Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 30 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le baby selfie, nouvelle fureur du web

Alors que les selfies ont envahi notre quotidien en se détaillant sous plusieurs modes : felfies, pelfies et on en passe... Aujourd'hui, ils doivent faire une place au "baby selfies" ! Une application colorée et ludique pour que bébé réussisse tout seul, comme un grand, à faire un selfie.

Cheeeese

Publié le - Mis à jour le 28 Février 2014
Le baby selfie, nouvelle fureur du web

L'ingénieur Matthew Pegula a mis au point une application spécifiquement de selfie pour les bébés. Crédit Capute d'écran /Thedailybeast.com

Atlantico :  Alors que les parents n'hésitent pas à partager des selfies avec leur bébé notamment sur Oogababy, "l'Instagram des bébés", l"ingénieur Matthew Pegula a mis au point une application spécifiquement pour ces bébés. Cette application possède des couleurs vives pour attirer le bébé et ensuite le prend automatiquement en photo. Un selfie par bébé réussi ! Au regard de la tendance des selfies, fallait-il s'attendre aux selfies de bébés ? D'où vient ce besoin ?

Nathalie Nadaud-Albertini : Il y a différentes formes de selfies.

Il y a ceux qui sont humoristiques, ceux qui veulent attester de leur présence à un événement important ou d’une rencontre importante pour la personne qui prend la photo, ceux plus banals qui servent à montrer aux membres de son réseau que l’on a changé de couleur de cheveux par exemple. Et, il y a les selfies plus narcissiques qui veulent dire "regardez-moi !".

D’où vient le besoin des selfies ? De l’habitude de rester en contact avec son réseau de proche et de leur faire partager ce que l’on vit au moment où on le vit.

Les selfies sont entrés dans la vie quotidienne de bon nombre de personnes qui veulent communiquer quelque chose d’elles-mêmes dans l’immédiateté. Les selfies de bébés sont plus étonnants parce que l’enfant n’a pas conscience qu’il se donne à voir aux autres. Dans les selfies de bébés, il n’y a pas de volonté de communiquer quelque chose de soi de la part de celui qui se prend en photo. Ceci dit, comme le phénomène s’est banalisé, on peut comprendre qu’il se soit étendu aux bébés. Mais ce sont les parents qui communiquent quelque chose de leur enfant. Donc on a affaire à des selfies dans le sens où c’est le bébé qui prend la photo, mais cela se limite à cela, il n’y a pas la volonté de communiquer sur soi dans l’instantanéité qui fait le propre des selfies.

Partager les selfies de son bébé n'est-ce pas une manière détournée d'attirer l'attention sur soi ?

Cela dépend des parents. Pour certains, c’est une façon de faire connaître à ses proches l’image de son bébé, notamment s’ils sont loin. Avant, on prenait des photos et on les envoyait par courrier. Aujourd’hui, on prend toujours des photos mais le moyen de diffusion a changé. Dans le cas de l’application Babies Selfies, cela permet de faire encore mieux connaître son bébé puisqu’il y apparaît en train de jouer avec ses attitudes naturelles.

Pour d’autres, c’est une façon d’attirer l’attention sur soi, de dire "regardez comme mon bébé est le plus beau". Vous me direz tous les parents trouvent que leur bébé est le plus beau, on le voit d’ailleurs souvent dans les maternités, et c’est assez amusant. Mais, si l’on surinvestit l’image de l’enfant en l’exposant avec excès, on a affaire à des parents qui s’apprêtent à vivre par procuration à travers leur enfant. Quelque part, au lieu de contribuer à nourrir la vie de leur enfant de façon à lui permettre de s’épanouir, ils vont se nourrir de sa vie, parce qu’ils ne sont pas satisfaits de la leur. Cependant il ne faut pas dramatiser. De tels parents existent, mais ce ne sont pas la majorité.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nathalie Nadaud-Albertini

Nathalie Nadaud-Albertini est chercheuse associée au Centre d'Etude des mouvements sociaux à l'école des Hautes études en Sciences Sociales.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€