Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 21 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Avis à Gérard Collomb : pourquoi ses propos témoignent de sa déconnexion totale des réalités du quotidien des Français

Face à la grogne des ouvriers de GM&S, Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, incite à la mobilité, quitte à faire 180 km tous les jours. Lui même fait bien Lyon-Paris en TGV ! Un exemple pourtant loin d'être représentatif de la situation des Français.

Allô la Lune, ici la Terre

Publié le
Avis à Gérard Collomb : pourquoi ses propos témoignent de sa déconnexion totale des réalités du quotidien des Français

Atlantico.fr : Suite aux manifestations des ouvriers de GM&S, Gérard Collomb a affirmé ne pas comprendre que l'on ne puisse faire 180 km tous les jours pour aller travailler à Ussel, prenant pour exemple les trajets Paris-Lyon qu'il fait lui-même en TGV. Or on assiste à une augmentation de la création d'emploi dans les grandes métropoles dotées de réseaux de transport conséquents, mais pas dans les métropoles intermédiaires et agglomérations de taille moyennes. A quel point l'exemple de Gérard Collomb se montre déconnecté de la réalité?

Laurent Chalard : Si le sujet n’était pas aussi sérieux, y allant de l’emploi (et du devenir) de centaines d’individus, la réplique de Gérard Collomb aurait pu faire l’objet d’un sketch, tellement elle apparaît ridicule! Soit Gérard Collomb est complètement nul en géographie, ce qui ne constituerait malheureusement pas une nouveauté chez nos élus, ne se rendant pas compte consécutivement de l’inexistence de liaisons rapides, que ce soit par voie routière (2 heures et 20 minutes de trajet) ou ferroviaire (au moins 3 heures de trajet pour un départ le matin), entre La Souterraine et Ussel, deux petites villes qui ne se situent pas sur les mêmes axes de communication, soit il se moque royalement du monde, sa réplique témoignant d’un mépris social, que l’on retrouve effectivement dans la haute-bourgeoisie française, mais qui est, en théorie (seulement !), surprenant de la part d’un ancien élu socialiste.
Manifestement, les dirigeants politiques hexagonaux se sont auto-convaincus que les salariés français sont tous des fainéants, qui ne veulent faire aucun effort pour travailler. S’il ne s’agit pas ici de nier totalement le manque de mobilité de certains travailleurs, il ne faut pas généraliser, les choses ne sont pas aussi simples. Les salariés qui perdent leur emploi en un lieu donné ont des conjoints, qui ont un emploi, et des familles, qu’il n’est pas possible de déplacer mécaniquement ! Il serait temps que l’élite politique française se débarrasse d’une vision purement économiciste du marché de l’emploi, qui considère les travailleurs comme des biens matériels, que l’on déplace comme l’on veut. Malheureusement, la propagande ultra-libérale, entendue comme dérive d’une vision néolibérale dont les analyses sont partiellement pertinentes, a fait des ravages dans le milieu politique ! En outre, tout déplacement a un coût. Lorsque l’on occupe des emplois peu rémunérés, on ne peut se permettre de payer des frais d’autoroute, d’essence ou de trains considérables tous les jours. Or, tout le monde n’a pas le salaire d’un Ministre de l’Intérieur ! Sur ce dernier point, Monsieur Collomb apparaît effectivement complètement déconnecté des réalités du quotidien des français.

Selon le baromètre de l’attractivité et du dynamisme des métropoles françaises, réalisé par le cabinet Arthur Loyd, les très grandes métropoles connaissent une croisssance démographique allant jusqu'à 19%sur la période 2007-2012 alors qu'elle n'atteint que 9% dans les agglomérations de taille moyenne. Comment expliquer le délaissement des petites et moyennes villes de France au profit des métropoles?

Laurent Chalard : Dans un contexte de mondialisation de l’économie et de nouvelle division internationale du travail, dans les pays développés, la croissance de l’emploi concerne de plus en plus des emplois qualifiés du secteur tertiaire, surreprésentés dans les grandes métropoles, alors que les emplois productifs industriels, surreprésentés dans les petites et moyennes villes, ont tendance à diminuer du fait de leur délocalisation vers des pays à plus bas coût de main d’œuvre. En conséquence, l’activité économique se concentre dans les lieux d’innovation, que sont, principalement, les grandes métropoles, alors que les petites et moyennes villes à dominante productive ont du mal à se reconvertir, ne disposant pas de la matière grise suffisante pour pouvoir espérer accueillir des activités de tertiaire supérieur, sauf si elles ont une université ou si elles situent à proximité d’une grande métropole. La croissance démographique et économique s'en ressent. Elle est plus forte dans certaines grandes et très grandes métropoles françaises qui concentrent 21 % de la population mais ont enregistré 82 % des créations d’emplois privés depuis 2009. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 10/10/2017 - 17:40 - Signaler un abus Il n'en a rien à cirer

    Il s'agit à la fois d'un mépris singeant celui de Macron, et d'un refus de prendre en compte les vrais problèmes des Français: on ne va tout de même pas l'emmerder avec ça ! Comme beaucoup de politiciens, Collomb prend l'étiquette politique qui lui permet de faire la meilleure carrière possible (hier socialo, aujourd'hui collabo de Macron), pas celle qui correspond à des convictions. La seule conviction de ces gens-là, c'est moi d'abord, et après moi le déluge.

  • Par lexxis - 10/10/2017 - 18:29 - Signaler un abus LA VOIX DE SON MAÎTRE!

    Avec un peu de chance et en sa qualité de mInistre de l'Intérieur , Monsieur Collomb ne débourse pas le moindre centime pour ses déplacements en train dans tout l'hexagone et les véhicules officiels ne lui coûtent rien. Alors quand il se compare à un ouvrier acquittant intégralement le coût de ses transports, quand il compare son TGV de Ministre aux tacots locaux, il a tout simplement pété les plombs ou il ne connaît rien à la vie quotidienne du peuple d'en bas. Et ce n'est pas la peine de nous la faire avec la modestie de ses origines, des renégats et des transfuges cela court actuellement tous les ministères et même tout le Parlement!

  • Par vangog - 10/10/2017 - 20:55 - Signaler un abus Ces politichiens ont l'habitude de la mobilité politique...

    et ils aimeraient que les Français changent de niche avec eux...

  • Par gerint - 10/10/2017 - 21:23 - Signaler un abus Collomb est sénile

    Et de plus pour tenir des propos aussi scandaleux tout comme Macron c’est un bourge nanti et pourri

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Laurent Chalard

Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€