Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"La bataille du chômage ne se gagne pas en un mois", OK. Mais en combien de temps alors ?

Le ministre du Travail Michel Sapin, a affirmé que "la bataille contre le chômage ne se gagne pas en un mois, elle se gagne sur la durée". Pour remporter cette victoire, il faudra attendre cinq à dix ans, après des réformes coûteuses.

Patience...

Publié le
"La bataille du chômage ne se gagne pas en un mois", OK. Mais en combien de temps alors ?

Combien de temps faudra-t-il attendre avant que la courbe du chômage s'inverse... Crédit Reuters

Atlantico : Alors que le taux de chômage en France est de 10,3% au sens du BIT - le Bureau international du travail - selon les chiffres de l'Insee, Michel Sapin, le ministre du Travail, a déclaré sur Europe 1 : "la bataille contre le chômage ne se gagne pas en un mois, elle se gagne sur la durée". En combien de temps la France pourra alors commencer à recréer des emplois ? A quel taux de chômage pouvons-nous dire que la bataille de l'emploi est gagné pour un pays comme la France ?

Gilles Saint-Paul : En France, le chômage est structurel et dû aux rigidités du marché du travail.

La question n'est pas tant de "créer des emplois", condition qui est satisfaite lorsque la conjoncture est favorable, mais de créer un contexte où le marché du travail est suffisamment "huilé" pour pouvoir accueillir les nouveaux entrants, garantir un retour à l'emploi rapide pour les chômeurs, et faciliter les réallocations de main d’œuvre qu'impliquent les innovations et les modifications structurelles de l'économie. Pour y parvenir, il faut des réformes courageuses et coûteuses à court terme, qui ne portent leurs fruits qu'après cinq à dix ans, une fois que les entreprises sont convaincues qu'elles sont dans un nouveau "régime" de politique économique.

La bataille du chômage sera gagnée quand ce-dernier n'excédera pas 8 % au plus fort d'une récession et tombera à 3 ou 4 % après un pic d'activité, mais aussi et surtout lorsque la durée du chômage ne dépassera pas en moyenne deux à trois mois et que la proportion de chômeurs de longue durée sera au-dessous de 20%.

L'accord conclu entre les partenaires sociaux le 11 janvier dernier - qui comprend entre autres une taxation des CDD ou encore une mise en place de droits rechargeables (qui permettent de conserver tout ou partie des indemnités chômage si un chômeur reprend un emploi avant la fin de sa période d'indemnisation) - va-t-il en ce sens ?

Cet accord n'aura qu'un effet marginal. Les entreprises n'y gagnent qu'une plus grande flexibilité concernant la mobilité interne des salariés et l'ordre de priorité dans les licenciements collectifs, mais les coûts de licenciement ne sont pas réduits. En revanche les nouveaux droits et portabilités proposés aux salariés seront coûteux à financer et amoindrissent l'intérêt du crédit d'impôt décidé en novembre. Indirectement, une partie des gains de ce crédit d'impôt est transférée aux "insiders" déjà employés qui étaient assis à la table des négociations au lieu de se traduire par un coût du travail plus faible et donc plus de création d'emploi.

Enfin, la taxation des CDD nuira aux secteurs qui en ont le plus besoin. En l'état elle ne détruit que peu d'emplois mais cette mesure crée un précédent en instaurant une taxe spécifique qui sera à l'avenir un "curseur" supplémentaire sur lequel le gouvernement pourra jouer de façon discrétionnaire. Il en résulte une incertitude néfaste à la création d'emploi.

Dans un contexte de crise, comment se situe la France en Europe en termes d'emploi et de chômage ?

Paradoxalement, la France ne s'en tire pas trop mal pendant les crises, car les rigidités du travail, et notamment la protection de l'emploi, qui sont en moyenne néfastes pour l'économie, jouent un rôle de stabilisateur automatique (c'est pour cette raison qu'il est préférable de mettre en œuvre des réformes structurelles en phase d'expansion). D'autre part l'économie française est plus diversifiée que les économies espagnoles ou irlandaises, ce qui a également contribué à amortir la crise. La vraie question est de savoir si le tour de vis fiscal ne va pas entraîner une transition vers un nouvel équilibre nettement plus défavorable en termes de croissance et d'emploi que ce que nous avons connu jusque-là, et si la persistance des déficits publics et l'absence d'engagement sérieux sur une réduction des dépenses ne va pas entraîner une attaque des marchés contre la dette publique française suivie d'une spirale contractionniste.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Laulau - 27/01/2013 - 09:52 - Signaler un abus C'est très facile!

    Voyez l'Allemagne,. Comment a-t-elle résolu le problème? En créant une sous catégorie de travailleurs qui reçoivent des salaires leur permettant à peine de survivre. C'est tout bénéfice, on a de la main d’œuvre non qualifiée pour presque rien, des millions de chômeurs disparaissent du paysage et, cerise sur le gâteau, l'Allemagne devient le modèle devant lequel s'extasient une bande d'"économistes" à la gomme.

  • Par LECANDIDE - 27/01/2013 - 10:17 - Signaler un abus Pour diminuer le chômage?

    Une seule solution: Taxer davantage l'emploi, taxer davantage les CDD, faire la semaine des 32h, rallonger le code du travail, continuer à créer des DIF, des CIF, des formations bidons, des comités Théodule, mettre la retraite à 55 ans et interdire les licenciements. J'ai dit une connerie? Si oui, que dire des dernières propositions de Mélenchon, des Verts et du gouvernement?

  • Par sbgf43 - 27/01/2013 - 10:22 - Signaler un abus Et la mobilité ????

    Dommage qu'il n'y a pas eu de mesures pour faciliter la mobilité....et ces mesures ne concernent encore une fois que le privé..hélas

  • Par jmpbea - 27/01/2013 - 10:24 - Signaler un abus c'est très facile!

    voyez les autres! ils subventionnent le chômage; un chômeur n'a que des droits et aucun devoir; l'idée même de re-travailler fait sourire ces professionnels de l'assistanat, le top étant les intermittents du spectacle qui sont sous perfusion continuelle....l'Allemagne s'en sort, les autres pas...

  • Par nervall - 27/01/2013 - 10:25 - Signaler un abus devaluation interne

    l`euro etant apolitique et sous controle de la chinamerique avec l`accord tacite de l`allemagne pour un euro fort , l`economie france etant pas azzes haut de gamme pour contrer la concurrence des imports massifs de la zone dollar a monnaie faible et competitive , soit devaluer l`euro, impossible, soit devaluer les salaires , or comme personne ne parle de l`euro c`est une impasse totale et c`est plutot effarrant

  • Par l'enclume - 27/01/2013 - 10:37 - Signaler un abus Du courage, on se mouille!

    Laulau - 27/01/2013 - 09:52 Que proposez vous, pour contrecarrer ces excès?

  • Par General3Gaulle - 27/01/2013 - 10:37 - Signaler un abus Le chpmage structurel est voulut

    Arretez de nous prendre pour des c... le chomage structurel est voulut et organiser. Pour avoir le plein emploi il faut mettre fin au capitalisme dans sa forme neoliberale. En clair remettre de la politique dans l'éconmie pour reguler avec des droits de douane. Et controler les flux de marchandises, financiers et des migrants. Que la médiacratie arrete de faire du softpower neoliberal a nous faisant miroiter des lendemains meilleurs quand on voit le nauffrage de 30 ans de neolibearlisme en France et en Europe...

  • Par General3Gaulle - 27/01/2013 - 10:40 - Signaler un abus L'euro est apolitiuque mais pour l'oligarchie financiere

    Quand les européens que c'est euro est une arnaque au profit des rentiers on pourra commencer a envisager une sortie de la crise qui maintenant dans les cas de figure sera douloureuse... de toute façon a etre douloureuse autant qu'elle le soit pour nous debarasser de cette oligarcher financiere, de ses politiques verreux et de ces journalistes de la médiacratie... tout se petit monde qui finira si ca se trouve au bout d'une corde. aujourd'hui c'est plus la boite a gifle que j'ai envie de sortir mais une kalash !

  • Par SLANDER - 27/01/2013 - 10:52 - Signaler un abus COMBIEN DE TEMPS

    Il faut quand même rappeler que les Nuls sont au pouvoir depuis 10 mois...... Sarkozy avait fait beaucoup de choses, LUI, en dix mois. Il est vrai que lui aimait les Français et la France et faisait ce qu'il fallait. De plus, il avait des idées et savait ce qu'il faisait. Quand on tatonne et qu'on rejette systématiquement toutes les idées constructives, évidemment on n'arrive à RIEN.

  • Par moerl16 - 27/01/2013 - 10:55 - Signaler un abus des gens dépassés

    les socialistes sont complètement dépassés par l'évolution de la société industrielle ,ils rament a contre courant depuis 1981 mais n'ont pas encore compris pourquoi le bateau n'avance pas ,de plus ils traînent des boulets énormes ,les verts ,les Mélanchon en tout genres et surtout cet esprit de revanche qui les fait détruire ce que les autres ont essayés de mettre en place ,plus ringards plus has benn qu'eux il ne reste que les coréens du nord ,même les chinois ont compris que sans liberté pas d'avancée ,leur apprentissage du social communisme c'est arrêté avec Lénine et Staline

  • Par Chupula - 27/01/2013 - 10:59 - Signaler un abus A côté de la plaque !

    Le Président : Inverser la courbe du chômage "coûte que coûte". Erreur, les emplois ne doivent pas coûter, ils doivent rapporter. Ca ne doit pas se faire dans l'urgence mais dans la stratégie. Sapin : Ca va se jouer dans le temps. Erreur, on dit ça quand on ne propose rien et qu'on mise sur une reprise américaine. Montebourg : "Achetez Français!", C'est pas que ce soit idiot, mais cela mérite il un poste de "ministre du redressement productif"? Montebourg : Casquette de super-syndicaliste, cravache armée prête à tirer, sur chaque site (hélas condamné par l'économie) en train de se battre contre les ignobles patrons capitalistes. Najat Vallaud-Belkacem : "Nous nous battrons emploi par emploi." Erreur : Le gouvernement doit d'abord bâtir des règles propices à l'épanouissement des entreprises, principalement les PME (50-2000 salariés), et surtout celles qui exportent ou sont en position de le faire. Le gouvernement a l'envie. On sent qu'il aimerait bien faire. Oui mais voilà, il n'y aucune stratégie à part celle dictée par le dogme (emplois d'avenir, nombre des profs, etc). Nos ministres deviennent des activistes sans espoir de résultat réel, sans projet National.

  • Par hiberfox - 27/01/2013 - 11:04 - Signaler un abus manque de vision

    nos politiques sont de pietres strateges tout simplement parce qu'ils n

  • Par hiberfox - 27/01/2013 - 11:04 - Signaler un abus manque de vision

    nos politiques sont de pietres strateges tout simplement parce qu'ils n

  • Par pemmore - 27/01/2013 - 11:16 - Signaler un abus Pourquoi si peu de propositions d'embauches?

    tout d'abord un cdd n'est pas un emploi ma

  • Par socratus - 27/01/2013 - 11:21 - Signaler un abus Nivellement par le bas...

    Il est très triste, même affligeant, de voir l'auteur de cet article comparer la France à l'Espagne et à l'Irlande !!! Jusqu'à présent, ces trois pays ne jouaient pas dans la même cour... ... maintenant l'Irlande, petit pays s'il en est, sert de référence pour mesurer l'économie française !!! A quand les Universités Maliennes comme critère pour les françaises ?? Pas pour longtemps.. puisque le Bac français actuel a comme seul but d'être délivré à 90 % des djeuns des banlieues... encore faut-il qu'ils daignent venir chercher leur diplôme !!!

  • Par ender - 27/01/2013 - 11:36 - Signaler un abus 12 ans de gouvernement ump 5

    12 ans de gouvernement ump 5 million de chômeurs sur les cinq dernière année le chômage a augmenter plus que sur les vingt précédente je pense pas que les socialiste qui sont tous aussi libéral que l'ump ferons mieux mais franchement nous dire que chirac et surtout Sarkosi on réussie c'est vraiment nous prendre pour des c.. Si l'europe est surtout la zone euro fermer ces frontière avec comme au USA ou en chine des taxes a l'importation de plus de 50 % si elle imposée des regles sociales et des salaires minimum je pense que se serais jouable car qui sont les consommateur au plus fort pouvoir d'achat ? Nos politicien ne gouverne plus c'est a Davos que se prenne les décision qui engage l'avenir de notre société et les gens qui prenne ces décision ne sont pas nos représentant ils sont nos exploiteur Rappelons que le sauvetage des banques sa a couter 60 milliard d'euro a la france que la loi Fillon chaque année coute 12 milliard de recette sociale que la loi sur la compétitivité vas nous couté 30 milliard par ans et je passe sur le bouclier fiscal la baisse de la tva dans la restauration ect Le chômage de masse est une stratégie pas une malédiction.

  • Par MEPHISTO - 27/01/2013 - 11:42 - Signaler un abus Langage Variable

    Cette même majorité qui auparavant ironisait du fait des réformes précédemment initiés ( la TEPA et les Heures Supplémentaires Défiscalisées ect...ect... ) on les entendait sur les plateaux de télévision critiquer ces mesures , mises en place depuis seulement un mois , qu' elles ne produisaient pas d' effets immédiats . et aujourd' hui , ils viennent à dire qu' il faut du temps ( 5 ou 10ans ? ) pour que leurs réformes aboutissent... faux culs et hypocrites

  • Par cvoboda - 27/01/2013 - 11:47 - Signaler un abus vous avez dit "réformes"?

    Oui...et ce n'est certainement pas Fromage Premier et sa bande d'incapables qui feront les bonnes, parti comme c'est...

  • Par walküre - 27/01/2013 - 11:51 - Signaler un abus Pourquoi Sapin

    raconte t-il des conneries ? Le chômage n'a cessé d'augmenter depuis 1962. Les socialos sont-ils des dieux pour parvenir à endiguer ce qui n'a jamais été endigué ? Ne se foutent-ils pas plutôt de la gueule du monde ? Sont-ils prêts à démissionner en cas d'échec ? Après les promesses, les promesses....

  • Par ZOEDUBATO - 27/01/2013 - 12:01 - Signaler un abus Revenons à une politique économique qui a fait ses preuves

    partout pour créer de l'emploi , du pouvoir d'achat et des richesses Au lieu de taxer les travailleurs et les entrepreneurs qui réussissent pour enrichir les nantis à privilèges (niches sociales, fiscales sociales, salariales) qui vivent des impôts (élus, fonctionnaires, services Public, Syndicats, ouvriers du livre, dockers , Président d'associations, etc..) Aidons les entreprises manufacturières, les artisans, les entrepreneurs, les créateurs d'entreprise, les salariés, les travailleurs, les investisseurs, etc. qui prennent des risques, diminuons le coût du travail. La vie et le progrès social c'est s'adapter aux besoins des consommateurs et créer des richesses économiquement rentables Autrement dit arrêtons de taxer les pauvres pour enrichir les nantis à statuts de la Gauche (la taux de pauvres en France est en pleine expansion alors que le pouvoir d'achat du Public continue à grimper) La vraie priorité ce sont les économies structurelles sur ceux qui vivent des impôts des autres et un plan de relance de nos industries privées comme le Président SARKOZY l'avait institué (ce qui avait diminué le taux de pauvreté) Il faut revenir à la justice sociale écrasée depuis mai 2012

  • Par antiflambyste18 - 27/01/2013 - 12:08 - Signaler un abus Les batailles non livrées ne se gagnent jamais...

    Mon povmichel, avec son mariage homo d'avec Flamby, c'est une qualité au moins socialiste, pas une insulte bien sûr, ce sera l'union pour l'abîme de l'emploi, entre le plomb de la Corrèze et le nain à lunette de la Creuse. Croit il vraiment ques ces minables contrats sans avenir et fort couteux inutilement plus tout le reste, .....vont résoudre quoique ce soit? Si c'est le cas, c'est grave autant d'incompétence!. Même en ménage à trois avec Montelabourre, l'enfoncement progressif est assuré. Heureusement pour l'avenir économique de la France, l'Etat actuel français, n'est qu'un obstacle même pas insurmontable pour l'essence économique... Dehors les flambystes, Mister Bean de la pertinence humaine. Flamby roi du mali....méfie toi de Bachar, ce monstre va te quitter ALKOULOTTE avant 2017!

  • Par le journal de personne - 27/01/2013 - 12:20 - Signaler un abus la baisse

    La baisse http://www.lejournaldepersonne.com/2013/01/la-baisse/ Chômeuses ! Chômeurs ! À la bonne heure ! Avec seulement 300 chômeurs de plus, on ne peut plus parler de malus... Pardon... pardon de ne pas saluer comme on le fait dans le gouvernement, ce léger ralentissement, cette baisse de la hausse qui laisse présager que le pire est peut être derrière nous.... Seulement voilà... il n'y a plus personne devant pour avaler la pilule qui rend l'idiot utile. Je ne vous l'ai pas encore dit ?

  • Par etalors7 - 27/01/2013 - 12:23 - Signaler un abus Foutaise et hypocrisie socialiste et pas seulement....

    LE système français est un système d'exclusion au sein de la classe moyenne. Il y a le "seigneur" fonctionnaire d'Etat, puis le CDI en grande entreprise publique, puis le CDI en grande entreprise, puis le CDD en PMI, le chômeur indemnisé (grassement pour se donner bonne conscience, le chômeur fin de droits, et le clochard. Les privilèges des "seigneurs" sont assurés par une masse de précaires. Voir le fonctionnement de l'Educ Nat, que je connais bien .. Pour maintenir ce système de privilèges, les privilégiés jouent du violon en expliquant qu'ils se battent pour que tout le monde ait les mêmes privilèges qu'eux (tout en sachant très bien que c'est impossible), on indemnise grassement les chômeurs, et on laisse crever "les plus fragiles" qui n'intéressent personne... Tout cela repose sur la capacité du gouvernement à emprunter, donc la capacité des quelques français qui produisent encore des richesses à payer les impôts qui permettent au gouvernement d'emprunter (avec un fort effet de levier).

  • Par etalors7 - 27/01/2013 - 12:24 - Signaler un abus Foutaise et hypocrisie suite

    Avec cela (impôts + emprunts), le gouvernement peut "soigner" ses privilégiés (ses clientèles électorales). En leur distribuant des prébendes.. . Bon, globalement, ça fait plus de 30 ans que ça marche. De là à prétendre que c'est "moral", il y a une - très - grande marche. Ce que je reproche essentiellement à tout cela tient en deux points : 1) Ce n'est pas orienté vers la création de richesses nouvelles, mais uniquement vers la distribution à des clientèles abusivement appelées "les plus fragiles »2) Ce n'est pas durable, puisque dans ces conditions, le pays s'enfonce inexorablement dans sa capacité à échanger au niveau international.

  • Par etalors7 - 27/01/2013 - 12:31 - Signaler un abus Sapin insulte à l'intelligence! et absolue hypocrisie!

    Ah bon, le gouvernement se bat "emploi par emploi", comme l'ineffable Mauroy était "chef de guerre contre le chômage" et "se battait sur la crête des deux millions de chômeurs" ? Bande de nazes ... Les gens qui se "pour l'emploi", ce sont - par exemple - les créateurs d'entreprises (spécialement high tech) et les Business Angels qui les financent, ou encore des gens comme Philippe Hayat http://www.100000entrepreneurs.com/Tout le reste, c'est du vent pour tréteaux électoraux. D'ailleurs, les membres de ce gouvernement le savent très bien. Comme ceux du gouvernement précédent. Il serait plus franc et plus sain de dire clairement que le corps social français EST D'ACCORD pour entretenir un chômage de masse, au nom de la protection d'un certain nombre de privilégiés (ceux qui ont un emploi garanti) ... . Hum !

  • Par etalors7 - 27/01/2013 - 12:32 - Signaler un abus Sapin insulte à l'intelligence! et absolue hypocrisie! suite

    La suppression du SMIC, des contraintes de licenciement, des 35 h, la baisse des indemnités de chômage, ... ça sert uniquement à donner un job aux gens non qualifiés, en France, en augmentant globalement le nombre de ces jobs. C'est tout. Je rappelle que les GENS QUALIFIES (ingénieurs, techniciens, soudeurs, métalliers) ne SONT PAS AU CHÔMAGE ...

  • Par etalors7 - 27/01/2013 - 12:39 - Signaler un abus knbskin vous me pardonnerez surement ce plagiat

    Si vous lisez ces lignes j'en suis sûr car l'objectif est bien d'éduquer ce pays pour essayer de l'améliorer et de lui éviter le déclin inexorable

  • Par 20dicte - 27/01/2013 - 12:49 - Signaler un abus L'attractivité de la France

    L'attractivité de la France est avant tout sociale, elle est suporte une demande croissante supporté par nombre decroissant Pour Equilibrer ce systeme il n' est d'autre choix que de deplacer le curseur : on voit le resultat de la mise en equation fiscale.... Mais tout ça n' est que le simple bon sens...et finit par lasser ... je crois que vais moi aussi finir par monter une troupe bidon pour pointer aux intermitants du "spectable''

  • Par fabien775 - 27/01/2013 - 12:50 - Signaler un abus Le travail, c'est fini

    Ce n'est pas les nouvelles technologies qui vont procurer du travail. L'informatique a fait tout le contraire en permettant à des robots de se passer de l'homme. Faire comme l'Allemagne est une idiotie. Il n'a y pas de marchés suffisants pour 2 ou plusieurs Allemagne. De plus, la Chine parvient de plus en plus à fabriquer des produits moins chers avec des marques de mieux en mieux identifiées et une technologie qui rivalisent avec les standards du monde occidentale. Arrêtez de rêver.

  • Par boblecler - 27/01/2013 - 12:50 - Signaler un abus deux milliards de

    deux milliards de consommateurs de viandes, ça fait beaucoup de vaches à viandes dans un pays où la forêt a fait fois deux en 30 ans. Il faut faire paitre les vaches et monter un million d'exploitation pour avoir deux millions de chômeurs en moins. Pour lutter contre la pollution il faut produire de l'électricité ou du plastique avec la bouse de vaches, ce que font déjà les bretons avec le lisier de porc. Il faut ouvrir les marchés Chinois. Ils veulent venir chez nous, qu'ils permettent les acquisitions et fini les joint ventures! Il faut ouvrir le marché indien et se concentrer sur les anciennes républiques socialistes. Il faut opérer la scission de toutes les banques régionales comme en Allemagne. Pour les trois millions d'autres, il faut remettre l'artisanat au goût du jour avec des électriciens, des mécaniciens et faire dans l'industrie de nouveaux moteurs électrique avec des piles aux méthanols qui sont déjà prêtes dans le programme félin. Il faut réouvrir les vieilles forges de PECHINEY qui sont en friches. Il faut remettre des jardins ouvriers pour les pauvres, mettre des bons alimentaires....

  • Par laurentso - 27/01/2013 - 12:50 - Signaler un abus Cela fait vingt ans qu'on nous bassine

    avec les "rigidités" du marché du travail, après nous avoir bourré le mou sur "le coût" du travail. Je sais bien qu'un fondu de Goldman Sachs vient de proposer une baisse de 30% des salaires, mais aucun économiste sérieux ne propose cela, de nos jours. Quant aux "rigidités", elles n'existent que dans l'imagination des patrons timorés. Embaucher quelqu'un prend 24 heures, le licencier guère plus. Les "plans sociaux" passent comme une lettre à la poste, sauf dans quelques rares cas médiatiques. Le problème de la France réside dans le mode de financement de ses entreprises. Il faut tuer le "capitalisme à la française" où la même bande de financiers détient toutes les entreprises, où l'on fait suer le burnou des travailleurs pour que l'entreprise dégage du 10% de marge nette par an, parce qu'il faut bien rembourser les banquiers. Et par ricochet, on pénalise les PME, par exemple en rognant sur leurs marges, en leur faisant des chantages aux contrats. Et quand Bernard Arnault va planquer son pognon en Belgique, on fustige ses salauds de socialistes qui brident l'entreprenariat...

  • Par pratclif - 27/01/2013 - 12:58 - Signaler un abus Je crains qu'ils auront eu tort

    La société est composée d'individus qui se groupent en familles, puis dans des groupes sociaux divers qui mélangent pensées et actions, de manière plus ou moins coercitive. Chaque individu est un flux de pensées et d'actions de la naissance à la mort. À tout moment, le flux de pensées et d'actions d'un individu constitue sa réalité. La conjugaison du flux de pensées et d'actions de tous les individus et des groupes auxquels ils appartiennent, constitue la réalité du moment. Le flux de pensées et d'actions d'hier et du passé n'est plus la réalité. Le flux de pensées et d'actions de demain et du futur n'est pas encore la réalité. Les pensées et actions d'un moment se réfèrent et s'élaborent par rapport à celles du passé, ce que l'on peut appeler un "référentiel". Le gouvernement a été constitué en 2012 dans la suite de l'élection de François Hollande comme président de la République élu à une courte majorité, puis d'élections législatives qui ont donné une majorité aux partis de gauche. Le gouvernement doit agir pour résoudre les problèmes des français, assurer leur avenir et leur bien-être. Seule la réalité future dira s'ils avaient raison. Je crains qu'ils auront eu tort.

  • Par Vinas Veritas - 27/01/2013 - 13:01 - Signaler un abus emploi contre chomage

    La lutte pour l'emploi et contre le chomage ne peut se concevoir et donc doit passer par les entreprises. une entreprise n'emploi du personnel que lorsqu'elle en a besoin et qu'aucune autre solution n'est plus interressante. A part cela, toute les propositions qui n'offrent pas d'interet à longue échéance ne seront jamais que des pis aller. la lutte pour l'emploi consiste d'abord à créer des conditions viables de production dans les bassins de vie en France. L'Etat, dans son rôle régalien, doir fournir ces conditions de viabilité à la production ET au commerce interne, que ce soit sur le marché national ou international. réguler, contrôler, oui mais l'interventionisme à marche forcée ne fait que retarder l'activité sinon la délocaliser. Les entreprises sont des entités vivantes qui réagissent aux conditions et aux situations. une entreprise doit faire des bénéfices car c'est là que se situe son premier objectif. Si on ne comprend pas ce postulat, on court à l'échec programmé.

  • Par Vinas Veritas - 27/01/2013 - 13:01 - Signaler un abus formation pour l'emploi

    La lutte contre le chomage passera aussi par une formation diversifiée des générations afin que les entreprises trouvent les qualifications. il ne sert à rien de ne former que des ingénieurs si personne n'est là pour faire tourner la production que les milliers d'ingénieurs auront pensé. le capitalisme de production avait eu cette idée, le financiarisme à outrance du profit par les gains uniquement financiers n'est plus du capitalisme mais une dérive aussi inquiétante que le collectivisme à outrance.

  • Par michoulacolere - 27/01/2013 - 13:08 - Signaler un abus Les mains dans le cambouis

    Pourquoi ne parle-t-on JAMAIS des 300 000 postes NON POURVUS sans l' hôtellerie / restauration (principalement) ? Réponse simple : il faut se lever tôt , travailler dur , et surtout le patron voit rapidement si vous glandez ou pas. Nos jeunes chômeurs (ou les moins jeunes) cherchent surtout à se noyer dans des grandes organisations (où lever le pied se voit moins et où on peut " tomber malade" plus facilement) , bien protégés par des organisations syndicales puissantes qui feront du ramdam dès que la hiérarchie fera son boulot , c' est à dire suivre la performance du salarié , ce que les syndicats traduiront par "harassement" et " flicage" ......

  • Par Vertigo - 27/01/2013 - 13:26 - Signaler un abus N'oublions pas

    La responsabilité du système de l'Education Nationale qui, en dehors des matières fondamentales, persiste à former les étudiants en complet décalage avec la réalité du monde du travail. Encore hier, ce système formait en masse des chaudronniers et secrétaires alors que le secteur était saturé voir en faillite pour le premier. N'oublions pas que dans le système actuel les enseignants sont bien trop souvent des personnes qui n'ont jamais quitté l'école, aussi comment peuvent-ils vraiment enseigner ce qui relève d'un domaine qui leur est en réalité inconnu? Sans s'égarer et se fourvoyer dans la faute au prof mais plutôt au système, ne conviendrait-il pas, encore une fois en dehors des matières fondamentales, ne serait-il pas judicieux d'exiger un minimum de pratique et d'expérience dans le domaine enseigné? De même que le système de l'alternance qui permet d'avoir une jambe dans les études et l'autre dans le monde du travail me semble avoir fait ses preuves et que le bénéfice en découlant, à la fois pour l'étudiant comme l'employeur me semble avéré. Pourquoi ne pas le généraliser?

  • Par LeLiberal - 27/01/2013 - 13:41 - Signaler un abus Flanby a donné un délai à la TV en septembre : 1 an

    Le reste est de la poésie. Rendez-vous en septembre 2013.

  • Par troiscentsalheure - 27/01/2013 - 14:59 - Signaler un abus Depuis 1981 l'UMPS s'y emploie

    L'économie française doit produire des emplois pour résorber le chômage de trois millions de personnes et des 200000 étrangers accueillis chaque année par l'UMPS. Donc il est normal qu'il n'y ait pas eu d'amélioration en 30 ans.

  • Par Terranostra - 27/01/2013 - 15:08 - Signaler un abus Sapin, sapin, sapin...............

    N'est-il pas de ce bois dont on fait les flûtes ?

  • Par carredas - 27/01/2013 - 15:15 - Signaler un abus @laurentso

    Vous écrivez : "...Quant aux "rigidités", elles n'existent que dans l'imagination des patrons timorés. Embaucher quelqu'un prend 24 heures, le licencier guère plus. Les "plans sociaux" passent comme une lettre à la poste, sauf dans quelques rares cas médiatiques. " Savez-vous de quoi vous parlez ou bien faites-vous partie des fonctionnaires qui aiment faire la leçon aux patrons "timorés" ? Vous écrivez : " Il faut tuer le "capitalisme à la française" où la même bande de financiers détient toutes les entreprises, où l'on fait suer le burnou des travailleurs..." " C'est la lutte fina-le, groupons nous et demain L'inter-na-tiona-ale sera le genre humain..." :-)

  • Par laurentso - 27/01/2013 - 15:34 - Signaler un abus @carredas

    'tain, je suis sans voix. Quel sens de la répartie, de l'analyse fine. Que d'arguments étayés imparables... C'est des gens comme vous qu'il faudrait envoyer pour contrer Montebourg à la télé, moi j'dis...

  • Par troiscentsalheure - 27/01/2013 - 15:39 - Signaler un abus A laurentso

    La solution serait d'augmenter encore les charges sociales, les taxes et les impôts, n'est-ce pas ? Les entreprises empruntent à un taux d'intérêt très faible (tout comme les particuliers ou les Etats) puisque l'inflation est quasi nulle. Le problème de l'emploi pourrait être en partie résolu en incitant les chômeurs à créer des entreprises mais il ne semble pas que ce soit la priorité de l'Etat. Votre discours n'incite pas non plus au dynamisme puisque tout est de la faute des riches.

  • Par laurentso - 27/01/2013 - 15:50 - Signaler un abus Ah bon, "les entreprises empruntent à un taux très faible" ?

    Ben montez un dossier, un "business plan", mettez un costard et une cravate, et allez demander un prêt à votre banquier, vous m'en direz des nouvelles, des "taux très faibles". Ce que je dénonçais n'est rien d'autre que la logique du profit facile pour certains au détriment de la plupart. Je n'ai jamais parlé d'augmenter impôts et taxes.

  • Par Ravidelacreche - 27/01/2013 - 15:56 - Signaler un abus "la bataille contre le chômage ne se gagne pas en un mois, elle

    ... se gagne sur la durée" Encore faudrait il la commencer , la bataille... Pour mémoire les deux plus grand pourvoyeurs de faillites sont l'URSSAF et les Banques.

  • Par vangog - 27/01/2013 - 16:44 - Signaler un abus Chômage, retraites, Sécu déficitaires...

    Les charges sociales des entreprises augmentent déjà exagérément et vont encore grimper en flèche: les chefs d'entreprises, déjà plombés par une consommation en berne depuis "le changement c'est maintenant", vont être forces de licencier et plomber encore un peu plus leur trésorerie a Zéro moins, moins... L'engrenage Socialiste de la décroissance est enclenché et irréversible! Sauf lueur d'intelligence, le chomage et la dette Françaises vont augmenter! Les médias ont eu raison de cacher l'échec des "batailles de l'emploi" Espagnoles, Grecs et Portuguaises aux moutons bêlants français!...

  • Par warren11 - 27/01/2013 - 17:25 - Signaler un abus Mensonges ecetera...

    Prenez les offres Pôle Emploi -Séparez d'un côté les vrais offres en CDI offertes sur mandat unique*) des offres de missions inférieures à 3 mois -Supprimer les offres reprises par Pôle Emploi d'officines privées( intérim consultants) ces offres étant offertes par ailleurs et multi-mandats( plusieurs cabinets). Vous constaterez un marché de l'emploi bien plus atone que ce que l'on vous dit et ou les 200000 offres non pourvues ont disparues comme par magie . En clair y a pas de boulot pour tout le monde ,le marché du travail devient la guerre pour en trouver , Personne veut vous l'avouer, Dommage ce n'est pas les nouvelles dispositions qui vont changer quelques choses .... * mandats uniques: au delà de perdre son job, la multiplicité des cabinets de recrutements et des officines publics conduit le pauvre candidat à postuler parfois 10 fois pour le même travail.Vous remarquez aussi qu' après un an ou 2 de recherches les mêmes offres reviennent.Curieux n'est ce pas Exemple chef de dépôt chez CONFORAMA cab Darcor.Curieux que ces missions là mêmes lieux mêmes postes reviennent tous les 6 mois-Personne se pose les questions évidentes????

  • Par ciceron - 27/01/2013 - 18:38 - Signaler un abus Du temps au temps.... vieille rengaine socialiste

    "La bataille du chômage ne se gagne pas en un mois", OK Ben oui, on le sait Par contre, le gouvernement précédent n'avait pas le droit au temps. D'ailleurs la crise n'existait pas ! Sauf dans leurs têtes d'affreux droitiers. Mais nous sommes socialiste donc nous avoir le droit pour nous et le droit de réclamer du temps !! Non mais Mensonges et hypocrisies dans le dernier pays soviétique.... Le Kremlin aussi disait que le communisme ne se bâtissait pas en 80 ans, au moment de mourir ils en étaient au socialisme... Nous y sommes.... Petit détail pour les Partisans Schizophréniques, on embauche en 24h mais on ne licencie pas en 24h, il faut être sacrément déconnecté du marché du travail ou être depuis toujours fonctionnaire pour professer pareil bêtise....

  • Par Vertigo - 27/01/2013 - 18:43 - Signaler un abus Par warren11 - 27/01/2013 - 17:25

    Ajoutez à cela que le marché de l'emploi est devenu un outil marketing et qu'une bonne partie des offres ne correspond pas à un poste à pourvoir. Ce qui est totalement illégale mais invérifiable.

  • Par pratclif - 27/01/2013 - 18:50 - Signaler un abus Penser et agir est la condion humaine.

    Bravo et merci pour vos articles et ceux que vous consultez! Surtout continuez et si besoin est qu'on vous aide! Qu'on soit d'accord ou pas, peu importe. Ce sont des idées qu'il nous faut pour agir... Penser et agir en permanence c'est la condition humaine.

  • Par warren11 - 27/01/2013 - 19:06 - Signaler un abus @vertigo reponse ...

    un site recruteursbidons org existait dénonçant les fausses annonces avec à la fin des soutiens de députés de droite et et gauche -1 seul recruteur je ne peux le citer... s est ainsi fait annuler 500 offres bidons en 1 seul jour.Chassé par Pôle Emploi( il relevait les perles..) par l'Etat, que ce site mettait mal à l'aise et par d'autres ...plus discrets, géré par un ex consultant mal dans sa peau car les internautes dénonçaient sans se cacher les magouilles de ses confrères, ce site s'est autoscratché et le nom a été repris par une officine de l'état légèrement modifié un comble.... en clair on ne peut rien faire car tout le monde sait et ne veut pas agir....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gilles Saint-Paul

Gilles Saint-Paul est économiste et professeur à l'université Toulouse I.

Il est l'auteur du rapport du Conseil d'analyse économique (CAE) intitulé Immigration, qualifications et marché du travail sur l'impact économique de l'immigration en 2009.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€