'interpeller les ministres qui ont accepté des mauvaises pratiques de la part d'un nervi du Président. On ne pourra pas dire que l'opposition est indifférente au respect des règles d'exercice démocratique du pouvoir et à l'utilisation abusive de la majorité parlementaire contre la transparence des pratiques alors qu'elle a voté pour l'accroitre à la demande de Macron le moralisateur sans morale . Cela vient après une campagne présidentielle qui n'a reposé que sur la disqualification médiatico-judiciaire "en urgence" du candidat de la droite et du centre . Tous ce gens de LREM qui ne trouvent pas distingué d'attaquer Macron et le gouvernement sur des agissements personnels fautifs ne se sont pas gênés pour se faire élire en utilisant une accusation qui n'a peut être aucune base légale

  • Par A M A - 03/08/2018 - 11:21 - Signaler un abus En sabotant Fillon; les faux

    En sabotant Fillon; les faux-culs de l'opposition ont eu Macron. "Dansez maintenant"....

  • Par A M A - 03/08/2018 - 11:24 - Signaler un abus La barbousaille à l'Elysée,

    La barbousaille à l'Elysée, ça vous rappelle pas le bon temps du RPR, non?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Maxime Tandonnet

Maxime Tandonnet est un haut fonctionnaire français, qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy sur les questions relatives à l’immigration, l’intégration des populations d’origine étrangère, ainsi que les sujets relatifs au ministère de l’Intérieur. Il commente l'actualité sur son blog personnel.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€