Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 28 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Axe sunnite et gazoduc : quand les Qataris interviennent en Syrie pour le plus grand bonheur des Occidentaux

La soudaine position interventionniste des Qataris en Syrie s'explique par la volonté de mise en place d'un axe sunnite dans la région, mais pas seulement...

Lutte d'influence

Publié le

Un changement de stratégie régionale pour le Qatar : mettre en place un arc sunnite

Le Qatar dans les années 2000 a mené une politique étrangère pragmatique et audacieuse qui lui a permis de se rapprocher de pays aussi divers que les Etats-Unis ou le Soudan. Il en a été de même pour la Syrie car l’émirat a été proche du régime de Bachar Al-Assad et de l’axe Syrie-Iran-Hezbollah. L’une des raisons de ce rapprochement avec la Syrie était qu’il permettait d’appuyer la mise en place d’un gazoduc qatari allant du Golfe persique à la Turquie (qu’il était possible de raccorder au projet Nabucco).

Ce gazoduc aurait permis au Qatar d’exporter son gaz directement en Europe et d’éviter le détroit d’Ormuz où il se trouve tributaire de l’Iran pour l’exportation de son gaz naturel liquéfié (par méthaniers).

Cette dépendance à l’égard de son puissant voisin inquiète en effet l’émirat car en 2004 des forces spéciales iraniennes ont détruit une plate-forme de forage qatarie au motif que l’émirat puisait trop dans le champ de gaz naturel que les deux Etats partagent (le South Pars et le North Dome). A l’époque cependant, Bachar Al-Assad avait refusé d’aller à l’encontre des intérêts iraniens et de donner son accord pour ce gazoduc. En revanche, un nouveau pouvoir – notamment sunnite – pourrait permettre de relancer le dossier. Parallèlement la Turquie, qui ne dispose pas de ressources énergétiques importantes, et l’Europe étaient favorables au projet d'importation de gaz par gazoduc en provenance du Qatar. Cette infrastructure aurait permis à l’Europe d’être moins dépendante du gaz russe, ce qui est l’un des nombreux facteurs expliquant que Moscou soutienne actuellement le régime de Damas.

Le deuxième élément est la création d’un arc sunnite. En cela le Qatar prend ouvertement ses distances avec un axe fort qu’il avait jusqu’ici regardé avec bienveillance : l’axe Syrie-Iran-Hezbollah. L'appartenance de la famille Al-Assad au mouvement chiite des alaouites a permis depuis plusieurs années un rapprochement de l’Iran avec le régime syrien. D'autant que Damas assure toujours à l'heure actuelle un important soutien logistique au Hezbollah[4] (la milice libanaise chiite pro-iranienne). D’ailleurs, l’Iran semble avant tout préoccupé de préserver ses intérêts dans la région en adoptant une attitude assez ambigüe. D'un côté la capitale iranienne prend quelques distances avec le régime de Damas en ouvrant le dialogue avec l'opposition syrienne, tout en désapprouvant les sanctions prises par la Ligue arabe (craignant officiellement que celles-ci n'attisent la violence et débouchent ainsi sur une guerre civile).

C'est donc dans le cadre d'une opposition traditionnelle entre fronts sunnite et chiite – représentés notamment par l'Iran et la Syrie Alaouite[5] – que peut se lire l'hostilité du Qatar et de l’Arabie saoudite au régime syrien. Dès la fin 2011, Damas accusa en effet ces deux Etats de participer au financement et à l'armement des opposants. En revanche, la détention du pouvoir par les Alaouites fait craindre une tournure religieuse du conflit conduisant à une guerre civile et confessionnelle, et son extension aux pays limitrophes, particulièrement le Liban[6].

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gabbby - 26/08/2012 - 12:10 - Signaler un abus Article intéressant. Mais encore de la propagande...

    Cet article à le mérite de parler "de l'influence que l'opération Quatarie permet de maintenir pour les occidentaux dans la région". C'est une affirmation courageuse, car c'est le fond de la propagande faite contre Assad. Maintenant, pourquoi ne pas expliquer qu'il n'y a pas de rebellion en Syrie, que c'est une aggression extérieur, que les combattants sont quelques excités locaux et beaucoups de combatants extérieurs ? Pourquoi ne pas expliciter plus clairement cette propagande, qui se base sur une opération similaire à Libye, c'est à dire l'intervention armée au nom de l'ingérence humanitaire, pour soit-disant sauver le peuple Syrien d'un tiran qui n'existe pas vraiment ? Pourquoi ne pas dire clairement que parler d'une révolution en Syrie, c'est un gros menssonge ? Pourquoi ne pas expliquer que c'est ces combatants sanguinaires qui tuent des civiles, et non pas l'armée régulière ? C'est encore et toujours de la propagande. Cet article explique des vérités, mais ne s'attaque SURTOUT pas au plus important pour informer réellement ses lecteurs...

  • Par Alliance Nationale France - 26/08/2012 - 12:49 - Signaler un abus Création d'un empire ?

    Si un autre pays agissait de même, ça s'appellerait une invasion ou une colonisation non ? Et notre pays applaudit la mise en place d'intégristes à la tête de ces pays, ouvre nos frontières à leurs partisans, ... * L'Alliance Nationale France - natallfrance -

  • Par kronfi - 26/08/2012 - 16:54 - Signaler un abus faudra que l'auteur

    nous explique en dehors des problèmes religieux, ( bien souligne mais véritable tarte a la crème que tous connaissons ici ) et dont on se tape royalement en Europe, d'un point de vue géostratégique , en quoi l’intérêt de la France est d'importer du gaz salafiste qatari , plutôt que du gaz russe européen?

  • Par robert - 26/08/2012 - 21:22 - Signaler un abus Usual bizness

    L'occident a un besoin effréné de matiere premiere et reste prete a tout pour les avoir !! Ou est le mal ? aucun juste une histoire de domination humaine vieille comme le monde sauf que l'occident se drape d'une pseudo humanité pour cacher ses turpitudes........alors que les chinois ou autre le font sans se cacher !! @ kronfi tu es naif ou tu le fait expres ? La France comme l'Europe a un besoin urgent de se fournir ailleurs qu'en russie qui reste un pays non controlable par l'occident et il faut mieux donc avoir plusieurs fournisseur..............et même des sunnites qui sont de bon commercant pret a s'opposer a l'iran !!

  • Par kronfi - 27/08/2012 - 10:39 - Signaler un abus @robert

    on avait compris votre position la russie "non controlable " par l'occident. de quel occident parlez vous? l'axe franco americain....? il est temps de voir a l'EST... les allemands ne se sont pas trompe. EUX. le jour ou vous ouvrirez les yeux sur ce qui se trame, vous changerez sans doute d'avis. mais en dehors des propres interets a court terme. la russie est foncierement europeenne, de culture europeenne, traditionellement allie de la France, de pierre le grand a nicolas II les sunnites sont en phase de dominer le MO, pour imposer partout dans cette partie du monde la charia. Charia qui ne gene aucunement les USA. ( peu de musulmans dans leur pays, et matieres premieres abondantes. croyez vous un instant que des pays comme le qatar et l'arabie saoudite donnent sans compensation..... Il s;agit tout simplement d'assoir le salafisme en Europe en echange de leur petrole et leur gaz. je vous conseille de lire les comptes rendu de l'OCI.. c;est EDIFIANT.... Alors question controle de ces pays, on repassera.... si vous preferez lecher les babouches de gens qui veulent prendre l'Europe et leurs richesses, en imposant leur culture et leur religion.. je dis NON.

  • Par Ravidelacreche - 27/08/2012 - 11:57 - Signaler un abus gazoduc

    Une nouvelle religion très éthérée !

  • Par Arny - 27/08/2012 - 16:59 - Signaler un abus Gabbby a raison.

    Contrairement à l'occident qui voit dans le gaz et le pétrole, le Graal, le Qatar, l'Arabie Saoudite et le reste des émirats n'y voit que l'outil de dupe pour faire avancer la cause sunnite dans le monde et imposer petit à petit la charia et faire régresser les libertés individuelles. La propagande est orchestrée par l'occident et lui seul qui souhaite le soutien de ses populations dans sa quête aveugle. Elle fait le jeu des pays qui ne souhaitent que nous conquérir et nous convertir (ou nous couper la tête, au choix). Aucun article paru dans les principaux journaux n'en font malheureusement état. Bachar est un tyran oui! mais il reste un rempart aux sunnites ce qui devrait le faire allègrement remonter dans notre estime. On parle de massacres perpétrés par l'armée régulière? Même les Libanais dénoncent les tueries perpétrées par les "rebelles" en Syrie contre les villes à majorité chiite. La Russie et tous un tas d'autres pays ont raison de faire rempart à une aide internationale aux "rebelles". Ils voient le mal à long terme. Petit schéma pour les incultes: Qatar+Arabie Saoudite = Sunnites wahhabites = Al Qaïda = Massacre des non-Sunnites (soit le reste du monde).

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Mehdi Lazar

Mehdi Lazar est géographe, spécialiste des questions de géopolitique et d’éducation. Il est docteur de l’Université Panthéon-Sorbonne, diplômé du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques et de l’Institut Français de Géopolitique.  

Il a publié récemment l’ouvrage Qatar, une Education City (l’Harmattan, 2012) et dirige la commission Éducation, Programmes FLAM et Francophonie du laboratoire d'idées GenerationExpat.

Il vient de publier, également, L'Algérie Aujourd'hui, aux éditions Michalon (Avril 2014)

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€