Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 26 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'aviation américaine tire sur des fuyards djihadistes à proximité de Raqqa et met une fois de plus le bazar

Alors qu'une bataille avait été remportée par les FDS, l'aviation américaine est venue "terminer" le travail et a abattu les djihadistes qui fuyaient. Pas très digne, mais c'est la guerre. Le problème, c'est surtout que cela risque de jeter de l'huile sur le feu djihadiste.

En plein dans le dos !

Publié le - Mis à jour le 19 Mai 2017
L'aviation américaine tire sur des fuyards djihadistes à proximité de Raqqa et met une fois de plus le bazar

Les Forces démocratiques syriennes (FDS) composées majoritairement de troupes kurdes du YPG (Unités de protection du peuple) ont remporté une grande victoire au début mai en s’emparant successivement de l’aéroport, du barrage et enfin de la ville de Tabqa située à une quarantaine de kilomètres à l’ouest de Raqqa, la « capitale » du proto Etat Islamique. Cette prise était vitale avant de lancer l’assaut sur Raqqa car Daech pouvait à tout moment saboter le barrage et provoquer une véritable catastrophe humanitaire.

Les FDS ne sont parvenues à enlever le morceau grâce à l’aide logistique et à l’appui aérien massif assurés par les Américains. Afin d’épargner quelques vies et prendre le barrage intact, les FDS ont négocié avec les derniers défenseurs salafiste-djihadistes de Tabqa leur évacuation dans la mesure ils abandonnaient les armes lourdes (mais gardaient leurs armes individuelles) et qu’ils retiraient toutes les charges explosives placées sur le barrage. Ce type d’accord est relativement fréquent en Syrie. Cela permet d’abréger la durée des combats et parfois de soulager les populations civiles qui se retrouvent prises entre deux feux. C’est ainsi qu’environ 70 activistes rebelles ont été autorisés à évacuer sans dommages leurs positions abandonnant le terrain aux FDS.

Le problème est que l’aviation américaine qui a repéré les fuyards - il aurait été difficile de faire autrement - s’est empressée de les bombarder afin de neutraliser un maximum d’activistes. S’il est bien clair qu’aucune loi de la guerre n’a été violée - et les salafiste-djihadistes non seulement n’en respectent strictement aucune mais, pire encore, ils s’en affranchissent volontairement pour terroriser leurs ennemis -, l’action est pour le moins maladroite car elle hypothèque toute « négociation » qui pourrait avoir lieu sur le terrain dans l’avenir. A savoir que Daech risque de refuser tout accord local en n’accordant aucune confiance à leurs interlocuteurs.

Selon des porte-parole de l’armée américaine « nous n’étions pas au courant de cet accord […] lorsque nous repérons des combattants sur le champ de bataille et avons l’occasion de les frapper sans occasionner de pertes civiles, nous le faisons […] Les États-Unis respectent les usages de la guerre et la convention de Genève, et ne tireront pas par exemple sur des combattants agitant des drapeaux blancs pour se rendre ». 

Il n’en reste pas moins qu’un sentiment de malaise vis-à-vis de l’attitude des Américains (si prompts à donner des leçons de morale) persiste. Il est vraisemblable que ce bombardement ait été décidé localement sans en référer à une autorité supérieure à Washington car cela nuit à l’efficacité opérationnelle sur le terrain. Il convient en effet de réagir vite à toute opportunité qui se présente. Mais est-il réaliste de croire que les Américains ne suivaient pas les mouvements de la colonne de Daech depuis son départ de Tabqa et qu’ils ont profité de la belle occasion qui leur était offerte de mettre hors d’état de nuire des activistes représentant une menace potentielle future ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par horus35 - 16/05/2017 - 11:05 - Signaler un abus Pauvre bisounours !

    Pour une fois je suis totalement du cote des Americains qui ont abattus une bande de chiens enrages ! Aucune, je dis bien aucune negociation actuelle ou future n'est admissible ! Ces racailles doivent etre exterminées.... sinon ce seront eux qui nous assassinerons !

  • Par langue de pivert - 16/05/2017 - 17:06 - Signaler un abus Vaccin contre la rage coranique !

    Les radicaux vont se radicaliser ++++ ? Ceux là ne se feront pas sauter dans une colonne de réfugiés civils ! C'est regrettable ?

  • Par ISABLEUE - 16/05/2017 - 18:09 - Signaler un abus La gauche bisounours

    De retour qui pleure sur les gentilles racailles qui tuent violent brûlent et décapités on rêve

  • Par lémire - 16/05/2017 - 19:56 - Signaler un abus malaise ? bazar ?

    La possibilité de négocier des arrangements en local n'est intéressant que pour ceux qui ont des troupes au sol en quantité. Ce n'est pas le cas des Américains (ni de nous) donc je pense que la chaîne de commandement US aurait de toute façon approuvé cette frappe. Je me demande par ailleurs ce que l'état-major de Daech aurait fait à ceux qui, pour sauver leur vie, ont déminé le barrage sur l'Euphrate (Hitler aurait fusillé von Choltitz s'il lui avait mis la main dessus). Le bazar me semble limité ; quant au malaise, je suis bien aise que les gens qui combattent pour nous utilisent tous les moyens à leur disposition pour gagner. C'est plutôt la politique des "mains propres" qui me causerait un malaise, ou la condescendance vis à vis des militaires US.

  • Par jurgio - 16/05/2017 - 20:09 - Signaler un abus Non le bazar, ce n'est pas du même côté !

    Commençons par ne pas mélanger les mots et les individus vont naturellement se différencier.

  • Par gwirioné - 17/05/2017 - 01:09 - Signaler un abus Un expert!

    "la guerre est une horreur sans nom". Bravo, M. Rodier, c'est ce que j'appelle de l'expertise. A part ça, qui tient sa parole dans ces régions? Tout le monde trahit tout le monde, de la Syrie au Yémen.

  • Par goethe379 - 17/05/2017 - 10:57 - Signaler un abus Ils ont raison

    Un bon djihadiste est un djihadiste mort

  • Par vangog - 17/05/2017 - 11:27 - Signaler un abus L'effet Trump?...Pas de quartiers!

    Une poignée de jihadistes (ici, 70????...) parviennent à terroriser le monde libre, et il ne faudrait pas les dégommer sans pitié?...Décidément, l'esprit Munichois a ramolli le cerveau de tous ces commentateurs nourris à la pensee unique gauchiste...Non, M. Rodier! Les négociations futures avec les jihadistes seront facilitées, car ils sauront qu'une poignée de zombies ne peut plus dicter sa loi unilatérale aux bisounours américains et europeistes...et paf le chien!

  • Par Eric ADAM CVD - 17/05/2017 - 12:43 - Signaler un abus 2 poids, 2 demi-mesures! et une preuve!

    2 poids, 2 demi-mesures! et une preuve! Voila la démonstration de l'INTOX pratiqué par les USA et leurs VALETS de l'OTAN... Des tirs sur des fuyards ayant "négocié" un accord salutaire pour les populations civiles et les infrastructures VITALES de la Syrie, c'est, au pire, une "bavure de manque de communication"!!! Des tirs de l'Armée Régulière Syrienne sur des Djihadistes, refusant tout accord qui permettrait de protéger les populations civiles, et qui se dissimulent parmi les populations civiles en cours d'évacuation... c'est un CRIME DE GUERRE! Et pour faire passer "la pilule", on vient nous balancer des photos d'un crématorium en prétendant qu'il; servirait au régime de Bachar pour "éliminer" ses opposants... Mais toujours sans preuves! Y'en a marre de cet INTOX du Nouvel Ordre Mondial! Nous allons droit ver une guerre MONDIALE qui sera le "chef-d'oeuvre" des Américains! PAS DES RUSSES! Eric ADAM, CRD-CVD ; https://www.facebook.com/OfficielCVD/?ref=br_rs

  • Par valencia77 - 17/05/2017 - 14:42 - Signaler un abus kill them all

    avant qu'ils se retrouvent a Guantanamo pour y etre dorlote et liberes 10 ans plus tard.

  • Par Gordion - 17/05/2017 - 14:59 - Signaler un abus Parfait exemple de la guerre de mouvement et de communication...

    ...aux FDS les combats sur le terrain, à la coalition le soutien logistique et la supériorité aérienne et la guerre médiatique. A noter que comme bénéficié à Alep, les islamistes ont bénéficié de l'entregent de la coalition sunnite (RSA, Qatar, Turquie) pour se replier vers des zones sous contrôle de ces mêmes sunnites. Le conflit se mouvera vers d'autres zones régionales transfrontalières, ce qui ravit tous les belligérants qui voient l'occasion de maintenir leur présence de façon durable. Les Russes ne sont pas directement partie prenante de cette zone de combat, en dehors de leur champ d'intérêt. (Damas, Alep, Tartous, Lattaquié, et la frontière kurdo-turque dans la mesure où elle fait pression sur la Turquie en soutenant le Rojava).

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Rodier

Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la criminalité organisée.

Il est l’auteur, en 2017 de Proche-Orient : coup de projecteur pour comprendre chez Balland, en 2015, de Grand angle sur les mafias et de Grand angle sur le terrorisme aux éditions Uppr ; en 2013 du livre Le crime organisé du Canada à la Terre de feuen 2012 de l'ouvrage Les triades, la menace occultée (éditions du Rocher); en 2007 de Iran : la prochaine guerre ?; et en 2006 de Al-Qaida. Les connexions mondiales du terrorisme (éditions Ellipse). Il a également participé à la rédaction de nombreux ouvrages collectifs dont le dernier, La face cachée des révolutions arabesest paru chez Ellipses en 2012. Il collabore depuis plus de dix ans à la revue RAIDS.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€