Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 25 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le Bahreïn, un royaume à la dérive

L’agence Bloomberg révélait il y a quelques jours que le petit royaume du Bahreïn avait sollicité l’assistance financière de ses voisins du Golfe (Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis et Koweït).

Obstination

Publié le
Le Bahreïn, un royaume à la dérive

Les réserves de change du royaume ont fondu comme neige au soleil, en étant divisé par quatre au cours de ces trois dernières années. Le FMI alertait d’ailleurs récemment sur la nécessaire diversification des économies du Golfe, afin que ces pays sortent de leur dépendance trop accrue aux richesses tirées des hydrocarbures.

Surtout, l’institution de Washington pointe du doigt les effets négatifs qui devraient prochainement toucher les économies du Golfe si le blocus à l’encontre du Qatar continue. Si Doha semble plus résilient que le quartet ne l’aurait imaginé, Manama voit déjà son économie couler. Pourtant, alors les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) auraient tout intérêt à favoriser les échanges commerciaux entre eux, le Bahreïn s’obstine avec les autres membres du quartet à vouloir mettre le Qatar au pilori.

Loin d’avoir une attitude neutre et constructive comme essaient de l’avoir Oman et le Koweït, les dirigeants bahreïnis adoptent une politique belliqueuse et jusqu’au-boutiste rappelant les traits sombres de la politique émiratie, mais avec moins de succès.

Autoritarisme et répression avec le parrainage saoudien

Mais la spirale infernale n’est pas qu’économique, elle touche aussi les libertés publiques et politiques. Les chiites du royaume, constituant la majorité de la population, sont tous dépeints comme de potentiels terroristes comme en témoigne l’accusation « d’intelligence avec l’ennemi » (en l’occurrence avec le Qatar) à l’encontre du chef de l'opposition chiite à Bahreïn, cheikh Ali Salmane, qui purge déjà une peine de prison de neuf ans. La presse est également muselée afin de faire toute voix contraire à la propagande du régime. Le seul parti d’opposition Al Wifaq, de la branche des Frères musulmans, a été dissous, et ses membres sont pourchassés à travers le pays.  Bref, la violence politique est partout et plus personne n’est à l’abri de l’arbitraire.

Ce qui se trame dans cette monarchie remonte à février 2011, date du début du Printemps de la Perle, nom de la place emblématique de la capitale Manama. Des milliers de manifestants descendent dans la rue, demandant plus de justice dans un pays où une fracture sociale s’est creusée depuis des années : entre les dirigeants et le peuple tout d’abord, car le Bahreïn est  gangrené par la corruption, les inégalités économiques, et les violations des droits de l’Homme; mais de façon plus subtile, il existe une frustration de la majorité chiite envers ses dirigeants sunnites, laquelle se sent visée de par son appartenance religieuse par des discriminations et la violence du régime. Une foule galvanisée par la chute des dictateurs arabes se forme dans les rues et l’espoir de réformes est fort. Il sera pourtant insuffisant, car les balles, les arrestations, les emprisonnements font taire rapidement la contestation. Une intervention militaire saoudienne assure que le travail sera bien fait, et les images de ces chars traversant le pont reliant l’Arabie Saoudite au Bahreïn envoient un message très clair à l’ensemble du monde arabe : en péninsule arabique, les monarques despotiques ne peuvent et ne doivent pas tomber.  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 17/11/2017 - 01:53 - Signaler un abus La malediction du pétrole?...

    Du Venezuela au Bahreïn, ils sont englués dans leurs puits, les petro-marxisto-monarques...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Emmanuel Dupuy

Emmanuel Dupuy est président de l'IPSE (Institut Prospective et Sécurité en Europe). Spécialiste des questions de sécurité européenne et de relations internationales, il a notamment été conseiller politique auprès des forces françaises en Afghanistan. Délégué général des Centristes chargé des questions internationales et de sécurité. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€