Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Record battu : Barack Obama, président le plus dépensier de l'histoire des Etats-Unis

Guillaume Debré montre, chiffres à l'appui, que sous le mandat d'Obama, l'Amérique s'est endettée chaque année d'un montant égal ou supérieur... à la totalité de la dette publique de la France. Du jamais vu. Extraits de "Obama face au pouvoir" (2/2).

Voracité budgétaire

Publié le
Record battu : Barack Obama, président le plus dépensier de l'histoire des Etats-Unis

Depuis le début du mandat de Barack Obama, la dette a augmenté de près de 4,8 milliards de dollars par jour, soit 3 millions de dollars par minute...

3 552 000 000 000 dollars.

Trois mille cinq cent cinquante-deux milliards de dollars.

25 362 dollars par contribuable. 11 290 dollars par Américain.

Voilà ce que Barack Obama a dépensé au cours sa première année à la Maison-Blanche. Un record. Cette somme représente dix fois le budget de la France, pour un pays seulement cinq fois plus peuplé. En un an, le budget de l'Etat américain a augmenté de 15% par rapport à celui de son prédécesseur. Bien sûr, la crise économique a obligé Obama à sortir le chéquier, mais jamais au XXè siècle un président américain n'avait été aussi dispendieux en l'espace d'une seule année - pas même Franklin Delano Roosevelt.

3 834 000 000 000 dollars.

C'est le deuxième budget que Barack Obama a proposé en février 2010, avec 282 milliards de dépenses supplémentaires. Un nouveau record. Cette frénésie dépensière va grever les finances du pays. Cette année-là, la quasi-totalité des postes de dépense augmentent, y compris celui de la défense, pourtant déjà gigantesque. Au prix d'un bras de fer d'une rare intensité, les républicains soutirent au président 38 milliards de dollars d'économie. une goutte d'eau dans un océan de dettes.

3 733 000 000 000 dollars. Ce troisième budget suffit à faire du (premier) mandat d'Obama le plus coûteux de l'histoire des Etats-Unis. Les déficits publics ont bien sûr explosé. En 2008, ils étaient de 458 milliards de dollars. En 2009, ils sont passés à 1 400 milliards, puis à 1 300 milliards en 2010 et 2011, et à 1 100 milliards en 2012. Soit près de 10% du PIB chaque année. Le déficit pour le seul mois de février 2011 - 223 milliards de dollars - est supérieur au déficit cumulé des douze mois de l'année 2007 - 161 milliards ! En 2011, le gouvernement américain a dû emprunter 42 cents pour chaque dollar qu'il a dépensé. L’Amérique sous Obama s'est endettée chaque année d'un montant égal ou supérieur... à la totalité de la dette publique de la France.

Et pourtant, voici ce que déclarait Barack Obama le plus sérieusement du monde le 23 février 2009, un mois après son investiture : "Aujourd'hui, je m'engage à réduire le déficit dont nous avons hérité de moitié à la fin de mon premier mandat. Ça ne sera pas facile. Nous allons devoir faire des choix difficiles et prendre enfin les décisions qui s'imposent. Car je refuse de laisser à nos enfants une dette qu'ils ne pourront pas rembourser - et cela exige que nous, que cette administration, prenions nos responsabilités maintenant et diminuions nos dépenses publiques."

En quatre ans, Obama a creusé la dette publique américaine de plus de 5 000 000 000 000 dollars - cinq mille milliards de dollars ! Depuis son investiture le 20 janvier 2009, la dette a crû de près de 4,8 milliards de dollars... par jour, soit 3 millions de dollars par minute... Sous Obama, le ratio dette/PIB va augmenter de 25% : c'est plus que sous aucun autre président dans l'histoire. La dette publique est aujourd'hui supérieure au PIB annuel de pays. Du jamais-vu.

L'impact de ces dépenses va continuer bien après la fin du premier mandat d'Obama, car le président démocrate a grevé les budgets à venir. Cette voracité budgétaire va plonger l'Amérique un peu plus dans le rouge. Selon le Congressional Budget Office, la Cour des comptes américaine, l'endettement du pays devrait augmenter de plus de 250% en dix ans. Au cours de ses quatre années à la Maison-Blanche, selon les mêmes prévisions, Obama a laissé une ardoise de près de dix mille milliards de dollars de déficit étalés sur dix ans. Une dette qu'il faudra bien payer un jour. Le premier mandat d'Obama a créé le plus important transfert intergénérationnel de richesse jamais opéré dans l’histoire des Etats-Unis.

____________________________________________

Extrait de "Obama face au pouvoir, Dans les coulisses de la Maison-Blanche", Fayard (5 septembre 2012)

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ghislfa - 09/09/2012 - 11:08 - Signaler un abus Certains spécialistes

    estiment que les USA sont en faillite et ingouvernables. C'est première puissance de la planète et il y a de quoi flipper. Depuis 4 ans, certains ont tiré la sonnette d’alarme sur le fait qu'Obama n'était pas le messie attendu. On risque de l'avoir, le messie, un sauveur mormon avec une vérité révélée. On connait çà, pouvoir et religion ont toujours été des mélanges détonants.

  • Par Satan - 09/09/2012 - 12:11 - Signaler un abus Les Etats Unis sont des rigolos...

    Il est clair que ce pays n'est pas un exemple à suivre. Entre des lobbys industriels et militaires omniprésents et des économistes qui ont mené le monde à la crise financière il est évident que le modèle libéral américain est défaillant.

  • Par vangog - 09/09/2012 - 12:30 - Signaler un abus La culture de la dette publique, cela fait un deuxième ...

    Point commun avec Flamby le mou, Monsieur PLUS de l'ultra- socialisme à la française: plus d'impôts, plus de dettes , plus de réglementations imbéciles, plus de commissions inutiles, plus de démagogie larmoyante etc... Le premier point commun avec Flamby est l'adoration indéfectible que lui portent les médias "aux ordres du PS", heureusement contrebalancée par les avis péremptoires des reporters et lecteurs d'Atlantico!

  • Par jerem - 09/09/2012 - 15:59 - Signaler un abus Tres bon !!!

    Excellente la citation de 2009. Et encore heureux que dans leur textes , il s'imposent un plafond maximal de dépenses (quel suspens cet été là). SInon dans les exces americains : on oubliera pas les depenses de camapgne qui sont maintenant SANS AUCUN PLAFOND (sur que cela va profiter au niveau des slogans et des messages certifiés conformes par les candidats). Mais on aurait pu aussi nous faire un petit rappel sur le systeme americain : les elections pour 4 ans avec un mid term . Et pas un luxe de nous rappeler aussi la nature des majorités au congres et au senat au cours de ce mandat que les americains pour encore plus d'efficacité devrait reduire a 2 ans , ce serait encore mieux. C'est pas une cohabitation de fait depuis 2 ans ? on aimerait bien davantage d'explications sur cela , plutot que l'analyse de texte des discours des femmes. (la sclerose en plaques nouveau fleau !) On a bien en tete que la fameuse loi sur l'assurance maladie n'est toujours pas en place et n'est donc meme pas dans les deficits evoqués .... pas de cour des comptes pour présenter la natures des dépenses et leurs niveau respectifs d'augmentation .....

  • Par le Gône - 09/09/2012 - 16:06 - Signaler un abus Bravo..

    Ils ont eu Obama l'esbrouffe comme nous nous avons eu Sa Normalitude 1er roi des menteurs...a cahcun sa peine , la nôtre est encore plus triste que ces des Americains..(eux ont le même nombre de fonctionaire que nous !!! si vous voyez ce que je veux dire!!)

  • Par ciceron - 09/09/2012 - 16:23 - Signaler un abus Cela coûte cher

    Les cadeaux à faire pour être réélu par 300 millions d'américains. Le capitaliste Obama doit être entouré d'une multitude de prix nobel en économie, donc je suis rassuré.............. En tout cas c'est toujours le champion des bobos, je suis rassuré aussi...............

  • Par VeLiVoS - 09/09/2012 - 16:55 - Signaler un abus Satan - 09/09/2012 - 12:11

    Modèle libéral en parlant des États-Unis, alors que l'auteur de cet article parle de la politique d'Obama et de ses quatre années de pouvoir si je ne m'abuse ‼   Vous parlez sérieusement ou vous continuez à sortir des conneries, de lien en lien, comme ça, pour amuser la galerie ?

  • Par Satan - 09/09/2012 - 20:06 - Signaler un abus @velivelos...

    Oui modèle libéral américain, mais peut être que pour vous les états unis sont un pays marxiste?

  • Par Lepongiste - 10/09/2012 - 08:09 - Signaler un abus Le renflouement de Goldman Sachs a déjà coûté

    13 milliards de dollars aux Américains !!! GS qui est a l'origine du tsunami financier qui a ravagé le monde....

  • Par Lepongiste - 10/09/2012 - 14:13 - Signaler un abus Les Républicains n'ont pas imposé OBAMA pour rien !!!

    C'était le seul démocrate à pouvoir faire passer la boîte entière de pilules aux yeux du monde..... "Au cours de ses quatre années à la Maison-Blanche, selon les mêmes prévisions, Obama a laissé une ardoise de près de dix mille milliards de dollars de déficit étalés sur dix ans "

  • Par -gentoo- - 10/09/2012 - 16:20 - Signaler un abus @Satan

    désolé par avance pour ce mini troll. On ne peut plus dire que les Etats unis soit un pays libéral si on considére les milliers de milliards de dollars offerts aux banques (et assurances) sans aucune contrepartie. Ou alors libéral quand ça les arrange. @Lepongiste J'ai des doutes que GS soit seul à l'origine de la crise financiere. Ils en sont certes responsables, mais avec plein d'autres (banques, agences de notations, politiques....) qui n'ont pas fait (ou mal fait) leur travail.

  • Par Kakou - 10/09/2012 - 19:51 - Signaler un abus héhalors ...!

    La planche a billets c'est pas pour les Pédés.....les couilles molle sont en Fronce ...là il y a des pédés

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guillaume Debré

Guillaume Debré est correspondant de TF1 et LCI à Washington. Il a couvert la politique américaine pour CNN de 2000 à 2005. Il est l'auteur de "Obama, les secrets d'une victoire" (Fayard, 2008).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€